Carrefour des sciences sociales ENS Lyon – EHESS

Organisé conjointement par l’EHESS et l’ENS Lyon, le « carrefour des sciences sociales » entend proposer chaque année six conférences-débats sur des questions qui sont au centre des recherches actuelles en sciences sociales. Ces rencontres et associeront des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’EHESS et de l’ENS Lyon qui aborderont un thème précis suivant une approche pluridisciplinaire. Elles seront ouvertes aux étudiantes et étudiants (licence, master, doctorat) qui seront invité.e.s à participer aux discussions.

Séance du jeudi 4 mai 2017 : « Économie et spiritualité en Asie orientale »
Salle F. 001 – 17 h-19 h.

Présentation et débats animés par Jacques Chiffoleau (historien, EHESS)

Jean-Pascal Bassino (économiste, ENS Lyon) : « Les entrepreneurs de services spirituels et la spiritualité des entrepreneurs au Japon du milieu du XIXe siècle à nos jours »

Rémy Madinier (historien, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) : « La marchandisation de l’islam en Asie du Sud-Est : un post islamisme ? »

Alors que différents travaux récents en histoire économique invitent à revisiter l’hypothèse wébérienne concernant l’influence des institutions, valeurs et doctrines religieuses sur les comportements économiques en Europe depuis l’époque moderne (parmi ces travaux, mentionnons Anderson et al. 2016), le lien entre spiritualité et économie ne fait l’objet d’aucune discussion dans le débat sur la grande divergence entre l’Asie et l’Europe depuis l’époque moderne. À titre d’exemple, les termes « spiritualité » et « religion » ne sont pas mentionné dans l’ouvrage de K. Pomeranz (2000).

L’anthropologie, l’économie et l’histoire des religions ont paradoxalement peu étudié l’Asie orientale,, malgré l’importance des travaux philologiques sur le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoïsme au sein des études asiatiques, depuis leur apparition au XIXe siècle. Le terme de spiritualité apparaît du reste plus pertinent que celui de religion pour analyser ces phénomènes : en effet, la demande sociale s’adresse à des individus ou des institutions proposant une expérience spirituelle compatible avec le syncrétisme traditionnel de ces sociétés, y compris dans les régions où le christianisme ou l’islam sont dominants. Dans certaines sociétés d’Asie orientale, les notions de sacré et de divinité sont du reste absentes.

La demande portant sur des services spirituels n’a pas fait l’objet d’une évaluation quantitative mais les descriptions du XIXe et début XXe indiquent clairement qu’elles représentaient une part des dépenses publiques et privées au moins équivalente à ce qui était alors observé en Europe et en Amérique du Nord. La tendance récente se caractérise par une nette augmentation de la demande des ménages et sa sophistication. On peut noter en outre que les entrepreneurs qui ont été à l’origine du miracle économique de l’Asie de l’Est au milieu et à la fin du XXe siècle n’ont pas été mus par un comportement d’optimisation purement économique. Leurs motivations, et celles de leurs salariés, ont relevé de considérations spirituelles qui ont été largement ignorées ou minorées.

Ce sont quelques-unes de ces questions que la deuxième séance du « carrefour des sciences sociales » souhaiterait examiner en confrontant les points de vue de chercheuses et de chercheurs ayant des ancrages disciplinaires spécifiques.

Bibliographie indicative

B. Andersen, J. Bentzen, C. J. Dalgaard, & P. Sharp , « Pre‐Reformation Roots of the Protestant Ethic », The Economic Journal, 2016 (http://wrap.warwick.ac.uk/59222/1/WRAP_137_2013_andersen.pdf)

Johan Fischer, Proper Islamic Consumption : Shopping among the Malays in Modern Malaysia, Copenhague, NIAS, 2008.

Rémy Madinier, « Du phalanstère au marché de niche : genèse et évolution de l’immobilier islamique indonésien », Archives des sciences sociales des religions, n° 175, 2016, p. 111-134.

Gwenaël Njoto-Feillard, L’islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, IISMM-Karthala, 2012

Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China. Europe, and the making of the modern world economy. Princeton University Press, 2000

Daromir Rudnyckyj, Spiritual economies : Islam, globalization and the afterlife of development, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2010.

L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives

L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives, sous la direction d’Abigaël Pesses et François Robinne, vient de paraître. Participation des chercheurs de l’IAO, Laurent Gédéon et François Guillemot pour l’article consacré au Viêt Nam.

ASE_2015Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.

Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2014, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2015 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, L’Asie du Sud-Est 2015 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée sur chacun des onze pays de la région, L’Asie   du Sud-Est 2015 propose quatre dossiers et un débat sur des sujets d’actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois. Il est augmenté pour la première fois d’un très utile inventaire des principales ONG françaises en Asie du Sud-Est.

* * *

Avec les contributions de :
Sarah Anaïs Andrieu, Stéphane Bernard, François-Xavier Bonnet,
Sophie Boisseau du Rocher, Vanina Bouté, Bénédicte Brac de la Perrière,
Christine Cabasset, Barthélémy Courmont, Jean-Raphaël Chaponnière,
Steeve Daviau, Arnaud Dubus, Éric Frécon, Laurent Gédéon,
Stéphanie Gée, Anne Yvonne Guillou, François Guillemot, Bruno Jetin,
Rodolphe de Koninck, Elsa Lafaye de Micheaux, Frédéric Lasserre,
Eric Mottet, Pham Thanh Hai et Marie-Sybille de Vienne.

 Avec la participation des stagiaires de l’Irasec, pour la chronologie
par pays et le répertoire des ONG en annexe de :

Anne-Lise Guillet, Irvin Louaas et François Vézier

Cet ouvrage est le fruit d’un programme de l’Institut de recherche
sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, en co-publication avec Les Indes savantes.
Il a été réalisé avec le soutien financier de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Malaisie.

Réf. : Pesses, Abigaël & Robinne, François (dir.), L’Asie du Sud-Est 2015. Bilan, enjeux et perspectives, Paris-Bangkok, Les Indes savantes – Irasec, 2015, 399 pages.

Source : IRASEC

IIAS Workshop : Communities in Between: Redefining Social Spaces in Southeast Asian Borderlands.

Affiche_workshop_3_4_nov_2014
Date : 3-4 Novembre 2014
Lieu : ENS de Lyon, site Buisson, 15 Parvis René Descartes, Lyon, France.

Organised by the Institute of East Asian Studies (IAO) and the International Institute for Asian Studies (IIAS)

The workshop “Communities in Between: Redefining Social Spaces in Southeast Asian Borderlands” will study Southeast Asia based on networks, processes, transitions, polyvalence, and fluidity, in opposition with the concepts of the “nation­‐state” or the “region”. The participants will revisit state-­‐society relations through the perspective of the borderlands as they can be seen as products of a social and political negotiation of space. They will highlight the ongoing deep transformation of statehood, citizenship, sovereignty and identity formations along routes and borders across Southeast Asia. While globalization theories have put emphasis on the dissolutions of borders, the waning of the state power, as well as the destruction of local traditions and communities, this workshop seeks to unravel the ways in which everyday practices of peripheral subjects intersect with central powers, thus producing heterogeneous scenarios of manoeuvring, negotiation, collaboration, and resistance. The contributions will show how peripheral subjects are increasingly engaging in processes of globalization and development, and concomitantly, how the state engages in projecting frontier areas into national territory, using the new spaces thus produced as means of reinforcement of state authority.

[Programme]

[Poster]

[Rethinking Asia]

L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives [parution]

L'AsieDuSudEst_2014[Présentation de l’éditeur] Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.

Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année passée, cette collection participe d’une meilleure compréhension des grands enjeux et des perspectives à court ou moyen terme dans une région comprenant près de 600 millions d’habitants et qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année de nombreux chercheurs et experts, la collection L’Asie du Sud-Est offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée, Asie du Sud-Est 2014 propose trois dossiers et un débat sur des sujets d’actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois ainsi qu’une liste des principaux ouvrages publiés au cours de l’année. Il est augmenté pour la première fois d’un très utile inventaire des principaux think tanks en Asie du Sud-Est.

Réf. : Jérémy Jammes & François Robinne, L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives, Bangkok-Paris, IRASEC / Les Indes Savantes, 2014, 475 p.

Avec les contributions de : Sarah Anaïs Andrieu, François-Xavier Bonnet, Christine Cabasset, Jean-Raphaël Charbonnière, Arnaud Dubus, Renaud Egreteau, Nathalie Fau, Bernard Formoso, Eric Frécon, Laurent Gédéon, François Guillemot, Anne Yvonne Guillou, Bruno Jetin, Fabienne Luco, Marie Mellac, Grégory Mikaelian, Vatthana Pholsena et Marie-Sybille de Vienne.

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā [Mémoire de M2]

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.

Parution d’ouvrage : L’Asie du Sud-Est 2012

L’Asie du Sud-Est 2012, Les événements majeurs de l’année


Sous la direction de Jérémy JAMMES et Benoît de TREGLODE



Avec les contributions de :
Pascal Bourdeaux, Christine Cabasset-Semedo, Jean-Raphaël Chaponnière, Pierre-Arnaud Chouvy, Arnaud Dubus, Renaud Egreteau, Sébastien Fath, Nathalie Fau, Laurent Gédéon, François Guillemot, Jacques Ivanoff, Jérémy Jammes, Solomon Kane, Rémy Madinier, Grégory Mikaelian, Charles M. Paret, Vatthana Pholsena, Martin Rathie, Abel Tournier, Benoît de Tréglodé, Marie-Sybille de Vienne, et Jean-Paul Willaime.

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des principaux événements de l’année 2011, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux de l’année 2012 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts européens et asiatiques, Asie du Sud-Est 2012 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Contributions de l’IAO à cet ouvrage :

Vatthana Pholsena & Martin Rathie, « Laos. L’art du renouvellement (partiel) des élites politiques », pp. 171-188

Laurent Gédéon & François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », pp. 289-311

Autres contributions, voir : Réseau Asie