Genre et nations partitionnées

Les colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

Dates :

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:15-18:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:15-18:00

Lieu(x) :

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Consulter le Programme du colloque Genre et nations partitionnées

Colloque : La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?

Le Master 2 Relations Internationales & Diplomatie organise un colloque sur le thème :  » La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?  »

Date :  jeudi 9 mars 2017, 9h00-17h00
Lieu : Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 92 rue Pasteur 69007 Lyon

Téléchargez le programme détaillé

European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, Edited by Laurence Roulleau-Berger and Li Peilin


Sociology is subject to a process of internationalisation. The rapid development of China has provided the ‘China experience’ and shown the emergence of a new sociology. In this book a dialogue between European and Chinese sociologists is opening up new horizons for Western thought in a context of economic and cultural globalisation. The objective is to embark on a process of epistemological reconfiguration, deconstructing reality on the basis of dividing up the world. This book deals with some fundamental sociological issues: modernities and globalisation, class and society, state and … read moredemocracy, economic change and inequalities in Europe and in China. In the wake of the de-colonial critique of post-colonial studies, the aim of this book is to examine the question of the de-westernisation of knowledge in sociology.

Laurence Roulleau-Berger, Ph.D. (1982) and Habilitation (2001) in Sociology, University of Lyon, is Research Director at CNRS, Ecole Normale Supérieure de Lyon. She has published and edited many articles and books on urban and economic sociology, in the field of international migrations and recently about Chinese sociology, including Dewesternisation of Sociology: Europe in the Mirror of China (L’Aube, 2011).

Li Peilin, Ph.D. (1987), University of Paris I (Pantheon-Sorbonne), is Professor and Director of the Institute of Sociology, Chinese Academy of Social Sciences. He also serves as the President of the Chinese Sociological Association and is Chief-editor of Sociological Studies (China). He has published and edited many articles and books in the field of social development, migration and social policy, including China’s New Stage of Development (China: An International Journal, 2011).

Europe/Chine : Désoccidentaliser la sociologie

« Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine » aux Editions de l’Aube :

Comment penser la pluralité des récits des sociétés contemporaines ? Comment casser la hiérarchie construite par les colonialismes entre sociétés occidentales et sociétés orientales ? Il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir » que de penser les continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde susceptibles de laisser apparaître un espace intermédiaire transnational à la fois local et global.

Laurence Roulleau-Berger cherche ici à construire des effets de miroir entre sociologie chinoise et sociologie européenne autour des thématiques suivantes : emploi et travail ; frontières sociales et ségrégations urbaines ; modernités, sujet et souci d’autrui ; Etats, conflit social et action collective ; inégalités et parcours biographiques ; migrations internes et internationales.