Séminaire de l’IAO : Adrienne Sala

Vendredi 27 avril 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Le rôle des avocats dans la construction des problèmes publics au Japon »

Adrienne Sala est ATER à Sciences Po Lyon, rattachée à l’IAO.

Résumé : Cette présentation propose de questionner la force réformatrice du droit à travers son usage par les avocats dans le cas du Japon. Nous analyserons l’acquisition de ressources (financière, humaine et sociale), de savoir-faire et d’expertise par ces professionnels du droit pour construire et défendre une cause, articulée à l’organisation d’actions collectives et de mouvements sociaux. Dans la continuité de nos précédents travaux, nous nous intéresserons plus particulièrement aux actions de quelques avocats engagés pour défendre les victimes de mort par surmenage (karōshi 過労死), aux avancées législatives obtenues ainsi qu’aux limites dans les réformes structurelles.

Conférence : Toru YOSHIDA

Le jeudi 22 mars à 11h, Sciences Po Lyon, grand amphithéâtre, conférence du professeur Toru Yoshida, Comment le Japon est devenu “gouvernable” ? Aux sources de sa transformation politique après la guerre froide.

Avec une approche néo-institutionaliste, l’intervention expose l’évolution de la vie politique japonaise et de sa posture internationale depuis les années 90, en soulignant notamment les deux réformes importantes entreprises dans le domaine politique et administratif, démontrant que la politique japonaise se fond dans la grande tendance des démocraties occidentales.

Toru Yoshida est professeur en sciences politiques à l’Université de Hokkaido et chercheur associé à la Fondation France Japon de l’EHESS. Ses recherches portent sur les politiques japonaises et européennes dans une approche comparative, en particulier sur le leadership politique et les partis politiques. Il mène actuellement ses recherches sur les partis populistes au Japon et en Europe dans une approche comparative.

Séminaire de l’IAO : Jean-Michel Butel

Vendredi 23 mars 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« La réécriture des histoires locales dans le Japon moderne : le cas de l’île de Hachijô »

Jean-Michel Butel, Ethnologue du Japon, maître de conférences à l’INALCO

Résumé : Hachijô-jima est une petite île du Pacifique administrée par la Métropole de Tokyo. Le récit le plus officiel de son histoire a été élaboré localement à partir du milieu du 19e siècle, revu par les fonctionnaires de Meiji, puis avalisé par les ethnologues au 20e siècle. Le discours concernant l’île est ainsi issu d’un long processus de validation par différentes autorités : politiques, administratives, policières, scientifiques, et est allé de pair avec de nombreux oublis mémoriels. Cette conférence tentera de montrer comment l’enquête ethnologique peut être efficace dans l’analyse des mécanismes de construction de l’histoire et des rapports de l’Etat japonais moderne à ses régions.

Japon, vers la fin d’une constitution pacifique ?

People wave national flags to celebrate the 84th birthday of Japanese Emperor Akihito at the Imperial Palace in Tokyo on December 23, 2017.
Japan’s Emperor Akihito, who plans to abdicate in 2019, made an appearance to mark his 84th birthday, celebrated as a holiday across the country. / AFP PHOTO / Toru YAMANAKA

Troisième puissance mondiale, le Japon a la particularité de ne pas avoir d’armée à proprement parler depuis 1947. Le Premier ministre Shinzo Abe, au pouvoir depuis 2012, souhaite restaurer la souveraineté du pays en modifiant la Constitution. Alors faut-il vraiment craindre une remilitarisation du Japon ?

Arnaud Nanta est intervenu à l’émission « Un monde en docs » sur la chaîne Public Sénat, à propos de la politique du Premier ministre Abe et pour commenter le documentaire « Japon, la tentation nationaliste » du réalisateur Kenichi Watanabe.

L’émission est visionnable au lien suivant : https://www.publicsenat.fr/emission/un-monde-en-docs/faut-il-craindre-une-remilitarisation-du-japon-81099

Et on pourra lire un article-résumé au lien suivant : https://www.publicsenat.fr/article/politique/japon-vers-la-fin-d-une-constitution-pacifique-81954

source photo : Public Sénat

Journée d’études – Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain

25 novembre 2017 à 13h30, salle 3.03, INALCO, lors de la Journée d’études – Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain, Arnaud Nanta, Chargé de recherche CNRS, membre de l’IAO donnera la conférence « Les études en anthropologie raciale en Corée colonisée : La défense des « origines communes nippo-coréennes » contre l’autochtonisme et le courant eugéniste (1916-1940) »

La Corée colonisée (1905-1945) vit se déployer sous l’égide du Japon des savoirs visant à la compréhension de la société de « la péninsule », dans un objectif à la fois académique mais aussi de légitimation du pouvoir japonais. Au sein de ce dispositif, la question de la saisie, de la compréhension et du classement des corps – qui avait d’abord constitué une obsession nationale au Japon comme en Europe – s’imposa comme l’une des grandes préoccupations des savants coloniaux. Ainsi les trois chaires d’anatomie de l’Université impériale de Keijō (Seoul), fondée en 1924, incluaient-elles deux chaires d’anthropologie physique, une configuration inédite au sein des universités d’État japonaises. Ses responsables s’efforcèrent de démontrer la validité de la théorie des « origines communes entre Japonais et Coréens » au moyen de la biologie, théorie qui avait servi depuis 1910 à légitimer l’annexion par une « proximité de race » entre conquérants et conquis. Cependant, l’entre-deux-guerres allait voir la montée d’un discours ethniciste porté par le nouveau courant eugéniste. Et celui-ci de s’opposer à tout rapprochement entre le « peuple japonais » saisi comme pur et les populations colonisées. La second moitié des années 1930 et la période de guerre virent un affrontement entre deux visions opposées du Japon, entre empire ou peuple réethnicisé.

Consulter le Programme de la journée d’études

Vies Suspendues – Cinéma Documentaire et Débat Public

14 novembre 2017 à 19h, ENS de Lyon – Amphi Descartes, projection du film « La terre abandonnée » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de Kurumi SUGITA, Chercheuse associée de l’Institut d’Asie Orientale à l’ENS de Lyon, Fondatrice de l’association Nos Voisins Lointains 3.11 et ROMAIN J. Garcier, Maître de conférences en géographie à l’ENS de Lyon.

Depuis la catastrophe de Fukushima, de nombreux documentaires produisent des images au plus près des habitants qui ont façonné ce paysage millénaire. Malgré la contamination avérée, l’évidence de perpétuer leur présence sur le territoire l’emporte sur le déracinement imposé.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/14-novembre-19h

Séminaire de l’IAO : Cléa Patin

Jeudi 5 octobre 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

« Investissements boursiers, fonciers et artistiques : un mélange explosif sur le marché de l’art au Japon ? Le cas de la « bulle spéculative » »

Cléa Patin est maître de conférences à l’université Lyon 3. Spécialiste de sociologie de l’art et des industries culturelles, sa thèse de doctorat reçu le prix Shibusawa-Claudel 2013.

Résumé : « Le Japon va tout racheter ! ». Les observateurs occidentaux se sont plaints pendant la seconde moitié des années 1980 du départ des chefs-d’œuvre européens vers l’archipel. Cette « bulle spéculative » a modifié en profondeur la structure du marché de l’art. Les années 1987-1989 ont vu s’opérer un élargissement spectaculaire du socle des acheteurs, qui ont perçu dans l’investissement artistique un moyen de diversifier leur activité, voire de mener des opérations peu licites à des fins de refinancement ou d’évasion fiscale. Pourtant, comme on le verra, la récession n’a pas manqué de les rattraper au début des années 1990, entraînant faillites et scandales en chaîne, ainsi que le reflux massif des œuvres – pour la majeure partie dans leurs pays d’origine.

Dictionnaire historique du Japon – nouvelle revue en ligne sur Persée

Dictionnaire historique du Japon est désormais consultable en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

Le Dictionnaire historique du Japon, publié par la Maison franco-japonaise entre 1963 et 1995, en 20 fascicules, s’appuie sur les travaux d’historiens japonais, réunis dans un comité de rédaction (présidé successivement par MM. IWAO Seiichi, IYANAGA Teizô et ISHII Susumu). C’est un ouvrage de référence unique en son genre en langue occidentale. Il est divisé en 23 grands thèmes, eux-mêmes scindés en sous-thèmes : « Périodisation, calendrier », « Préhistoire et protohistoire », « Institutions politiques », « Fiscalité et système des terres », « Législation, justice et police », « Maison impériale », « Guerriers », « Affaires militaires et guerres », « Guerres civiles, troubles et incidents », « Relations extérieures et diplomatie », « Pays étrangers », « Géographie », « Agriculture, productions, industrie », « Commerce communications et moyens de transport, économie et finances, monnaie », « Religions, croyances populaires, célébrations, mythologie », « Enseignement, écoles de pensée », « Sciences et médecine », « Arts et beaux-arts, théâtre et musique », « Archives, historiographie, diplomatique », « Langues », « Littérature », « Édition, presse » et « Société ».

Ce dictionnaire s’appuie sur des ouvrages scientifiques japonais reconnus par le milieu académique, en particulier le Nihon-shi shôjiten (Petit dictionnaire de l’histoire japonaise) de SAKAMOTO Tarô (Éditions Yamakawa, 1953 ; nombreuses rééditions postérieures) et une dizaine d’autres publications majeures.

Carrefour des sciences sociales ENS Lyon – EHESS

Organisé conjointement par l’EHESS et l’ENS Lyon, le « carrefour des sciences sociales » entend proposer chaque année six conférences-débats sur des questions qui sont au centre des recherches actuelles en sciences sociales. Ces rencontres et associeront des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’EHESS et de l’ENS Lyon qui aborderont un thème précis suivant une approche pluridisciplinaire. Elles seront ouvertes aux étudiantes et étudiants (licence, master, doctorat) qui seront invité.e.s à participer aux discussions.

Séance du jeudi 4 mai 2017 : « Économie et spiritualité en Asie orientale »
Salle F. 001 – 17 h-19 h.

Présentation et débats animés par Jacques Chiffoleau (historien, EHESS)

Jean-Pascal Bassino (économiste, ENS Lyon) : « Les entrepreneurs de services spirituels et la spiritualité des entrepreneurs au Japon du milieu du XIXe siècle à nos jours »

Rémy Madinier (historien, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) : « La marchandisation de l’islam en Asie du Sud-Est : un post islamisme ? »

Alors que différents travaux récents en histoire économique invitent à revisiter l’hypothèse wébérienne concernant l’influence des institutions, valeurs et doctrines religieuses sur les comportements économiques en Europe depuis l’époque moderne (parmi ces travaux, mentionnons Anderson et al. 2016), le lien entre spiritualité et économie ne fait l’objet d’aucune discussion dans le débat sur la grande divergence entre l’Asie et l’Europe depuis l’époque moderne. À titre d’exemple, les termes « spiritualité » et « religion » ne sont pas mentionné dans l’ouvrage de K. Pomeranz (2000).

L’anthropologie, l’économie et l’histoire des religions ont paradoxalement peu étudié l’Asie orientale,, malgré l’importance des travaux philologiques sur le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoïsme au sein des études asiatiques, depuis leur apparition au XIXe siècle. Le terme de spiritualité apparaît du reste plus pertinent que celui de religion pour analyser ces phénomènes : en effet, la demande sociale s’adresse à des individus ou des institutions proposant une expérience spirituelle compatible avec le syncrétisme traditionnel de ces sociétés, y compris dans les régions où le christianisme ou l’islam sont dominants. Dans certaines sociétés d’Asie orientale, les notions de sacré et de divinité sont du reste absentes.

La demande portant sur des services spirituels n’a pas fait l’objet d’une évaluation quantitative mais les descriptions du XIXe et début XXe indiquent clairement qu’elles représentaient une part des dépenses publiques et privées au moins équivalente à ce qui était alors observé en Europe et en Amérique du Nord. La tendance récente se caractérise par une nette augmentation de la demande des ménages et sa sophistication. On peut noter en outre que les entrepreneurs qui ont été à l’origine du miracle économique de l’Asie de l’Est au milieu et à la fin du XXe siècle n’ont pas été mus par un comportement d’optimisation purement économique. Leurs motivations, et celles de leurs salariés, ont relevé de considérations spirituelles qui ont été largement ignorées ou minorées.

Ce sont quelques-unes de ces questions que la deuxième séance du « carrefour des sciences sociales » souhaiterait examiner en confrontant les points de vue de chercheuses et de chercheurs ayant des ancrages disciplinaires spécifiques.

Bibliographie indicative

B. Andersen, J. Bentzen, C. J. Dalgaard, & P. Sharp , « Pre‐Reformation Roots of the Protestant Ethic », The Economic Journal, 2016 (http://wrap.warwick.ac.uk/59222/1/WRAP_137_2013_andersen.pdf)

Johan Fischer, Proper Islamic Consumption : Shopping among the Malays in Modern Malaysia, Copenhague, NIAS, 2008.

Rémy Madinier, « Du phalanstère au marché de niche : genèse et évolution de l’immobilier islamique indonésien », Archives des sciences sociales des religions, n° 175, 2016, p. 111-134.

Gwenaël Njoto-Feillard, L’islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, IISMM-Karthala, 2012

Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China. Europe, and the making of the modern world economy. Princeton University Press, 2000

Daromir Rudnyckyj, Spiritual economies : Islam, globalization and the afterlife of development, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2010.

Colloque international – Droit Japonais, droit français, quelle réforme ?

17 mars 2017 – Sciences-po Lyon, salle du conseil
18 mars 2017 – ENS de Lyon, Site Descartes – salle du conseil

Cette conférence internationale est consacrée au dialogue entre juristes japonais, français et allemands, plus particulièrement sous l’angle de la réforme juridique.

Le Japon et la France ont fait le choix d’un système juridique codifié. Si un tel système a pour avantage la stabilité, il a pour inconvénient une certaine résistance à l’évolution des sociétés. La survie de la codification dépend de sa réforme. Or, mal conduite, elle porte en germe la défiance à l’égard de l’ensemble du droit même, en tant que régulateur structurel et elle peut aboutir à l’instabilité sociale.

Un vaste questionnement survient alors : qui ? comment ? pourquoi ? Qui peut ou doit réformer ? Comment réformer tout en préservant les fondements de l’édifice, comment adapter sans dénaturer, comment intégrer les nouvelles règles, dans quel but réformer, comment adhérer aux besoins de la société, quelles méthodes, quelle évaluation ? etc.

En droit privé positif, la réforme est omniprésente : en droit des obligations, des personnes, des sociétés, social… en droit national comme international. Une dimension particulière du mouvement contemporain est son interdépendance essentielle avec la mondialisation juridique.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Renseignements :
http://droitjaponais.wordpress.com/
http://droitjaponais.sciencesconf.org/
beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Programme

Séminaire de l’IAO : ITO Yôichi

« Un aspect de la réception des modèles occidentaux dans le Japon d’avant 1945 : l’organisation des établissements d’enseignement supérieur et l’enseignement de droit »

ITO Yôichi, professeur de droit européen, faculté de Droit de l’université de Tokyo

Lundi 13 mars 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : L’organisation de facultés de droit constitue l’un des aspects importants de la mise en place de structures de type occidental au Japon durant l’ère Meiji, à partir du dernier tiers du 19e siècle. La présente conférence traitera de l’évolution du système d’enseignement supérieur du droit dans le Japon d’avant 1945, afin d’en saisir l’histoire mais aussi pour tenter d’éclairer les caractéristiques des actuelles universités japonaises. On essaiera aussi de saisir la tension existant entre vocation scientifique et formation professionnelle de l’enseignement du droit depuis l’époque de l’École de droit – fondée en 1873 par le ministère de la Justice et où enseignait Boissonade -, tension récurrente au Japon comme en France.

Soutenance HDR : Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, chargé de recherche première classe au CNRS, en poste à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon, chercheur associé au Centre de recherches sur la Corée, soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’université Paris-Diderot, le mardi 7 mars à 14 heures, Salle des Thèses (salle 580F, Halle aux Farines, accès par le Hall E, allée paire, ascenseur F).

Son dossier porte sur « Les Sciences humaines et sociales japonaises entre Empire et État-nation » ; et il est accompagné d’un « Mémoire inédit à propos de l’histoire des savoirs coloniaux japonais en Corée colonisée (archéologie, anthropologie biologique, études historiques) et de Sakhaline entre les empires ».

Le jury sera composé de :
Alain Delissen (EHESS)
Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot)
Marie Kim (St-Cloud State University)
Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8)
Pierre François Souyri (Université de Genève)

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement invité(e)s.
La soutenance sera suivie d’un pot.

Un plan d’accès figure au lien suivant : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Séminaire de l’IAO : Marion Cousin

seminaireiao_2017_02_16
« Sur la création d’une nouvelle langue mathématique japonaise pour l’enseignement de la géométrie élémentaire durant l’ère Meiji (1868-1912) »

Marion Cousin, membre de l’IAO, post-doctorante (bourse de la D. Kim foundation).

Jeudi 16 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Durant l’ère Meiji, les mathématiques occidentales sont introduites dans les programmes scolaires, dans le cadre de la politique de modernisation menée par l’État japonais, alors que les connaissances du wasan 和算 (mathématiques traditionnelles japonaises) étaient les seules enseignées jusqu’à la fin de l’époque d’Edo (1600-1868). Cette présentation s’intéressera à l’impact de cette situation sur la langue mathématique employée dans les manuels de géométrie élémentaire. Seront soulignés en particulier les problèmes rencontrés par les enseignants et par les auteurs de manuels afin d’intégrer le discours argumentatif des mathématiques dans la culture scientifique japonaise.

Séminaire de l’IAO : Thierry Guthmann

seminaireiao_2017_02_02« Le Nationalisme politique au Japon : le gouvernement d’Abe Shinzô et la Nippon kaigi« 

Jeudi 2 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Thierry Guthmann, professeur à l’université de Mie (Japon) et chercheur associé à l’IAO

Résumé : En 2016, au Japon, pas moins de six ouvrages ont été consacrés à la Nippon kaigi et aux liens étroits que cette organisation nationaliste entretient avec le gouvernement dirigé par Abe Shinzô. Quelles sont les origines de cette organisation ? Quelles sont les forces qui la structurent et l’animent ? En quoi consiste son idéologie ? Quelle est l’intensité des liens unissant la Nippon kaigi avec le Parti libéral démocrate ? Quels sont ses modes d’action ? Les réponses apportées à toutes ces questions permettront de dresser un état des lieux exhaustif du nationalisme politique dans le Japon d’aujourd’hui.

Festival Kinotayo – 11e festival du cinéma japonais contemporain

festivalkinotayoLes Cinémas Lumière sont heureux d’accueillir la 11ème édition du Festival Kinotayo.

Ce festival sur le cinéma japonais contemporain, vous permet de découvrir 7 films inédits ou en avant-première à Lyon, du 14 au 18 Janvier, dans les salles CNP Terreaux, CNP Bellecour et La Fourmi.

La programmation propose notamment le film d’animation Your Name de Makoto Shinkai, ou encore Harmonium de Koji Fukuda, lauréat du Prix du Jury – Un certain Regard 2016.

Pour plus d’informations : http://cinema-cnp-bellecour.com/festival-kinotayo11e-festival-du-cinema-japonais-contemporain/