Séminaire de l’IAO : Ulbe Bosma

SeminaireIAO_2016_04_06

« Smallpox and diverging demographical trends in Southeast Asia »

Ulbe Bosma, Senior Researcher IISH, Professor of International and Comparative Social History VU University Amsterdam

Mercredi 6 avril 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Nineteenth century demographic growth of Southeast Asia varied considerably within a space that was rather homogeneous in terms of per capita income. The northern Philippines and Java knew for example very high growth figures, while most of the Malay peninsula and the Outer Islands of Indonesia only experienced marginal demographic growth or even stagnation. A crucial, and probably undervalued, factor was the uneven dissemination of inoculation and vaccination techniques in the struggle against smallpox. How did these vaccination regimes vary and what can we say about their impact on demographic growth ?

Laurent Gédéon, « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Photo pleine pageIntervention de Laurent Gédéon dans le cadre de la journée d’étude organisée le 18 mars 2016 par l’IrAsia à Aix-en-Provence sur le thème « L’Asie et la mer… Entre enjeux et conflits ». Cette journée réunira différents spécialistes civils et militaires des questions géostratégiques et géomaritimes en Asie. L. Gédéon interviendra spécifiquement sur le sujet suivant : « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Programme de la journée

François Guillemot, « Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? »

DragonsDamSen_FG2014Résumé : Le 11 mars 2016 à la Maison de la Chimie à Paris, un important colloque était organisé par la fondation Gabriel Péri, fondée par le Parti communiste français (PCF) et reconnue comme un think tank de la gauche depuis 2004. Ce colloque intitulé « Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » s’articulait autour de trois grandes tables rondes portant respectivement sur « l’originalité de la politique vietnamienne », les suites politiques, économiques et stratégiques du XIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV) et une question qui pouvait paraître au premier abord un tantinet provocatrice mais qui avait, à mon avis, tout son sens « Le PCV, un parti encore marxiste ? ».

Le Viêt-Nam est-il à la croisée des chemins, à l’aube d’un changement politique d’envergure ? Que reste-t-il du communisme et vers quel type de capitalisme se dirige ce pays ? Telles étaient les questions qui sous-tendaient ce colloque. Questionner les enjeux du XIIe Congrès du Parti communiste vietnamien est-ce pertinent ? Quid de l’importance de ce Congrès ? S’agissait-il d’un non événement, d’un jeu de dupes pour Occidentaux non avertis ou de signes annonciateurs d’un malaise profond au sein de l’État-Parti ? Ce compte-rendu en trois parties tente d’y répondre partiellement. Il est suivi par une réflexion sur le langage politique communiste vietnamien.

Colloque international – Orient Extrême : collectionneurs et collections d’aujourd’hui

Affiche_OrientExtreme_webDates : soirée du 23 mars, 24 et 25 mars 2016
Lieu(x) de la manifestation : Musée des Confluences, Lyon (soirée inaugurale du 23 mars à l’ENS-LSH de Lyon)

Laboratoires organisateur
s :
– IAO (Institut d’Asie Orientale), Université Lyon 2/ENS/CNRS
– IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles), Université Lyon 3
– LARHRA, Université Lyon 2

L’objet du colloque sera d’étudier le phénomène des collections privées ou publiques d’art extrême-oriental dans le monde contemporain, en particulier le rapport des collectionneurs aux artistes et au marché de l’art. Les pays privilégiés, du fait de la complexité des interactions qu’ils développent dans la formation des collections artistiques sont, outre ceux de l’Union Européenne, la Chine, Taiwan, le Japon, la Corée, le Vietnam et l’Indonésie. Si notre ambition est d’accorder une large place à l’art contemporain, les collections envisagées pourront également rassembler des objets plus anciens, et pas seulement des objets d’art. Le terme « Extrême-Orient » sera ici compris dans un sens large, incluant les îles de l’Asie de l’Est et du Sud-Est. L’approche sera interdisciplinaire, mêlant histoire de l’art, esthétique, anthropologie, sociologie, économie ou même politique. Nous proposons les quatre panels suivants :

1) Profils et motivations des collectionneurs
2) Collections institutionnelles et collectives
3) Collections : regards croisés
4) Marché de l’art et enjeux identitaires

L’intérêt scientifique du colloque réside dans sa capacité à développer des axes transdisciplinaires et transculturels, en confrontant la formation des collections en Asie et/ou d’art asiatique à la globalisation croissante du marché de l’art. Ce type de recherche est tout à fait innovant sur le plan international, car les arts asiatiques (contemporains, en particulier) sont encore trop peu souvent appréhendés sous l’angle socio-économique. Si le colloque constitue avant tout une rencontre entre enseignants-chercheurs, visant à renforcer les relations entre spécialistes des marchés de l’art en Asie-Pacifique, il accueillera aussi des collectionneurs et des acteurs-clés du monde de l’art (conservateurs de musée, mécènes), qui apporteront un témoignage précieux sur leur expérience de terrain. Le fait qu’il soit associé à une exposition au Musée des Confluences ouvre aussi la porte à une diffusion des connaissances vis-à-vis du grand public et augure de manifestations futures du même type, conçues de manière encore plus étroite avec le Musée des Confluences. Le thème du colloque, axé sur le marché de l’art, intéressera également galeries d’art et maisons de vente aux enchères.

Organisatrices
:
Marie Laureillard : [mlaureillard@free.fr->mailto:mlaureillard@free.fr]
Cléa Patin : [cleapatin@gmail.com->mailto:cleapatin@gmail.com]

Pour assister au colloque, merci de vous inscrire à l’adresse suivantes : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/orientExtOrientExtreme.
Votre inscription vous permettra un accès gratuit au musée.

Programme

Tianjin au temps des concessions étrangères sous l’objectif d’André Bontemps (1931-1935)

Un récit visuel entre micro et macro-histoire, Fleur Chabaille, Author

Immersion dans la Chine des années 1930

Cette étude s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un « Dossier d’histoire du temps présent » pour l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) en collaboration avec la plateforme Virtual Tianjin, partie intégrante du projet « Virtual Cities » mis en place par l’Institut d’Asie orientale (IAO).Il s’agit de l’analyse sous la forme d’un récit visuel d’un fonds photographique et filmique versé à l’IHTP (cote IHTP ARC 3022) en 2011 par le petit-fils d’André Bontemps (1888-1969), substitut du juge d’instruction militaire (grade d’officier de justice militaire adjoint) ayant vécu dans la Concession française de Tianjin de 1931 à 1935.

De gauche à droite : Jean, André, Thérèse et Jacqueline Bontemps. Enfant non identifié. Photographie peut-être prise à Shanhaiguan.
Famille Bontemps

Un parcours représentatif d’une communauté

L’objectif de ce projet n’est pas d’offrir une analyse systématique des nombreux éléments visuels qui composent le fonds Bontemps. Il vise plutôt à articuler et intégrer certains d’entre eux au sein d’une narration donnant un aperçu de la présence militaire française à Tianjin dans les années 1930. A partir du récit individuel de cet expatrié français et de sa famille, notre démarche consiste à identifier et rassembler quelques fragments de la vie quotidienne des militaires français affectés à Tianjin. Sans tomber dans une généralisation excessive, on peut tout de même brosser un tableau assez représentatif des expériences de cette frange militaire en Chine du Nord.

Du micro au macro : l’oeil de l’historien en mouvement

Le témoignage d’André Bontemps permet aussi d’offrir un regard sur des circulations et des événements ayant une portée locale, nationale et internationale. Leur reconstitution implique un jeu d’échelle constant entre les lieux et le prisme d’analyse du micro au macro.

Le miroir d’une société entre dépaysements et cohabitations

Loin de films intimistes, les films et clichés de Bontemps se rapprochent par certains aspects de films à caractère ethnologique ou anthropologique pour lesquels l’intérêt de l’historien ne peut s’en trouver que décupler.

Comment alors tirer de cette histoire individuelle quelques grands traits, quelques ramifications nous aidant à mieux comprendre le tableau cosmopolite et complexe qu’offre la ville de Tianjin au temps des concessions ?

Interroger les formes de récit

Notre démarche consiste non seulement à illustrer la réflexion historique qui s’élabore grâce à l’exploration de ces sources visuelles, mais aussi à interroger la manière dont l’exploitation de ces matériaux nous aide à construire le récit historique. Partir de l’écrit pour sonder le visuel tout en s’appuyant sur le visuel pour approfondir ou compléter l’écrit, c’est ainsi que peut se définir notre entreprise. Les insuffisances de l’un se nourrissant des apports de l’autre, c’est finalement la croyance en un enrichissement et une interaction réciproques entre ces deux supports qui guide l’élaboration de cette reconstitution historique.

Une écriture collaborative

La publication sous format numérique de ce dossier permet de rendre visible le fonds en même temps que son étude qui se veut la plus détaillée possible, sans pour autant prétendre à l’exhaustivité. L’objectif principal de cette mise en ligne est d’inciter des chercheurs, des curieux, et surtout des enfants ou petits-enfants de témoins de ce lieu et de cette époque à venir explorer et enrichir notre compréhension des fragments visuels laissés par André Bontemps. A cet égard, tout document textuel ou visuel transmis par d’autres personnages aux trajectoires comparables peut constituer une précieuse contribution.

http://scalar.usc.edu/works/tianjin_bontemps/index

Projection-débat autour du documentaire Les indignés de Tokyo

Projection_Debat_2016_03_21

Date : Lundi 21 mars 2016 à 20h
Lieu : Salle Kantor, ENS de Lyon, site Descartes

Projection-débat autour du documentaire Les indignés de Tokyo (首相官邸の前で, Tell the Prime Minister), en présence du réalisateur Oguma Eiji, professeur de sociologie historique à l’Université Keiô.

Les indignés de Tokyo (首相官邸の前で, Tell the Prime Minister) (2015, 109 mn, présentation officielle au Festival International du documentaire de Yamagata 2015)

Présentation :

After « Occupy Wall Street »in New York, and before the « Umbrella Revolution » in Hong Kong, 200 thousand people surrounded the Prime Minister’s office in Tokyo for an anti-nuclear demonstration. However, this incident was not reported extensively by the media and subsequently went unnoticed by the world.

This documentary film captures the anti-nuclear protests in Tokyo after the Fukushima nuclear incident in March 2011. The theme of the film is the crisis that democracy faces, and the reconstruction of democracy. Video recordings cited in the film show the terrifying experiences of the nuclear disaster, anti-nuclear demonstrations, speeches, and the official meeting between activists and the Prime Minister.

A groundbreaking film created in a unique and unprecedented manner.

Oguma Eiji is a professor of Faculty of Policy Management at Keio University in Tokyo. His researches cover the national identity and nationalism, colonial policy, democracy thoughts and social movements in modern Japan from the view of historical sociology. He has earned 6 prizes for his published works in Japan. He has participated and gained credibility in anti-nuke movement in Tokyo after Fukushima incident. This is his first film work which was completed by cooperation of many activists and voluntary filmers.

Co-organisé par le Centre d’Études Japonaises (CEJ) de l’INALCO et le Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) de l’Université Paris Diderot, le département des arts de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (ENS de Lyon), l’Institut d’Asie Orientale de Lyon (IAO) et la Section des Études Japonaises de l’UFR LLCE de l’Université de Lille.

Contact : elise.domenach@ens-lyon.fr

Nouvelle publication : Une tablette aux ancêtres

TabletteAuxAncetres Stéphane Corcuff

Une tablette aux ancêtres est une nouvelle de Stéphane Corcuff, Chercheur associé de l’Institut d’Asie Orientale, publiée en 2015 chez L’Asiathèque.

Dans une nouvelle à mi-chemin entre travail littéraire et travail académique (modes d’écritures différents qu’il revendique comme étant tout aussi importants pour un chercheur), l’auteur se met en scène, écrivant à la première personne, pour relater la « rencontre » d’un chercheur avec une tablette funéraire dans le sud de Taïwan. Trouvée dans une maison japonaise abandonnée, il décide la ramener chez lui, et analyse alors les réactions de son entourage, et les siennes propres, à cet « acte » culturel qui peut paraître insensé localement, et qui le conduira finalement à être formellement « adopté » par ces ancêtres lors d’une cérémonie dans un grand temple bouddhiste de Taipei, le temple Shandao.

« Aperçu sur les coutumes religieuses de l’Asie confucéenne », le texte évoque autant les coutumes et croyances taïwanaises que l’histoire politique récente tumultueuse de Taïwan. Nouvelle clairement rédigée dans un style littéraire, elle est cependant tissée d’annotations anthropologiques, politiques et géopolitiques, comme si le texte était écrit à partir d’un carnet de terrain. Le texte est d’ailleurs suivi d’un glossaire, donnant des clés académiques sur Taïwan et plusieurs questions abordées, politiques, historiques ou religieuses, donnant ainsi un aspect semi-didactique à l’ensemble.

Cette nouvelle se raccroche, par certains aspects, à la vague rétro et nostalgique qui caractérise nombre de publications et de films ces dernières années : on y sent une nostalgie flottante pour les années japonaises de Taïwan (1895-1945), mises en contraste, à la lumière des conjectures géopolitiques auxquelles se livre l’auteur sur l’origine possible de cette tablette, avec la brutalité de l’occupant suivant ; pourtant le texte révèle en même temps une indéniable empathie pour les continentaux chinois déracinés par la guerre civile de 1946-1949, arrachés à leur famille et exilés à Formose, où les coutumes locales sont souvent très lointaines de celle de la Chine, censée être, sous le Kuomintang, la « mère-patrie » à reconquérir contre Mao.

Dans ce texte, l’auteur écrit avec un style léger et sans affectation, où les passés simples, par exemple, ne sont ni bannis ni omniprésents, mais arrivent, quand ils arrivent, à propos. C’est un style qui évite l’ornement pour mieux ménager ses surprises régulières, et se concentre surtout sur la narration, qui construit l’intrigue régulièrement sans qu’on y prenne gare. Et, chaque fois que le pathos risquerait de s’installer – car la nouvelle traite aussi de questions sérieuses – une boutade, une situation cocasse ou un élément d’oralité vient sciemment briser net cet élan romantique pour revenir à une histoire en apparence simple, mais qui dévoile peu à peu sa grande richesse. La nouvelle semble garder rigoureusement l’ambiguïté sur la véracité ou non des événements relatés, mais l’auteur, dans un entretien avec un spécialiste de littérature taïwanaise publié le jour de la sortie du livre, semble indiquer d’emblée que l’histoire s’est effectivement passée telle qu’elle est relatée.

Il inaugure à L’Asiathèque une série intitulée « Liminaire » et visant à publier de textes relatant des expériences interculturelles approfondies en Asie aboutissant à une réflexion en retour sur soi.

François Guillemot : Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam – Sur les pas des Jeunesses de choc

To39TNXPQuangBinhCette communication sur les traces de guerre se propose de revenir sur trois aspects d’une recherche émergente sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, fil conducteur de notre propos. Mon premier point rappelle et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France à partir du début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois « une marge et un centre » comme le stipule l’adage terrible et imagé « tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc » (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les formes de communication à distance.

Timbre_TNXPTexte en ligne en deux parties sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam :