Découvrez le reportage du 20h de TF1 sur « Scènes de la vie en Chine »

figurine_F1

La chaîne de télévision TF1 a diffusé le 14 décembre 2014, à l’heure de plus grande écoute, un reportage sur l’exposition Scène de la vie en Chine. Les figurines de bois de T’ou Sè Wè, qui se tient au Musée de Tissus et des Arts décoratifs du 5 décembre au 11 janvier. Le reportage rapporte l’histoire de la malle aux figurines, puis l’arrivée de la malle au Musée des Tissus et des Arts décoratifs, en faisant au passage découvrir la bannière de l’exposition fixée sur la façade du musée. Le reportage se focalise finalement sur les figurines elles-mêmes. Notre collègue Christian Henriot fait une brève apparition dans la cour du musée et dans la salle d’exposition.

Reportage TF1 : Il découvre un trésor unique au monde

L’exposition est un partenariat entre le Musée des Tissus et des Arts décoratifs et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale).

 

Vernissage de l’exposition ‘Scènes de la vie en Chine’

L’exposition ‘Scènes de la vie en Chine. Les figurines de bois de T’ou Sè Wè’ a été inaugurée le 4 décembre dans la Salle des Tapis du Musée des Tissus et des Arts décoratifs. Dans un décort splendide — la Salle des Tapis abrite elle-même actuellement une exposition de costumes de l’opéra de Lyon — le directeur du musée, Maximilien Durand, a présidé à la cérémonie de présentation de l’exposition et au tour de parole par les institutions qui ont soutenu ce projet: M. François Berger (C.C.I), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes, représentant M. Jean-Jack Queyranne), Mme Christine Destrez (ENS de Lyon, représentant M. Jean-François Pinton). Mme Wang Ju, consul général de Chine, malgré un agenda chargé, est venu dire quelques mots en ouverture de l’exposition.

De gauche à droite, Mme Wang Ju (Consul général de Chine), M. XX (CCI), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes), Maximilien Durand (MTAD)

De gauche à droite, Mme Wang Ju (Consul général de Chine), M. François Berger (CCI), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes), Maximilien Durand (MTAD)

Maximilien Durand a souligné dans son propos les raisons qui l’ont amené à accueillir les figurines de bois de T’ou Sè Wè au Musée des arts décoratifs, notamment le caractère très délicat et raffiné d’objets voués a priori à l’éphémère, produits pour le plaisir du regard tout en récréant un monde révolu. Il a rappelé aussi que les figurines font écho aux propres collections du Musée des tissus issues de Chine (tissus, costumes, mais aussi une riche iconographie originale rapportés par les missions commerciales lyonnaises au XIXe siècle).

Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Les commissaires de l’exposition, par la voix de Christian Henriot (IAO – Université de Lyon), ont présenté les sources de l’exposition: une double rencontre, celle d’un officier de marine, Jules Le Bigot, et d’une institution singulière, l’orphelinat jésuite de T’ou Sè Wè (Tushanwan), alors que le premier avait été envoyé à Shanghai à la tête des Forces Navales d’Extrême-Orient pour protéger la Concession française et ses habitants. Pour avoir pris l’initiative audacieuse de placer tout le complexe jésuite de Xujiahui sous la protection de la Marine au moment du retrait des troupes chinoises, et éviter ainsi toute présence militaire japonaise parmi les milliers de réfugiés chinois, l’amiral Le Bigot avait reçu une malle contenant les 109 figurines que la famille Le Bigot, à l’initiative d’Ivan Macaux, arrière-petit fils de l’amiral Le Bigot, a prêtées pour cette exposition.

Ivan Macaux

Ivan Macaux

La seconde rencontre est celle d’une autre initiative, la création d’ateliers d’art dans l’orphelinat pour préparer l’avenir des orphelins à de vrais métiers d’artisan de haut niveau, voire d’artistes, avec la culture chinoise. Tout en œuvrant principalement à la production d’objets du culte, les ateliers, notamment celui de sculpture, se sont intéressés, sous la houlette de Jésuites curieux, à reproduire différents éléments de la société chinoise (arches de vertu, pagodes, maquette de ville d’eau, etc.). Les figurines exposées sont le reflet de cet intérêt et de ce regard sur la vie en Chine, traduite dans une technique venue d’Occident.

Christian Henriot

Christian Henriot

Les commissaires expriment leur reconnaissance aux institutions (Région Rhône-Alpes et Comité France-Chine 50) et aux entreprises (Duxiu, CNKI) qui ont soutenu l’exposition. Ils saluent particulièrement l’ouverture d’esprit et l’accueil généreux de Maximilien Durand, grâce à qui cette exposition peut se tenir dans les meilleures conditions dans un établissement prestigieux. L’exposition est organisée dans le cadre d’un partenariat entre le Musée des Tissus et des Arts décoratifs et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie Orientale).

Crédit photographique: S. Pretto (MTAD)

The People’s Daily at the T’ou Sè Wè wood figurines exhibition

The People’s Daily (人民日报) was present at the opening of the exhibition of the T’ou Sè Wè wood figurines (土山湾孤儿院) at the Musée des Tissus et des Arts décoratifs in Lyon.

The People’s Daily published a report on its Chinese language web site with photographs of the people in attendance at the press conference.

The exhibition is organized under a partnership between the Musée des Tissus et des Arts décoratifs and Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale)

CCTV report on the T’ou Sè Wè wood figurines exhibition

CCTV (Central China Television), the main state television broadcaster in China, attended the press conference by Maximilien Durand (director of the Musée des Tissus et des Arts décoratifs), Christian Henriot (Institut d’Asie orientale), and Ivan Macaux (Journalist, Canal+) on 4 December 2014 before the opening of the exhibition of the wood figurines produced at the Jesuit T’ou Sè Wè orphanage in Xujiahui, near Shanghai.

This is a short report for an international audience, with original soundtrack and English translation. The video plays on IE, Safari and Chrome, but not Firefox.

The exhibition is organized under a partnership between the Musée des Tissus et des Arts décoratifs and Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale)

French national TV station FR3 on the Lyon exhibition of the T’ou Sè Wè figurines

figurine_FR3

La chaîne de télévision FR3 a diffusé au journal de 19h-20h un reportage sur l’exposition Scènes de la vie en Chine qui se tient au Musée des Tissus et des Arts décoratifs à Lyon du 5 décembre 2014 au 11 janvier 2015.

French national TV channel FR3 broadcasted a reportage during its prime time 7:00-8:00 news on the Lyon exhibition of the T’ou Sè Wè figurines. The exhibition takes place at the Musée des Tissus et des Arts décoratifs from 5 December 2014 to 11 January 2015.

FR3 Reportage

L’exposition est un partenariat entre le Musée des Tissus et des Arts décoratifs et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale).

Soutenance de HDR : Christine Cornet

Le 12 décembre 2014 à 15h, Christine Cornet soutiendra son habilitation à diriger des recherches sur la thématique :  » Ordre, police et circulations imperiales dans la concession françaises de Shanghai, 1906-1946″. La soutenance aura lieu en salle de réunion de l’IAO.

[Avis de soutenance de HDR]

Résumé : Historienne de la Chine et de Shanghai, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2, Christine Cornet présente un mémoire de synthèse pour l’Habilitation à Diriger des Recherches intitulé : Histoire, Mémoire et Représentation. Ce mémoire retrace un itinéraire long et atypique ponctué d’expériences en dehors des cercles académiques qui ont enrichi et dynamisé sa carrière d’enseignant-chercheur.

Depuis sa thèse soutenue en 1990 à l’EHESS sous la direction de la sinologue et historienne Marie-Claire Bergère, Christine Cornet a toujours développé trois ancrages dans sa démarche scientifique : le recours aux ego-documents, récits, témoignages, correspondances pour reconstituer les biographies des acteurs inconnus de l’histoire. A partir de sources visuelles analysées comme matériau historique, elle reconsidère les enjeux de l’écriture de l’histoire et de la construction de la mémoire. Enfin le croisement de ces documents avec les archives diplomatiques, coloniales et militaires l’a amené à produire un nouveau manuscrit ; Ordre, police et circulations impériales dans la Concession française de Shanghai, 1906-1946.

Dans cet ouvrage, l’auteur démontre comment les autorités de la Concession française de Shanghai en recrutant des Tonkinois dans les rangs de sa police prolongent un empire colonial informel en Chine. A travers les trois matériaux finement décryptés, archives, biographies et photographies, Christine Cornet écrit non seulement une histoire à visage humain mais montre également les rituels de la visibilité de l’ordre à Shanghai qui avec ses enclaves étrangères et ses polices militarisées est devenue la plate-forme des circulations impériales.

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_51Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

François Guillemot, membre de l’Institut d’Asie Orientale, et Namba Chizuru (photo), professeure à l’université de Keio (Tokyo) et docteure en histoire de l’Université Lumière Lyon 2, présentèrent deux communications sur l’état des recherches françaises, les ressources publiées en langue française et les fonds d’archives sur l’Indochine concernant la période 1940-1945.

Pour en savoir plus : Mémoires d’Indochine

Table ronde « Une Méditerranée en mer de Chine »

Le 29 novembre 2014, Danielle TAN a participé aux Rencontres d’Averroès à Marseille, à la table ronde « Une Méditerranée en Mer de Chine », organisée par France Culture.

Ce premier débat conduit en… Méditerranée asiatique.

Dans les années 80, le géographe Yves Lacoste rebaptise ainsi la mer de Chine méridionale. Rendant compte de la grande diversité culturelle, des nombreuses langues nationales, du contraste entre la Chine au Nord et l’ensemble musulman au Sud, il montre que c’est un espace cohérent pouvant être distingué du continent qui l’entoure.

Des anthropologues et des historiens s’attèlent ensuite au sujet. L’australien Antony Reid met en lumière le système commercial chinois ; Denys Lombard, s’inscrivant clairement dans la filiation braudélienne, montre dans Le carrefour javanais combien et comment les apports chinois, indiens mais aussi arabes et européens se sont croisés et articulés dans l’île indonésienne de Java. François Gipouloux présente en 2009 La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècles, affirmant aussi l’existence d’un espace cohérent bien avant l’arrivée des Européens. Enfin, Romain Bertrand publie en 2011, son Histoire à parts égales, Récits d’une rencontre, Orient- Occident [XVIe-XVIIe siècles]. Tenant de « l’histoire connectée », refusant les lignes droites de l’histoire globale et se méfiant de l’euro-centrisme, son travail livre une chronique des contacts entre Hollandais, Malais et Javanais en 1596, démontrant que l’Europe ne détenait alors aucune supériorité dans les domaines commerciaux, militaires, cartographique ou navals.

« Méditerranée asiatique » : le géographe spécialiste du Japon, Philippe Pelletier, invité de cette première table ronde, acquiesce à la formule mais « d’un point de vue heuristique, une méthode pour faire réfléchir ». Un modèle théorique qui ne doit cependant pas faire oublier les données empiriques. Même analyse chez la politologue Danièle Tan : « il s’agit moins de savoir si la Méditerranée asiatique existe vraiment que d’y trouver un outil méthodologique, introduisant la complexité dans les grilles de lecture, le temps long… ».

Celle qui travaille sur les réseaux chinois explique ainsi que « les Européens ont trouvé des Chinois maîtrisant aussi bien le commerce que la navigation. Pour surmonter cet « obstacle », ils ont introduit une nouveauté : la force, les armes. Ce qui a chamboulé ce qui existait alors et obligé chacun à se repositionner ». C’est ainsi que des États comme le Laos ou le Cambodge ont pu faire appel à la France pour bénéficier de protection.

Décryptant les poncifs sur le Japon, Philippe Pelletier montre combien ces idées fausses puisent leurs origines chez les premiers Occidentaux arrivés sur l’île, mais aussi « sur une partie de l’élite japonaise qui voulait satisfaire à bon compte la vision occidentale tout en trouvant l’opportunité de se créer une identité nationale même si celle-ci ne correspondait pas à la réalité, arguant d’un peuple travailleur, uni, parlant la même langue… ».

Battre en brèche ces idées reçues est l’occasion de « désamorcer des craintes, plus ou moins légitimes, devant les délocalisations, un retour du « péril jaune »…» poursuit le géographe.

Face à la montée en puissance économique actuelle de l’Asie, il insiste : « le problème est que l’on applique à la Chine un modèle de domination mondiale qu’elle n’a pas. Si domination chinoise il doit y avoir, ce ne sera pas d’une façon identique à celle des États-Unis ou de l’Europe. Or, si l’on n’a pas la bonne clé, on passe à côté ».

« Comprendre la montée en puissance actuelle de la Chine, sa capacité à retrouver une influence sur les mers mais aussi à reconstruire les corridors terrestres de la Route de la soie ne peut se faire sans regarder les raisons et modalités de sa domination du XVe au XVIIe siècle. » renchérit Danièle Tan. « La comprendre signifie aussi ne pas se cantonner à la présentation actuelle d’une intervention monolithique ignorant les stratégies mises en place par les différents petits états pour gérer le rapport inégal à la Chine et parfois même l’utiliser dans des logiques de maintien de leur propre domination. La comprendre c’est enfin ne pas se focaliser sur les seuls conflits de la région pour percevoir que malgré tout, le commerce continue, les migrations se développent et qu’il y a aussi une attraction pour cette Chine qui propose une autre forme de modernité, voire même… une alternative à la modernité ».

Par Angélique Schaller
Source : Rencontres d’Averroès

Le débat sera rediffusé dans la « Fabrique de l’Histoire » d’Emmanuel Laurentin sur France Culture, dans la semaine du 22 décembre 2014.