Séminaire de l’IAO : Cléa Patin

Jeudi 5 octobre 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

« Investissements boursiers, fonciers et artistiques : un mélange explosif sur le marché de l’art au Japon ? Le cas de la « bulle spéculative » »

Cléa Patin est maître de conférences à l’université Lyon 3. Spécialiste de sociologie de l’art et des industries culturelles, sa thèse de doctorat reçu le prix Shibusawa-Claudel 2013.

Résumé : « Le Japon va tout racheter ! ». Les observateurs occidentaux se sont plaints pendant la seconde moitié des années 1980 du départ des chefs-d’œuvre européens vers l’archipel. Cette « bulle spéculative » a modifié en profondeur la structure du marché de l’art. Les années 1987-1989 ont vu s’opérer un élargissement spectaculaire du socle des acheteurs, qui ont perçu dans l’investissement artistique un moyen de diversifier leur activité, voire de mener des opérations peu licites à des fins de refinancement ou d’évasion fiscale. Pourtant, comme on le verra, la récession n’a pas manqué de les rattraper au début des années 1990, entraînant faillites et scandales en chaîne, ainsi que le reflux massif des œuvres – pour la majeure partie dans leurs pays d’origine.

Dictionnaire historique du Japon – nouvelle revue en ligne sur Persée

Dictionnaire historique du Japon est désormais consultable en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

Le Dictionnaire historique du Japon, publié par la Maison franco-japonaise entre 1963 et 1995, en 20 fascicules, s’appuie sur les travaux d’historiens japonais, réunis dans un comité de rédaction (présidé successivement par MM. IWAO Seiichi, IYANAGA Teizô et ISHII Susumu). C’est un ouvrage de référence unique en son genre en langue occidentale. Il est divisé en 23 grands thèmes, eux-mêmes scindés en sous-thèmes : « Périodisation, calendrier », « Préhistoire et protohistoire », « Institutions politiques », « Fiscalité et système des terres », « Législation, justice et police », « Maison impériale », « Guerriers », « Affaires militaires et guerres », « Guerres civiles, troubles et incidents », « Relations extérieures et diplomatie », « Pays étrangers », « Géographie », « Agriculture, productions, industrie », « Commerce communications et moyens de transport, économie et finances, monnaie », « Religions, croyances populaires, célébrations, mythologie », « Enseignement, écoles de pensée », « Sciences et médecine », « Arts et beaux-arts, théâtre et musique », « Archives, historiographie, diplomatique », « Langues », « Littérature », « Édition, presse » et « Société ».

Ce dictionnaire s’appuie sur des ouvrages scientifiques japonais reconnus par le milieu académique, en particulier le Nihon-shi shôjiten (Petit dictionnaire de l’histoire japonaise) de SAKAMOTO Tarô (Éditions Yamakawa, 1953 ; nombreuses rééditions postérieures) et une dizaine d’autres publications majeures.

Carrefour des sciences sociales ENS Lyon – EHESS

Organisé conjointement par l’EHESS et l’ENS Lyon, le « carrefour des sciences sociales » entend proposer chaque année six conférences-débats sur des questions qui sont au centre des recherches actuelles en sciences sociales. Ces rencontres et associeront des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’EHESS et de l’ENS Lyon qui aborderont un thème précis suivant une approche pluridisciplinaire. Elles seront ouvertes aux étudiantes et étudiants (licence, master, doctorat) qui seront invité.e.s à participer aux discussions.

Séance du jeudi 4 mai 2017 : « Économie et spiritualité en Asie orientale »
Salle F. 001 – 17 h-19 h.

Présentation et débats animés par Jacques Chiffoleau (historien, EHESS)

Jean-Pascal Bassino (économiste, ENS Lyon) : « Les entrepreneurs de services spirituels et la spiritualité des entrepreneurs au Japon du milieu du XIXe siècle à nos jours »

Rémy Madinier (historien, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) : « La marchandisation de l’islam en Asie du Sud-Est : un post islamisme ? »

Alors que différents travaux récents en histoire économique invitent à revisiter l’hypothèse wébérienne concernant l’influence des institutions, valeurs et doctrines religieuses sur les comportements économiques en Europe depuis l’époque moderne (parmi ces travaux, mentionnons Anderson et al. 2016), le lien entre spiritualité et économie ne fait l’objet d’aucune discussion dans le débat sur la grande divergence entre l’Asie et l’Europe depuis l’époque moderne. À titre d’exemple, les termes « spiritualité » et « religion » ne sont pas mentionné dans l’ouvrage de K. Pomeranz (2000).

L’anthropologie, l’économie et l’histoire des religions ont paradoxalement peu étudié l’Asie orientale,, malgré l’importance des travaux philologiques sur le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoïsme au sein des études asiatiques, depuis leur apparition au XIXe siècle. Le terme de spiritualité apparaît du reste plus pertinent que celui de religion pour analyser ces phénomènes : en effet, la demande sociale s’adresse à des individus ou des institutions proposant une expérience spirituelle compatible avec le syncrétisme traditionnel de ces sociétés, y compris dans les régions où le christianisme ou l’islam sont dominants. Dans certaines sociétés d’Asie orientale, les notions de sacré et de divinité sont du reste absentes.

La demande portant sur des services spirituels n’a pas fait l’objet d’une évaluation quantitative mais les descriptions du XIXe et début XXe indiquent clairement qu’elles représentaient une part des dépenses publiques et privées au moins équivalente à ce qui était alors observé en Europe et en Amérique du Nord. La tendance récente se caractérise par une nette augmentation de la demande des ménages et sa sophistication. On peut noter en outre que les entrepreneurs qui ont été à l’origine du miracle économique de l’Asie de l’Est au milieu et à la fin du XXe siècle n’ont pas été mus par un comportement d’optimisation purement économique. Leurs motivations, et celles de leurs salariés, ont relevé de considérations spirituelles qui ont été largement ignorées ou minorées.

Ce sont quelques-unes de ces questions que la deuxième séance du « carrefour des sciences sociales » souhaiterait examiner en confrontant les points de vue de chercheuses et de chercheurs ayant des ancrages disciplinaires spécifiques.

Bibliographie indicative

B. Andersen, J. Bentzen, C. J. Dalgaard, & P. Sharp , « Pre‐Reformation Roots of the Protestant Ethic », The Economic Journal, 2016 (http://wrap.warwick.ac.uk/59222/1/WRAP_137_2013_andersen.pdf)

Johan Fischer, Proper Islamic Consumption : Shopping among the Malays in Modern Malaysia, Copenhague, NIAS, 2008.

Rémy Madinier, « Du phalanstère au marché de niche : genèse et évolution de l’immobilier islamique indonésien », Archives des sciences sociales des religions, n° 175, 2016, p. 111-134.

Gwenaël Njoto-Feillard, L’islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, IISMM-Karthala, 2012

Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China. Europe, and the making of the modern world economy. Princeton University Press, 2000

Daromir Rudnyckyj, Spiritual economies : Islam, globalization and the afterlife of development, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2010.

Colloque international – Droit Japonais, droit français, quelle réforme ?

17 mars 2017 – Sciences-po Lyon, salle du conseil
18 mars 2017 – ENS de Lyon, Site Descartes – salle du conseil

Cette conférence internationale est consacrée au dialogue entre juristes japonais, français et allemands, plus particulièrement sous l’angle de la réforme juridique.

Le Japon et la France ont fait le choix d’un système juridique codifié. Si un tel système a pour avantage la stabilité, il a pour inconvénient une certaine résistance à l’évolution des sociétés. La survie de la codification dépend de sa réforme. Or, mal conduite, elle porte en germe la défiance à l’égard de l’ensemble du droit même, en tant que régulateur structurel et elle peut aboutir à l’instabilité sociale.

Un vaste questionnement survient alors : qui ? comment ? pourquoi ? Qui peut ou doit réformer ? Comment réformer tout en préservant les fondements de l’édifice, comment adapter sans dénaturer, comment intégrer les nouvelles règles, dans quel but réformer, comment adhérer aux besoins de la société, quelles méthodes, quelle évaluation ? etc.

En droit privé positif, la réforme est omniprésente : en droit des obligations, des personnes, des sociétés, social… en droit national comme international. Une dimension particulière du mouvement contemporain est son interdépendance essentielle avec la mondialisation juridique.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Renseignements :
http://droitjaponais.wordpress.com/
http://droitjaponais.sciencesconf.org/
beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Programme

Séminaire de l’IAO : ITO Yôichi

« Un aspect de la réception des modèles occidentaux dans le Japon d’avant 1945 : l’organisation des établissements d’enseignement supérieur et l’enseignement de droit »

ITO Yôichi, professeur de droit européen, faculté de Droit de l’université de Tokyo

Lundi 13 mars 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : L’organisation de facultés de droit constitue l’un des aspects importants de la mise en place de structures de type occidental au Japon durant l’ère Meiji, à partir du dernier tiers du 19e siècle. La présente conférence traitera de l’évolution du système d’enseignement supérieur du droit dans le Japon d’avant 1945, afin d’en saisir l’histoire mais aussi pour tenter d’éclairer les caractéristiques des actuelles universités japonaises. On essaiera aussi de saisir la tension existant entre vocation scientifique et formation professionnelle de l’enseignement du droit depuis l’époque de l’École de droit – fondée en 1873 par le ministère de la Justice et où enseignait Boissonade -, tension récurrente au Japon comme en France.

Soutenance HDR : Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, chargé de recherche première classe au CNRS, en poste à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon, chercheur associé au Centre de recherches sur la Corée, soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’université Paris-Diderot, le mardi 7 mars à 14 heures, Salle des Thèses (salle 580F, Halle aux Farines, accès par le Hall E, allée paire, ascenseur F).

Son dossier porte sur « Les Sciences humaines et sociales japonaises entre Empire et État-nation » ; et il est accompagné d’un « Mémoire inédit à propos de l’histoire des savoirs coloniaux japonais en Corée colonisée (archéologie, anthropologie biologique, études historiques) et de Sakhaline entre les empires ».

Le jury sera composé de :
Alain Delissen (EHESS)
Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot)
Marie Kim (St-Cloud State University)
Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8)
Pierre François Souyri (Université de Genève)

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement invité(e)s.
La soutenance sera suivie d’un pot.

Un plan d’accès figure au lien suivant : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Séminaire de l’IAO : Marion Cousin

seminaireiao_2017_02_16
« Sur la création d’une nouvelle langue mathématique japonaise pour l’enseignement de la géométrie élémentaire durant l’ère Meiji (1868-1912) »

Marion Cousin, membre de l’IAO, post-doctorante (bourse de la D. Kim foundation).

Jeudi 16 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Durant l’ère Meiji, les mathématiques occidentales sont introduites dans les programmes scolaires, dans le cadre de la politique de modernisation menée par l’État japonais, alors que les connaissances du wasan 和算 (mathématiques traditionnelles japonaises) étaient les seules enseignées jusqu’à la fin de l’époque d’Edo (1600-1868). Cette présentation s’intéressera à l’impact de cette situation sur la langue mathématique employée dans les manuels de géométrie élémentaire. Seront soulignés en particulier les problèmes rencontrés par les enseignants et par les auteurs de manuels afin d’intégrer le discours argumentatif des mathématiques dans la culture scientifique japonaise.

Séminaire de l’IAO : Thierry Guthmann

seminaireiao_2017_02_02« Le Nationalisme politique au Japon : le gouvernement d’Abe Shinzô et la Nippon kaigi« 

Jeudi 2 février 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Thierry Guthmann, professeur à l’université de Mie (Japon) et chercheur associé à l’IAO

Résumé : En 2016, au Japon, pas moins de six ouvrages ont été consacrés à la Nippon kaigi et aux liens étroits que cette organisation nationaliste entretient avec le gouvernement dirigé par Abe Shinzô. Quelles sont les origines de cette organisation ? Quelles sont les forces qui la structurent et l’animent ? En quoi consiste son idéologie ? Quelle est l’intensité des liens unissant la Nippon kaigi avec le Parti libéral démocrate ? Quels sont ses modes d’action ? Les réponses apportées à toutes ces questions permettront de dresser un état des lieux exhaustif du nationalisme politique dans le Japon d’aujourd’hui.

Festival Kinotayo – 11e festival du cinéma japonais contemporain

festivalkinotayoLes Cinémas Lumière sont heureux d’accueillir la 11ème édition du Festival Kinotayo.

Ce festival sur le cinéma japonais contemporain, vous permet de découvrir 7 films inédits ou en avant-première à Lyon, du 14 au 18 Janvier, dans les salles CNP Terreaux, CNP Bellecour et La Fourmi.

La programmation propose notamment le film d’animation Your Name de Makoto Shinkai, ou encore Harmonium de Koji Fukuda, lauréat du Prix du Jury – Un certain Regard 2016.

Pour plus d’informations : http://cinema-cnp-bellecour.com/festival-kinotayo11e-festival-du-cinema-japonais-contemporain/

12e colloque de la Société Française des Études Japonaises

15-17 décembre 2016, le 12e colloque de la Société française des études japonaises (SFEJ) se tiendra à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 (Manufacture des Tabacs).

affiche_colloquesfejCette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues.

Le colloque de décembre 2014, intitulé « Le Japon au xxie siècle : dynamiques et mutations », avait brillamment mis en exergue les multiples facettes du Japon contemporain. Pour l’édition 2016, nous avons retenu le thème suivant : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon ».

Dans le discours sur le Japon, l’importance de l’image, en tant que reproduction d’un objet ou d’une figure, est régulièrement soulignée, à travers la complexité de son écriture, la finesse et la force de ses expressions picturales ou encore la richesse de son énergie créative. L’expression « arts graphiques » se réfère ici à l’ensemble des processus qui touchent à la conception visuelle et à la mise en scène des créations artistiques par différentes techniques : écriture, rouleaux illustrés, dessin, peinture, gravure et estampe, photographie, cinéma… À noter que l’ensemble de ces créations peuvent être utilisées à des fins uniquement artistiques, mais aussi industrielles ou commerciales (messages publicitaires, édition, affiches, revues, etc.). Quant à la « culture visuelle », intimement liée aux visual culture studies anglo-saxonnes, qui ont renouvelé les manières d’envisager l’utilisation des images dans nos sociétés, elle renvoie au rapport complexe qui existe entre l’émetteur et le récepteur dans une relation médiatisée par l’image. Celui-ci ne se limite pas à l’analyse des images/illustrations, mais touche également à la question de leur réception, de leur diffusion, des conditions de leur production.

Autrement dit, par ce thème, il s’agit d’embrasser l’ensemble des représentations visuelles et artistiques du Japon et de s’interroger sur les aspects sociaux, politiques, esthétiques ou médiatiques associés à celles-ci. Nous choisissons sciemment de ne pas fixer de limites temporelles, pour accueillir une réflexion autant sur le Japon ancien que contemporain, et espérons que cette recherche collective offrira un éclairage pertinent sur les avancées actuelles en la matière et permettra un dialogue entre champs disciplinaires divers (histoire de l’art, sociologie de l’art, anthropologie, économie culturelle, politique des images, etc.), en rassemblant de nombreux chercheurs confirmés ou débutants.

Espérant que ce colloque sera l’occasion de découvertes et de rencontres fructueuses, nous vous souhaitons à tous un excellent séjour à Lyon,

Soutenance de thèse : Nicolas Lepretre

Le lundi 28 novembre 2016 à 13h30 , Nicolas Lepretre soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Les transformations de l’action publique au prisme des réseaux électriques intelligents. Le cas des expérimentations de smart communities au Japon ». Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Yveline Lecler. La soutenance aura lieu dans la salle de réunion de l’IAO (R66), situé à l’intérieur de l’ENS de Lyon (site Descartes).

Composition du jury :
Madame Cécile CRESPY, professeure des universités, Sciences Po Toulouse
Monsieur Guy FAURE, directeur de recherche au CNRS, Aix-Marseille Université (rapporteur)
Madame Yveline LECLER, professeure émérite des universités, Sciences Po Lyon (directrice de thèse)
Monsieur Dominique LORRAIN, directeur de recherche émérite au CNRS, ENPC
Monsieur Gilles POLLET, professeur des universités, Sciences Po Lyon Monsieur François-Mathieu POUPEAU, chargé de recherche au CNRS, ENPC (rapporteur)

Résumé de la thèse : Dans un contexte de multiplication d’expérimentations de « réseaux électriques intelligents » (REI) et de « villes intelligentes » à travers le monde, cette thèse questionne les reconfigurations qui affectent l’action publique liée à l’énergie depuis l’émergence de ces innovations technologiques. À partir d’une analyse de l’instrumentation des politiques énergétiques et de la gouvernance de quatre démonstrateurs de « smart communities » au Japon, nous souhaitons saisir la reformulation du rôle de l’État et de ses modes d’interaction avec les collectivités territoriales et avec les acteurs privés. Nous défendons la thèse que la pratique de l’expérimentation tend à devenir un instrument privilégié de la conduite des politiques locales, en réponse à d’importantes transformations qui affectent les politiques énergétiques. En nous appuyant sur une analyse néo-institutionnaliste, nous montrons que l’introduction des REI est marquée par des permanences dans le processus d’élaboration des politiques publiques et dans les cadres cognitifs mobilisés, mais aussi par un « changement graduel transformateur » dans les instruments déployés.

À travers l’étude des quatre premiers démonstrateurs de smart community mis en place entre 2010 et 2015 par le Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI) à Yokohama, Toyota, Kyōto Keihanna et Kitakyūshū, nous procédons à une analyse de l’influence de la pratique expérimentale sur la production de politiques énergétiques locales et sur les modes d’interaction entre l’État et les acteurs locaux. Il apparaît alors que la pratique expérimentale est appropriée par les acteurs locaux volontaristes comme un moyen de valoriser leurs « bonnes pratiques » et d’ériger leur territoire en vitrine de l’exemplarité. Cette démarche s’inscrit dans une perspective stratégique visant à capter les financements privés et publics, mais elle résulte aussi d’un repositionnement de l’appareil étatique visant à renforcer son contrôle au sein de politiques énergétiques territorialisées par la promotion d’expérimentations en phase avec ses stratégies. Nous mobilisons en particulier les notions de « méta-gouvernance » et de « gouvernement à distance » pour qualifier les dispositifs déployés par l’État pour conférer des marges de manœuvre aux acteurs locaux et accorder des concessions ponctuelles qui s’inscrivent dans ses perspectives stratégiques, tout en effectuant un contrôle sur ce processus afin de maintenir la structure du réseau.

Séminaire de l’IAO : Sébastien Lechevalier

seminaireiao_2016_10_13Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ?
Jeudi 13 octobre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Depuis la crise de 2008, la lenteur du retour aux taux de croissance passés a fait naître la crainte que l’Europe ne suive, peu ou prou, la trajectoire économique du Japon durant les années 1990-2000. Cette inquiétude s’exprime désormais régulièrement, formulée le plus souvent comme le risque d’une décennie perdue « à la japonaise ». L’objectif de ce livre est de revenir sur l’expérience japonaise depuis 1990 jusqu’à  la politique dite des Abenomics conduite depuis 2012, afin de discuter la pertinence d’une transposition dans un contexte autre que japonais.

Spécialiste de l’économie japonaise, Sébastien Lechevalier est directeur d’études à l’EHESS, président de la Fondation France Japon de l’EHESS (http://ffj.ehess.fr/) et directeur du GIS-Réseau – Asie (http://www.gis-reseau-asie.org/). Parmi ses publications, on peut citer, outre Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ? co-écrit avec Brieuc Monfort (Editions de la rue d’Ulm), La grande transformation du capitalisme japonais (Presses de Sciences Po, 2011).

Elise Domenach : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011

« Ecopoétique cinématographique : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011. »
Elise Domenach, Chercheuse à l’ENS de Lyon
Colloque international en écopoétique, 22-25 juin Perpignan, France

Affiche_ecopoetiqueNous partirons de la pensée du cinéma du philosophe américain Stanley Cavell et du lien conceptuel qu’il fait simultanément dans La Projection du monde (The World Viewed) et dans Sens de Walden (The Senses of Walden, commentaire du livre de Thoreau) en 1971 l’ontologie du médium cinématographique » et la possibilité de retrouver, renouer avec ou encore rédimer (recover) le monde ; une proximité ordinaire avec le monde. De cette coïncidence nous ferons l’argument d’une exploration des pouvoirs d’expression et de domestication de notre scepticisme du médium cinématographique tels qu’ils apparaissent dans quelques films sur la catastrophe multiple (naturelle, industrielle, écologique, humaine, sociale, politique) qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. Nous envisagerons comment s’exprime dans les films notre sentiment d’un monde en repli, d’une absence au monde, et symétriquement comment les films peuvent retisser un sentiment de présence du monde : nous redonner à entendre et écouter la vague du tsunami, comme la voix des hommes et femmes témoignant de cet événement traumatique dans la trilogie tournée dans le Tohoku par Ko Sakai et Ryusuke Hamaguchi : The Sound of the Waves, Voices from the Waves, Storytellers ; ou nous donner à voir notre aveuglement à nos capacités de destruction (Nuclear Nation de Atsushi Funahashi) ; ou encore la menace invisible des radiations nucléaires (dans No Man’s Zone de Toshi Fujiwara). Car certains films nous donnent non seulement à penser et comprendre différemment notre rapport au monde, mais à appréhender de manière sensible et concrète la possibilité d’un retournement, d’une renégociation sensible de positions
morales ordinaires vis-à-vis du monde et des autres.

Élise Domenach est Maître de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon. Agrégée et docteure en philosophie, elle est chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale (IAO-CNRS UMR 5062). Elle est l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme, et de Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais. Chercheure invitée pendant deux ans au Centre de philosophie de l’Université de Tokyo (2013-2015) elle a été professeure invitée à l’Université Meiji (Tokyo). Ses recherches portent sur le scepticisme au cinéma et, plus particulièrement depuis quelques années, sur les films sur la crise nucléaire de Fukushima.

Programme

Toutes les informations pratiques et le livret des conférenciers avec les résumés des communications sont disponibles sur le site dédié au colloque :

Projection-débat autour du documentaire Les indignés de Tokyo

Projection_Debat_2016_03_21

Date : Lundi 21 mars 2016 à 20h
Lieu : Salle Kantor, ENS de Lyon, site Descartes

Projection-débat autour du documentaire Les indignés de Tokyo (首相官邸の前で, Tell the Prime Minister), en présence du réalisateur Oguma Eiji, professeur de sociologie historique à l’Université Keiô.

Les indignés de Tokyo (首相官邸の前で, Tell the Prime Minister) (2015, 109 mn, présentation officielle au Festival International du documentaire de Yamagata 2015)

Présentation :

After « Occupy Wall Street »in New York, and before the « Umbrella Revolution » in Hong Kong, 200 thousand people surrounded the Prime Minister’s office in Tokyo for an anti-nuclear demonstration. However, this incident was not reported extensively by the media and subsequently went unnoticed by the world.

This documentary film captures the anti-nuclear protests in Tokyo after the Fukushima nuclear incident in March 2011. The theme of the film is the crisis that democracy faces, and the reconstruction of democracy. Video recordings cited in the film show the terrifying experiences of the nuclear disaster, anti-nuclear demonstrations, speeches, and the official meeting between activists and the Prime Minister.

A groundbreaking film created in a unique and unprecedented manner.

Oguma Eiji is a professor of Faculty of Policy Management at Keio University in Tokyo. His researches cover the national identity and nationalism, colonial policy, democracy thoughts and social movements in modern Japan from the view of historical sociology. He has earned 6 prizes for his published works in Japan. He has participated and gained credibility in anti-nuke movement in Tokyo after Fukushima incident. This is his first film work which was completed by cooperation of many activists and voluntary filmers.

Co-organisé par le Centre d’Études Japonaises (CEJ) de l’INALCO et le Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) de l’Université Paris Diderot, le département des arts de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (ENS de Lyon), l’Institut d’Asie Orientale de Lyon (IAO) et la Section des Études Japonaises de l’UFR LLCE de l’Université de Lille.

Contact : elise.domenach@ens-lyon.fr

Colloque International – From Eco-districts to Smart Cities : Which Role for Mobility ? Experimenting Smart Communities in Europe and Japan

affiche_SamartCities1

16-17 septembre 2015, Colloque international organisé par Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR5062) et Laboratoire d’Economie des Transports (LET, UMR5593).

Lieu : Sciences-Po Lyon, 14 avenue Berthelot, Lyon 7ème, Amphi Leclair

Attempts to create low carbon or more energy efficient cities are not new as evidenced by many sustainable or eco-districts (mainly in residential areas) achievements in various European countries. Japan too has seen several programmes to support the development of sustainable cities.

Today, the development of smart-grids marks a new step forward in the management of energy. The uncertain and timely varying production level of electricity from renewable sources makes it generally difficult to stabilize the power grid. Smart grids open up interesting prospects for a better use of local energies. Linking energy and urban challenges, “smart communities” experiments aim to test out technologies (including that of the smart grid) in limited areas, seeking ways to co-ordinate them while at the same time collecting data that will inform solutions which, ultimately, could be extended to cover entire cities. Their focus is on creating energy-efficient buildings and introducing energy from renewable sources (solar, wind, biomass and in Japan, hydrogen). At the same time, they address issues of lifestyle changes needed to reduce energy demand. Thus citizens will be called upon to make changes in the ways in which they use energy, by modifying and adapting mobility and energy consumption to information received almost in real time.

This at any rate is the goal of Japan’s “Demonstration of Next-Generation Energy and Social Systems” programme launched by the Ministry of Economy Trade and Industry (METI) which has given birth to “Smart Communities”. Under the supervision of NEDO, it has also initiated several experiments abroad including that of the Lyon Confluence district.

The “Smart Communities” approach integrates the transport question and is not limited to the energy management of buildings. The experiments underway draw upon the expertise of many partners including car makers — Toyota, Nissan, Honda and Mitsubishi — who have an interest themselves in integrating hybrid and electric or even fuel-cell vehicles into this broad framework of energy management. Several concepts are being tested out, among them the use of electric vehicle batteries as a storage resource for renewable energies, not only charging energy but also discharging it into buildings. Another idea is to promote EVs for use by individuals, companies (for their fleets) and even in car-sharing services. Mobility needs can also be met through multimodal information systems that encourage greater use of public transport and walking in order to reduce electricity consumption and the emission of greenhouse gases.

Whilst the European experiments in Lyon, Malaga and Manchester are ongoing with NEDO support, the « Smart Communities » programme in Japan was set to end in March 2015. The purpose of this workshop is to present the Japanese Smart Community programme and discuss its main outcomes in the different areas of energy management, transport and mobility initiatives, comparing those outcomes with those in the Lyon confluence district as well as in other cities such as Malaga in Spain, Manchester in the UK and Los Alamos in the USA. The workshop will be based on the research conducted by IAO and LET within the framework of the PREDIT programme and is financed by ADEME.

Five sessions are planned. The first will discuss current policies on energy management in Japan and in France and examine their evolution in the context of each country. The second session will focus on transport and mobility in cities involved in every type of experiment, especially experiments promoting electric mobility and new services (car-sharing, information systems and so on). The third session will present the main characteristics of the 2010-2015 Japanese “Next Generation and Social System Demonstration” developed by the METI in Japan’s four “Smart Communities”. The fourth session will present the Lyon Smart Community project in the Confluence district while the last session will look at some other European and US examples of smart communities.

Consulter le programme
Inscription obligatoire sur : http://smartmob.sciencesconf.org/