Dictionnaire historique du Japon – nouvelle revue en ligne sur Persée

Dictionnaire historique du Japon est désormais consultable en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

Le Dictionnaire historique du Japon, publié par la Maison franco-japonaise entre 1963 et 1995, en 20 fascicules, s’appuie sur les travaux d’historiens japonais, réunis dans un comité de rédaction (présidé successivement par MM. IWAO Seiichi, IYANAGA Teizô et ISHII Susumu). C’est un ouvrage de référence unique en son genre en langue occidentale. Il est divisé en 23 grands thèmes, eux-mêmes scindés en sous-thèmes : « Périodisation, calendrier », « Préhistoire et protohistoire », « Institutions politiques », « Fiscalité et système des terres », « Législation, justice et police », « Maison impériale », « Guerriers », « Affaires militaires et guerres », « Guerres civiles, troubles et incidents », « Relations extérieures et diplomatie », « Pays étrangers », « Géographie », « Agriculture, productions, industrie », « Commerce communications et moyens de transport, économie et finances, monnaie », « Religions, croyances populaires, célébrations, mythologie », « Enseignement, écoles de pensée », « Sciences et médecine », « Arts et beaux-arts, théâtre et musique », « Archives, historiographie, diplomatique », « Langues », « Littérature », « Édition, presse » et « Société ».

Ce dictionnaire s’appuie sur des ouvrages scientifiques japonais reconnus par le milieu académique, en particulier le Nihon-shi shôjiten (Petit dictionnaire de l’histoire japonaise) de SAKAMOTO Tarô (Éditions Yamakawa, 1953 ; nombreuses rééditions postérieures) et une dizaine d’autres publications majeures.

Séminaire de l’IAO : Salima Bekbolotova


« Economic integration processes in Central Asia and China’s “New Silk Road” initiative »

Salima Bekbolotova, Associate Professor of Economics, American University of Central Asia, Kyrgyzstan & FMSH research fellow, IAO (UMR 5062)

Lundi 29 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : This research seminar is devoted to uncover economic development peculiarities of Central Asian countries in the context of contemporary integration and globalization processes. The author’s view on the model of economic reforms of Central Asian countries will be presented. She will describe reasons behind economic failure of the region since their independence, and discuss its economic development prospects. Special attention during the seminar will be paid to economic challenges of membership of Kyrgyzstan and Kazakhstan in the Eurasian Economic Union (EEU), as well as to disputes of possible accession of other CA countries to the EEU. The author will also concentrate on some economic implications for CA countries within the China’s “One Belt, One Road” (OBOR) initiative framework (“new silk road”).

Carrefour des sciences sociales ENS Lyon – EHESS

Organisé conjointement par l’EHESS et l’ENS Lyon, le « carrefour des sciences sociales » entend proposer chaque année six conférences-débats sur des questions qui sont au centre des recherches actuelles en sciences sociales. Ces rencontres et associeront des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’EHESS et de l’ENS Lyon qui aborderont un thème précis suivant une approche pluridisciplinaire. Elles seront ouvertes aux étudiantes et étudiants (licence, master, doctorat) qui seront invité.e.s à participer aux discussions.

Séance du jeudi 4 mai 2017 : « Économie et spiritualité en Asie orientale »
Salle F. 001 – 17 h-19 h.

Présentation et débats animés par Jacques Chiffoleau (historien, EHESS)

Jean-Pascal Bassino (économiste, ENS Lyon) : « Les entrepreneurs de services spirituels et la spiritualité des entrepreneurs au Japon du milieu du XIXe siècle à nos jours »

Rémy Madinier (historien, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) : « La marchandisation de l’islam en Asie du Sud-Est : un post islamisme ? »

Alors que différents travaux récents en histoire économique invitent à revisiter l’hypothèse wébérienne concernant l’influence des institutions, valeurs et doctrines religieuses sur les comportements économiques en Europe depuis l’époque moderne (parmi ces travaux, mentionnons Anderson et al. 2016), le lien entre spiritualité et économie ne fait l’objet d’aucune discussion dans le débat sur la grande divergence entre l’Asie et l’Europe depuis l’époque moderne. À titre d’exemple, les termes « spiritualité » et « religion » ne sont pas mentionné dans l’ouvrage de K. Pomeranz (2000).

L’anthropologie, l’économie et l’histoire des religions ont paradoxalement peu étudié l’Asie orientale,, malgré l’importance des travaux philologiques sur le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoïsme au sein des études asiatiques, depuis leur apparition au XIXe siècle. Le terme de spiritualité apparaît du reste plus pertinent que celui de religion pour analyser ces phénomènes : en effet, la demande sociale s’adresse à des individus ou des institutions proposant une expérience spirituelle compatible avec le syncrétisme traditionnel de ces sociétés, y compris dans les régions où le christianisme ou l’islam sont dominants. Dans certaines sociétés d’Asie orientale, les notions de sacré et de divinité sont du reste absentes.

La demande portant sur des services spirituels n’a pas fait l’objet d’une évaluation quantitative mais les descriptions du XIXe et début XXe indiquent clairement qu’elles représentaient une part des dépenses publiques et privées au moins équivalente à ce qui était alors observé en Europe et en Amérique du Nord. La tendance récente se caractérise par une nette augmentation de la demande des ménages et sa sophistication. On peut noter en outre que les entrepreneurs qui ont été à l’origine du miracle économique de l’Asie de l’Est au milieu et à la fin du XXe siècle n’ont pas été mus par un comportement d’optimisation purement économique. Leurs motivations, et celles de leurs salariés, ont relevé de considérations spirituelles qui ont été largement ignorées ou minorées.

Ce sont quelques-unes de ces questions que la deuxième séance du « carrefour des sciences sociales » souhaiterait examiner en confrontant les points de vue de chercheuses et de chercheurs ayant des ancrages disciplinaires spécifiques.

Bibliographie indicative

B. Andersen, J. Bentzen, C. J. Dalgaard, & P. Sharp , « Pre‐Reformation Roots of the Protestant Ethic », The Economic Journal, 2016 (http://wrap.warwick.ac.uk/59222/1/WRAP_137_2013_andersen.pdf)

Johan Fischer, Proper Islamic Consumption : Shopping among the Malays in Modern Malaysia, Copenhague, NIAS, 2008.

Rémy Madinier, « Du phalanstère au marché de niche : genèse et évolution de l’immobilier islamique indonésien », Archives des sciences sociales des religions, n° 175, 2016, p. 111-134.

Gwenaël Njoto-Feillard, L’islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, IISMM-Karthala, 2012

Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China. Europe, and the making of the modern world economy. Princeton University Press, 2000

Daromir Rudnyckyj, Spiritual economies : Islam, globalization and the afterlife of development, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2010.

Inscription aux Journées DocAsie 2017

Les 11ème journées DocAsie se dérouleront du 21 au 23 juin 2017 à Marseille. Pour ce 10ème anniversaire, elles se dérouleront entre le Mucem et la Maison Asie-Pacifique et auront pour thème :

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections françaises sur l’Asie.

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes. Jusqu’au 31 mai 2017. Il vous suffit de vous rendre sur le site : http://docasie.cnrs.fr/spip.php?article179, où vous trouverez également le programme.

Dans l’attente de nous retrouvez nombreux sous le soleil de la cité phocéenne,

Le comité de pilotage de Docasie