Séminaire de l’IAO : Alice Travers

Jeudi 30 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« La mobilité sociale dans l’armée tibétaine (18e-20e siècles) »

Alice Travers, Chercheure au CNRS (CRCAO), travaille sur l’histoire sociale du Tibet et sur l’histoire de l’armée du Ganden phodrang (1642-1959) dans le cadre du projet ERC TibArmy.

Résumé : Le gouvernement tibétain du Ganden phodrang recrutait dans son armée des soldats de toutes origines sociales. La hiérarchie militaire était composée, dans ses plus hautes strates, d’une majorité de nobles tandis que les officiers subalternes et les soldats du rang provenaient de strates sociales roturières (mi ser). Un examen détaillé de la composition des troupes montre que plusieurs tentatives d’ouvrir les positions d’officiers à l’avancement selon un principe plus méritocratique, menées entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe siècle, ont échoué. Basée sur une approche prosopographique nourrie par des récits autobiographiques écrits et oraux de soldats et des listes de soldats, la présentation s’attachera à étudier de façon plus générale les possibilités de mobilité sociale offertes par l’armée tibétaine.

Soutenance HDR : Fabienne Jagou

Le mardi 13 juin à 14h, à la Maison de l’Asie, Grand salon, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris, Mme Fabienne Jagou, membre de l’École française d’Extrême-Orient, rattachée à l’Institut d’Asie Orientale, soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée : Les représentations chinoises du Tibet aux époques moderne et contemporaine.

Les travaux présentés révèlent la complexité des relations entre la Chine et le Tibet aux époques moderne et contemporaine. Ma recherche s’est d’abord orientée vers l’évaluation du territoire du Tibet telle que la percevaient et la définissaient les Chinois. Ensuite, elle a porté sur la façon dont Chinois et Tibétains appréhendaient leurs pouvoirs mutuels afin d’analyser la nature de leur relation institutionnelle. Elle a abouti à une réflexion sur les organes administratifs chinois et tibétains concernant la gestion de leurs rapports afin d’en proposer une nouvelle définition et de poser la question de l’existence d’administrations spécifiques. À cette approche historique et politique s’est ajoutée une étude socio-historique de phénomènes religieux contemporains, qui propose une nouvelle interprétation chinoise du Tibet et qui montre une adaptation du bouddhisme tibétain au milieu culturel chinois.

Membres du Jury :
Matthew Kapstein, EPHE, directeur d’habilitation
JI Zhe, INALCO
Christian Lamouroux, EHESS
Charles Ramble, EPHE
Peter Schwieger, Université de Bonn