Soutenance de thèse : Guénolé Marchadour

Le vendredi 27 février 2015 à 14h, Guénolé Marchadour soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : Comment les rapports de domination se réalisent-ils ? Appréhender les rapports sociaux de sexe, de race et de classe dans les mobilisations des migrant.e.s brésilien.ne.s au Japon dans les années 2000. Cette thèse a été préparée sous la direction de Olivier Fillieule et Eric Seizelet. La soutenance aura lieu à l’Université Lumière Lyon 2, Salle G 123 Bâtiment Gaia (au 1er étage), 86 rue Pasteur, 69007 Lyon.

Les membres du jury sont :

  • Éric Fassin (rapporteur), professeur des universités, Université Paris 8
  • Olivier Fillieule (directeur), professeur des universités, Université de Lausanne
  • Helena Sumiko Hirata, directrice de recherche émérite, CNRS
  • Éric Seizelet (directeur), professeur des universités, Université Paris 7
  • Isabelle Sommier (rapporteure), professeure des universités, Université Paris 1

Le résumé de la thèse :

Au croisement de la sociologie des mobilisations, de la sociologie des migrations et des études de genre, cette thèse vise à saisir la réalisation des rapports de domination dans l’action collective des migrant.e.s brésilien.ne.s au Japon dans les années 2000. Au delà des catégorisations ethnoraciales (descendant.e / non descendant.e de Japonais) et classées (ouvrier.ère / indépendant.e), généralement utilisées pour décrire ce fait migratoire, les catégories de sexe contribuent aussi à le caractériser. Dans la perspective de l’intersectionnalité, la thèse s’appuie sur l’ethnographie multisituée pour appréhender la réalisation des rapports sociaux de sexe, de race et de classe. Ceux-ci s’actualisent dans des pratiques circonscrites mais aussi dans des contextes variés où l’intersectionnalité se révèle d’autant mieux que les rapports de pouvoir peuvent changer, s’inverser, « s’invisibiliser ». Pour ce faire, trois espaces de mobilisation ont été explorés : des écoles brésiliennes, des syndicats et des associations locales. Des observations in situ étalées entre 2006 et 2011 ont été complétées par quatre-vingt-dix entretiens semi-directifs en portugais et en japonais avec des familles migrantes, les migrant.e.s mobilisé.e.s, les leaderships et leurs soutiens extérieurs. En examinant leurs interactions, l’enquête multisituée montre que la réalisation des rapports de domination s’appréhende à partir de trois échelles d’analyse : nationale (les contextes japonais et brésilien), sectorielle (syndical, éducatif et associatif) et situationnelle (les dynamiques des organisations dans chaque secteur). De cette façon, la thèse fait ressortir les nouvelles frontières de la société japonaise et les reconfigurations de l’imaginaire national brésilien selon les sites de l’enquête.