Voices from South Vietnam at Cornell University

This symposium brought together former leaders of the Republic of Vietnam (RVN, or South Vietnam) with scholars of the Vietnam War, providing researchers with an opportunity to collect data directly from RVN military and civilian leaders.

To date, the majority of Western scholarship on Vietnam has been concerned primarily with American or North Vietnamese experiences, while studies on South Vietnam have largely been limited to the First Republic (1954-1963). There is still no full-length study of the RVN after the fall of Ngo Dinh Diem in 1963, a gap that critically limits our understanding of the Vietnam War.

This event broke new ground by focusing on several key developments that occurred after 1963, including the introduction and withdrawal of American combat troops, the rise of the South Vietnamese military in domestic politics, the development of an electoral system, agrarian reform, and transformations in international diplomacy.

South Vietnamese actors were at the center of these developments, rewriting the country’s constitution, introducing elected government, establishing legislative and judicial protocols, directing military campaigns, leading popular protest movements, participating in international diplomacy, and resisting or cooperating with the United States. Documenting the experiences of the last leaders of South Vietnam is essential to understanding the Vietnam War.

This project represents one of the first efforts to link the academic community with former South Vietnamese officials, whose experiences have largely been overlooked in Vietnam War scholarship.

The conference was attended by around forty participants. Over the two days, four panels were discussed fruitful and brought many unknown details on the political, social, cultural, economic and military life of the Second Republic of Vietnam (1967-1975).

US and Canadian scholars were present: Lien Hang Nguyen (University of Kentucky), Frederick Logevall (Cornell University, Director of the Mario Einaudi Center for International Studies), Stephen J. Morris (Johns Hopkins University), Nu-Anh Tran (University of California-Berkeley), Thomas Pepinsky (Cornell University), Geoffrey C. Stewart (University of Western Ontario), Tuong Vu (Princeton University), Van Nguyen-Marshall (Trent University, Ontario), Jay Veith (Author of Black April, The Fall of South Vietnam), and the team of young researchers from Cornell University (Alex Thai Vo, Ang Claudine, John Phan, Bui Hong, Edmund J.V. Oh, Sean Fear…). French scholar François Guillemot represented the Lyon Institute of East Asian Studies (IAO).

The Kahin Center – SEAP (Cornell University)

Dr. Keith Taylor (Cornell University) and François Guillemot (IAO)

South Vietnam Symposium

Parution d’ouvrage: History in images

History in images. Pictures and public space in modern China est le premier résultat du cycle d’ateliers et de conférences organisés par Yeh Wen-hsin et Christian Henriot depuis 2006 sur la question de la place et de l’usage des images par l’historien.  Le domaine exploré dans ce volume est l’histoire moderne de la Chine et l’angle choisi  est celui des images dans l’espace public. La caméra et l’imprimerie se sont combinées pour produire une révolution dans la communication dans l’espace public urbain chinois.

Malgré la quantité et la disponibilité des données visuelles de l’histoire, peu d’historiens de la Chine ont investi ce corpus de sources dans un effort concentré pour les traiter comme une ressource importante de leur recherche. Comme dans le cas des documents textuels, la fabrication d’images historiques à une époque donnée a souvent peu à voir avec les projets des futurs historiens. Les photos, comme nous le savons, ne reflètent pas seulement différentes formes de l’expérience historique. Elles incarnent des formes de communication. Elles circulent comme des artefacts en eux-mêmes. Et elles survivent comme des objets encodés. Elles ne sont tout simplement pas réductibles à des mots.

History in images. Pictures and public space in modern China

Dans ce volume, les auteurs examinent la question des «images de l’histoire » dans le contexte de l’histoire urbaine chinoise moderne. Ils le font en réponse à la fois à la disponibilité d’une quantité massive de données visuelles sur la période républicaine et à un manque évident d’efforts soutenus, de la part des historiens, par opposition aux approches culturelles et issues d’autres disciplines, pour s’atteler à l’exploitation de ces matériaux pour la connaissance historique.

L’étonnant héritage visuel que nous ont légué les photographes et les cinéastes (et plus largement les artistes visuels) dans la Chine moderne constitue une archive massive qui attend d’être incorporée dans les directions de recherche les plus actuelles de l’histoire chinoise. Le présent volume suggère des pistes possibles pour une révision des pratiques dans l’enquête historique et pour étudier comment la société moderne chinoise elle-même s’est exprimée à travers la culture visuelle, quelles ressources ont été mobilisées et déployées, et à quelles fins sociales, culturelles et politiques.

Conférence de Masaya Shiraishi sur la région du Grand Mékong


Au terme de deux mois de présence à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) en tant que chercheur invité, le professeur Masaya Shiraishi a proposé une conférence sur les politiques japonaises vis-à-vis de l’Indochine/Mékong sur près d’un siècle : « Japan regional policy toward Indochina/Mekong: past, present and future ». En préambule, les termes de « Mekong sub-region, Indochina » ont été définis géographiquement et politiquement à travers les concepts de GMS [Greater Mekong Sub-region], Mekong Basin ou CLMV [Cambodge Laos Myanmar Vietnam].

Il a minutieusement exposé et analysé les relations entretenues par le Japon avec la péninsule indochinoise depuis la période coloniale jusqu’à aujourd’hui. Il a mis l’accent sur le renouveau de l’intérêt japonais à partir des Accords de Paris (1973) marquant la fin du conflit vietnamien et plus particulièrement depuis 1977 avec l’avènement de la « doctrine Fukuda » visant a établir des relations de confiance mutuelle avec les pays d’Asie. Le rôle du Japon à la sortie au conflit cambodgien (élections de 1993) a été souligné ainsi que la mise en place de différentes structures officielles permettant le dialogue interrégional dans la région du grand Mékong. La place du Japon dans ces différents mécanismes depuis les années 1990 a été décryptée avec soin. Enfin, la rivalité sino-japonaise a été abordée à travers l’enchevêtrement de comités et forums régionaux en interaction avec ces deux pays.

La conférence s’est déroulée le jeudi 3 novembre à l’IAO en présence des chercheurs et des étudiants du Master ASIOC (Asie Orientale Contemporaine). Elle a suscité de nombreuses questions sur le rôle du Japon dans la péninsule indochinoise depuis les années 1990, sur le développement économique au Cambodge et sur l’émergence du Myanmar en tant que nouvel acteur économique.

Le professeur Masaya Shiraishi, enseignant à l’Université Waseda à Tokyo, est bien connu des spécialistes de l’histoire du Vietnam. Outre ses travaux sur la région du Grand Mékong, il a contribué fortement à la connaissance de la période 1940-1945 en Indochine, de la présence à l’occupation japonaises, avec des études clés sur le gouvernement vietnamien de Tran Trong Kim (avril-août 1945), sur la ligue révolutionnaire Phuc Quoc (1940) ou sur les ressorts du nationalisme du célèbre révolutionnaire Phan Boi Chau en regard avec le Japon.

Parmi ses nombreux travaux, on peut citer (en langue anglaise) :

– Shiraishi, Masaya (1990), Japanese Relations with Vietnam: 1951-1987, Cornell University Southeast Asia Program, Ithaca.—(Vietnamese translation: Quan he Nhat Ban-Vietnam 1951-1987, NXB Khoa hoc Xa hoi, Hanoi, 1994).

– Shiraishi, Masaya & Furuta, Motoo (1992), “Two Features of Japan’s Indochina Policy During the Pacific War”, in Shiraishi, Takashi & Fututa, Motoo eds., Indochina in the 1940s and 1950s, Cornell University Southeast Asia Program, Ithaca.

– Shiraishi, Masaya (1992), “The Background to the Formation of the Tran Trong Kim Cabinet in April 1945: Japanese Plans for Governing Vietnam”, in Ibid..

– Shiraishi, Masaya (2001), “Vietnamese Communists’ Perception of China: From Historical Perspectives”, in Wen-Tang Shiu ed., Changes of Vietnam’s Relations with China and Taiwan, Academia Sinica Program for Southeast Asian Area Studies, Taipei.

– Shiraishi, Masaya (2004), The Vietnamese Phuc Quoc League and the 1940 Insurrection, Waseda University, Center of Excellence: Contemporary Asian Studies, Tokyo.

– Shiraishi, Masaya (2010), “Japan and Reconstruction of Indochina”, in Guy Faure ed., New Dynamics between China and Japan in Asia, World Scientific Publishing, Singapore.

Ses travaux sur Phan Boi Chau ont été traduits et publiés au Vietnam en 2000.

Local History in the Global Context

On October 20-21, a group of 23 French, Japanese, and Chinese scholars met as part of the Todai Forum in Lyon to discuss issues in the scales of history, with a view to examine how local history connects to more global changes in time and space. The papers addressed a large variety of topics in economic and social history in East and West Asia. Ample time was left for discussion among the participants and the public.  This event was one of the first to bring together historians from such a diverse background, yet with a geographical focus on areas that are at the heart of current essential debates.

Les 20-21 octobre, un groupe de 23 chercheurs français, japonais et chinois se sont rencontrés dans le cadre du Forum Todai à Lyon pour débattre de questions de jeux d’échelle en histoire, avec pour objet d’examiner comment l’histoire locale se trouve connectée à des changements plus globaux dans le temps et l’espace. Les communications ont porté sur une grande variété de sujets en ‘histoire économique et sociale de l’Asie orientale et occidentale. Un temps généreux a été laissé à la discussion entre les participants et le public. Cet événement a été l’un des premiers à réunir des historiens avec des profils aussi diversifiés, mais avec une focalisation géographique sur des zones qui sont au cœur de débats actuels essentiels.

Nouveau doctorant – Liu Zhe

M. Liu Zhe, diplômé du département d’histoire d’East China Normal University commencera à la rentrée à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon ses recherches en vue de l’obtention du doctorat. Il sera affilié à l’Institut d’Asie Orientale où il travaillera sous la direction de Christian Henriot (Université Lumière-Lyon 2). M. Liu Zhe a réalisé son mémoire de maîtrise sur le monde de l’édition à Shanghai au début des années cinquante avec le professeur Jiang Jin (ECNU). Christian Henriot et Jiang Jin sont ravis d’avoir l’occasion, depuis leurs années à Stanford University, de co-diriger un doctorant sur l’histoire de Shanghai.