Séminaire de l’IAO : ITO Yôichi

« Un aspect de la réception des modèles occidentaux dans le Japon d’avant 1945 : l’organisation des établissements d’enseignement supérieur et l’enseignement de droit »

ITO Yôichi, professeur de droit européen, faculté de Droit de l’université de Tokyo

Jeudi 02 mars 2017(Date à confirmer), Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : L’organisation de facultés de droit constitue l’un des aspects importants de la mise en place de structures de type occidental au Japon durant l’ère Meiji, à partir du dernier tiers du 19e siècle. La présente conférence traitera de l’évolution du système d’enseignement supérieur du droit dans le Japon d’avant 1945, afin d’en saisir l’histoire mais aussi pour tenter d’éclairer les caractéristiques des actuelles universités japonaises. On essaiera aussi de saisir la tension existant entre vocation scientifique et formation professionnelle de l’enseignement du droit depuis l’époque de l’École de droit – fondée en 1873 par le ministère de la Justice et où enseignait Boissonade -, tension récurrente au Japon comme en France.

Soutenance HDR : Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, chargé de recherche première classe au CNRS, en poste à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon, chercheur associé au Centre de recherches sur la Corée, soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’université Paris-Diderot, le mardi 7 mars à 14 heures, Salle des Thèses (salle 580F, Halle aux Farines, accès par le Hall E, allée paire, ascenseur F).

Son dossier porte sur « Les Sciences humaines et sociales japonaises entre Empire et État-nation » ; et il est accompagné d’un « Mémoire inédit à propos de l’histoire des savoirs coloniaux japonais en Corée colonisée (archéologie, anthropologie biologique, études historiques) et de Sakhaline entre les empires ».

Le jury sera composé de :
Alain Delissen (EHESS)
Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot)
Marie Kim (St-Cloud State University)
Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8)
Pierre François Souyri (Université de Genève)

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement invité(e)s.
La soutenance sera suivie d’un pot.

Un plan d’accès figure au lien suivant : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Soirée du Collegium : Marie Seong-Hak Kim

soireecollegium_mariekimKorea and the Challenges of Comparative Legal History (La Corée et les défis d’une histoire du droit comparative)

14 février 2017 à 18h30, Résidence du Collegium, bat. D6, campus ENS Descartes.

Marie Seong-Hak Kim, Professeure d’histoire du droit, St. Cloud State University (USA) | Avocate au barreau de Minnesota | Résidente à l’Institut d’études avancées de Fribourg-en-Brisgau | Fellow 2011-2012 du Collegium de Lyon | Chercheuse associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO – CNRS-ENS de Lyon)

Résumé : Cette conférence présente un panorama synthétique de l’évolution du droit et du système juridique coréens durant les six derniers siècles. Dernièrement, l’historiographie du droit a adopté une orientation transnationale. La Corée moderne peut être vue comme un modèle d’une association réussie de différentes traditions juridiques nationales, en reflet d’une logique et d’une dynamique du droit capables de constituer un cadre juridique tout en préservant en même temps les spécificités d’une culture. Marie Seong-Hak Kim a récemment publié Law and Custom in Korea : Comparative Legal History (Cambridge University Press, 2012) et édité The Spirit of Korean Law : Korean Legal History in Context (Brill, 2016)

Inscription : Inscription gratuite obligatoire avant le 5 février 2017 : http://doodle.com/poll/amzb5nfx2udvpdxr

Nouvelle publication : Le cheval à trois jambes

cheval-a-trois-jambesDans Le cheval à trois jambes, anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Angel Pino et Isabelle Rabut et qui vient de paraître aux éditions You-Feng, Marie Laureillard a traduit la nouvelle « La mère qui fuyait » de Guo Songfen.

Résumé : En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut,
et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Source : http://www.librairielephenix.fr/livres/le-cheval-trois-jambes-9782842797584.html

Séminaire de l’IAO : Marion Cousin

seminaireiao_2017_02_16
« Sur la création d’une nouvelle langue mathématique japonaise pour l’enseignement de la géométrie élémentaire durant l’ère Meiji (1868-1912) »

Marion Cousin, membre de l’IAO, post-doctorante (bourse de la D. Kim foundation).

Jeudi 16 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Durant l’ère Meiji, les mathématiques occidentales sont introduites dans les programmes scolaires, dans le cadre de la politique de modernisation menée par l’État japonais, alors que les connaissances du wasan 和算 (mathématiques traditionnelles japonaises) étaient les seules enseignées jusqu’à la fin de l’époque d’Edo (1600-1868). Cette présentation s’intéressera à l’impact de cette situation sur la langue mathématique employée dans les manuels de géométrie élémentaire. Seront soulignés en particulier les problèmes rencontrés par les enseignants et par les auteurs de manuels afin d’intégrer le discours argumentatif des mathématiques dans la culture scientifique japonaise.

Nouvel an lunaire 2017

nouvelan2017Comme chaque année, l’ENS de Lyon et l’Institut d’Asie Orientale (IAO) fêteront le nouvel an lunaire 農曆新年, placé cette année sous le signe du Coq.

Au programme :

Lundi 6 février 2017, 17h – 21h

17h : Conférence-débat « L’empereur mis à nu par ses monnaies, même » par François Thierry, spécialiste de l’histoire politique et sociale de la Chine antique et conservateur général, chargé des monnaies orientales au Département des Monnaies et Médailles de la Bibliothèque Nationale de France, auteur de La ruine du Qin, éd. Vuibert, 2013 et Romain Graziani, professeur à l’ENS de Lyon.

18h15-21h : projection du film L’empereur et l’Assassin, de Chen Kaige (1998), en VO.

Entrée ouverte à tous dans la limite des places disponibles.

Contact : beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Séminaire de l’IAO : Thierry Guthmann

seminaireiao_2017_02_02« Le Nationalisme politique au Japon : le gouvernement d’Abe Shinzô et la Nippon kaigi« 

Jeudi 2 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Thierry Guthmann, professeur à l’université de Mie (Japon) et chercheur associé à l’IAO

Résumé : En 2016, au Japon, pas moins de six ouvrages ont été consacrés à la Nippon kaigi et aux liens étroits que cette organisation nationaliste entretient avec le gouvernement dirigé par Abe Shinzô. Quelles sont les origines de cette organisation ? Quelles sont les forces qui la structurent et l’animent ? En quoi consiste son idéologie ? Quelle est l’intensité des liens unissant la Nippon kaigi avec le Parti libéral démocrate ? Quels sont ses modes d’action ? Les réponses apportées à toutes ces questions permettront de dresser un état des lieux exhaustif du nationalisme politique dans le Japon d’aujourd’hui.

Voeux de l’IAO pour 2017

CarteVoeu.pngBéatrice Jaluzot, Directrice de l’Institut d’Asie Orientale et toute l’équipe, vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2017. Que cette année soit sous le signe de l’Asie et voie nos liens se tisser au delà des barrières de toutes sortes, qu’elle continue d’oeuvrer aux compréhensions interculturelles.

Je trouve ici l’occasion de vous donner quelques nouvelles de notre Institut. Depuis la rentrée de septembre dernier, j’ai pris la suite de Jean-Pascal Bassino à la direction de l’Institut, accompagnée de Romain Graziani, directeur-adjoint.

Nos tutelles principales, l’ENS de Lyon et le CNRS, ainsi que nos tutelles secondaires, Sciences-po Lyon et Lyon 2, nous accompagnent et nous soutiennent dans notre vocation tournée vers la compréhension des sociétés en Asie Orientale. Notre équipe a été renforcée en 2016 par deux chercheurs du CNRS : François Robinne, DR, anthropologie, Asie du sud-est, Birmanie et Arnaud Nanta, CR, histoire, Japon-Corée.

Pour 2016 l’ensemble du laboratoire comptabilise une trentaine de publications, ouvrages, articles, coordination de numéros de revue, l’IAO pilote 3 sites internet dédiés à des projets de recherche. Les humanités numériques sont un aspect essentiel de nos recherches, elles complètent l’outil traditionnel qu’est notre bibliothèque. Le laboratoire soutient deux formations universitaires, l’une de premier cycle DEMEOC et de 3e cycle, le master ASIOC (ENS de Lyon-Sciences po Lyon)

Les grands chantiers du laboratoire, initiés sous la direction précédente, continuent, qu’il s’agisse de « Régir l’espace : la Chine impériale » (J. Bourgon, dir.) , le projet « Saigon River – la ville et le fleuve 2017 » (F. Guillemot, L. Gédéon, E. Senna), de l’ANR « War made Shanghai : Toward a spatial history of 19th-20th century Shanghai » (Christian Henriot, dir., Christine Cornet, Shi Lu et Estelle Senna) ou « Art et quotidienneté en France et au Japon » (E. Domenach).

Plusieurs projets dans le cadre de partenariats internationaux sont en cours d’aboutissement, sur la pensée politique chinoise chez les Classiques (R. Graziani), sur la relation de longue période entre stock de capital naturel et niveau de vie au Japon (J. P. Bassino). De nouveaux sont à venir, sur la réforme juridique en France et au Japon (B. Jaluzot dir.), sur les études birmanes (F. Robinne), sur les savoirs coloniaux en Asie orientale (A. Nanta)…

Ce bref aperçu n’est pas exhaustif, mais vous y entrevoyez l’esprit de l’IAO.

Festival Kinotayo – 11e festival du cinéma japonais contemporain

festivalkinotayoLes Cinémas Lumière sont heureux d’accueillir la 11ème édition du Festival Kinotayo.

Ce festival sur le cinéma japonais contemporain, vous permet de découvrir 7 films inédits ou en avant-première à Lyon, du 14 au 18 Janvier, dans les salles CNP Terreaux, CNP Bellecour et La Fourmi.

La programmation propose notamment le film d’animation Your Name de Makoto Shinkai, ou encore Harmonium de Koji Fukuda, lauréat du Prix du Jury – Un certain Regard 2016.

Pour plus d’informations : http://cinema-cnp-bellecour.com/festival-kinotayo11e-festival-du-cinema-japonais-contemporain/

12e colloque de la Société Française des Études Japonaises

15-17 décembre 2016, le 12e colloque de la Société française des études japonaises (SFEJ) se tiendra à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 (Manufacture des Tabacs).

affiche_colloquesfejCette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues.

Le colloque de décembre 2014, intitulé « Le Japon au xxie siècle : dynamiques et mutations », avait brillamment mis en exergue les multiples facettes du Japon contemporain. Pour l’édition 2016, nous avons retenu le thème suivant : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon ».

Dans le discours sur le Japon, l’importance de l’image, en tant que reproduction d’un objet ou d’une figure, est régulièrement soulignée, à travers la complexité de son écriture, la finesse et la force de ses expressions picturales ou encore la richesse de son énergie créative. L’expression « arts graphiques » se réfère ici à l’ensemble des processus qui touchent à la conception visuelle et à la mise en scène des créations artistiques par différentes techniques : écriture, rouleaux illustrés, dessin, peinture, gravure et estampe, photographie, cinéma… À noter que l’ensemble de ces créations peuvent être utilisées à des fins uniquement artistiques, mais aussi industrielles ou commerciales (messages publicitaires, édition, affiches, revues, etc.). Quant à la « culture visuelle », intimement liée aux visual culture studies anglo-saxonnes, qui ont renouvelé les manières d’envisager l’utilisation des images dans nos sociétés, elle renvoie au rapport complexe qui existe entre l’émetteur et le récepteur dans une relation médiatisée par l’image. Celui-ci ne se limite pas à l’analyse des images/illustrations, mais touche également à la question de leur réception, de leur diffusion, des conditions de leur production.

Autrement dit, par ce thème, il s’agit d’embrasser l’ensemble des représentations visuelles et artistiques du Japon et de s’interroger sur les aspects sociaux, politiques, esthétiques ou médiatiques associés à celles-ci. Nous choisissons sciemment de ne pas fixer de limites temporelles, pour accueillir une réflexion autant sur le Japon ancien que contemporain, et espérons que cette recherche collective offrira un éclairage pertinent sur les avancées actuelles en la matière et permettra un dialogue entre champs disciplinaires divers (histoire de l’art, sociologie de l’art, anthropologie, économie culturelle, politique des images, etc.), en rassemblant de nombreux chercheurs confirmés ou débutants.

Espérant que ce colloque sera l’occasion de découvertes et de rencontres fructueuses, nous vous souhaitons à tous un excellent séjour à Lyon,

Séminaire de l’IAO : Peter von Staden

seminaireiao_2016_12_15« Korean Soft Power and Fan Consumption Choices : an Ethnographic Study of Indonesian Hallyu Fans »

Jeudi 15 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Peter von Staden, Professor KEDGE Business School

Résumé : In tourism studies fans and their consumption choices are, in the main, considered in terms of the relationship between the devotees, the cultural product(s) and tourism. This study begins with a more distant causal factor, to wit, soft power. Encouraged by the international popularity of Hallyu, South Korea supports their sources of attractive power to advance national interests. To be sure, Hallyu is an explanatory factor in the soft power ratings that South Korea enjoys, perhaps most notably in Indonesia. However, measurement of soft power largely relies on macro-level aggregated data sets that are rather blunt instruments. Alternative approaches are called for and, to this end, the present ethnographic study employs in-depth interviews of Indonesians to provide a more nuanced understanding of the fan learning process, their consumption choices and what this means for Korean soft power policy.

Nouvelle publication d’Arnaud Nanta dans l’ouvrage 科学と社会の知

couverture_%e7%a7%91%e5%ad%a6%e3%81%a8%e7%a4%be%e4%bc%9a%e3%81%ae%e7%9f%a5Arnaud Nanta vient de publier 2 articles dans l’ouvrage Kagaku to shakai no chi 科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race).

Arnaud Nanta, « Jinshushugi to kagakusha no “chūritsusei” — Anri Varowa no katsudō o chūshin ni » 人種主義と科学者の「中立性」――アンリ・ヴァロワの活動を中心に (Racisme et “neutralité” des scientifiques — Autour de Henri Vallois), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 81-101

Et celle du chapitre qu’il a traduit dans ce même livre :

Arnaud Nanta & Kobayashi Shinju 小林新樹 (traduction par) : Carole Reynaud Paligot レノーパリゴ « Furansu ni okeru keishitsu jinruigaku no hensen shi — 19 seiki matsu kara no jinshu kagaku o megutte » (L’anthropologie physique et la science des races en France à partir de la fin du 19e siècle), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 61-80

Nouvelle poublication : Les lieux de la loi en Chine impériale

couverture_extremeorientextremeoccidentJérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l’Institut d’Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

Coordinateur(s) du numéro : Jérôme Bourgon |
Auteur(s) : Frédéric Constant | E. John Gregory | Jean-Louis Halperin | Zhang Ning | Max Oidtmann | Eric Schluessel | Ulrich Theobald | Xie Xin-zhe | Wang Zhiqiang

Consulter le sommaire sur le Revue.org

Séminaire de l’IAO : Meng Jin

seminaireiao_2016_12_01« Paix et sécurité en Afrique francophone : visions et préoccupations chinoises »

Jeudi 1 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Meng Jin, Chercheuse associée à l’Institut d’Asie Orientale

Résumé : La Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique, ne peut échapper à l’attention des autres puissances. La nécessité de protéger ses investissements et ses ressortissants fait du problème sécuritaire une préoccupation majeure pour le gouvernement chinois, maintenant à l’avant de la scène africaine. Cependant, sa conception de la sécurité et ses mécanismes d’implication diffèrent de ceux des pays occidentaux. Souvent considéré comme un pays prédateur de ressources et attiré par le potentiel du marché africain, la Chine développe en réalité une stratégie globale et « ambitieuse ». Elle offre l’opportunité d’une alternative au mode de développement dominant ainsi que la possibilité d’établir un nouveau type de gouvernance reposant sur la coopération.