Soutenance de thèse : Cécile Armand

Le mardi 27 juin 2017, Cécile Armand soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Placing the history of advertising » : une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Cette thèse a été préparée sous la direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown University, Washington, D.C.). La soutenance aura lieu dans la salle des thèses à l’ENS de Lyon (site Monod).

Résumé de la thèse :

Directement inspirée de P. Ethington et son projet de « situer le passé » placing the past), cette thèse adopte une démarche spatiale pour « rematérialiser », « réincarner » et « repolitiser » l’histoire de la publicité à Shanghai (1905-1949), à la fois dans la presse locale (Shenbao, North China Daily News) et dans les rues de la ville. Refusant tout usage métaphorique de l’espace, cette thèse emprunte aux différentes « sciences de l’espace » pour tourner autour de l’objet publicitaire et l’appréhender dans ses multiples dimensions. Dans la première partie, la démographie et géopolitique sont convoquées pour prendre la mesure des populations et des territoires publicitaires (chapitres 1 et 2). La deuxième partie propose une sociologie des acteurs de la profession naissante (chapitre 3) et de la production/consommation (chapitre 4) afin de démonter la « fabrique » publicitaire. La troisième partie ouvre un observatoire de ses paysages et saisit les espaces publicitaires comme un « laboratoire » de la « modernité » à Shanghai (chapitres 5 et 6). La dernière partie s’efforce de remettre l’histoire spatiale en mouvement en retraçant les circulations et les rythmes publicitaires (chapitres 7 et 8). Au-delà, la démarche spatiale de cette thèse vise à « faire une place » à l’objet publicitaire dans l’historiographie. Nourrie de matériaux divers (presse, archives, photographies, croquis, cartes, statistiques), elle propose une alternative à l’histoire des représentations et apporte un autre éclairage sur l’histoire urbaine. Articulée à une plateforme ad hoc (MADSpace) (http://madspace.org/) qui en est le prolongement hypertextuel, cette thèse ouvre une réflexion sur les nouvelles manières de faire et d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Devant le jury composé de :

  • BENEDICT, Carol, History Professor, Georgetown University, Washington, D.C. (Etats-Unis).
  • CHESSEL, Marie-Emmanuelle, Directrice de Recherche, CNRS – Centre de Sociologie des Organisations, Paris
  • HENRIOT, Christian, Professeur, Aix-Marseille Université.
  • PAULES, Xavier, Maître de Conférences, EHESS, Paris.
  • PINOL, Jean-Luc, Professeur émérite, ENS de Lyon, Lyon.
  • VOLAIT, Mercedes, Directrice de Recherche, CNRS – INHA, Paris.

Séminaire de l’IAO : Salima Bekbolotova


« Economic integration processes in Central Asia and China’s “New Silk Road” initiative »

Salima Bekbolotova, Associate Professor of Economics, American University of Central Asia, Kyrgyzstan & FMSH research fellow, IAO (UMR 5062)

Lundi 29 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : This research seminar is devoted to uncover economic development peculiarities of Central Asian countries in the context of contemporary integration and globalization processes. The author’s view on the model of economic reforms of Central Asian countries will be presented. She will describe reasons behind economic failure of the region since their independence, and discuss its economic development prospects. Special attention during the seminar will be paid to economic challenges of membership of Kyrgyzstan and Kazakhstan in the Eurasian Economic Union (EEU), as well as to disputes of possible accession of other CA countries to the EEU. The author will also concentrate on some economic implications for CA countries within the China’s “One Belt, One Road” (OBOR) initiative framework (“new silk road”).

Séminaire interdisciplinaire d’histoire économique – Questions sur l’économie de la Chine (XIe et XIIe / XVIe-XIXe siècles)

Le mardi 25 avril – de 16h à 19h, Christian Lamouroux et François Gipouloux vont intervenir dans le cadre du  séminaire interdisciplinaire d’histoire économique (CIHAM, HiSoMA & LARHRA)

MOM Salle Reinach –  entrée par le 86 rue Pasteur – Lyon 7e.

Christian Lamouroux : « Les marchés et l’intégration des économies régionales dans la Chine des XIe et XIIe siècles »
Après une introduction consacrée aux historiographies chinoise,   japonaise et occidentale,   qui analysent l’histoire économique de la Chine entre le début du second millénaire et la fin de l’empire en 1911, on abordera une de leurs thématiques centrales : la question du marché et des marchés. Il s’agira d’éclairer deux points : y a-t-il eu une révolution médiévale en Chine ? Un marché a-t-il existé à l’échelle de l’empire ? »

François Gipouloux : « Une histoire économique comparée Europe Chine est-elle possible ? Réflexions préliminaires sur la trajectoire spécifique des institutions économiques chinoises à la fin de l’époque impériale,  XVIe-XIXe siècle »
Cette présentation s’attachera à explorer la trajectoire spécifique de quelques institutions économiques chinoises à travers l’exemple de 3 réseaux régionaux de marchands (Fujian, Anhui et Shanxi) sur une période qui va du XVIe au XIXe siècle. Elle revisitera la thématique de la ‘grande divergence’ développée par Pomeranz en prenant en considération la question suivante: alors que l’économie de marché dans la Chine impériale tardive est florissante et que les riches marchands prolifèrent,  pourquoi l’accumulation et la transmission du capital est-elle aussi problématique ? »

séminaire de l’IAO : Laure Zhang

« La Législation complexe de l’Etat impérial des Qing sur des territoires des Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au 18ème siècle »

Laure Zhang, professeure ordinaire à l’université de Genève, chercheuse au CECMC (EHESS, Paris), est historienne du droit et de la peine capitale en Chine.

Mardi 23 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La conquête des territoires des Miao au 18ème siècle s’est accompagnée par une reconnaissance limitée de certaines de leurs « règles coutumières » mais aussi par l’imposition de plus en plus rigoureuse des lois impériales à leur encontre. Pour imposer son monopole sur la violence au sein de ces nouveaux territoires, l’État impérial organise des campagnes militaires ou policières successives pendant plus d’un siècle. Ces campagnes sont dirigées contre trois grands crimes attribués aux Miao « crus » : le pillage, l’enlèvement contre rançon et le trafic d’êtres humains. Au cours des combats contre ce dernier crime, le législateur mandchou fait face à un double dilemme : maintenir le privilège originellement propre aux gens des bannières de posséder des esclaves tout en permettant la possession limitée de gens de conditions servile par de simples particuliers chinois ; criminaliser le trafic d’êtres humains organisé par les trafiquants alors même qu’ils tolèrent leur participation au commerce de populations Miao capturées par l’armée impériale.

Shanghai JORISS Workshop

April 14-15, 2017 East Normal University

Policing port cities during the « colonial era » : Tianjin & Shanghai : interaction between Western and Chinese police forces, 1860-1945

First Workshop : Circulation of men and police knowledge in Contemporary China organized by Christine Cornet, Professor at Sciences‐Po Lyon and Ruan Qinghua, professor at East China Normal University.

The study of the police forces in Chinese cities, especially those established and run by foreigners, represents a new field of Chinese urban history. Over the last past years, the question of social control and public order in the cosmopolitan treaty ports has received more attention. This workshop opens a new approach of policing the Chinese Treaty Ports in exploring influence and conflict between foreign and chinese police forces. Influence means hybridization between local and external practices of social order. Influence of foreign model police in China began at the end of the XIX century with the german police system exported to Japan Meiji and « reproduced » in China. But the presence of British, French and American in China offered new model for policing the cities. The ambiguous status of treaty ports cities divided into several municipalities institutions (administration, law, police, urbanworks, health, transport, education), modified the nature of social control and public order. But before the arriving of Westerners China had its own traditional system of social control. The reform of the police is part of the general process of institutional reform during the late Qing period and it is also embedded in the army modernization.

Programme (日程安排)

Séminaire de l’IAO : Luca Gabbiani


« La dynastie Qing (1644-1911) et sa « nouvelle histoire » – Essai de synthèse autour d’un débat historiographique et de ses enjeux »

Luca Gabbiani, maître de conférences à l’EFEO (UMR 8173 « Chine, Corée, Japon »)

Vendredi 07 avril 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La dynastie Qing est la dernière à avoir régné sur la Chine impériale. Depuis un bon demi-siècle, les historiens ont activement revisité la période en s’appuyant sur l’immense réservoir documentaire qu’elle nous a laissé. Le propos de cette intervention sera centré sur les débats qui ont secoué le monde des spécialistes de l’histoire de cette dynastie depuis une vingtaine d’année autour de la notion de « nouvelle histoire Qing » (New Qing History), façonnée aux États-Unis dans le sillage de l’essor, sur place, des études mandchoues. Nous nous efforcerons de dresser un bilan de cette entreprise et nous nous interrogerons sur les enjeux historiographiques qui ont divisé – et continuent de le faire – les historiens, notamment en Chine continentale et aux États-Unis, autour du programme et des méthodes de cette nouvelle approche de l’histoire Qing. Pour clore cette synthèse, nous tenterons d’esquisser dans ses grandes lignes la forme que pourrait prendre une histoire de la dynastie Qing intégrant les avancées issues de ces débats.

Prix de thèse du GIS Asie 2016

La première édition du Prix de thèse sur l’Asie, organisée par le GIS Asie, a attiré une 50-taine de candidatures. Trois prix ont été proposés pour récompenser des travaux portant sur l’Asie, soutenus en France ou en français, entre 2014 et 2015, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales. Le jury a également souhaité attribuer un accessit à Mme Huayan Wang pour sa thèse Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS.

Résumé de la thèse : Prenant principalement appui sur des sources épigraphiques, le présent travail est centré sur l’histoire politique et sociale d’un culte durant sa période de développement entre le Xe et le XVe siècle. Ce culte, né dans la Chine du Nord vers le IXe siècle, était fondé sur des sources légendaires, historiques et religieuses autour d’un personnage nommé Cui Fujun 崔府君. Il s’est d’abord développé dans des sociétés locales avant d’être intégré dans les registres des sacrifices officiels à la fin du Xe siècle pour avoir légitimé plusieurs successions impériales ou avoir protégé le territoire de l’empire. Durant la période étudiée, plusieurs dynasties d’origines ethniques différentes se succédèrent ou cohabitèrent ; chacune d’elles trouva un intérêt à s’approprier ce culte en octroyant à la divinité des titres et en lui offrant des sacrifices. Cette faveur des pouvoirs dynastiques a contribué à sa popularité et à sa diffusion dans les sociétés locales qui, quant à elles, créèrent leurs propres sources pour alimenter cette croyance. Notre étude se déroule en deux étapes et sur deux terrains. Dans un premier temps, nous étudions le rôle politique du culte de Cui Fujun, d’abord au sein d’une seule dynastie, celle des Song (960-1279), puis entre deux dynasties rivales, les Song et les Jin (1115-1234). Grâce à la légende qui faisait de Cui Fujun le juge des enfers qui avait été capable de sortir Tang Taizong (r. 626-649) de la crise de succession où le fratricide l’avait entraîné, les empereurs des Song ont pu éviter eux-mêmes plusieurs crises de succession. Durant la période où les Jin et les Song du Sud se disputaient des territoires, les premiers firent de Cui Fujun le substitut du dieu du Pic du Sud (Nanyue 南嶽), pour qu’il reçoive les sacrifices dus à ce dernier alors que le Pic se situait dans le territoire administré par les Song du Sud. De ce fait, la cour des Jin a pu rendre des sacrifices complets aux cinq Monts sacrés, symbole de la souveraineté sur tout le territoire. Parallèlement, les Song du Sud vénéraient Cui Fujun comme dieu protecteur de la famille impériale puisqu’il était censé avoir sauvé Gaozong (r. 1127-1162), le premier empereur, et prédit la naissance de Xiaozong (r. 1162-1189), son successeur.

Dans un second temps, notre regard porte sur divers aspects des sociétés locales entre les XIIIe et XVe siècles. Considéré comme un fonctionnaire modèle, représentant de la justice et protecteur du peuple, mais aussi défenseur du territoire, Cui Fujun fut vénéré du nord au sud. Au nord, dans les lieux d’origine de son culte, Luzhou et Cizhou, nous observons divers milieux sociaux : des fonctionnaires, des notables locaux, de simples villageois. Nous constatons que plusieurs activités cultuelles organisaient la vie collective et assuraient l’ordre social : constructions de temples, donations et prières. Au sud, sur les lieux d’extension du culte, nous observons un processus d’intégration et un phénomène d’adaptation du culte à des situations variées.

Colloque : La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?

Le Master 2 Relations Internationales & Diplomatie organise un colloque sur le thème :  » La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?  »

Date :  jeudi 9 mars 2017, 9h00-17h00
Lieu : Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 92 rue Pasteur 69007 Lyon

Téléchargez le programme détaillé

Nouvelle poublication : Les lieux de la loi en Chine impériale

couverture_extremeorientextremeoccidentJérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l’Institut d’Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

Coordinateur(s) du numéro : Jérôme Bourgon |
Auteur(s) : Frédéric Constant | E. John Gregory | Jean-Louis Halperin | Zhang Ning | Max Oidtmann | Eric Schluessel | Ulrich Theobald | Xie Xin-zhe | Wang Zhiqiang

Consulter le sommaire sur le Revue.org

Séminaire de l’IAO : Meng Jin

seminaireiao_2016_12_01« Paix et sécurité en Afrique francophone : visions et préoccupations chinoises »

Jeudi 1 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Meng Jin, Chercheuse associée à l’Institut d’Asie Orientale

Résumé : La Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique, ne peut échapper à l’attention des autres puissances. La nécessité de protéger ses investissements et ses ressortissants fait du problème sécuritaire une préoccupation majeure pour le gouvernement chinois, maintenant à l’avant de la scène africaine. Cependant, sa conception de la sécurité et ses mécanismes d’implication diffèrent de ceux des pays occidentaux. Souvent considéré comme un pays prédateur de ressources et attiré par le potentiel du marché africain, la Chine développe en réalité une stratégie globale et « ambitieuse ». Elle offre l’opportunité d’une alternative au mode de développement dominant ainsi que la possibilité d’établir un nouveau type de gouvernance reposant sur la coopération.

Nouvelle publication de Romain Graziani dans l’ouvrage Ideology of Power and Power of Ideology in early China

couverture_ideologychinaGraziani, Romain, « Monarch and Minister : Reflections on an impossible partnership in the building of absolute monarchy », in The Ideology of Power and Power of Ideology in early China, ed. Paul Goldin, Martin Kern, and Yuri Pines, Brill, Leyden 2015, p.155-180.

Ideology of Power and Power of Ideology in Early China explores ancient Chinese political thought during the centuries surrounding the formation of the empire in 221 BCE. The individual chapters examine the ideology and practices of legitimation, views of rulership, conceptualizations of ruler-minister relations, economic thought, and the bureaucratic administration of commoners.

The contributors analyze the formation of power relations from various angles, ranging from artistic expression to religious ideas, political rhetoric, and administrative action. They demonstrate the interrelatedness of historiography and political ideology and show how the same text served both to strengthen the ruler’s authority and moderate his excesses. Together, the chapters highlight the immense complexity of ancient Chinese political thought, and the deep tensions running within it.

Contributors include Scott Cook, Joachim Gentz, Paul R. Goldin, Romain Graziani, Martin Kern, Liu Zehua, Luo Xinhui, Yuri Pines, Roel Sterckx, and Charles Sanft.

Plus information : http://www.brill.com/products/book/ideology-power-and-power-ideology-early-china

séminaire de l’IAO : Frédéric Constant

seminaireiao_2016_12_08« La culture juridique nomade face au droit étatique : le droit mongol sous les Qing »

Jeudi 8 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Frédéric Constant , maître de conférences en histoire du droit à l’université Paris X Nanterre.

Résumé : La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) étendit la souveraineté de l’empire chinois au-delà de ses limites traditionnelles et dut administrer les peuples nomades qui occupaient les territoires nouvellement conquis. L’intégration juridique des peuples des marches à un empire pose toute une série de questions étudiées à la fois par les anthropologues, les juristes et les historiens. Nous reviendrons sur les questions du pluralisme juridique et des transferts de droit ainsi que sur les choix faits par les Qing et les conséquences qu’ils eurent sur l’évolution du droit mongol.

Séminaire de l’IAO : Florence Graezer Bideau

seminaireiao_2016_11_17

« Cartographier les mémoires collectives à Gulou ou la difficulté d’allier volonté politique et voix populaires dans le centre historique de Pékin »

Jeudi 17 novembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Florence Graezer Bideau, Maître d’enseignement et de recherche – Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Institute for Area and Global Studies – Collège des Humanités, Directrice du Minor in Area and Cultural Studies

Résumé : Depuis 1972, la question patrimoniale intéresse de nombreux pays. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) insiste sur la nécessité d’intégrer la participation des communautés dans le processus de définition et d’inscription patrimonial. La recommandation sur les « paysages historiques urbains » de l’UNESCO en 2011 confirme cette nouvelle approche participative.

La Chine, en particulier la Chine urbaine, offre des exemples pertinents pour illustrer les contradictions de ces nouvelles interprétations de la question patrimoniale. La discussion se concentrera sur Gulou, un quartier situé entre les tours du tambour et de la cloche à Pékin. Constitué principalement de maisons sur cour (siheyuan) et des allées (hutong), Gulou connaît une transformation spatiale rapide et radicale en proie à la spéculation immobilière et à la gentrification impliquant une modification des représentations de la mémoire collective parmi les résidents et les autorités locales.

Panorama des cinémas chinois

affiche_panoramacinemachinoisDu 4 octobre 2016 au 5 octobre 2016
Horaires à venir
Lieu(x) : Théâtre Kantor – ENS de Lyon – Site René Descartes – 15 parvis René Descartes 69007 Lyon

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et le Département des arts de l’ENS de Lyon organisent les 4 et 5 octobre 2016, en salle Kantor un « Panorama des cinémas chinois » avec des films réalisés par des cinéastes de la République populaire de Chine et de Taiwan.

Contact : Elise Domenach

Laurent Gédéon, « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Photo pleine pageIntervention de Laurent Gédéon dans le cadre de la journée d’étude organisée le 18 mars 2016 par l’IrAsia à Aix-en-Provence sur le thème « L’Asie et la mer… Entre enjeux et conflits ». Cette journée réunira différents spécialistes civils et militaires des questions géostratégiques et géomaritimes en Asie. L. Gédéon interviendra spécifiquement sur le sujet suivant : « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Programme de la journée