Séminaire interdisciplinaire d’histoire économique – Questions sur l’économie de la Chine (XIe et XIIe / XVIe-XIXe siècles)

Le mardi 25 avril – de 16h à 19h, Christian Lamouroux et François Gipouloux vont intervenir dans le cadre du  séminaire interdisciplinaire d’histoire économique (CIHAM, HiSoMA & LARHRA)

MOM Salle Reinach –  entrée par le 86 rue Pasteur – Lyon 7e.

Christian Lamouroux : « Les marchés et l’intégration des économies régionales dans la Chine des XIe et XIIe siècles »
Après une introduction consacrée aux historiographies chinoise,   japonaise et occidentale,   qui analysent l’histoire économique de la Chine entre le début du second millénaire et la fin de l’empire en 1911, on abordera une de leurs thématiques centrales : la question du marché et des marchés. Il s’agira d’éclairer deux points : y a-t-il eu une révolution médiévale en Chine ? Un marché a-t-il existé à l’échelle de l’empire ? »

François Gipouloux : « Une histoire économique comparée Europe Chine est-elle possible ? Réflexions préliminaires sur la trajectoire spécifique des institutions économiques chinoises à la fin de l’époque impériale,  XVIe-XIXe siècle »
Cette présentation s’attachera à explorer la trajectoire spécifique de quelques institutions économiques chinoises à travers l’exemple de 3 réseaux régionaux de marchands (Fujian, Anhui et Shanxi) sur une période qui va du XVIe au XIXe siècle. Elle revisitera la thématique de la ‘grande divergence’ développée par Pomeranz en prenant en considération la question suivante: alors que l’économie de marché dans la Chine impériale tardive est florissante et que les riches marchands prolifèrent,  pourquoi l’accumulation et la transmission du capital est-elle aussi problématique ? »

séminaire de l’IAO : Laure Zhang

« La Législation complexe de l’Etat impérial des Qing sur des territoires des Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au 18ème siècle »

Laure Zhang, professeure ordinaire à l’université de Genève, chercheuse au CECMC (EHESS, Paris), est historienne du droit et de la peine capitale en Chine.

Mardi 23 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La conquête des territoires des Miao au 18ème siècle s’est accompagnée par une reconnaissance limitée de certaines de leurs « règles coutumières » mais aussi par l’imposition de plus en plus rigoureuse des lois impériales à leur encontre. Pour imposer son monopole sur la violence au sein de ces nouveaux territoires, l’État impérial organise des campagnes militaires ou policières successives pendant plus d’un siècle. Ces campagnes sont dirigées contre trois grands crimes attribués aux Miao « crus » : le pillage, l’enlèvement contre rançon et le trafic d’êtres humains. Au cours des combats contre ce dernier crime, le législateur mandchou fait face à un double dilemme : maintenir le privilège originellement propre aux gens des bannières de posséder des esclaves tout en permettant la possession limitée de gens de conditions servile par de simples particuliers chinois ; criminaliser le trafic d’êtres humains organisé par les trafiquants alors même qu’ils tolèrent leur participation au commerce de populations Miao capturées par l’armée impériale.