Projet de recherche : Korean Soft Power in Southeast Asia

On the occasion of the 130th anniversary of the Korea-France friendship, and in the framework of a research project on “Korean Soft Power in Southeast Asia,” Virginie Vial and Peter von Staden presented the results of their research in two communications respectively titled :

“South Korean soft power in Indonesia: Geopolitical and economic regionalization in the digital age” (V. Vial & E. Lollo), and “Korea as number one: Why did Indonesians fall in love with Hallyu soft power?” (I. Oh & P. von Staden)

Following a workshop hosted by the Korea Foundation and organized by the Research Institute of Korean Studies at Korea University in Seoul, the international research team appeared on the Upfront TV program to debate the topic of « Korea as a Top Soft Power Country. »

Video1_VVial

The outcomes of this research project have also been broadcasted in French through Xerfi Canal TV – Precepta Stratégiques:

Video2_VVial

Elise Domenach : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011

« Ecopoétique cinématographique : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011. »
Elise Domenach, Chercheuse à l’ENS de Lyon
Colloque international en écopoétique, 22-25 juin Perpignan, France

Affiche_ecopoetiqueNous partirons de la pensée du cinéma du philosophe américain Stanley Cavell et du lien conceptuel qu’il fait simultanément dans La Projection du monde (The World Viewed) et dans Sens de Walden (The Senses of Walden, commentaire du livre de Thoreau) en 1971 l’ontologie du médium cinématographique » et la possibilité de retrouver, renouer avec ou encore rédimer (recover) le monde ; une proximité ordinaire avec le monde. De cette coïncidence nous ferons l’argument d’une exploration des pouvoirs d’expression et de domestication de notre scepticisme du médium cinématographique tels qu’ils apparaissent dans quelques films sur la catastrophe multiple (naturelle, industrielle, écologique, humaine, sociale, politique) qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. Nous envisagerons comment s’exprime dans les films notre sentiment d’un monde en repli, d’une absence au monde, et symétriquement comment les films peuvent retisser un sentiment de présence du monde : nous redonner à entendre et écouter la vague du tsunami, comme la voix des hommes et femmes témoignant de cet événement traumatique dans la trilogie tournée dans le Tohoku par Ko Sakai et Ryusuke Hamaguchi : The Sound of the Waves, Voices from the Waves, Storytellers ; ou nous donner à voir notre aveuglement à nos capacités de destruction (Nuclear Nation de Atsushi Funahashi) ; ou encore la menace invisible des radiations nucléaires (dans No Man’s Zone de Toshi Fujiwara). Car certains films nous donnent non seulement à penser et comprendre différemment notre rapport au monde, mais à appréhender de manière sensible et concrète la possibilité d’un retournement, d’une renégociation sensible de positions
morales ordinaires vis-à-vis du monde et des autres.

Élise Domenach est Maître de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon. Agrégée et docteure en philosophie, elle est chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale (IAO-CNRS UMR 5062). Elle est l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme, et de Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais. Chercheure invitée pendant deux ans au Centre de philosophie de l’Université de Tokyo (2013-2015) elle a été professeure invitée à l’Université Meiji (Tokyo). Ses recherches portent sur le scepticisme au cinéma et, plus particulièrement depuis quelques années, sur les films sur la crise nucléaire de Fukushima.

Programme

Toutes les informations pratiques et le livret des conférenciers avec les résumés des communications sont disponibles sur le site dédié au colloque :

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

A paraître le 30 juin 2016. Le nouvel ouvrage de Christopher Goscha, professeur d’histoire à l’UQAM (Montréal). Une somme de 672 p. qui revisite l’histoire du Viêt-Nam.

Goscha_ThePenguinHistoryofModernVietnam_2016-326x500Présentation de l’éditeur :

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indochina, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

Christopher Goscha is professor of history at the University of Quebec at Montreal. He has spent much of his adult life studying the people, politics and history of Southeast Asia, particularly Thailand, Cambodia, Laos and Vietnam. He studied at Georgetown University and the Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVème Section, La Sorbonne, Paris). He has written extensively about many of the different regions of Indochina.

Pour en savoir plus : Perseus Academic et Mémoires d’Indochine

Journée des doctorants de l’IAO

Mercredi 29 juin 2016 de 10h15 à 17h15 (IAO, ENS Lyon Campus Descartes, R66)

Programme :
* 6 présentations de 20 minutes avec PPT ;
* chaque présentation étant suivie d’environ 20 minutes de discussion avec les participants.

10h15 à 10h30 : accueil des participants en salle de réunion de l’IAO (R66)

10h30 à 11H15 : Benoit GRANIER
(Doctorant en sciences politiques, ATER à l’ENS de Lyon)
Naissance et développement de l’étude des comportements de consommation d’énergie au Japon
Résumé : Changer les comportements pour assurer la sécurité énergétique du pays et réduire les émissions de gaz à effet-de-serre s’est imposée au Japon comme une priorité au cours des années 2000. Les groupes de recherches formés par les ministères, les associations de chercheurs, les projets expérimentaux public-privé, etc. se sont multipliés, formant en 2016 une dense et active communauté de chercheurs et de praticiens. Néanmoins, à la fin des années 1990 encore, il n’y avait quasiment aucune recherche menée sur les comportements dans le domaine de la consommation d’énergie, que cela soit en économie, en psychologie ou en sociologie. La communication met en évidence plusieurs combinaisons de processus et d’événements permettant de comprendre cette subite et rapide transformation.

11h15 à 12h00 : Nicolas LEPRÊTRE
(Doctorant en sciences politiques, ATER à Sciences Po Lyon)
L’analyse des politiques publiques au prisme de la recherche sur le Japon
Résumé : Depuis l’affirmation de la science politique durant les années 1980 au Japon, les chercheurs qui étudient ce pays se sont employés à croiser des concepts développés dans d’autres pays avec d’autres forgés dans le cas spécifique d’études sur le pays, comme le concept de « développementalisme » de Chalmers Johnson. L’objectif de cette présentation est de revenir sur les difficultés d’une articulation entre cadres analytiques propres à la discipline et des situations spécifiques à l’archipel, mais aussi de souligner les apports d’une analyse de la politique japonaise pour enrichir certaines notions admise au sein de l’analyse des politiques publiques.

12h00-13h30 : Pause déjeuner

13h30 à 14h15 : Pierre-Emmanuel BACHELET
(Doctorant en histoire, allocataire-moniteur à l’ENS de Lyon)
Le Đại Việt et le Campā dans les réseaux japonais en Asie du Sud-Est (XVIe-XVIIIe siècles)
Résumé : Mon projet de recherche porte sur les réseaux japonais en Asie du Sud-Est à l’époque moderne (XVI^e -XVIII^e siècle), et plus particulièrement dans les territoires qui correspondent à l’actuel Viêt Nam. Je cherche à expliquer le rôle joué par les Japonais dans les réseaux marchands qui ont renforcé le poids économique de l’Asie du Sud-Est à l’échelle mondiale, ainsi qu’à montrer qu’ils ont occupé des fonctions d’intermédiaires absolument fondamentales dans les seigneuries viêt des Trịnh et des Nguyễn (notamment interprètes entre Européens et Viêt). Mon objectif est également de prouver que les édits d’interdiction des voyages maritimes (海禁, dans les années 1630) n’ont pas conduit à une disparition pure et simple de ces acteurs commerciaux et diplomatiques, et que seigneuries viêt et Japon continuent d’entretenir des relations diplomatiques suivies, au moins jusqu’au XVIII^e siècle.

14h15 à 15h00 : CAO Liuying (Doctorante en histoire)
A Happy Studio :/Kaixin gongsi,/ Medium Hybridity/and /Chinese Slapstick ComedyRésumé : Mon projet de recherche porte sur les réseaux japonais en Asie du Sud-Est à l’époque moderne (XVI^e -XVIII^e siècle), et plus particulièrement dans les territoires qui correspondent à l’actuel Viêt Nam. Je cherche à expliquer le rôle joué par les Japonais dans les réseaux marchands qui ont renforcé le poids économique de l’Asie du Sud-Est à l’échelle mondiale, ainsi qu’à montrer qu’ils ont occupé des fonctions d’intermédiaires absolument fondamentales dans les seigneuries viêt des Trịnh et des Nguyễn (notamment interprètes entre Européens et Viêt). Mon objectif est également de prouver que les édits d’interdiction des voyages maritimes (海禁, dans les années 1630) n’ont pas conduit à une disparition pure et simple de ces acteurs commerciaux et diplomatiques, et que seigneuries viêt et Japon continuent d’entretenir des relations diplomatiques suivies, au moins jusqu’au XVIII^e siècle.

15h00 à 15h30 : Pause

15h30 à 16h15 : CHEN Nishan (Doctorante en histoire)
Jean Escerra and the civil legislation in the early Republican China
Résumé : Jean Escarra (1885-1955) was a famous professor of Law and a sinologist. As a legal counselor for the Beijing and Nanjing Government, from 1921 to 1938 he went to China for 5 times. He gives his opinions on the codification of Family Law and the Law of Succession of Chinese first civil Code. His report to the Legislative Council in 1930 was published in 1931. In the preface he indicated that his opinions were opposite to that of the Legislative Council. This presentation will introduce Escarra and his report, aiming at understanding his opposite opinions on Family Law and Law of Succession as well as his reasons to justify.

16h15 à 17h00 : HOU Qingbin (Doctorant en histoire)
La contravention, les règlements municipaux et la gouvernance urbaine dans la concession française de Shanghai à la fin des Qing (1850-1911)
Résumé : La contravention est une catégorie d’infractions et elle était officiellement établie pour la première fois dans le Code pénal de l’empire français en 1810. A la fin des années 1850, le Consul français introduisait la contravention et son système juridique dans la concession française de Shanghai en réponse à la pression de la gouvernance urbaine, et puis il faisait plusieurs modifications dans la pratique judiciaire selon la situation de la cohabitation franco-chinoise. Depuis 1869, le système de la justice contraventionnelle comportait les règlements municipaux, la police et la cour mixte française. Ce système produisait les effets favorables et satisfaisait les demandes de la gouvernance urbaine. Toutefois, le Consul français ne stipulait pas explicitement les degrés de la condamnation aux peines de police, ce qui aboutissait à l’injustice dans la pratique judiciaire. La justice contraventionnelle visait à discipliner la vie quotidienne des habitants chinois et former une ville moderne au sens occidental, en même temps, elle reflétait la relation inégale sino-étrangère dans la concession française de Shanghai.

17h00 à 17h45 : Samuel MARIE (Doctorant en philosophie)
La question de la société civile en France et au Japon
Résumé : La notion de société civile est un lieu privilégié pour questionner la modernité politique et ses catégories. En effet, l’idée d’une auto-institution de la société comme sphère autonome est centrale dans la pensée politique moderne. Elle semble en être la cristallisation. Toutefois, la prétention à l’universalité d’une telle idée ne va pas sans poser problème dans la mesure où un telle conception de la modernité est indissociable de la trajectoire historique de l’occident. L’objectif de notre travail sera double. Notre premier objectif sera de mettre à l’épreuve cette notion de société civile, comme sphère autonome auto-instituée, en la confrontant au cas d’un pays ayant eu une trajectoire évolutive différente, à savoir le Japon. Nous nous intéresserons à la manière dont le Japon a traduit/inventé cette catégorie de société/sociale, ainsi que les concepts qui lui sont connexes (État, nation, démocratie, etc.) afin de donner sens à son propre processus de modernisation. Le second objectif de notre recherche sera de se servir de cette confrontation avec le cas japonais pour interroger, en retour, notre propre modernité et de décentrer notre regard sur notre propre trajectoire évolutive afin de poser la question de la nature et de la place de la société civile en France à partir d’une position d’extériorité constituée à partir de ce travail.

17h45 à 18h00 : Discussion générale et bilan de la journée

A partir de 18h00 : Garden party de l’IAO (jusqu’à 20h00 environ)