Festival Kinotayo – 11e festival du cinéma japonais contemporain

festivalkinotayoLes Cinémas Lumière sont heureux d’accueillir la 11ème édition du Festival Kinotayo.

Ce festival sur le cinéma japonais contemporain, vous permet de découvrir 7 films inédits ou en avant-première à Lyon, du 14 au 18 Janvier, dans les salles CNP Terreaux, CNP Bellecour et La Fourmi.

La programmation propose notamment le film d’animation Your Name de Makoto Shinkai, ou encore Harmonium de Koji Fukuda, lauréat du Prix du Jury – Un certain Regard 2016.

Pour plus d’informations : http://cinema-cnp-bellecour.com/festival-kinotayo11e-festival-du-cinema-japonais-contemporain/

Panorama des cinémas chinois

affiche_panoramacinemachinoisDu 4 octobre 2016 au 5 octobre 2016
Horaires à venir
Lieu(x) : Théâtre Kantor – ENS de Lyon – Site René Descartes – 15 parvis René Descartes 69007 Lyon

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et le Département des arts de l’ENS de Lyon organisent les 4 et 5 octobre 2016, en salle Kantor un « Panorama des cinémas chinois » avec des films réalisés par des cinéastes de la République populaire de Chine et de Taiwan.

Contact : Elise Domenach

Elise Domenach : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011

« Ecopoétique cinématographique : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011. »
Elise Domenach, Chercheuse à l’ENS de Lyon
Colloque international en écopoétique, 22-25 juin Perpignan, France

Affiche_ecopoetiqueNous partirons de la pensée du cinéma du philosophe américain Stanley Cavell et du lien conceptuel qu’il fait simultanément dans La Projection du monde (The World Viewed) et dans Sens de Walden (The Senses of Walden, commentaire du livre de Thoreau) en 1971 l’ontologie du médium cinématographique » et la possibilité de retrouver, renouer avec ou encore rédimer (recover) le monde ; une proximité ordinaire avec le monde. De cette coïncidence nous ferons l’argument d’une exploration des pouvoirs d’expression et de domestication de notre scepticisme du médium cinématographique tels qu’ils apparaissent dans quelques films sur la catastrophe multiple (naturelle, industrielle, écologique, humaine, sociale, politique) qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. Nous envisagerons comment s’exprime dans les films notre sentiment d’un monde en repli, d’une absence au monde, et symétriquement comment les films peuvent retisser un sentiment de présence du monde : nous redonner à entendre et écouter la vague du tsunami, comme la voix des hommes et femmes témoignant de cet événement traumatique dans la trilogie tournée dans le Tohoku par Ko Sakai et Ryusuke Hamaguchi : The Sound of the Waves, Voices from the Waves, Storytellers ; ou nous donner à voir notre aveuglement à nos capacités de destruction (Nuclear Nation de Atsushi Funahashi) ; ou encore la menace invisible des radiations nucléaires (dans No Man’s Zone de Toshi Fujiwara). Car certains films nous donnent non seulement à penser et comprendre différemment notre rapport au monde, mais à appréhender de manière sensible et concrète la possibilité d’un retournement, d’une renégociation sensible de positions
morales ordinaires vis-à-vis du monde et des autres.

Élise Domenach est Maître de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon. Agrégée et docteure en philosophie, elle est chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale (IAO-CNRS UMR 5062). Elle est l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme, et de Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais. Chercheure invitée pendant deux ans au Centre de philosophie de l’Université de Tokyo (2013-2015) elle a été professeure invitée à l’Université Meiji (Tokyo). Ses recherches portent sur le scepticisme au cinéma et, plus particulièrement depuis quelques années, sur les films sur la crise nucléaire de Fukushima.

Programme

Toutes les informations pratiques et le livret des conférenciers avec les résumés des communications sont disponibles sur le site dédié au colloque :

Parution d’ouvrage: History in images

History in images. Pictures and public space in modern China est le premier résultat du cycle d’ateliers et de conférences organisés par Yeh Wen-hsin et Christian Henriot depuis 2006 sur la question de la place et de l’usage des images par l’historien.  Le domaine exploré dans ce volume est l’histoire moderne de la Chine et l’angle choisi  est celui des images dans l’espace public. La caméra et l’imprimerie se sont combinées pour produire une révolution dans la communication dans l’espace public urbain chinois.

Malgré la quantité et la disponibilité des données visuelles de l’histoire, peu d’historiens de la Chine ont investi ce corpus de sources dans un effort concentré pour les traiter comme une ressource importante de leur recherche. Comme dans le cas des documents textuels, la fabrication d’images historiques à une époque donnée a souvent peu à voir avec les projets des futurs historiens. Les photos, comme nous le savons, ne reflètent pas seulement différentes formes de l’expérience historique. Elles incarnent des formes de communication. Elles circulent comme des artefacts en eux-mêmes. Et elles survivent comme des objets encodés. Elles ne sont tout simplement pas réductibles à des mots.

History in images. Pictures and public space in modern China

Dans ce volume, les auteurs examinent la question des «images de l’histoire » dans le contexte de l’histoire urbaine chinoise moderne. Ils le font en réponse à la fois à la disponibilité d’une quantité massive de données visuelles sur la période républicaine et à un manque évident d’efforts soutenus, de la part des historiens, par opposition aux approches culturelles et issues d’autres disciplines, pour s’atteler à l’exploitation de ces matériaux pour la connaissance historique.

L’étonnant héritage visuel que nous ont légué les photographes et les cinéastes (et plus largement les artistes visuels) dans la Chine moderne constitue une archive massive qui attend d’être incorporée dans les directions de recherche les plus actuelles de l’histoire chinoise. Le présent volume suggère des pistes possibles pour une révision des pratiques dans l’enquête historique et pour étudier comment la société moderne chinoise elle-même s’est exprimée à travers la culture visuelle, quelles ressources ont été mobilisées et déployées, et à quelles fins sociales, culturelles et politiques.

Nouvelle doctorante – Zhao Weiqing

Dans le cadre du projet CIBLE retenu par la Région Rhône-Alpes (Resp. Christian Henriot), Mlle Zhao Weiqing a été retenue à l’issue d’un appel à candidature international pour l’allocation de recherche attribuée à ce projet. Mlle Zhao est diplômée de l’Université de Shanghai où elle a reçu son master consacré à la censure cinétographique dans la Concession internationale de Shanghai. Dans le cadre de sa thèse à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Mlle Zhao abordera un sujet plus vaste, sous la direction de Christian Henriot (Université Lumière-Lyon 2) — « Pouvoir et censure: les espaces du cinéma à Shanghai (1927-1943) » — avec entre autres une approche fondée sur le SIG appliqué à l’histoire.