Soutenance de thèse : Cécile Armand

Le mardi 27 juin 2017, Cécile Armand soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Placing the history of advertising » : une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Cette thèse a été préparée sous la direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown University, Washington, D.C.). La soutenance aura lieu dans la salle des thèses à l’ENS de Lyon (site Monod).

Résumé de la thèse :

Directement inspirée de P. Ethington et son projet de « situer le passé » placing the past), cette thèse adopte une démarche spatiale pour « rematérialiser », « réincarner » et « repolitiser » l’histoire de la publicité à Shanghai (1905-1949), à la fois dans la presse locale (Shenbao, North China Daily News) et dans les rues de la ville. Refusant tout usage métaphorique de l’espace, cette thèse emprunte aux différentes « sciences de l’espace » pour tourner autour de l’objet publicitaire et l’appréhender dans ses multiples dimensions. Dans la première partie, la démographie et géopolitique sont convoquées pour prendre la mesure des populations et des territoires publicitaires (chapitres 1 et 2). La deuxième partie propose une sociologie des acteurs de la profession naissante (chapitre 3) et de la production/consommation (chapitre 4) afin de démonter la « fabrique » publicitaire. La troisième partie ouvre un observatoire de ses paysages et saisit les espaces publicitaires comme un « laboratoire » de la « modernité » à Shanghai (chapitres 5 et 6). La dernière partie s’efforce de remettre l’histoire spatiale en mouvement en retraçant les circulations et les rythmes publicitaires (chapitres 7 et 8). Au-delà, la démarche spatiale de cette thèse vise à « faire une place » à l’objet publicitaire dans l’historiographie. Nourrie de matériaux divers (presse, archives, photographies, croquis, cartes, statistiques), elle propose une alternative à l’histoire des représentations et apporte un autre éclairage sur l’histoire urbaine. Articulée à une plateforme ad hoc (MADSpace) (http://madspace.org/) qui en est le prolongement hypertextuel, cette thèse ouvre une réflexion sur les nouvelles manières de faire et d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Devant le jury composé de :

  • BENEDICT, Carol, History Professor, Georgetown University, Washington, D.C. (Etats-Unis).
  • CHESSEL, Marie-Emmanuelle, Directrice de Recherche, CNRS – Centre de Sociologie des Organisations, Paris
  • HENRIOT, Christian, Professeur, Aix-Marseille Université.
  • PAULES, Xavier, Maître de Conférences, EHESS, Paris.
  • PINOL, Jean-Luc, Professeur émérite, ENS de Lyon, Lyon.
  • VOLAIT, Mercedes, Directrice de Recherche, CNRS – INHA, Paris.

Projet ANR 2013: « War made Shanghai »

Le projet ‘WAR MADE SHANGHAI’: TOWARD A SPATIAL HISTORY OF 19th-20th CENTURY SHANGHAI  (1842-1952), présenté dans le cadre de l’appel Blanc de l’ANR par Christian Henriot, a été sélectionné au titre de l’édition 2013. Il s’appuie sur une collaboration avec l’équipe du professeur MA Jun, à l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences sociales de Shanghai.

Résumé du projet:

Wars have a tremendous impact on territories and their populations. Many cities were, at one point in their history, subjected to the grueling consequences of warfare. Some have suffered repeated assaults, successive cycles of destruction and reconstruction, displacement of population, and as a consequence, a remolding of their environment. Yet only a few large modern metropolises have gone through such cycles of sudden and thorough destruction, followed by periods of more or less rapid reconstruction, involving a massive regeneration of their populations. In this project, we plan to establish that Shanghai represents an exceptional – though unfortunate – case of urban space that was engulfed in several conflicts from the mid-19th century to the late 1940s. The city can also claim the sad record to have been the first city in the world to be exposed to and ravaged by modern weaponry and to have suffered from heretofore unknown levels of violence.

The history of Shanghai has been told from the angle of modernization, westernization, and astounding economic development. In other words, Shanghai appears in most narratives as a « success story ». A success indeed it was. In this project, we argue that the development of Shanghai as an urban territory was conditioned by issues of defense and conflict. Shanghai thrived and prospered out of war. From the initial military foray and brief occupation by British troops in 1842 to the civil war (1945-49) and its ripples in post-war China, all through the civil rebellions (1853-55, 1860-61), revolutionary movements (1911, 1925-1927), and Sino-Japanese conflicts (1932, 1937), the city was the seat of extreme forms of violence that affected both the spatial configuration, the distribution, composition and activities of the population, and the whole economic structure in relation with its hinterland. If political decisions did trigger spatial change, especially with the creation and expansion of foreign settlements outside the original walled city, issues of security and actual conflicts by and large determined the course of spatial transformation of Shanghai.

This project proposes to explore the spatial history of Shanghai through the looking-glass of war and civilian violence over a long century (1842-1952) and seeks to establish the determinants and modes of transformation of the city that resulted from warfare. In methodological terms, the project fits in the realm of « digital humanities », in particular digital history, with a partcular emphasis on visualization, GIS, and geovisualzation. It requires collecting and processing large amounts of quantitative and qualitative data and the design and implementation of innovative instruments for research. It will rely on the development of a web-based research platform and translate also into applications for interactive immersive virtual reality.

iVS à la Fête de la Science

Le projet iVS (Immersive Virtual Shanghai) est présent au Village de la Science (Espace Double Mixte, Campus de la Doua) dans la cadre de la rencontre annuelle science-société de la Fête de la Science. Le projet est accueilli dans l’espace de l’Institut des Sciences de l’Homme du 21 au 24 octobre, avec une ouverture au grand public les 23-24 octobre de 13h à 18h (les autres journées sont réservées aux scolaires). L’accueil et l’animation sont assurés  par une petite équipe composée de Gérald Foliot (ISH), Christian Henriot (IAO), Feng Yi (IAO), Dorothée Rihal (IAO) et Caroline Tabbachi (IAO). Pour cette occasion, l’installation a pu être déployée dans sa conception originale d’un véritable espace immersif (cube avec trois écrans).

Séminaires de M2 – Christian Henriot

Pour l’année 2010-2011,  Christian Henriot ouvre deux séminaires nouveaux :
– « L’histoire à l’ère du numérique« 
[Approches spatiales de l’histoire], avec Pierre Vernus (Lyon 2).

Le programme des deux séminaires est en ligne sur la page des cours de Christian Henriot.

Ces séminaires sont destinés à la formation d’historiens, mais ouverts à tous dans la mesure où les enjeux examinés (le numérique, l’espace) concernent toutes les disciplines.

Postdoc et chercheur invité

L’Institut d’Asie Orientale recevra à la rentrée M. Mou Zhenyu (牟振宇), jeune docteur de l’Université Fudan à Shanghai. M. Mou bénéficie d’une allocation post-doctorale du service culturel de l’ambassade de France à Pékin, accordée au début de cette année. Entre-temps, M. Mou a soutenu sa thèse et a été aussitôt recruté à l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences sociales de Shanghai. Le directeur de l’Institut d’histoire, le professeur Xiong Yuezhi, a gracieusement accepté que M. Mou poursuive son projet de venir à l’IAO pour une période de dix mois à compter du 1er octobre 2010. M. Mou est un spécialiste de géographie historique et de SIG. Il a consacré une thèse remarquable au développement urbain de la Concession française de Shanghai à partir de documents d’archives jusqu’alors inexploités par le recours systématique aux SIG. Il est l’auteur de plusieurs articles scientifiques dans des revues scientifiques chinoises.