séminaire de l’IAO : Laure Zhang

« La Législation complexe de l’Etat impérial des Qing sur des territoires des Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au 18ème siècle »

Laure Zhang, professeure ordinaire à l’université de Genève, chercheuse au CECMC (EHESS, Paris), est historienne du droit et de la peine capitale en Chine.

Mardi 23 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La conquête des territoires des Miao au 18ème siècle s’est accompagnée par une reconnaissance limitée de certaines de leurs « règles coutumières » mais aussi par l’imposition de plus en plus rigoureuse des lois impériales à leur encontre. Pour imposer son monopole sur la violence au sein de ces nouveaux territoires, l’État impérial organise des campagnes militaires ou policières successives pendant plus d’un siècle. Ces campagnes sont dirigées contre trois grands crimes attribués aux Miao « crus » : le pillage, l’enlèvement contre rançon et le trafic d’êtres humains. Au cours des combats contre ce dernier crime, le législateur mandchou fait face à un double dilemme : maintenir le privilège originellement propre aux gens des bannières de posséder des esclaves tout en permettant la possession limitée de gens de conditions servile par de simples particuliers chinois ; criminaliser le trafic d’êtres humains organisé par les trafiquants alors même qu’ils tolèrent leur participation au commerce de populations Miao capturées par l’armée impériale.

Séminaire de l’IAO : Luca Gabbiani


« La dynastie Qing (1644-1911) et sa « nouvelle histoire » – Essai de synthèse autour d’un débat historiographique et de ses enjeux »

Luca Gabbiani, maître de conférences à l’EFEO (UMR 8173 « Chine, Corée, Japon »)

Vendredi 07 avril 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La dynastie Qing est la dernière à avoir régné sur la Chine impériale. Depuis un bon demi-siècle, les historiens ont activement revisité la période en s’appuyant sur l’immense réservoir documentaire qu’elle nous a laissé. Le propos de cette intervention sera centré sur les débats qui ont secoué le monde des spécialistes de l’histoire de cette dynastie depuis une vingtaine d’année autour de la notion de « nouvelle histoire Qing » (New Qing History), façonnée aux États-Unis dans le sillage de l’essor, sur place, des études mandchoues. Nous nous efforcerons de dresser un bilan de cette entreprise et nous nous interrogerons sur les enjeux historiographiques qui ont divisé – et continuent de le faire – les historiens, notamment en Chine continentale et aux États-Unis, autour du programme et des méthodes de cette nouvelle approche de l’histoire Qing. Pour clore cette synthèse, nous tenterons d’esquisser dans ses grandes lignes la forme que pourrait prendre une histoire de la dynastie Qing intégrant les avancées issues de ces débats.

Nouvelle poublication : Les lieux de la loi en Chine impériale

couverture_extremeorientextremeoccidentJérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l’Institut d’Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

Coordinateur(s) du numéro : Jérôme Bourgon |
Auteur(s) : Frédéric Constant | E. John Gregory | Jean-Louis Halperin | Zhang Ning | Max Oidtmann | Eric Schluessel | Ulrich Theobald | Xie Xin-zhe | Wang Zhiqiang

Consulter le sommaire sur le Revue.org

séminaire de l’IAO : Frédéric Constant

seminaireiao_2016_12_08« La culture juridique nomade face au droit étatique : le droit mongol sous les Qing »

Jeudi 8 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Frédéric Constant , maître de conférences en histoire du droit à l’université Paris X Nanterre.

Résumé : La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) étendit la souveraineté de l’empire chinois au-delà de ses limites traditionnelles et dut administrer les peuples nomades qui occupaient les territoires nouvellement conquis. L’intégration juridique des peuples des marches à un empire pose toute une série de questions étudiées à la fois par les anthropologues, les juristes et les historiens. Nous reviendrons sur les questions du pluralisme juridique et des transferts de droit ainsi que sur les choix faits par les Qing et les conséquences qu’ils eurent sur l’évolution du droit mongol.