Wenhuibao (Shanghai): Interview de Chr. Henriot

Le Wenhuibao (文汇报) a publié le 13 juillet 2013 une longue interview de Christian Henriot (安克强) par la journaliste Ren Siwen (任 思 蕴) sur les recherches historiques sur Shanghai, les technologies numériques et l’utilisation des SIG en histoire. L’entretien (en chinois), intitulé «地理 信息 系统 是 关涉到 想象力 的 技术 » (Les SIG sont une technologie qui concerne l’imagination) est paru dans la rubrique «Wenhui Scholars» (文汇 学 人)  du journal. Le Wenhuibao est un quotidien général fondé en 1937. Propriétaire de plusieurs titres, c’est actuellement le plus grand groupe de presse chinois et il dispose de la plus grande circulation  dans la région de Shanghai.

L’IAO… au fil des humanités

La Direction de la prospective et du Dialogue Public du Grand Lyon vient de publier un petit ouvrage intitulé Au fil des humanités qui rassemble « huit récits relatifs à des domaines de recherche en sciences humaines et sociales qui sont apparus représentatifs du territoire couvert par l’Université de Lyon ». Ces récits sont le résultat d’une enquête menée par l’Agence des sciences humaines et sociales à partir d’un repérage des travaux des centres de recherche évalués A+ et A par l’Aeres. Ils ont été élaborés à partir d’entretiens et d’éléments biographiques d’acteurs de la recherche en Rhône-Alpes. L’Institut d’Asie Orientale est au centre d’un des huit récits, avec un historique de l’émergence du champ des études sur l’Asie orientale à Lyon et la constitution d’un pôle de recherche d’excellence à la faveur du soutien du CNRS, des tutelles universitaires, et de la région Rhône-Alpes. Le texte du récit est disponible sur le site de l’IAO.

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā [Mémoire de M2]

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.