Étiqueté : Fukushima

Centre-ville de Namie. Autrefois une ville de 22 000 habitants, c'est à présent une ville fantôme, dont la municipalité originelle tente pourtant de fédérer ses anciens habitants © Wikipédia

Fukushima, dix ans déjà

Il y a 10 ans, jour pour jour, survenait le « La grande catastrophe sismique de l’Est du Japon » Higashi nihon daishinsai 東日本大震災. Ce vendredi 11 mars 2011, à 14h46, un séisme frappait au large de Fukushima, de la plus grande ampleur jamais enregistrée dans le pays. Les catastrophes déclenchées en chaines furent terrifiantes, d’une ampleur encore jamais connue. La vague soulevée atteint 40,5 m et 700 km/h par endroit, avec une portée à 10km dans les terres. Le tsunami emporta près de 16 000 personnes et laissa plus de 2500 disparus, plus de 6000 furent blessées et près de 230 000 habitants durent être déplacés.

Tenzo, Tomita Katsuya

Soutenance HDR : Élise Domenach

Le vendredi 27 novembre à 14h à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Élise Domenach, maître de conférences à l’ENS de Lyon, membre de l’Institut d’Asie Orientale, soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée : « Le Scepticisme au cinéma ».

La soutenance sera organisée en visioconférence avec Zoom. Pour y assister (virtuellement), contacter par mail : elise.domenach@ens-lyon.fr

Tenzo, Tomita Katsuya

Un « paradigme Fukushima » au cinéma

Neuf années se sont écoulées depuis que le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 ont entraîné la catastrophe nucléaire la plus grave depuis Tchernobyl dans la centrale de Fukushima Daiichi (Tohoku, Japon). Les cinéastes japonais s’en sont bien vite saisis, et le cinéma qui est né de cette catastrophe a durablement transformé le medium lui-même, ainsi que le monde qu’il projetait. Nous prendrons pour exemple de ces transformations Tenzo de Tomita Katsuya (Semaine de la critique, Cannes 2019), l’un des films les plus marquants de ces dernières années sur le sujet.