Measuring and planning change

Séminaire inter ateliers 2-5 -8
V
endredi 9 février 2018, 9h30- 12h30
ENS, site Descartes, Lyon, D2-117

This half-day seminar is organised on the occasion of the visit in Lyon of Dr Ruishan Chen, from East China Normal University (ECNU) in Shanghai. It will give us an opportunity to identify possible topics for collaboration with ECNU (a large research university in the geographic sciences and a strong institutional partner from both Université de Lyon and ENS de Lyon). The seminar will also be the occasion to present the advancement of current projects across research strands 2, 5 and 8 of the lab, projects that all speak to its overarching research theme, “The dynamics of change”.

9h30: Introduction, R. Garcier, E. Cossart, H. Mathian

9h35-9h45: Overview of research at ECNU and opportunities for collaboration, Dr  Ruishan Chen (https://www.researchgate.net/profile/Ruishan_Chen)

9h45-10h30: “China’s urbanization : challenges for rural and urban development”, Ruishan Chen

Presentations from EVS researchers

10h45-11h30: « DILEM project : first results of the longitudinal survey on the routes and risk representation of displaced and undecided inhabitants after the nuclear accident of Fukushima »,  Marie Augendre, Claire Cunty,  EVS-Université Lyon2 , Hélène Mathian, EVS-CNRS

11h30-12h15: « IMOPE project – a digital tool for the upscaling of urban renewal projects » –  Jonathan Villot, EVS, École des mines Saint-Etienne

12h15-12h45:  « Climate change and deglaciation patterns in the Alps : Regional trends from local observations » ,  Etienne Cossart,  EVS-Université Lyon3

Discussions  qui peuvent se prolonger au déjeuner

toutes les infos sur: https://atelier8.hypotheses.org/629

Nouvel An Lunaire 2018

Comme chaque année, l’ENS de Lyon et l’Institut d’Asie Orientale (IAO) fêteront le nouvel an lunaire 農曆新年, placé cette année sous le signe du Chien.

Lundi 5 mars 2018, 16h30 -22h00
Théâtre Kantor – Site René Descartes

Soirée cinéma – Asie et gastronomie :

16h30 : Ouverture du Nouvel an lunaire – Allocutions – Présentation des films : table ronde avec Romain Graziani, Elise Domenach ( ENS de Lyon)

17h00-19h30 : projection film n° 1 : タンポポ (Tampopo), de Itami Jūzo, 1h58min (1985)
Tanpopo (Pissenlit) qui élève seule son fils, tient un petit restaurant de ramen, les nouilles japonaises. Elle vit sobrement jusqu’au jour à l’un de ses clients décide de l’aider à trouver la meilleures de toutes les recettes.
Tanpopo est le 3e des dix films écrits et réalisés par Itami Jūzō (1933-1997). C’est aussi le film qui lui assura sa renommée internationale. Sortie en 1985, cette comédie japonaise est, selon son auteur, le premier « ramen-western ».
Selon le critique Roger Ebert du Chicago-sun Times (11 sept. 1987), « ce film, très très japonais, qui semble ne faire aucun effort pour communiquer avec d’autres cultures, est universel, justement pour cette même raison. Qui ne peut s’identifier à la quête des pâtes parfaites ? »
Japon, 1985, de Itami Jūzō, avec YAMAZAKI Tsutomu, MIYAMOTO Nobuko, WATANABE Ken

19h30-20h00 : pause

20h00-22h00 : projection film n° 2 饮食男女 (Sucré Salé) de Ang Lee, 2h04min (1994)
Yin shi nan nu, Sucré-Salé en français, Eat Drink Man Woman en anglais,
A Taipei, M. Chu, cuisinier de renom, vit seul avec ses trois filles adultes, dont les vies prennent des trajectoires différentes, symboliques du Taiwan des années 90. Le dimanche, la famille se retrouve autour des somptueux mets préparés par leur père.
Yin shi nan nu, dont le titre fait référence au Livre des Rites de Confucius, est le 3e film de Ang Lee. Acclamé par la critique internationale, selon Hal Hinson du Washington Post (19 août 1994) « c’est une magnifique balance d’éléments, à la fois moelleux, harmonieux, poignants et drôles ».
Taiwan, 1994, de ANG Lee, avec LUNG Sihung, WANG Yu-Wen, WU Chien-Lien

Entrée libre sur inscription :
ttps://www.weezevent.com/nouvel-an-lunaire-asie-et-gastronomie
Plus info sur l’Agenda de l’ENS de Lyon

Le Viêt Nam contemporain entre ruptures et constructions

François Guillemot, Ingénieur de recherche au CNRS et chercheur à l’IAO, intervient cette semaine (du lundi 5 au vendredi 9 février à 13h15) dans l’émission de Véronique Alzieu « La suite de histoire » sur RCF. Il revient sur l’histoire interne d’un pays marqué par les bouleversements politiques et les guerres au cours du XXe siècle.

L’histoire contemporaine du Viêt Nam est marquée par de profondes fractures. L’État nation réunifié d’aujourd’hui doit faire face à de nouveaux défis dans le contexte de mondialisation.

Lien vers la première émission
Lien vers l’intégrale diffusée le samedi 10 février à 14h

Conférence de l’IAO : Marie Laureillard

Le jeudi 22 février 2018 à 17h, salle de réunion de l’IAO (D4.070)

 « Lü Sibai, Chang Shuhong and other painting students in Lyon in 1920s-30s ».

Marie Laureillard, Maître de Conférences, Université Lumière-Lyon 2

Résumé : The French-Chinese Institute of Lyon, between 1921 and 1946, received 473 students. Several of them were enrolled at the end of the 1920s at the School of Fine Arts of Lyon, including Lü Sibai (1905-1973), Chang Shuhong (1905-1994), or a few years earlier, Sun Fuxi (1898-1962). In the construction project of a modern China initiated by Cai Yuanpei, France was seen as an essential political and cultural model. What was the role of the stay in Lyon in the training of these students who just arrived from abroad ? A graduate from the Central University of Nanjing, Lü Sibai, a follower of Xu Beihong, was noticed by his teacher Georges Décôte (1870-1951), a former student of Gustave Moreau. Lü Sibai enthusiastically discovered the « Holy Wood » of Puvis de Chavannes, whose poetic and bucolic atmosphere would deeply influence him. Like his classmates, he continued his studies in Paris (under the guidance of André Devambez). We will retrace the life in Lyon of Lü Sibai, but also of Chang Shuhong, Sun Fuxi or Chen Shiwen according to the archives of these Chinese students and of their art teachers in Lyon. We will also try to analyse the asymmetry of the definition of artistic « modernity » in France and in China and to understand the impact of the passage through Lyon on the carrier of these artists.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre du projet de la Getty Foundation « Connecting Art Histories » : Ethnographic Eye II : Entangled Modernities : Chinese Artists Trained in Europe.

Japon, vers la fin d’une constitution pacifique ?

People wave national flags to celebrate the 84th birthday of Japanese Emperor Akihito at the Imperial Palace in Tokyo on December 23, 2017.
Japan’s Emperor Akihito, who plans to abdicate in 2019, made an appearance to mark his 84th birthday, celebrated as a holiday across the country. / AFP PHOTO / Toru YAMANAKA

Troisième puissance mondiale, le Japon a la particularité de ne pas avoir d’armée à proprement parler depuis 1947. Le Premier ministre Shinzo Abe, au pouvoir depuis 2012, souhaite restaurer la souveraineté du pays en modifiant la Constitution. Alors faut-il vraiment craindre une remilitarisation du Japon ?

Arnaud Nanta est intervenu à l’émission « Un monde en docs » sur la chaîne Public Sénat, à propos de la politique du Premier ministre Abe et pour commenter le documentaire « Japon, la tentation nationaliste » du réalisateur Kenichi Watanabe.

L’émission est visionnable au lien suivant : https://www.publicsenat.fr/emission/un-monde-en-docs/faut-il-craindre-une-remilitarisation-du-japon-81099

Et on pourra lire un article-résumé au lien suivant : https://www.publicsenat.fr/article/politique/japon-vers-la-fin-d-une-constitution-pacifique-81954

source photo : Public Sénat

Vietnam: une plongée au cœur d’une nation fracturée

Une image d’archive de Saïgon, au Vietnam, le 31 janvier 1968 lors de l’offensive du Têt menée par les Viet-Congs.

Le Vietnam a été au centre des passions et des convoitises occidentales durant plus d’un siècle. Son destin est devenu un enjeu pour nombre de grandes puissances, la France et les États-Unis bien sûr, mais aussi la Chine, le Japon et l’Union soviétique. Mais que sait-on de cette terre qui a su se jouer de toutes les influences pour bâtir une nouvelle identité ?

Entretien avec François Guillemot, lire la suite sur RFI

 

Parution le 25 janvier de l’ouvrage de François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018)

Viêt-Nam, fractures d’une nation
Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

François GUILLEMOT

Présentation :
Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ?
Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Elle permet également de saisir l’enchevêtrement des dominations internes (coloniales et postcoloniales) et la persistance de certaines lignes de fractures. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

Voeux de l’IAO 2018

Béatrice Jaluzot, Directrice de l’Institut d’Asie Orientale et toute l’équipe, vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2018.

Ces vœux sont l’occasion de vous donner quelques nouvelles de notre Institut. Nos tutelles principales, le CNRS et l’ENS de Lyon, ainsi que nos tutelles secondaires, Sciences-po Lyon et Lyon 2, nous accompagnent et nous soutiennent dans notre vocation tournée vers la compréhension des sociétés de l’Asie de l’Est et du Sud-Est.

Parmi les évènements importants survenus cette année, deux chercheurs ont reçu la reconnaissance des pays auxquels ils se consacrent. Yveline Lecler, professeure émérite à sciences-po Lyon, spécialiste d’économie politique, a reçu la plus prestigieuse des récompenses japonaises: l’Ordre du Soleil Levant qui lui a été remise le 19 juin dernier par le Consul du Japon à Lyon. Stéphane Corcuff est lauréat du 22e prix de la fondation culturelle franco-taiwanaise, géré par l’Académie des Sciences morales et politiques de l’Institut de France et le Ministère taiwanais de la culture. Le GIS Asie a décerné un accessit à Mme Huayan Wang, ATER à l’ENS de Lyon et membre de notre laboratoire, dans le cadre du prix de thèse 2017. La thèse de Mme Wang, Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, a été soutenue sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS en 2016.

Par ailleurs, deux chercheurs ont brillamment soutenu leur HDR, Arnaud Nanta (CNRS, histoire contemporaine Japon-Corée) et Fabienne Jagou (EFEO, Histoire moderne des relations entre la Chine et le Tibet). Ceci s’ajoute aux cinq thèses qui ont été soutenues cette année au sein du laboratoire.

Cette année est aussi celle d’un rapprochement pour la recherche en région : l’IAO et l’IrAsia (UMR 7306) ont signé un accord de coopération de recherche en novembre dernier. L’IAO reste aussi membre du comité scientifique du GIS Asie dont l’équipe vient d’être renouvelée.

Pour 2017 l’ensemble du laboratoire comptabilise une cinquantaine de publications, ouvrages, articles, billets et articles de presse, ainsi qu’une vingtaine de communications dans des domaines aussi divers que les relations entre la Chine et la Corée du Nord, la cinématographie japonaise, la colonisation et le Japon, le consommateur japonais, l’enseignement des mathématiques au Japon, l’entreprenariat en Asie du sud-est, les relations entre la Chine et le Tibet, l’industrie en Asie du sud-est, thérapeutique et tradition chinoise, les fantômes en Extrême-Orient, la politique énergétique au Japon, l’histoire contemporaine du Vietnam, l’anthropologie de l’art en Asie.

La variété des sujets traités nous a conduit à revoir les axes du laboratoire, et à partir de 2018 ils se déclineront autour de : Dynamiques juridiques et institutions de l’Extrême-Orient (axe 1), Espaces carrefours : flux, identités flottantes et gouvernance (axe 2), Création, représentations et marchés culturels (axe 3).

L’IAO pilote plusieurs sites internet dédiés à des projets de recherche. Les humanités numériques sont un aspect essentiel de nos recherches ; elles complètent l’outil traditionnel qu’est notre bibliothèque. Le laboratoire soutient deux formations universitaires, l’une de premier cycle DEMEOC et l’autre de 3e cycle, le master ASIOC (ENS de Lyon et Sciences po Lyon).

Le cycle des conférences du laboratoire a été entièrement refondu par Arnaud Nanta de manière à être mieux prévisible, le programme est désormais présenté en début de semestre sur notre site.

Un nouveau projet commun au laboratoire vient d’éclore : Unequal Treaties Corpus (dir. B. Jaluzot, 2018-2020), qui a pour objet de rassembler les traités inégaux imposés par les puissances occidentales aux Etats asiatiques durant la période coloniale. Ce projet a obtenu le soutien du fonds recherche de l’ENS au titre des projets émergents.

D’autre part, les projets se poursuivent : « Legalizing Space in China » (J. Bourgon), le rôle du capital naturel dans le développement économique du Japon (J. P. Bassino), Virtual Saigon (F. Guillemot, L. Gédéon, E. Senna), « Art et quotidienneté en France et au Japon », (E. Domenach) sera animé par un séminaire d’étudiants japonais et français en partenariat avec l’Université de Tokyo en février prochain.

Enfin, nous aurons le plaisir de fêter une seconde fois la nouvelle année, par la célébration du nouvel an lunaire, le 5 mars prochain : www.ens-lyon.fr/NAL/2018

明けまして、おめでとうございます ! Happy new year !

Laurent Gédéon : Le Vietnam, une géopolitique complexe

Jeudi 25 janvier à 19h30

Localisation : L’Isle d’Abeau

Adresse : Auditorium Jean Carrière à la CAPI, 17 Avenue du Bourg

En dépit de fortes interactions politiques et économiques, les relations entre la Chine et le Vietnam restent aujourd’hui encore empruntes d’ambiguïtés liées au poids de l’histoire. La montée en puissance de la RPC représente en effet une source d’inquiétude pour les Vietnamiens pour lesquels ce pays a représenté une menace séculaire. La persistance des revendications vietnamiennes sur une partie des espaces maritimes et insulaires de la mer de Chine méridionale aiguise en outre la rivalité entre Hanoi et Pékin. Cette situation pousse le Vietnam à développer différentes stratégies afin de renforcer sa position et de rééquilibrer l’asymétrie diplomatique et militaire qu’il connaît face à son voisin.

Laurent Gédéon : Maître de conférences en géopolitique à l’Université catholique de Lyon. Chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO) et à l’ENS de Lyon.
Renseignements: up@capi38.fr ou 04.74.96.78.88

Source : Médiathèque CAPI

Séminaire de l’IAO : Eugénie Mérieau

Vendredi 2 février 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« L’ancien droit siamois, réinterprétation bouddhiste du Code de Manou hindou ? Réflexions à partir de l’étude des rapports entre royauté et droit « 

Eugénie Mérieau est post-doctorante auprès de la Chaire de constitutionnalisme comparé de l’Université de Göttingen.

Résumé : C’est par l’intermédiaire des peuples Môns que le droit hindou est parvenu aux peuples bouddhistes du Siam. Le code de Manou inspira, à partir des 14ème – 15ème siècles, le Phra Thammasat siamois, récit des origines du monde, des lois qui le régissent, et des devoirs du roi, ainsi que la Loi du Palais, ordonnant la vie dans l’enceinte du Palais. Jusqu’au début du 20ème siècle, le droit régissant la royauté demeure principalement composé de ces deux textes inspirés du droit hindou. Cette présentation s’attachera à analyser la transposition du droit hindou aux peuples bouddhistes et ses implications en ce qui concerne les rapports entre royauté et droit.

Séminaire de l’IAO : Alain Delissen

Vendredi 19 janvier 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Ch’oe Namsǒn, Corée, 1908 : le commencement de la fin  »

Alain Delissen est historien, géographe et coréaniste. Il est le directeur d’études à l’EHESS et le directeur de l’Institut d’Etudes Coréennes du Collège de France.

Résumé : « Que faire ? » se demande en 1908 un jeune homme, Ch’oe Namsǒn (1890-1957) au moment même où son pays, la Corée, est suspendu entre Protectorat (1905) et annexion par le Japon (1910). Cette année-là, il invente la poésie coréenne moderne et lance la revue Sonyǒn (少年 – Garçon) où il se fait historien et géographe d’un pays menacé de disparition. On connaît la suite qui, au terme d’une brillante carrière en situation coloniale, conduit ce prolifique inventeur des études coréennes modernes (朝鮮學) au banc de l’infamie, emprisonné pour collaboration en 1949. Comment rendre compte de cette trajectoire et de sa postérité postcoloniale ? Cette conférence abordera les formes, matérielles, sociales ou symboliques, qui furent celles que prirent les contacts durant la période coloniale, autour de l’une de ses grandes figures, afin de revisiter les problématiques dominantes (résistance, collaboration).

Workshop LIA / Axe Sciences Sociales et circulation des savoirs : « Gender, Migration, Emotion »

9 janvier 2018 – 12 janvier 2018
ENS Lyon, IFE- Room D8-007, 15 parvis Descartes, 69007-Lyon

January 9th and 10th
Post Western Methodology, Quantitative and Qualitative Research : Gender, Migration and Emotion

January 9th

  • 9h30 : Introduction
    by Laurence Roulleau-Berger, Research Director at CNRS, ENS Lyon, Triangle and French Director of the International Associated Laboratory Post-Western Sociology in Europe and in China
    Christine Détrez, Professor of Sociology, Centre Max Weber, ENS Lyon and Director of the Laboratory of Education
    He Rong, Professor of Sociology at Institute of Sociology, CASS
  • 10h-11h : Quantitative Research on Gender and Migration in China
    by Li Chunling, Professor of Sociology at Institute of Sociology, CASS
  • 11h-11h15 : Break
  • 11h15-12h15 : Comments and discussion
  • 12h30-14h : Lunch
  • 14h-14h30 : Qualitative Research on Gender and Love in China
    by Christine Détrez, Professor of Sociology, ENS Lyon and Zhang Dan, Associate Professor, Department of sociology, ECNU, Shanghai
  • 14h30 -15h : Qualitative Research on Gender and Subalternity in China and in Taiwan by Beatrice Zani, Ph D Student, Lyon 2, Triangle
  • 15h-15h15 Break
  • 15h15-16h30 : Comments and discussion

January 10th

  • 9h30-12h : Migration and Emotion : doing fieldwork with refugees with the association SINGA, Lyon
  • 12h15-13h45 : Lunch
  • 14h-17h : Crossed analysis on fieldwork

2018 January 11th and 12th
Gender, Migration and Emotion Post-Western Theory

January 11th

  • 9h15-9h30 : Introduction
    by Laurence Roulleau-Berger, Research Director at CNRS, ENS Lyon, Triangle and French Director of the LIA Post-Western Sociology in Europe and in China
    Christine Détrez, Professor of Sociology, ENS Lyon, Centre Max Weber
    He Rong, Professor of Sociology at Institute of Sociology, CASS

Session 1 : Post-Western Theory and Sociology of Emotion

  • 9h30-10h : Christine Détrez, Professor of Sociology, ENS Lyon, Centre Max Weber, Theory of Emotion and Social sciences
  • 10h-10h30 : Ji Yingchun, Professor of Sociology, School of Political Sciences and Sociology, Shanghai University : Mosaic familialism in post-reform China : a sequential symbiosis of generation, gender, love and money
  • 10h30-11h : Laurence Roulleau-Berger, Research Director at CNRS, ENS Lyon, Triangle : Post-Western Theory and Sociology of Emotion
  • 11h-11h15 : Break
  • 11h15-12h30 : Comments and discussion
  • 12h30-14h : Lunch

Session 2 : Gender, Love, Emotion

  • 14h-14h30 : Michel Bozon, Research Director at National Institute of Demographic Studies (INED), Paris : Power, pleasure and reciprocity in love
  • 14h30-15h : Li Chunling Professor of Sociology at Institute of Sociology, CASS : Social Challenges Brought by the Shifting Gender Balance in Education in China
  • 15h-15h15 : Break
  • 15h15-15h45 : Zhang Dan, Associate Professor, Department of sociology, ECNU, Shanghai : Gender and Love in Shanghai
  • 15h45-17h : Comments and discussion
  • 17h-17h15 : Conclusion by Christine Détrez, Professor of Sociology, ENS Lyon and Laurence Roulleau-Berger, Research Director at CNRS, ENS Lyon

January 12th

Session 3 : Gender, Emotion and Migration

  • 9h30-10h : Viviane Albenga, Associate Professor at Bordeaux University : Telling love stories with movies, series, books and music. The case of French secondary school’s students, between gender stereotypes and gender equality
  • 10h-10h30 : Dr Hang Suhong, Institute of Sociology, CASS : « Liberation of the Mind » or « Liberation of Emotions » :the practice dilemma. New Women in Hunan faced when they  » leave home »
  • 10h30-11h : Marie-Astrid Gillier, Ph D Student, Lyon 2 University, Triangle : Intimate feelings, economic transactions and the production of local norms among hostesses working in a KTV in Beijing
  • 11h-11h15 : Break
  • 11h15-11h45 : Kevin Diter, Ph. D Student INSERM : « Differences in the difference » : when the distinction between love and friendship differs across children’s gender and social background.
  • 11h45-12h30 : Comments and discussion
  • 12h30-14h : Lunch
  • 14h-15h30 : 14h-15h30 : LIA Perspectives on Gender, culture and education
    with Professors Christine Détrez, Li Chunling, Ji Yingchun, Hélène Buisson-Fenet, He Rong, Laurence Roulleau-Berger

General Conclusion by

Laurence Roulleau-Berger, Research Director at CNRS, ENS Lyon
He Rong, Professor of Sociology at Institute of Sociology, CASS.
Christine Détrez, Professor of Sociology, ENS Lyon

Organisation

  • Organizer : Triangle, ENS Lyon
  • Co-Organizers:
    Institute of Sociology, CASS
    School of Political Science and Sociology, Shanghai University

Plus info sur : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article7418

Emmanuelle Peyvel : Être touriste dans un pays socialiste : le Vietnam

Mercredi 20 décembre à 18h
Café de la Cloche (Lyon)

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Emmanuelle Peyvel sera l’invité de ce Café Géo . Elle a publié en 2016 L’invitation au voyage. Géographie post-coloniale du tourisme domestique au Viêt Nam, un ouvrage qui propose une vision décentrée de la mondialisation touristique, permettant de mieux comprendre toute la complexité avec laquelle se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des sociétés postcoloniales.

Genre et nations partitionnées

Les colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

Dates :

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:15-18:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:15-18:00

Lieu(x) :

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Consulter le Programme du colloque Genre et nations partitionnées

Nouvelle publication : Viêt-Nam, fractures d’une nation Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

François Guillemot, historien, spécialiste du Viêt-Nam contemporain, est ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Il est l’auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Les Indes savantes, 2012) et a codirigé avec Agathe Larcher-Goscha, La Colonisation des corps. De l’Indochine au Viet Nam (Vendémiaire, 2014).

Plus info : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Vi__t_Nam__fractures_d_une_nation-9782707190949.html