Nouvelle publication : Le cheval à trois jambes

cheval-a-trois-jambesDans Le cheval à trois jambes, anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Angel Pino et Isabelle Rabut et qui vient de paraître aux éditions You-Feng, Marie Laureillard a traduit la nouvelle « La mère qui fuyait » de Guo Songfen.

Résumé : En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut,
et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Source : http://www.librairielephenix.fr/livres/le-cheval-trois-jambes-9782842797584.html

Soutenance de thèse : Lee Ju-ling

Le 5 mai 2014 à 14h, Lee Ju-ling soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : La nudité dans l’image : pouvoir et représentations du corps à Taïwan (1895-1987). Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Christian Henriot dans le cadre de l’Institut d’Asie Orientale. La soutenance aura lieu à l’Institut Française de l’Éducation (IFÉ) situé dans le site de l’ENS de Lyon (site R. Descartes).

Résumé :  Cette étude au croisement de l’histoire et des études visuelles porte sur le corps et l’iconographie du nu à Taïwan à deux périodes : la colonisation japonaise (1895-1945) et la période du GMD jusqu’à la levée de la Loi martiale (1945-1987). Elle examine le lien entre la représentation du corps, l’iconographie du nu et l’intervention du pouvoir (re)formé dans la transformation de la société taïwanaise dans les deux périodes. L’influence mutuelle entre ces trois éléments transforme les pratiques corporelles des habitants de l’île, leur perception vis-à-vis de leur propre corps, ainsi que leur regard sur l’iconographie du nu. De la manipulation du colonisateur japonais sur la production et la publication d’images de nu à la domination autoritaire du GMD sur la culture, influencé en même temps par la culture et les valeurs occidentales depuis le début du XXème siècle, le corps des habitants de Taïwan représenté dans l’iconographie est continuellement (re)habillé et (re)dénudé. Ce travail entend analyser à la fois l’intervention du pouvoir dans la représentation du corps nu dans l’iconographie et les facteurs qui changent constamment le regard sur cette iconographie dans le contexte historique, culturel, ethnique, économique et politique de Taïwan au cours du XXème siècle.

10e congrès européen d’études taiwanaise et réunion annuelle de l’Association Européenne d’Etudes Taiwanaises

Affiche_ConferenceTaiwan_2013
Ce congrès est composé d’une journée doctorale francophone sur Taiwan organisée par l’Association française d’études taiwanaises et le congrès annuel de EATS. Ateliers : Taiwan’s security; MA panel; Economic integration and trade across the Taiwan Strait; Small islands, big issues: Taiwan and Ireland in comparison; Taiwan’s non-Aboriginal literature; Migrations and new members; Religious Issues in Taiwan; ; Indigenous literature; New perspectives on Taiwan’s international relations; Media industries; Cross-Strait politics since the 2012 elections; Crafting new political spaces and visibilities; Cultural flows; Taiwan history; Environmental issues and tourism; Taiwan’s domestic politics: a neighbouring context; Economic Integration and trade across the Taiwan strait; Historical geopolitics of Taiwan.

Contact : stephane.corcuff@ens-lyon.fr
[Affiche] [Programme]

Les Cafés Géo de Lyon

Les Cafés Géo de Lyon ont accueilli, le 23 janvier 2013, à 18h, Stéphane Corcuff, Maître de conférences à Sciences-Po Lyon et chercheur à l’Institut d’Asie Orientale, pour une conférence intitulée « Les frontières de Taiwan, des frontières pas comme les autres ».

Cette présentation a fait écho à une série d’articles écrits par Stéphane Corcuff en 2005-2006 et à nouvel article publié en 2012. La série de 2005-2006, publiée en trois volets dans Monde chinois et intitulée « Taiwan existe-t-elle ? », a donné lieu à une version électronique, remaniée et cartographiée, intitulée « Taiwan : naissance des frontières d’une démocratie insulaire », publiée sur le site Géoconfluences (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/etpays/Chine/ChineScient6.htm). En 2012, Stéphane Corcuff a conclu dans un article en anglais publié par la LSE dans la revue Taiwan in Comparative Perspective (vol. 4) un travail tentant de caractériser la nature des relations Chine Taiwan sur le temps long géopolitique, caractérisant cette relation comme celle d’une forme de « liminalité géopolitique et discursive de Taiwan vis-à-vis de la Chine » : http://www2.lse.ac.uk/asiaResearchCentre/countries/taiwan/TaiwanProgramme/Journal/volume4.aspx

Géoconfluences, créé et développé à l’ENS de Lyon à la demande du Ministère de l’éducation nationale, est un site géré dans le cadre de l’UMR Environnement-Ville-Société, unité avec laquelle notre collègue est engagé en coopération de plusieurs manières (rédaction d’articles, réalisation de cartographie). La série de 2005-2006 et l’article sur Géoconfluences tentent d’éclaircir les délicates questions croisées de la souveraineté, du statut juridique et des frontières du régime politique dirigeant Taiwan depuis l’après guerre. Quant à l’article de 2012, ce travail théorique aborde la construction du sujet géopolitique, propose une translation dans le champ de la géopolitique du concept de liminalité, à l’origine anthropologique, et développe la notion de « géopolitique des valeurs » sur laquelle Stéphane Corcuff a déjà publié un chapitre de son dernier livre, 中華鄰國。臺灣閾境性 (Voisin de la Chine, la liminalité de Taiwan), publié à Taipei en novembre 2011.

La présentation au Café Géo a fait la synthèse de ces différentes dimensions du problème : origine du conflit de souveraineté entre la République populaire de Chine et la République de Chine à Taiwan, statut international de Taiwan, frontières entre les deux, construction politique des discours d’appartenance et sur l’histoire, en inscrivant l’analyse dans les développements des relations entre les deux rives depuis 2008, année du retour du Kuomintang, devenu nettement plus disposé à dialoguer avec la Chine.

Une synthèse de l’intervention est publiée sur le site national des cafés géo : http://cafe-geo.net/article.php3?id_article=2603