Séminaire de l’IAO : Alain Delissen

Vendredi 19 janvier 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Ch’oe Namsǒn, Corée, 1908 : le commencement de la fin  »

Alain Delissen est historien, géographe et coréaniste. Il est le directeur d’études à l’EHESS et le directeur de l’Institut d’Etudes Coréennes du Collège de France.

Résumé : « Que faire ? » se demande en 1908 un jeune homme, Ch’oe Namsǒn (1890-1957) au moment même où son pays, la Corée, est suspendu entre Protectorat (1905) et annexion par le Japon (1910). Cette année-là, il invente la poésie coréenne moderne et lance la revue Sonyǒn (少年 – Garçon) où il se fait historien et géographe d’un pays menacé de disparition. On connaît la suite qui, au terme d’une brillante carrière en situation coloniale, conduit ce prolifique inventeur des études coréennes modernes (朝鮮學) au banc de l’infamie, emprisonné pour collaboration en 1949. Comment rendre compte de cette trajectoire et de sa postérité postcoloniale ? Cette conférence abordera les formes, matérielles, sociales ou symboliques, qui furent celles que prirent les contacts durant la période coloniale, autour de l’une de ses grandes figures, afin de revisiter les problématiques dominantes (résistance, collaboration).

Genre et nations partitionnées

Les colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

Dates :

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:15-18:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:15-18:00

Lieu(x) :

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Consulter le Programme du colloque Genre et nations partitionnées

Séminaire de l’IAO : Florence Galmiche

Jeudi 16 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Relations à l’histoire et commémorations dans le bouddhisme sud-coréen contemporain »

Florence Galmiche est maitresse de conférence à l’université Paris-Diderot, elle mène des recherches en anthropologie sur la Corée.

Résumé : Cette présentation comprendra deux directions principales. Elle visera dans un premier temps à décrire la situation et les principaux enjeux du bouddhisme contemporain en Corée du Sud, notamment en ce qui concerne les relations entre les institutions monastiques et la société. Dans un second temps, elle abordera plus spécifiquement la place de l’histoire récente au sein du bouddhisme coréen, notamment sous l’angle des cérémonies d’hommage aux morts. Elle analysera le rôle des rites dédiés aux morts de la Guerre du Pacifique ou de la Guerre de Corée à la fois pour les familles et dans le cadre de combats politiques.

Workshop Korean Archaeology and Cultural Heritage

Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du Centre de Recherches sur la Corée (CRC), un atelier en deux parties sur l’archéologie et le patrimoine culturel de la Corée aura lieu :

Workshop « Korean Archaeology and Cultural Heritage »
Le vendredi 17 mars 2017, de 14h00 à 17h30
Maison de l’Asie (Grand salon), 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Cet atelier sera précédé par une conférence d’Arnaud Nanta (CNRS – IAO) dans le cadre du séminaire « Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation » :

« La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938) »
Le mardi 14 mars 2017, de 15h00 à 17h00
Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

PROGRAMME

14 March 2017, 15h00-17h00

Introductory conference by Arnaud NANTA (CNRS – IAO): La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938)
Venue: Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

17 March 2017, 14h00-17h30
Venue: Centre de recherches sur la Corée (CRC)
Maison de l’Asie (Grand salon) – 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

14h00-14h30: Luis BOTELLA (University of Malaga)
Achieving Professional Credentials: South Korean Archaeology and University Degrees (1945-1979)

14h30-15h00: Linda GILAIZEAU (Mount Fuji World Heritage Center)
A Study of Korean and Japanese Interactions during Protohistory

15h00-15h30: Codruta SINTIONEAN (Babeş-Bolyai University)
Searching for the ‘Original Form’: The Practice of Reconstruction of Architectural Heritage in South Korea

15h30-16h00: Coffee break

16h00-16h30: Bryan SAUVADET (INALCO)
Religious Art in North Korea: The Missing Link in Korean Heritage Studies

16h30-17h00: Ariane PERRIN (UMR 8173)
Repatriating Korea’s Lost Cultural Properties

17h00-17h30: Discussant: Arnaud NANTA (CNRS – IAO)

Soirée du Collegium : Marie Seong-Hak Kim

soireecollegium_mariekimKorea and the Challenges of Comparative Legal History (La Corée et les défis d’une histoire du droit comparative)

14 février 2017 à 18h30, Résidence du Collegium, bat. D6, campus ENS Descartes.

Marie Seong-Hak Kim, Professeure d’histoire du droit, St. Cloud State University (USA) | Avocate au barreau de Minnesota | Résidente à l’Institut d’études avancées de Fribourg-en-Brisgau | Fellow 2011-2012 du Collegium de Lyon | Chercheuse associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO – CNRS-ENS de Lyon)

Résumé : Cette conférence présente un panorama synthétique de l’évolution du droit et du système juridique coréens durant les six derniers siècles. Dernièrement, l’historiographie du droit a adopté une orientation transnationale. La Corée moderne peut être vue comme un modèle d’une association réussie de différentes traditions juridiques nationales, en reflet d’une logique et d’une dynamique du droit capables de constituer un cadre juridique tout en préservant en même temps les spécificités d’une culture. Marie Seong-Hak Kim a récemment publié Law and Custom in Korea : Comparative Legal History (Cambridge University Press, 2012) et édité The Spirit of Korean Law : Korean Legal History in Context (Brill, 2016)

Inscription : Inscription gratuite obligatoire avant le 5 février 2017 : http://doodle.com/poll/amzb5nfx2udvpdxr

Séminaire de l’IAO : Pierre-Emmanuel Roux

seminaireiao_2016_11_10« Le christianisme en Corée : une figure d’exception en Asie orientale ? »
Jeudi 10 novembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Toute personne arrivant la première fois à Séoul est immanquablement frappée par la profusion des croix ornant la façade des églises et de bien d’autres bâtiments. Ce phénomène peut sembler d’autant plus étrange que la Corée est le pays d’Asie orientale où le christianisme a été introduit le plus tardivement, à partir de la fin du XVIIIe siècle, puis a subi une répression des plus sévères à l’époque du Chosŏn (1392-1910). Notre présentation cherchera à retracer cette trajectoire singulière pour mieux expliquer comment le tiers de la population sud-coréenne se revendique aujourd’hui d’une religion non plus étrangère mais pleinement coréenne.

Pierre-Emmanuel Roux est maître de conférences et responsable de la section d’études coréennes à l’université Paris Diderot. Il est également membre du Centre Chine-Corée-Japon de l’EHESS (UMR 8173). Ses travaux portent sur l’histoire du christianisme, du droit et des circulations en Asie orientale entre le XVIIe et le XIXe siècle.

Projet de recherche : Korean Soft Power in Southeast Asia

On the occasion of the 130th anniversary of the Korea-France friendship, and in the framework of a research project on “Korean Soft Power in Southeast Asia,” Virginie Vial and Peter von Staden presented the results of their research in two communications respectively titled :

“South Korean soft power in Indonesia: Geopolitical and economic regionalization in the digital age” (V. Vial & E. Lollo), and “Korea as number one: Why did Indonesians fall in love with Hallyu soft power?” (I. Oh & P. von Staden)

Following a workshop hosted by the Korea Foundation and organized by the Research Institute of Korean Studies at Korea University in Seoul, the international research team appeared on the Upfront TV program to debate the topic of « Korea as a Top Soft Power Country. »

Video1_VVial

The outcomes of this research project have also been broadcasted in French through Xerfi Canal TV – Precepta Stratégiques:

Video2_VVial

Colloque international : The Spirit of Korean Law: The Identity and Evolution of Korean law and legal Culture in Comparative Perspective, April 11-13, 2013

Affiche-Loi-coree-Avril-2013Overview: This international conference examine the trajectories of the development of Korean law and the legal system, from traditional to modern periods, by comparing them with those in other legal traditions.

Organizers: Marie Seong-Hak Kim (St. Cloud State University, U.S.A.) and Jérôme Bourgon (CNRS, France)

Supported by : Academy of Korean Studies

With additional support from Ecole Normale Supérieure de Lyon, Institut d’Asie Orientale, Collegium de Lyon, St. Cloud State University

[Programme]