Conférence : Toru YOSHIDA

Le jeudi 22 mars à 11h, Sciences Po Lyon, grand amphithéâtre, conférence du professeur Toru Yoshida, Comment le Japon est devenu “gouvernable” ? Aux sources de sa transformation politique après la guerre froide.

Avec une approche néo-institutionaliste, l’intervention expose l’évolution de la vie politique japonaise et de sa posture internationale depuis les années 90, en soulignant notamment les deux réformes importantes entreprises dans le domaine politique et administratif, démontrant que la politique japonaise se fond dans la grande tendance des démocraties occidentales.

Toru Yoshida est professeur en sciences politiques à l’Université de Hokkaido et chercheur associé à la Fondation France Japon de l’EHESS. Ses recherches portent sur les politiques japonaises et européennes dans une approche comparative, en particulier sur le leadership politique et les partis politiques. Il mène actuellement ses recherches sur les partis populistes au Japon et en Europe dans une approche comparative.

De Rama X à Akihito : les derniers monarques asiatiques

Hommage au roi thaïlandais Bhumibol Adulyadej mort le 13 octobre 2016, à Bangkok. Crédits : LILLIAN SUWANRUMPHA

Le 6 février 2018, Franck Michelin, professeur à la Teikyo University (Tokyo), chercheur associé de l’IAO, intervient dans l’émission de Florian Delorme « Les monarchies modernes » sur France Culture.

« En octobre dernier, un an après la mort du roi de Thaïlande, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant le palais royal à Bangkok pour rendre hommage au monarque Bhumibol Adulyadej. Des funérailles grandioses, à la hauteur de la dévotion du peuple pour ce souverain qui régnait depuis 70 ans.

Dans un pays régulièrement frappé par les coups d’Etat militaires – 19 tentatives dont 12 réussies en moins d’un siècle -, la mort du roi Bhumibol ouvre une nouvelle période d’instabilité et réveille les craintes de nouvelles tensions entre défenseur de la monarchie et partisans de la démocratie.

En 2014, le Premier ministre Yingluck Shinawatra, élue trois ans plus tôt, était renversée par un putsch militaire, qui a propulsé le général Prayut Chan-ocha à la tête de l’ancien royaume de Siam devenue une monarchie parlementaire dans les années 30.

Depuis cette date, les élections n’ont cessé d’être repoussées, le prochain scrutin législatif a été fixé au mois de novembre 2018.

Alors, face à une armée qui s’est peu à peu attribuée le rôle de défenseur de la monarchie, quel rôle le nouveau souverain Rama X peut-il jouer ? »

Plus information sur France Culture
Lien vers l’émission

© Source photo : Hommage au roi thaïlandais Bhumibol Adulyadej, mort le 13 octobre 2016, à Bangkok – Crédits : LILLIAN SUWANRUMPHA – AFP

Japon, vers la fin d’une constitution pacifique ?

People wave national flags to celebrate the 84th birthday of Japanese Emperor Akihito at the Imperial Palace in Tokyo on December 23, 2017.
Japan’s Emperor Akihito, who plans to abdicate in 2019, made an appearance to mark his 84th birthday, celebrated as a holiday across the country. / AFP PHOTO / Toru YAMANAKA

Troisième puissance mondiale, le Japon a la particularité de ne pas avoir d’armée à proprement parler depuis 1947. Le Premier ministre Shinzo Abe, au pouvoir depuis 2012, souhaite restaurer la souveraineté du pays en modifiant la Constitution. Alors faut-il vraiment craindre une remilitarisation du Japon ?

Arnaud Nanta est intervenu à l’émission « Un monde en docs » sur la chaîne Public Sénat, à propos de la politique du Premier ministre Abe et pour commenter le documentaire « Japon, la tentation nationaliste » du réalisateur Kenichi Watanabe.

L’émission est visionnable au lien suivant : https://www.publicsenat.fr/emission/un-monde-en-docs/faut-il-craindre-une-remilitarisation-du-japon-81099

Et on pourra lire un article-résumé au lien suivant : https://www.publicsenat.fr/article/politique/japon-vers-la-fin-d-une-constitution-pacifique-81954

source photo : Public Sénat

Laurent Gédéon : Le Vietnam, une géopolitique complexe

Jeudi 25 janvier à 19h30

Localisation : L’Isle d’Abeau

Adresse : Auditorium Jean Carrière à la CAPI, 17 Avenue du Bourg

En dépit de fortes interactions politiques et économiques, les relations entre la Chine et le Vietnam restent aujourd’hui encore empruntes d’ambiguïtés liées au poids de l’histoire. La montée en puissance de la RPC représente en effet une source d’inquiétude pour les Vietnamiens pour lesquels ce pays a représenté une menace séculaire. La persistance des revendications vietnamiennes sur une partie des espaces maritimes et insulaires de la mer de Chine méridionale aiguise en outre la rivalité entre Hanoi et Pékin. Cette situation pousse le Vietnam à développer différentes stratégies afin de renforcer sa position et de rééquilibrer l’asymétrie diplomatique et militaire qu’il connaît face à son voisin.

Laurent Gédéon : Maître de conférences en géopolitique à l’Université catholique de Lyon. Chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO) et à l’ENS de Lyon.
Renseignements: up@capi38.fr ou 04.74.96.78.88

Source : Médiathèque CAPI

Séminaire de l’IAO : Jean Baffie

Jeudi 9 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« L’armée thaïlandaise, “jouer” à la politique (เล่นการเมือง) plutôt que faire la guerre (ทำสงคราม) »

Jean Baffie (CNRS) est socio-anthropologue spécialiste de la Thaïlande à l’Institut de Recherches Asiatiques (Aix-Marseille).

Résumé : Institution récente – dans sa forme moderne, elle ne date que du début du 20e siècle –, l’armée thaïlandaise a réussi à accumuler un important capital de prestige, sans jamais être sortie totalement victorieuse d’un conflit. Elle a pu permettre la promotion d’une élite proprement thaïe face à une classe d’entrepreneurs presque entièrement chinoise. En dépit de cas bien connus, elle garde une image relativement propre, dans un pays où la corruption est endémique. Ces éléments contribuent à expliquer un rôle politique ancien et persistant.

Séminaire de l’IAO : Thierry Guthmann

seminaireiao_2017_02_02« Le Nationalisme politique au Japon : le gouvernement d’Abe Shinzô et la Nippon kaigi« 

Jeudi 2 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Thierry Guthmann, professeur à l’université de Mie (Japon) et chercheur associé à l’IAO

Résumé : En 2016, au Japon, pas moins de six ouvrages ont été consacrés à la Nippon kaigi et aux liens étroits que cette organisation nationaliste entretient avec le gouvernement dirigé par Abe Shinzô. Quelles sont les origines de cette organisation ? Quelles sont les forces qui la structurent et l’animent ? En quoi consiste son idéologie ? Quelle est l’intensité des liens unissant la Nippon kaigi avec le Parti libéral démocrate ? Quels sont ses modes d’action ? Les réponses apportées à toutes ces questions permettront de dresser un état des lieux exhaustif du nationalisme politique dans le Japon d’aujourd’hui.

Colloque Fukushima + 3 : le politique après la catastrophe

Colloque Fukushima

Du 3 avril 2014 au 4 avril 2014, colloque Fukushima + 3 : le politique après la catastrophe, organisé par Alain-Marc Rieu (IAO) et Claire Dodane (IETT).

Lieu(x) :
Université Jean Moulin Lyon 3 :
3 avril 2014 : 14h – 18h en salle La rotonde (4ème), 18 rue Chevreul, 69007 Lyon
4 avril 2014 : 9h – 17h dans l’amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

La catastrophe de Fukushima est nucléaire, mais elle est tout autant institutionnelle, philosophique et épistémologique. Le sens de Fukushima dans l’histoire mondiale, son impact sur la pensée politique et sociale, ne sont pas encore pleinement explorés. Cette catastrophe met en cause les bases mêmes de ce qui est communément nommé « modernité ».

L’objectif est de dresser un bilan des interprétations de cet événement en associant divers chercheurs japonais en épistémologie et en philosophie sociale et politique.

Les analyses menées au Japon tournent autour de l’idée de « société civile ». Cette idée désigne par delà les institutions et les idéologies, l’expérience, les initiatives et les résistances, les exigences d’un peuple trahi. Elle suppose l’existence d’une société vivante et active, oubliée ou refoulée, ouvrant la possibilité d’une refonte institutionnelle.

Le but est de savoir comment une « société civile » peut jouer le rôle qu’on en attend, comment elle est définie et conçue, comment elle peut être redéfinie, soutenue et renforcée afin de reformuler la fonction politique aujourd’hui.

Voilà pourquoi, au-delà de la catastrophe qui le frappe, le cas du Japon concerne en fait tous les pays en situation de crise systémique.

Programme [PDF]
Colloque est public, dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire : email.iett@gmail.com
Contact : claire.dodane@wanadoo.fr

Shintô et politique dans le Japon contemporain

Thierry Guthmann, chercheur associé à l’Institut d’Asie orientale (CNRS),  vient de publier  un nouvel ouvrage intitulé Shintô et politique dans le Japon contemporain.

À partir de l’ère Meiji, et jusqu’à la fin du second conflit mondial, le shintô d’État, avec l’empereur comme figure de proue, domina la société japonaise. Les Américains, qui occupèrent le Japon jusqu’en 1952, y effectuèrent un grand nombre de réformes en vue de la démocratisation du pays et, parmi celles-ci, ils s’employèrent à démanteler le shintô d’État. Cependant l’entreprise de destruction ne fut pas complète. En effet, si la souveraineté populaire fut clairement établie, l’institution impériale ne fut pas abolie et le sanctuaire Yasukuni, clef de voûte de l’édifice politico-religieux d’avant-guerre, même s’il fut transformé en une institution religieuse privée, existe toujours.

Or, depuis la fin des années 1990, l’idéologie héritée du shintô d’État effectue un retour en force dans le cadre duquel les pèlerinages au sanctuaire Yasukuni de l’ancien Premier ministre, Koizumi Jun’ichirô, ne constituent que les manifestations les plus évidentes. Le Japon est-il pour autant en train de s’engager à nouveau dans la voie du nationalisme et du culte impérial ?

À travers l’analyse approfondie de l’idéologie du principal lobby shintô du Japon contemporain et des relations que celui-ci entretient avec les conservateurs du Parti libéral démocrate, cet ouvrage se propose de répondre à cette interrogation.

Il ne s’agit cependant pas d’une simple monographie puisque l’autre ambition de ce livre est, par une mise en perspective avec les cas américain et français, de proposer un modèle théorique rendant compte des liens pouvant exister entre religion et politique dans les démocraties contemporaines.

Pour commander l’ouvrage :  http://www.editions-harmattan.fr

Plus infos …