Séminaire de l’IAO : ITO Yôichi

« Un aspect de la réception des modèles occidentaux dans le Japon d’avant 1945 : l’organisation des établissements d’enseignement supérieur et l’enseignement de droit »

ITO Yôichi, professeur de droit européen, faculté de Droit de l’université de Tokyo

Lundi 13 mars 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : L’organisation de facultés de droit constitue l’un des aspects importants de la mise en place de structures de type occidental au Japon durant l’ère Meiji, à partir du dernier tiers du 19e siècle. La présente conférence traitera de l’évolution du système d’enseignement supérieur du droit dans le Japon d’avant 1945, afin d’en saisir l’histoire mais aussi pour tenter d’éclairer les caractéristiques des actuelles universités japonaises. On essaiera aussi de saisir la tension existant entre vocation scientifique et formation professionnelle de l’enseignement du droit depuis l’époque de l’École de droit – fondée en 1873 par le ministère de la Justice et où enseignait Boissonade -, tension récurrente au Japon comme en France.

Soutenance HDR : Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, chargé de recherche première classe au CNRS, en poste à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon, chercheur associé au Centre de recherches sur la Corée, soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’université Paris-Diderot, le mardi 7 mars à 14 heures, Salle des Thèses (salle 580F, Halle aux Farines, accès par le Hall E, allée paire, ascenseur F).

Son dossier porte sur « Les Sciences humaines et sociales japonaises entre Empire et État-nation » ; et il est accompagné d’un « Mémoire inédit à propos de l’histoire des savoirs coloniaux japonais en Corée colonisée (archéologie, anthropologie biologique, études historiques) et de Sakhaline entre les empires ».

Le jury sera composé de :
Alain Delissen (EHESS)
Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot)
Marie Kim (St-Cloud State University)
Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8)
Pierre François Souyri (Université de Genève)

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement invité(e)s.
La soutenance sera suivie d’un pot.

Un plan d’accès figure au lien suivant : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Soirée du Collegium : Marie Seong-Hak Kim

soireecollegium_mariekimKorea and the Challenges of Comparative Legal History (La Corée et les défis d’une histoire du droit comparative)

14 février 2017 à 18h30, Résidence du Collegium, bat. D6, campus ENS Descartes.

Marie Seong-Hak Kim, Professeure d’histoire du droit, St. Cloud State University (USA) | Avocate au barreau de Minnesota | Résidente à l’Institut d’études avancées de Fribourg-en-Brisgau | Fellow 2011-2012 du Collegium de Lyon | Chercheuse associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO – CNRS-ENS de Lyon)

Résumé : Cette conférence présente un panorama synthétique de l’évolution du droit et du système juridique coréens durant les six derniers siècles. Dernièrement, l’historiographie du droit a adopté une orientation transnationale. La Corée moderne peut être vue comme un modèle d’une association réussie de différentes traditions juridiques nationales, en reflet d’une logique et d’une dynamique du droit capables de constituer un cadre juridique tout en préservant en même temps les spécificités d’une culture. Marie Seong-Hak Kim a récemment publié Law and Custom in Korea : Comparative Legal History (Cambridge University Press, 2012) et édité The Spirit of Korean Law : Korean Legal History in Context (Brill, 2016)

Inscription : Inscription gratuite obligatoire avant le 5 février 2017 : http://doodle.com/poll/amzb5nfx2udvpdxr

Nouvelle publication : Le cheval à trois jambes

cheval-a-trois-jambesDans Le cheval à trois jambes, anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Angel Pino et Isabelle Rabut et qui vient de paraître aux éditions You-Feng, Marie Laureillard a traduit la nouvelle « La mère qui fuyait » de Guo Songfen.

Résumé : En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut,
et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Source : http://www.librairielephenix.fr/livres/le-cheval-trois-jambes-9782842797584.html