Prix de thèse du GIS Asie 2016

La première édition du Prix de thèse sur l’Asie, organisée par le GIS Asie, a attiré une 50-taine de candidatures. Trois prix ont été proposés pour récompenser des travaux portant sur l’Asie, soutenus en France ou en français, entre 2014 et 2015, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales. Le jury a également souhaité attribuer un accessit à Mme Huayan Wang pour sa thèse Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS.

Résumé de la thèse : Prenant principalement appui sur des sources épigraphiques, le présent travail est centré sur l’histoire politique et sociale d’un culte durant sa période de développement entre le Xe et le XVe siècle. Ce culte, né dans la Chine du Nord vers le IXe siècle, était fondé sur des sources légendaires, historiques et religieuses autour d’un personnage nommé Cui Fujun 崔府君. Il s’est d’abord développé dans des sociétés locales avant d’être intégré dans les registres des sacrifices officiels à la fin du Xe siècle pour avoir légitimé plusieurs successions impériales ou avoir protégé le territoire de l’empire. Durant la période étudiée, plusieurs dynasties d’origines ethniques différentes se succédèrent ou cohabitèrent ; chacune d’elles trouva un intérêt à s’approprier ce culte en octroyant à la divinité des titres et en lui offrant des sacrifices. Cette faveur des pouvoirs dynastiques a contribué à sa popularité et à sa diffusion dans les sociétés locales qui, quant à elles, créèrent leurs propres sources pour alimenter cette croyance. Notre étude se déroule en deux étapes et sur deux terrains. Dans un premier temps, nous étudions le rôle politique du culte de Cui Fujun, d’abord au sein d’une seule dynastie, celle des Song (960-1279), puis entre deux dynasties rivales, les Song et les Jin (1115-1234). Grâce à la légende qui faisait de Cui Fujun le juge des enfers qui avait été capable de sortir Tang Taizong (r. 626-649) de la crise de succession où le fratricide l’avait entraîné, les empereurs des Song ont pu éviter eux-mêmes plusieurs crises de succession. Durant la période où les Jin et les Song du Sud se disputaient des territoires, les premiers firent de Cui Fujun le substitut du dieu du Pic du Sud (Nanyue 南嶽), pour qu’il reçoive les sacrifices dus à ce dernier alors que le Pic se situait dans le territoire administré par les Song du Sud. De ce fait, la cour des Jin a pu rendre des sacrifices complets aux cinq Monts sacrés, symbole de la souveraineté sur tout le territoire. Parallèlement, les Song du Sud vénéraient Cui Fujun comme dieu protecteur de la famille impériale puisqu’il était censé avoir sauvé Gaozong (r. 1127-1162), le premier empereur, et prédit la naissance de Xiaozong (r. 1162-1189), son successeur.

Dans un second temps, notre regard porte sur divers aspects des sociétés locales entre les XIIIe et XVe siècles. Considéré comme un fonctionnaire modèle, représentant de la justice et protecteur du peuple, mais aussi défenseur du territoire, Cui Fujun fut vénéré du nord au sud. Au nord, dans les lieux d’origine de son culte, Luzhou et Cizhou, nous observons divers milieux sociaux : des fonctionnaires, des notables locaux, de simples villageois. Nous constatons que plusieurs activités cultuelles organisaient la vie collective et assuraient l’ordre social : constructions de temples, donations et prières. Au sud, sur les lieux d’extension du culte, nous observons un processus d’intégration et un phénomène d’adaptation du culte à des situations variées.

Soutenance de thèse : Lee Ju-ling

Le 5 mai 2014 à 14h, Lee Ju-ling soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : La nudité dans l’image : pouvoir et représentations du corps à Taïwan (1895-1987). Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Christian Henriot dans le cadre de l’Institut d’Asie Orientale. La soutenance aura lieu à l’Institut Française de l’Éducation (IFÉ) situé dans le site de l’ENS de Lyon (site R. Descartes).

Résumé :  Cette étude au croisement de l’histoire et des études visuelles porte sur le corps et l’iconographie du nu à Taïwan à deux périodes : la colonisation japonaise (1895-1945) et la période du GMD jusqu’à la levée de la Loi martiale (1945-1987). Elle examine le lien entre la représentation du corps, l’iconographie du nu et l’intervention du pouvoir (re)formé dans la transformation de la société taïwanaise dans les deux périodes. L’influence mutuelle entre ces trois éléments transforme les pratiques corporelles des habitants de l’île, leur perception vis-à-vis de leur propre corps, ainsi que leur regard sur l’iconographie du nu. De la manipulation du colonisateur japonais sur la production et la publication d’images de nu à la domination autoritaire du GMD sur la culture, influencé en même temps par la culture et les valeurs occidentales depuis le début du XXème siècle, le corps des habitants de Taïwan représenté dans l’iconographie est continuellement (re)habillé et (re)dénudé. Ce travail entend analyser à la fois l’intervention du pouvoir dans la représentation du corps nu dans l’iconographie et les facteurs qui changent constamment le regard sur cette iconographie dans le contexte historique, culturel, ethnique, économique et politique de Taïwan au cours du XXème siècle.

Soutenance de thèse: Pauline Cherrier, « Entre Japon et Brésil. Identités décalées »

Le vendredi 10 décembre 2010 à 14 heures, en Salle du Conseil de l’Institut d’études politiques de Lyon, Pauline Cherrier soutiendra sa thèse de doctorat en science politique, « Entre Japon et Brésil. Identités décalées ».

Cette thèse a été préparée sous la direction des Professeurs Bernard Lamizet et Eric Seizelet dans le cadre de l’Institut d’Asie orientale.

Le jury sera composé des Professeurs Tozawa Hidenori (Université de Tôhoku, Japon), Ônishi Hitoshi (Université de Tôhoku, Japon), Bernard Lamizet (Institut d’études politiques de Lyon, directeur), François Laplantine (Professeur émérite, Université Lyon 2), Eric Seizelet (Université Paris 7, co-directeur), Maria Thereza Strongoli(Universidade Federal de Goiàs, Brésil), Dominique Vidal (Université Paris 7).

Source: Blog des doctorants