Nouvelle poublication : Les lieux de la loi en Chine impériale

couverture_extremeorientextremeoccidentJérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l’Institut d’Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

Coordinateur(s) du numéro : Jérôme Bourgon |
Auteur(s) : Frédéric Constant | E. John Gregory | Jean-Louis Halperin | Zhang Ning | Max Oidtmann | Eric Schluessel | Ulrich Theobald | Xie Xin-zhe | Wang Zhiqiang

Consulter le sommaire sur le Revue.org

Séminaire de l’IAO : Meng Jin

seminaireiao_2016_12_01« Paix et sécurité en Afrique francophone : visions et préoccupations chinoises »

Jeudi 1 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Meng Jin, Chercheuse associée à l’Institut d’Asie Orientale

Résumé : La Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique, ne peut échapper à l’attention des autres puissances. La nécessité de protéger ses investissements et ses ressortissants fait du problème sécuritaire une préoccupation majeure pour le gouvernement chinois, maintenant à l’avant de la scène africaine. Cependant, sa conception de la sécurité et ses mécanismes d’implication diffèrent de ceux des pays occidentaux. Souvent considéré comme un pays prédateur de ressources et attiré par le potentiel du marché africain, la Chine développe en réalité une stratégie globale et « ambitieuse ». Elle offre l’opportunité d’une alternative au mode de développement dominant ainsi que la possibilité d’établir un nouveau type de gouvernance reposant sur la coopération.

Nouvelle publication de Romain Graziani dans l’ouvrage Ideology of Power and Power of Ideology in early China

couverture_ideologychinaGraziani, Romain, « Monarch and Minister : Reflections on an impossible partnership in the building of absolute monarchy », in The Ideology of Power and Power of Ideology in early China, ed. Paul Goldin, Martin Kern, and Yuri Pines, Brill, Leyden 2015, p.155-180.

Ideology of Power and Power of Ideology in Early China explores ancient Chinese political thought during the centuries surrounding the formation of the empire in 221 BCE. The individual chapters examine the ideology and practices of legitimation, views of rulership, conceptualizations of ruler-minister relations, economic thought, and the bureaucratic administration of commoners.

The contributors analyze the formation of power relations from various angles, ranging from artistic expression to religious ideas, political rhetoric, and administrative action. They demonstrate the interrelatedness of historiography and political ideology and show how the same text served both to strengthen the ruler’s authority and moderate his excesses. Together, the chapters highlight the immense complexity of ancient Chinese political thought, and the deep tensions running within it.

Contributors include Scott Cook, Joachim Gentz, Paul R. Goldin, Romain Graziani, Martin Kern, Liu Zehua, Luo Xinhui, Yuri Pines, Roel Sterckx, and Charles Sanft.

Plus information : http://www.brill.com/products/book/ideology-power-and-power-ideology-early-china

séminaire de l’IAO : Frédéric Constant

seminaireiao_2016_12_08« La culture juridique nomade face au droit étatique : le droit mongol sous les Qing »

Jeudi 8 décembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Frédéric Constant , maître de conférences en histoire du droit à l’université Paris X Nanterre.

Résumé : La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) étendit la souveraineté de l’empire chinois au-delà de ses limites traditionnelles et dut administrer les peuples nomades qui occupaient les territoires nouvellement conquis. L’intégration juridique des peuples des marches à un empire pose toute une série de questions étudiées à la fois par les anthropologues, les juristes et les historiens. Nous reviendrons sur les questions du pluralisme juridique et des transferts de droit ainsi que sur les choix faits par les Qing et les conséquences qu’ils eurent sur l’évolution du droit mongol.

Séminaire de l’IAO : Niramon Kulsrisombat

seminaireiao_2016_11_24« Sinking Bangkok ? Living with water, in the past, present, and future »
Jeudi 24 novembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Niramon Kulsrisombat, Associate researcher at Collegium de Lyon / IAO. Urban Design and Development Center, Chulalongkorn University, Bangkok, Thailand

Résumé : Bangkok was once representative of Asia’s water-based civilization. Located in a tropical and low-lying land of the Chao Phraya river basin, Bangkok developed harmonious relationships with its geo-climatic conditions. In the past, annual floods and high tides were welcomed by local farmers as supplementary irrigation. The land was painstakingly prepared for receiving water by digging canals and raising houses on piles.

Unfortunately, Bangkok lost most of its distinctive characters in the rapid urbanization process. Since the 1960s, many waterways have been replaced by roads in the urban areas, while agricultural lands wereturned into suburban housing. Uncoordinated modern urban development clashes with natural conditions, causing floods of alarming magnitude.

After an analysis of this situation, various attempts to alleviate the problem will be presented as they appear in the third revised Bangkok Comprehensive Plan to preserve and increase the water retention areas.

References :
Gavroche, Cahier Special Inondations Les méfaits du béton, 13 February 2012.
Le Monde, Ayutthaya : merveille en péril, 23 November 2011.
Le Monde, Yingluck sous le flot des critiques, 28 November 2011.
Le Monde, Encerclee parleseaux Bangkok tente de resister aux inondations, 18 October 2011.
Le Monde, Bangkok s’enfonce inexorablement dans la mer. Une mégalopole face à l’urgence de l’adaptation, 20 July 2011.

Soutenance de thèse : Nicolas Lepretre

Le lundi 28 novembre 2016 à 13h30 , Nicolas Lepretre soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Les transformations de l’action publique au prisme des réseaux électriques intelligents. Le cas des expérimentations de smart communities au Japon ». Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Yveline Lecler. La soutenance aura lieu dans la salle de réunion de l’IAO (R66), situé à l’intérieur de l’ENS de Lyon (site Descartes).

Composition du jury :
Madame Cécile CRESPY, professeure des universités, Sciences Po Toulouse
Monsieur Guy FAURE, directeur de recherche au CNRS, Aix-Marseille Université (rapporteur)
Madame Yveline LECLER, professeure émérite des universités, Sciences Po Lyon (directrice de thèse)
Monsieur Dominique LORRAIN, directeur de recherche émérite au CNRS, ENPC
Monsieur Gilles POLLET, professeur des universités, Sciences Po Lyon Monsieur François-Mathieu POUPEAU, chargé de recherche au CNRS, ENPC (rapporteur)

Résumé de la thèse : Dans un contexte de multiplication d’expérimentations de « réseaux électriques intelligents » (REI) et de « villes intelligentes » à travers le monde, cette thèse questionne les reconfigurations qui affectent l’action publique liée à l’énergie depuis l’émergence de ces innovations technologiques. À partir d’une analyse de l’instrumentation des politiques énergétiques et de la gouvernance de quatre démonstrateurs de « smart communities » au Japon, nous souhaitons saisir la reformulation du rôle de l’État et de ses modes d’interaction avec les collectivités territoriales et avec les acteurs privés. Nous défendons la thèse que la pratique de l’expérimentation tend à devenir un instrument privilégié de la conduite des politiques locales, en réponse à d’importantes transformations qui affectent les politiques énergétiques. En nous appuyant sur une analyse néo-institutionnaliste, nous montrons que l’introduction des REI est marquée par des permanences dans le processus d’élaboration des politiques publiques et dans les cadres cognitifs mobilisés, mais aussi par un « changement graduel transformateur » dans les instruments déployés.

À travers l’étude des quatre premiers démonstrateurs de smart community mis en place entre 2010 et 2015 par le Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI) à Yokohama, Toyota, Kyōto Keihanna et Kitakyūshū, nous procédons à une analyse de l’influence de la pratique expérimentale sur la production de politiques énergétiques locales et sur les modes d’interaction entre l’État et les acteurs locaux. Il apparaît alors que la pratique expérimentale est appropriée par les acteurs locaux volontaristes comme un moyen de valoriser leurs « bonnes pratiques » et d’ériger leur territoire en vitrine de l’exemplarité. Cette démarche s’inscrit dans une perspective stratégique visant à capter les financements privés et publics, mais elle résulte aussi d’un repositionnement de l’appareil étatique visant à renforcer son contrôle au sein de politiques énergétiques territorialisées par la promotion d’expérimentations en phase avec ses stratégies. Nous mobilisons en particulier les notions de « méta-gouvernance » et de « gouvernement à distance » pour qualifier les dispositifs déployés par l’État pour conférer des marges de manœuvre aux acteurs locaux et accorder des concessions ponctuelles qui s’inscrivent dans ses perspectives stratégiques, tout en effectuant un contrôle sur ce processus afin de maintenir la structure du réseau.

Nouvelle Publication – Histoire des techniques, histoire des mondes xvie-xviiie siècles

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski (dir.), Histoire des techniques, histoire des mondes xvie-xviiie siècles, Paris. PUF, 2016. 608 p.  (Collection Nouvelle Clio)

Résumé

L’histoire des techniques entre 1500 et 1800 est présentée tout d’abord de façon géographique, par grandes zones géographiques (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amériques, Océanie, etc.), puis de façon thématique, afin d’insister sur les principales orientations de la recherche actuelle : sont ainsi détaillés les liens entre les techniques et le pouvoir politique, l’agriculture, la religion, le genre, le corps, l’environnement, etc. L’objectif est de fournir un état de l’art tout en précisant les directions empruntées par la recherche en histoire moderne des techniques dans une perspective ouverte à l’échelle du monde, résolument comparatiste et soucieuse de regards croisés, y compris à l’échelle diachronique.

Présentation des auteurs

  • Guillaume Carnino : maître de conférences en histoire des sciences et techniques à l’Université de Technologie de Compiègne
  • Liliane Hilaire-Pérez : professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 7 et directrice d’études à l’EHESS
  • Aleksandra Kobiljski : chargée de recherche en histoire des mondes modernes et contemporains au CNRS

Points forts

  • Première grande synthèse d’un champ actuellement en ébullition : l’histoire des techniques.
  • Première grande synthèse en histoire des techniques à l’échelle globale. Cela n’existe pas en langue anglaise.
  • Ouvrage permettant d’approfondir le programme des concours de Capes/Agrégation d’histoire en 2017.

Plus info sur https://www.puf.com/content/Histoire_des_techniques

Séminaire de l’IAO : Florence Graezer Bideau

seminaireiao_2016_11_17

« Cartographier les mémoires collectives à Gulou ou la difficulté d’allier volonté politique et voix populaires dans le centre historique de Pékin »

Jeudi 17 novembre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Florence Graezer Bideau, Maître d’enseignement et de recherche – Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Institute for Area and Global Studies – Collège des Humanités, Directrice du Minor in Area and Cultural Studies

Résumé : Depuis 1972, la question patrimoniale intéresse de nombreux pays. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) insiste sur la nécessité d’intégrer la participation des communautés dans le processus de définition et d’inscription patrimonial. La recommandation sur les « paysages historiques urbains » de l’UNESCO en 2011 confirme cette nouvelle approche participative.

La Chine, en particulier la Chine urbaine, offre des exemples pertinents pour illustrer les contradictions de ces nouvelles interprétations de la question patrimoniale. La discussion se concentrera sur Gulou, un quartier situé entre les tours du tambour et de la cloche à Pékin. Constitué principalement de maisons sur cour (siheyuan) et des allées (hutong), Gulou connaît une transformation spatiale rapide et radicale en proie à la spéculation immobilière et à la gentrification impliquant une modification des représentations de la mémoire collective parmi les résidents et les autorités locales.