INSHS Highlight

Dans sa dernière livraison de novembre 2012, la Lettre de l’INSHS consacre un article au projet Virtual Shanghai et ses prolongements multiples vers d’autres aires géographiques (Saigon, Beijing, Tianjin) ou d’autres modalités de visualisation des données (Immersive Virtual Shanghai). La publication de cet article dans la Lettre de l’INSHS permet de faire connaître les réalisations dans lesquelles sont engagés plusieurs chercheurs et ingénieurs de l’IAO, dans la foulée du projet initial porté par Christian Henriot, et d’accroître la visibilité de l’IAO au niveau national. Le Lettre est diffusée à tous les membres des unités SHS du CNRS.

Chercheur invité : Jens Damm


Jens Damm, an Assistant Professor at the Graduate Institute of Taiwan Studies, Chang Jung Christian University Tainan, is visiting IAO from Nov. 19 to Dec. 8, 2012, to collaborate with our colleague Stéphane Corcuff on his project related to “historical compared geopolitics of the Taiwan strait”, called Formosa Geopolitica.
Jens will teach a 18-hour class on Multiculturalism in Asia at Sciences-Po Lyon at undergraduate level and will give us a lecture at IAO on Dec. 6. “Cross-Strait Conflict and Cooperation in the CyberSpace”. Jens is also a board member of the European Association of Taiwan Studies (EATS e.v.), founded in 2004, which will hold the 10th European Congress of Taiwan Studies, at ENS de Lyon, on May 2-4, 2013.

His research is mainly focused at present on discourses on gender and ethnicity-related issues in Taiwan and Greater China, including the People’s Republic of China, and on the impact of new communication technologies.

His most recent publications are European Perspectives on Taiwan (VS Springer 2012, co-edited with Paul Lim), Taiwanese Identity in the 21st Century (Routledge, co-edited with Gunter Schubert), “The Multiculturalization of Taiwan: From a Unified Han-Identity to the ’Four Great Ethnic Groups,’” Berliner Chinahefte/Chinese History and Society (38/2012), and « The Cross-Strait Perception of the Taiwanese in Cyberspace, » Journal of Cyber Culture and information Society (Zixun shehui yanjiu) (21/2012).
He will be based in room R55 with Stéphane and can be joined there daily. He speaks German, English and Chinese.

Email: jens.damm@fu-berlin.de

Website: http://eweb.cjcu.edu.tw/CJCU_WebAPP/WebForms/TeacherProfile/TP0022Q.aspx?teacher_id=VTE1Tms1MXZmejN4UjBLVGIxVnJGZz09

Soutenance de thèse : Alban Sciascia

Le 19 novembre 2012 à 14h, Alban Sciascia soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : ‘GOTONG ROYONG’ : La coopération sécuritaire américano-indonésienne depuis 2001. Cette thèse a été préparée sous la direction de Guy Faure (CNRS) dans le cadre de l’Institut d’Asie Orientale. La soutenance aura lieu en Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (Salle R.66, à confirmer), ENS de Lyon.

Soutenance de thèse : Akira Hattori

Le 30 novembre 2012 à 14h, Akira Hattori soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : The Cluster Policy in Japan and the Changing Relationship between Central and Local Authorities. Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Yevline Lecler dans le cadre du doctorat conjoint avec l’Université du Tohoku (Japon). La soutenance aura lieu à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon salle L 403.

CITIES IN TURMOIL: H-GIS AND URBAN LIFE IN MODERN CHINA

L’Institut d’Asie Orientale a organisé le second workshop sur les SIG historiques et l’histoire urbaine chinoise les 7-9 novembre 2012. Le colloque a eu lieu à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon dans le bâtiment Recherche. Les participants ont exploré les enjeux des “Villes en crise” à l’époque républicaine (1912-1949) en Chine à travers une tentative d’appliquer les SIG à l’exploration et au traitement des données historiques. Ce workshop s’inscrit dans une projet de recherche conjoint de deux ans, financé par la Fondation Chiang Ching-kuo, avec l’Institut d’Histoire Moderne de l’Academia Sinica à Taiwan. Les co-organisateurs étaient les professeurs Wu Jen-shu et Christian Henriot.

[slideshow]

Le workshop a mis en lumière la nécessité d’inscrire les projets de SIG historique dans une démarche à moyen, voire long, terme en raison de la nécessité d’accumuler un grand nombre de données avant de pouvoir tirer parti pleinement des avantages du SIG. Dans le cas des villes chinoises, les historiens sont amenés à reconstruire eux-même la totalité des « couches », sans pouvoir s’appuyer sur les resssources contemporaines. Ces projets doivent donc aussi s’inscrire dans une démarche collaborative internationale.