Shanghai JORISS Workshop

April 14-15, 2017 East Normal University

Policing port cities during the « colonial era » : Tianjin & Shanghai : interaction between Western and Chinese police forces, 1860-1945

First Workshop : Circulation of men and police knowledge in Contemporary China organized by Christine Cornet, Professor at Sciences‐Po Lyon and Ruan Qinghua, professor at East China Normal University.

The study of the police forces in Chinese cities, especially those established and run by foreigners, represents a new field of Chinese urban history. Over the last past years, the question of social control and public order in the cosmopolitan treaty ports has received more attention. This workshop opens a new approach of policing the Chinese Treaty Ports in exploring influence and conflict between foreign and chinese police forces. Influence means hybridization between local and external practices of social order. Influence of foreign model police in China began at the end of the XIX century with the german police system exported to Japan Meiji and « reproduced » in China. But the presence of British, French and American in China offered new model for policing the cities. The ambiguous status of treaty ports cities divided into several municipalities institutions (administration, law, police, urbanworks, health, transport, education), modified the nature of social control and public order. But before the arriving of Westerners China had its own traditional system of social control. The reform of the police is part of the general process of institutional reform during the late Qing period and it is also embedded in the army modernization.

Programme (日程安排)

Tianjin au temps des concessions étrangères sous l’objectif d’André Bontemps (1931-1935)

Un récit visuel entre micro et macro-histoire, Fleur Chabaille, Author

Immersion dans la Chine des années 1930

Cette étude s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un « Dossier d’histoire du temps présent » pour l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) en collaboration avec la plateforme Virtual Tianjin, partie intégrante du projet « Virtual Cities » mis en place par l’Institut d’Asie orientale (IAO).Il s’agit de l’analyse sous la forme d’un récit visuel d’un fonds photographique et filmique versé à l’IHTP (cote IHTP ARC 3022) en 2011 par le petit-fils d’André Bontemps (1888-1969), substitut du juge d’instruction militaire (grade d’officier de justice militaire adjoint) ayant vécu dans la Concession française de Tianjin de 1931 à 1935.

De gauche à droite : Jean, André, Thérèse et Jacqueline Bontemps. Enfant non identifié. Photographie peut-être prise à Shanhaiguan.
Famille Bontemps

Un parcours représentatif d’une communauté

L’objectif de ce projet n’est pas d’offrir une analyse systématique des nombreux éléments visuels qui composent le fonds Bontemps. Il vise plutôt à articuler et intégrer certains d’entre eux au sein d’une narration donnant un aperçu de la présence militaire française à Tianjin dans les années 1930. A partir du récit individuel de cet expatrié français et de sa famille, notre démarche consiste à identifier et rassembler quelques fragments de la vie quotidienne des militaires français affectés à Tianjin. Sans tomber dans une généralisation excessive, on peut tout de même brosser un tableau assez représentatif des expériences de cette frange militaire en Chine du Nord.

Du micro au macro : l’oeil de l’historien en mouvement

Le témoignage d’André Bontemps permet aussi d’offrir un regard sur des circulations et des événements ayant une portée locale, nationale et internationale. Leur reconstitution implique un jeu d’échelle constant entre les lieux et le prisme d’analyse du micro au macro.

Le miroir d’une société entre dépaysements et cohabitations

Loin de films intimistes, les films et clichés de Bontemps se rapprochent par certains aspects de films à caractère ethnologique ou anthropologique pour lesquels l’intérêt de l’historien ne peut s’en trouver que décupler.

Comment alors tirer de cette histoire individuelle quelques grands traits, quelques ramifications nous aidant à mieux comprendre le tableau cosmopolite et complexe qu’offre la ville de Tianjin au temps des concessions ?

Interroger les formes de récit

Notre démarche consiste non seulement à illustrer la réflexion historique qui s’élabore grâce à l’exploration de ces sources visuelles, mais aussi à interroger la manière dont l’exploitation de ces matériaux nous aide à construire le récit historique. Partir de l’écrit pour sonder le visuel tout en s’appuyant sur le visuel pour approfondir ou compléter l’écrit, c’est ainsi que peut se définir notre entreprise. Les insuffisances de l’un se nourrissant des apports de l’autre, c’est finalement la croyance en un enrichissement et une interaction réciproques entre ces deux supports qui guide l’élaboration de cette reconstitution historique.

Une écriture collaborative

La publication sous format numérique de ce dossier permet de rendre visible le fonds en même temps que son étude qui se veut la plus détaillée possible, sans pour autant prétendre à l’exhaustivité. L’objectif principal de cette mise en ligne est d’inciter des chercheurs, des curieux, et surtout des enfants ou petits-enfants de témoins de ce lieu et de cette époque à venir explorer et enrichir notre compréhension des fragments visuels laissés par André Bontemps. A cet égard, tout document textuel ou visuel transmis par d’autres personnages aux trajectoires comparables peut constituer une précieuse contribution.

http://scalar.usc.edu/works/tianjin_bontemps/index