Nouvelle publication de Romain Graziani : Une voix pour l’évasion. Tsi K’ang et sa lettre de rupture

Couverture_RomainGraziani_2015

Romain Graziani, Une voix pour l’évasion. Tsi K’ang et sa lettre de rupture.
Suivi de : Tsi K’ang et l’art de la fugue. Editions Fata Morgana

Illustrations de Catherine Denis. 2015 ‒ 96 pages ‒ 14 x 22 cm ‒ ISBN 978.2.85194.943.1.

Extrait : Ce bref essai s’est construit en gravitant autour de sa «Lettre de rupture des liens d’amitié avec Shan Tao», que Xi Kang rédigea peu de temps avant de finir décapité par les autorités au terme d’un procès ignominieux. L’intérêt de cette lettre dépasse celui qu’inspire le cas de Xi Kang en son époque : elle constitue un moment remarquable dans l’histoire de la genèse et du développement de l’individu en Chine ancienne. Xi Kang se livre dans ce texte à l’entreprise pionnière d’un essai de construction de sa personnalité : il faut y voir, avec le recul de l’historien – et toute la prudence du sinologue –, la tentative confirmée d’un lettré qui, au lieu d’intégrer les rangs de l’administration impériale, s’affirme comme l’unique auteur de sa vie. Mais cette «proclamation d’indépendance» recèle d’autres motivations plus complexes qui exigent de son lecteur ou de son interprète de la considérer comme une fugue à sujets multiples.

Plus information : http://www.fatamorgana.fr/livres/une-voix-pour-l-evasion

Narrativité : paroles, textes, images. De l’Europe au Japon en passant par l’Inde, le Tibet et la Chine

Affiche_Narrativite_25112015

Colloque organisé dans le cadre du projet « Narrativité : paroles, textes, images » (CNRS, Inalco, Paris 3 – Financement USPC)

Mercredi 25 et jeudi 26 novembre 2015
Auditorium – INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Les images semblent parfois raconter des histoires, et souvent ces images-là suivent une source littéraire. Il en va ainsi dans de nombreuses traditions autour de la planète, quoique les façons de s’y prendre puissent être très différentes. Parfois, il s’agit de séries d’images, parfois d’un long rouleau, d’une vaste fresque, ou d’un panneau peint ou sculpté débordant d’épisodes. Il arrive qu’elles soient muettes, ou bien que des inscriptions les accompagnent, parfois un texte entier qui est (ou non) l’histoire qui en a été la source ; parfois encore quelqu’un raconte ou commente ces images, un prêtre si la motivation est religieuse, ou un guide quand elle se fait touristique. Il arrive aussi que cette histoire semble s’animer quand on la mime, qu’on la joue dans la rue ou sur les planches.

Supposez que nous cherchions le tracé d’une histoire à travers les arts et pays différents qui lui donnent vie : trouvons-nous encore « une » histoire, ou autre chose ? En comparant ces histoires sous leurs modes divers, trouvons-nous seulement la technique de chaque mode, la manière de chaque pays, ou bien une histoire identifiable transparaît-elle encore ?

Ces deux journées – après la Soirée Etoki du 9 octobre – donneront des exemples concrets, anciens ou actuels, de telles histoires à transformations depuis le Japon, la Chine et le Tibet, l’Inde, et jusqu’en Europe, en confrontant paroles, textes et images, et leurs ruses réciproques.

Parmi les thèmes abordés, les « biographies » du Christ, du Bouddha et du prince Shôtoku, la traversée des enfers chinois, des albums retraçant inondations et famines en Chine impériale, des “voyages immobiles” illustrant le poème topographique d’une chasse impériale.

Ce colloque est issu des travaux du projet « Narrativité : paroles, textes, images », un lauréat du premier Appel à Projet du PRES Sorbonne Paris Cité. Il réunit des enseignants chercheurs de l’INALCO (équipes ASIEs et CEJ) et de Rennes 2, des doctorant (EPHE) et docteur chargé de cours (Strasbourg), et des chercheurs du CNRS (LACITO-Paris 3 et CEH).

Programme du colloque

Séminaire de l’IAO : Florence Graezer Bideau

SeminaireIAO_2015_11_26

« Cartographier les mémoires collectives à Gulou ou la difficulté d’allier volonté politique et voix populaires dans le centre historique de Pékin »

Florence Graezer Bideau, Maître d’enseignement et de recherche – Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Institute for Area and Global Studies – Collège des Humanités, Directrice du Minor in Area and Cultural Studies

Jeudi 26 novembre 2015, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Depuis 1972, la question patrimoniale intéresse de nombreux pays. Les procédures de candidature pour la Liste du Patrimoine mondial laisse généralement peu d’espace pour l’expression des voix des populations concernées. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) remédie partiellement à cet oubli en insistant sur la nécessité d’intégrer la participation des communautés dans le processus de définition et d’inscription patrimonial. La recommandation sur les « paysages historiques urbains » de l’UNESCO en 2011 confirme cette nouvelle approche participative à l’égard du patrimoine et valorise les cultures populaires ainsi que leurs dimensions intangibles. La mise en place des différents instruments ouvre ainsi la porte aux conflits et résistances parmi les acteurs engagés dans la préservation du patrimoine. La Chine, en particulier la Chine urbaine, offre des exemples pertinents pour illustrer les contradictions de ces nouvelles interprétations de la question patrimoniale. Les récentes mutations sociales et transformations spatiales qu’a connues la capitale chinoise ont affecté la perception et la gestion de l’héritage historique urbain. Les tensions entre les autorités locales et les résidents des quartiers concernés deviennent plus visibles et complexes. Reposant sur un projet de recherche plus large intitulé « Mapping Controversial memories in the historic urban landscape: a multidisciplinary study of Beijing, Mexico City and Rome”, la présentation aborde la nouvelle approche du « paysage historique urbain » soutenue par l’UNESCO et expose les stratégies des résidents locaux pour conserver le patrimoine de leur ville (résistance, droit à la ville, adaptation, etc.).

La discussion se concentrera sur Gulou, un quartier situé entre les tours du tambour et de la cloche à Pékin. Constitué principalement de maisons sur cour (siheyuan) et des allées (hutong), Gulou connaît une transformation spatiale rapide et radicale en proie à la spéculation immobilière et à la gentrification impliquant une modification des représentations de la mémoire collective parmi les résidents et les autorités locales. Deux aspects de cette transformation urbaine seront abordés. Le premier concerne le qualificatif de zone sensible que ce quartier historique situé au Nord-est de la cité interdite a hérité depuis son intégration au projet « Axe central de Pékin » que le gouvernement aimerait proposer comme prochaine candidature pour la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le second se rapporte aux effets d’une telle action de la part des autorités locales conférant à Gulou le statut de zone controversée. Certains résidants de Gulou s’organisent pour éviter les expropriations de leur logement tandis que d’autres acceptent leur relocalisation dans les nouveaux quartiers périphériques de la ville. La mobilisation des différents types de mémoires territoriales (de l’officiel au subalterne) et les controverses qui les nourrissent au sein de la population locale permettra d’identifier les rôles des multiples acteurs sociaux engagés dans ce processus de patrimonialisation. Une attention particulière sera portée à l’usage et à la perception de l’espace en lien avec la mémoire individuelle et collective afin de mieux comprendre les enjeux spécifiques de la fabrication du patrimoine ordinaire et de la préservation des caractéristiques socio-culturelles et historiques de la ville.

Soutenance de thèse : Tzu-Hsuan Sung

Le vendredi 20 novembre 2015 à 14h, Tzu-Hsuan Sung soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Cosmétiques, beauté et genre en Chine : Une analyse de la presse et des publicités (Fin des Qing -1930) ». Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Christian Henriot. La soutenance aura lieu dans la salle de réunion de l’IAO (R66), ENS de Lyon – Site Descartes.

Résumé : Cette recherche porte sur une analyse historique au sujet des cosmétiques et de la beauté en Chine depuis la fin de la dynastie Qing jusqu’au début des années 1930. Cette étude va traiter les différentes conceptions en rapport avec les cosmétiques et la beauté de l’apparence des femmes, ainsi que leur évolution. Par rapport aux approches pour expliquer ces différentes manières, cette étude se base sur la presse et les publicités, alors que ces deux types de sources se chargent de la transformation de la culture chinoise à l’époque de la « modernisation ». La première partie de mon travail décrit l’émergence des « osmétiques » occidentaux, et le développement de l’industrie des cosmétiques en Chine. A travers cette partie, la perception chinoise sera dévoilée. La deuxième partie analyse le déroulement du concept de la beauté de l’apparence, et sa relation avec l’utilisation de cosmétiques. Dans ces deux parties, une culture de la féminité de consommation voit le jour. Par conséquent, nous verrons également quelles classes de femmes consomment des cosmétiques, ou sont représentées pour promouvoir leur utilisation.

Mots-clés : Shanghai ; Chine ; cosmétique ; beauté ; apparence ; femme ; culture ; industrie ; moderne ; occident ; tradition ; consommation ; hygiène ; pharmacie