Séminaire de l’IAO : Luca Gabbiani


« La dynastie Qing (1644-1911) et sa « nouvelle histoire » – Essai de synthèse autour d’un débat historiographique et de ses enjeux »

Luca Gabbiani, maître de conférences à l’EFEO (UMR 8173 « Chine, Corée, Japon »)

Vendredi 07 avril 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La dynastie Qing est la dernière à avoir régné sur la Chine impériale. Depuis un bon demi-siècle, les historiens ont activement revisité la période en s’appuyant sur l’immense réservoir documentaire qu’elle nous a laissé. Le propos de cette intervention sera centré sur les débats qui ont secoué le monde des spécialistes de l’histoire de cette dynastie depuis une vingtaine d’année autour de la notion de « nouvelle histoire Qing » (New Qing History), façonnée aux États-Unis dans le sillage de l’essor, sur place, des études mandchoues. Nous nous efforcerons de dresser un bilan de cette entreprise et nous nous interrogerons sur les enjeux historiographiques qui ont divisé – et continuent de le faire – les historiens, notamment en Chine continentale et aux États-Unis, autour du programme et des méthodes de cette nouvelle approche de l’histoire Qing. Pour clore cette synthèse, nous tenterons d’esquisser dans ses grandes lignes la forme que pourrait prendre une histoire de la dynastie Qing intégrant les avancées issues de ces débats.

Réunion annuelle du réseau DocAsie 2017 – Appel à contributions

Appel à contributions pour les journées DocAsie 2017 : « Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

21-23 juin 2017, Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.

Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Colloque international – Droit Japonais, droit français, quelle réforme ?

17 mars 2017 – Sciences-po Lyon, salle du conseil
18 mars 2017 – ENS de Lyon, Site Descartes – salle du conseil

Cette conférence internationale est consacrée au dialogue entre juristes japonais, français et allemands, plus particulièrement sous l’angle de la réforme juridique.

Le Japon et la France ont fait le choix d’un système juridique codifié. Si un tel système a pour avantage la stabilité, il a pour inconvénient une certaine résistance à l’évolution des sociétés. La survie de la codification dépend de sa réforme. Or, mal conduite, elle porte en germe la défiance à l’égard de l’ensemble du droit même, en tant que régulateur structurel et elle peut aboutir à l’instabilité sociale.

Un vaste questionnement survient alors : qui ? comment ? pourquoi ? Qui peut ou doit réformer ? Comment réformer tout en préservant les fondements de l’édifice, comment adapter sans dénaturer, comment intégrer les nouvelles règles, dans quel but réformer, comment adhérer aux besoins de la société, quelles méthodes, quelle évaluation ? etc.

En droit privé positif, la réforme est omniprésente : en droit des obligations, des personnes, des sociétés, social… en droit national comme international. Une dimension particulière du mouvement contemporain est son interdépendance essentielle avec la mondialisation juridique.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Renseignements :
http://droitjaponais.wordpress.com/
http://droitjaponais.sciencesconf.org/
beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Programme

Prix de thèse du GIS Asie 2016

La première édition du Prix de thèse sur l’Asie, organisée par le GIS Asie, a attiré une 50-taine de candidatures. Trois prix ont été proposés pour récompenser des travaux portant sur l’Asie, soutenus en France ou en français, entre 2014 et 2015, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales. Le jury a également souhaité attribuer un accessit à Mme Huayan Wang pour sa thèse Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS.

Résumé de la thèse : Prenant principalement appui sur des sources épigraphiques, le présent travail est centré sur l’histoire politique et sociale d’un culte durant sa période de développement entre le Xe et le XVe siècle. Ce culte, né dans la Chine du Nord vers le IXe siècle, était fondé sur des sources légendaires, historiques et religieuses autour d’un personnage nommé Cui Fujun 崔府君. Il s’est d’abord développé dans des sociétés locales avant d’être intégré dans les registres des sacrifices officiels à la fin du Xe siècle pour avoir légitimé plusieurs successions impériales ou avoir protégé le territoire de l’empire. Durant la période étudiée, plusieurs dynasties d’origines ethniques différentes se succédèrent ou cohabitèrent ; chacune d’elles trouva un intérêt à s’approprier ce culte en octroyant à la divinité des titres et en lui offrant des sacrifices. Cette faveur des pouvoirs dynastiques a contribué à sa popularité et à sa diffusion dans les sociétés locales qui, quant à elles, créèrent leurs propres sources pour alimenter cette croyance. Notre étude se déroule en deux étapes et sur deux terrains. Dans un premier temps, nous étudions le rôle politique du culte de Cui Fujun, d’abord au sein d’une seule dynastie, celle des Song (960-1279), puis entre deux dynasties rivales, les Song et les Jin (1115-1234). Grâce à la légende qui faisait de Cui Fujun le juge des enfers qui avait été capable de sortir Tang Taizong (r. 626-649) de la crise de succession où le fratricide l’avait entraîné, les empereurs des Song ont pu éviter eux-mêmes plusieurs crises de succession. Durant la période où les Jin et les Song du Sud se disputaient des territoires, les premiers firent de Cui Fujun le substitut du dieu du Pic du Sud (Nanyue 南嶽), pour qu’il reçoive les sacrifices dus à ce dernier alors que le Pic se situait dans le territoire administré par les Song du Sud. De ce fait, la cour des Jin a pu rendre des sacrifices complets aux cinq Monts sacrés, symbole de la souveraineté sur tout le territoire. Parallèlement, les Song du Sud vénéraient Cui Fujun comme dieu protecteur de la famille impériale puisqu’il était censé avoir sauvé Gaozong (r. 1127-1162), le premier empereur, et prédit la naissance de Xiaozong (r. 1162-1189), son successeur.

Dans un second temps, notre regard porte sur divers aspects des sociétés locales entre les XIIIe et XVe siècles. Considéré comme un fonctionnaire modèle, représentant de la justice et protecteur du peuple, mais aussi défenseur du territoire, Cui Fujun fut vénéré du nord au sud. Au nord, dans les lieux d’origine de son culte, Luzhou et Cizhou, nous observons divers milieux sociaux : des fonctionnaires, des notables locaux, de simples villageois. Nous constatons que plusieurs activités cultuelles organisaient la vie collective et assuraient l’ordre social : constructions de temples, donations et prières. Au sud, sur les lieux d’extension du culte, nous observons un processus d’intégration et un phénomène d’adaptation du culte à des situations variées.

Workshop Korean Archaeology and Cultural Heritage

Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du Centre de Recherches sur la Corée (CRC), un atelier en deux parties sur l’archéologie et le patrimoine culturel de la Corée aura lieu :

Workshop « Korean Archaeology and Cultural Heritage »
Le vendredi 17 mars 2017, de 14h00 à 17h30
Maison de l’Asie (Grand salon), 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Cet atelier sera précédé par une conférence d’Arnaud Nanta (CNRS – IAO) dans le cadre du séminaire « Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation » :

« La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938) »
Le mardi 14 mars 2017, de 15h00 à 17h00
Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

PROGRAMME

14 March 2017, 15h00-17h00

Introductory conference by Arnaud NANTA (CNRS – IAO): La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938)
Venue: Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

17 March 2017, 14h00-17h30
Venue: Centre de recherches sur la Corée (CRC)
Maison de l’Asie (Grand salon) – 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

14h00-14h30: Luis BOTELLA (University of Malaga)
Achieving Professional Credentials: South Korean Archaeology and University Degrees (1945-1979)

14h30-15h00: Linda GILAIZEAU (Mount Fuji World Heritage Center)
A Study of Korean and Japanese Interactions during Protohistory

15h00-15h30: Codruta SINTIONEAN (Babeş-Bolyai University)
Searching for the ‘Original Form’: The Practice of Reconstruction of Architectural Heritage in South Korea

15h30-16h00: Coffee break

16h00-16h30: Bryan SAUVADET (INALCO)
Religious Art in North Korea: The Missing Link in Korean Heritage Studies

16h30-17h00: Ariane PERRIN (UMR 8173)
Repatriating Korea’s Lost Cultural Properties

17h00-17h30: Discussant: Arnaud NANTA (CNRS – IAO)

Soutenance : HOU Qingbin

Le lundi 6 mars 2017 à 9h, Huo Qingbin soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « La cour mixte française de Shanghai à la fin des Qing (1869-1911) ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Jérôme Bourgon, Directeur de recherche CNRS et XU Jilin, Professeur East China Normal University. La soutenance aura lieu dans la salle de direction par visioconférence.

Le jury se compose de 7 membres suivants :
ZHANG, Laure, Professeure, Université de Genève
WANG, Zhiqiang, Professeur, Fudan University
HENRIOT, Christian, Professeur, Université Aix-Marseille
BOURGON, Jérôme, Directeur de recherche, CNRS
XU, Jilin, Professeur, East China Normal University
CORNET, Christine, Professeure, Sciences Po Lyon
CONSTANT, Frédéric, Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Colloque : La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?

Le Master 2 Relations Internationales & Diplomatie organise un colloque sur le thème :  » La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?  »

Date :  jeudi 9 mars 2017, 9h00-17h00
Lieu : Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 92 rue Pasteur 69007 Lyon

Téléchargez le programme détaillé

Séminaire de l’IAO : ITO Yôichi

« Un aspect de la réception des modèles occidentaux dans le Japon d’avant 1945 : l’organisation des établissements d’enseignement supérieur et l’enseignement de droit »

ITO Yôichi, professeur de droit européen, faculté de Droit de l’université de Tokyo

Lundi 13 mars 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : L’organisation de facultés de droit constitue l’un des aspects importants de la mise en place de structures de type occidental au Japon durant l’ère Meiji, à partir du dernier tiers du 19e siècle. La présente conférence traitera de l’évolution du système d’enseignement supérieur du droit dans le Japon d’avant 1945, afin d’en saisir l’histoire mais aussi pour tenter d’éclairer les caractéristiques des actuelles universités japonaises. On essaiera aussi de saisir la tension existant entre vocation scientifique et formation professionnelle de l’enseignement du droit depuis l’époque de l’École de droit – fondée en 1873 par le ministère de la Justice et où enseignait Boissonade -, tension récurrente au Japon comme en France.

Soutenance HDR : Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, chargé de recherche première classe au CNRS, en poste à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon, chercheur associé au Centre de recherches sur la Corée, soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’université Paris-Diderot, le mardi 7 mars à 14 heures, Salle des Thèses (salle 580F, Halle aux Farines, accès par le Hall E, allée paire, ascenseur F).

Son dossier porte sur « Les Sciences humaines et sociales japonaises entre Empire et État-nation » ; et il est accompagné d’un « Mémoire inédit à propos de l’histoire des savoirs coloniaux japonais en Corée colonisée (archéologie, anthropologie biologique, études historiques) et de Sakhaline entre les empires ».

Le jury sera composé de :
Alain Delissen (EHESS)
Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot)
Marie Kim (St-Cloud State University)
Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8)
Pierre François Souyri (Université de Genève)

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement invité(e)s.
La soutenance sera suivie d’un pot.

Un plan d’accès figure au lien suivant : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Soirée du Collegium : Marie Seong-Hak Kim

soireecollegium_mariekimKorea and the Challenges of Comparative Legal History (La Corée et les défis d’une histoire du droit comparative)

14 février 2017 à 18h30, Résidence du Collegium, bat. D6, campus ENS Descartes.

Marie Seong-Hak Kim, Professeure d’histoire du droit, St. Cloud State University (USA) | Avocate au barreau de Minnesota | Résidente à l’Institut d’études avancées de Fribourg-en-Brisgau | Fellow 2011-2012 du Collegium de Lyon | Chercheuse associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO – CNRS-ENS de Lyon)

Résumé : Cette conférence présente un panorama synthétique de l’évolution du droit et du système juridique coréens durant les six derniers siècles. Dernièrement, l’historiographie du droit a adopté une orientation transnationale. La Corée moderne peut être vue comme un modèle d’une association réussie de différentes traditions juridiques nationales, en reflet d’une logique et d’une dynamique du droit capables de constituer un cadre juridique tout en préservant en même temps les spécificités d’une culture. Marie Seong-Hak Kim a récemment publié Law and Custom in Korea : Comparative Legal History (Cambridge University Press, 2012) et édité The Spirit of Korean Law : Korean Legal History in Context (Brill, 2016)

Inscription : Inscription gratuite obligatoire avant le 5 février 2017 : http://doodle.com/poll/amzb5nfx2udvpdxr

Nouvelle publication : Le cheval à trois jambes

cheval-a-trois-jambesDans Le cheval à trois jambes, anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Angel Pino et Isabelle Rabut et qui vient de paraître aux éditions You-Feng, Marie Laureillard a traduit la nouvelle « La mère qui fuyait » de Guo Songfen.

Résumé : En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut,
et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Source : http://www.librairielephenix.fr/livres/le-cheval-trois-jambes-9782842797584.html

Séminaire de l’IAO : Marion Cousin

seminaireiao_2017_02_16
« Sur la création d’une nouvelle langue mathématique japonaise pour l’enseignement de la géométrie élémentaire durant l’ère Meiji (1868-1912) »

Marion Cousin, membre de l’IAO, post-doctorante (bourse de la D. Kim foundation).

Jeudi 16 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Durant l’ère Meiji, les mathématiques occidentales sont introduites dans les programmes scolaires, dans le cadre de la politique de modernisation menée par l’État japonais, alors que les connaissances du wasan 和算 (mathématiques traditionnelles japonaises) étaient les seules enseignées jusqu’à la fin de l’époque d’Edo (1600-1868). Cette présentation s’intéressera à l’impact de cette situation sur la langue mathématique employée dans les manuels de géométrie élémentaire. Seront soulignés en particulier les problèmes rencontrés par les enseignants et par les auteurs de manuels afin d’intégrer le discours argumentatif des mathématiques dans la culture scientifique japonaise.

Nouvel an lunaire 2017

nouvelan2017Comme chaque année, l’ENS de Lyon et l’Institut d’Asie Orientale (IAO) fêteront le nouvel an lunaire 農曆新年, placé cette année sous le signe du Coq.

Au programme :

Lundi 6 février 2017, 17h – 21h

17h : Conférence-débat « L’empereur mis à nu par ses monnaies, même » par François Thierry, spécialiste de l’histoire politique et sociale de la Chine antique et conservateur général, chargé des monnaies orientales au Département des Monnaies et Médailles de la Bibliothèque Nationale de France, auteur de La ruine du Qin, éd. Vuibert, 2013 et Romain Graziani, professeur à l’ENS de Lyon.

18h15-21h : projection du film L’empereur et l’Assassin, de Chen Kaige (1998), en VO.

Entrée ouverte à tous dans la limite des places disponibles.

Contact : beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Séminaire de l’IAO : Thierry Guthmann

seminaireiao_2017_02_02« Le Nationalisme politique au Japon : le gouvernement d’Abe Shinzô et la Nippon kaigi« 

Jeudi 2 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Thierry Guthmann, professeur à l’université de Mie (Japon) et chercheur associé à l’IAO

Résumé : En 2016, au Japon, pas moins de six ouvrages ont été consacrés à la Nippon kaigi et aux liens étroits que cette organisation nationaliste entretient avec le gouvernement dirigé par Abe Shinzô. Quelles sont les origines de cette organisation ? Quelles sont les forces qui la structurent et l’animent ? En quoi consiste son idéologie ? Quelle est l’intensité des liens unissant la Nippon kaigi avec le Parti libéral démocrate ? Quels sont ses modes d’action ? Les réponses apportées à toutes ces questions permettront de dresser un état des lieux exhaustif du nationalisme politique dans le Japon d’aujourd’hui.