Séminaire de l’IAO : Jean Baffie

Jeudi 9 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« L’armée thaïlandaise, “jouer” à la politique (เล่นการเมือง) plutôt que faire la guerre (ทำสงคราม) »

Jean Baffie (CNRS) est socio-anthropologue spécialiste de la Thaïlande à l’Institut de Recherches Asiatiques (Aix-Marseille).

Résumé : Institution récente – dans sa forme moderne, elle ne date que du début du 20e siècle –, l’armée thaïlandaise a réussi à accumuler un important capital de prestige, sans jamais être sortie totalement victorieuse d’un conflit. Elle a pu permettre la promotion d’une élite proprement thaïe face à une classe d’entrepreneurs presque entièrement chinoise. En dépit de cas bien connus, elle garde une image relativement propre, dans un pays où la corruption est endémique. Ces éléments contribuent à expliquer un rôle politique ancien et persistant.

Séminaire de l’IAO : Thierry Guthmann

seminaireiao_2017_02_02« Le Nationalisme politique au Japon : le gouvernement d’Abe Shinzô et la Nippon kaigi« 

Jeudi 2 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Thierry Guthmann, professeur à l’université de Mie (Japon) et chercheur associé à l’IAO

Résumé : En 2016, au Japon, pas moins de six ouvrages ont été consacrés à la Nippon kaigi et aux liens étroits que cette organisation nationaliste entretient avec le gouvernement dirigé par Abe Shinzô. Quelles sont les origines de cette organisation ? Quelles sont les forces qui la structurent et l’animent ? En quoi consiste son idéologie ? Quelle est l’intensité des liens unissant la Nippon kaigi avec le Parti libéral démocrate ? Quels sont ses modes d’action ? Les réponses apportées à toutes ces questions permettront de dresser un état des lieux exhaustif du nationalisme politique dans le Japon d’aujourd’hui.

Colloque Fukushima + 3 : le politique après la catastrophe

Colloque Fukushima

Du 3 avril 2014 au 4 avril 2014, colloque Fukushima + 3 : le politique après la catastrophe, organisé par Alain-Marc Rieu (IAO) et Claire Dodane (IETT).

Lieu(x) :
Université Jean Moulin Lyon 3 :
3 avril 2014 : 14h – 18h en salle La rotonde (4ème), 18 rue Chevreul, 69007 Lyon
4 avril 2014 : 9h – 17h dans l’amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

La catastrophe de Fukushima est nucléaire, mais elle est tout autant institutionnelle, philosophique et épistémologique. Le sens de Fukushima dans l’histoire mondiale, son impact sur la pensée politique et sociale, ne sont pas encore pleinement explorés. Cette catastrophe met en cause les bases mêmes de ce qui est communément nommé « modernité ».

L’objectif est de dresser un bilan des interprétations de cet événement en associant divers chercheurs japonais en épistémologie et en philosophie sociale et politique.

Les analyses menées au Japon tournent autour de l’idée de « société civile ». Cette idée désigne par delà les institutions et les idéologies, l’expérience, les initiatives et les résistances, les exigences d’un peuple trahi. Elle suppose l’existence d’une société vivante et active, oubliée ou refoulée, ouvrant la possibilité d’une refonte institutionnelle.

Le but est de savoir comment une « société civile » peut jouer le rôle qu’on en attend, comment elle est définie et conçue, comment elle peut être redéfinie, soutenue et renforcée afin de reformuler la fonction politique aujourd’hui.

Voilà pourquoi, au-delà de la catastrophe qui le frappe, le cas du Japon concerne en fait tous les pays en situation de crise systémique.

Programme [PDF]
Colloque est public, dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire : email.iett@gmail.com
Contact : claire.dodane@wanadoo.fr

Shintô et politique dans le Japon contemporain

Thierry Guthmann, chercheur associé à l’Institut d’Asie orientale (CNRS),  vient de publier  un nouvel ouvrage intitulé Shintô et politique dans le Japon contemporain.

À partir de l’ère Meiji, et jusqu’à la fin du second conflit mondial, le shintô d’État, avec l’empereur comme figure de proue, domina la société japonaise. Les Américains, qui occupèrent le Japon jusqu’en 1952, y effectuèrent un grand nombre de réformes en vue de la démocratisation du pays et, parmi celles-ci, ils s’employèrent à démanteler le shintô d’État. Cependant l’entreprise de destruction ne fut pas complète. En effet, si la souveraineté populaire fut clairement établie, l’institution impériale ne fut pas abolie et le sanctuaire Yasukuni, clef de voûte de l’édifice politico-religieux d’avant-guerre, même s’il fut transformé en une institution religieuse privée, existe toujours.

Or, depuis la fin des années 1990, l’idéologie héritée du shintô d’État effectue un retour en force dans le cadre duquel les pèlerinages au sanctuaire Yasukuni de l’ancien Premier ministre, Koizumi Jun’ichirô, ne constituent que les manifestations les plus évidentes. Le Japon est-il pour autant en train de s’engager à nouveau dans la voie du nationalisme et du culte impérial ?

À travers l’analyse approfondie de l’idéologie du principal lobby shintô du Japon contemporain et des relations que celui-ci entretient avec les conservateurs du Parti libéral démocrate, cet ouvrage se propose de répondre à cette interrogation.

Il ne s’agit cependant pas d’une simple monographie puisque l’autre ambition de ce livre est, par une mise en perspective avec les cas américain et français, de proposer un modèle théorique rendant compte des liens pouvant exister entre religion et politique dans les démocraties contemporaines.

Pour commander l’ouvrage :  http://www.editions-harmattan.fr

Plus infos …