European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, Edited by Laurence Roulleau-Berger and Li Peilin


Sociology is subject to a process of internationalisation. The rapid development of China has provided the ‘China experience’ and shown the emergence of a new sociology. In this book a dialogue between European and Chinese sociologists is opening up new horizons for Western thought in a context of economic and cultural globalisation. The objective is to embark on a process of epistemological reconfiguration, deconstructing reality on the basis of dividing up the world. This book deals with some fundamental sociological issues: modernities and globalisation, class and society, state and … read moredemocracy, economic change and inequalities in Europe and in China. In the wake of the de-colonial critique of post-colonial studies, the aim of this book is to examine the question of the de-westernisation of knowledge in sociology.

Laurence Roulleau-Berger, Ph.D. (1982) and Habilitation (2001) in Sociology, University of Lyon, is Research Director at CNRS, Ecole Normale Supérieure de Lyon. She has published and edited many articles and books on urban and economic sociology, in the field of international migrations and recently about Chinese sociology, including Dewesternisation of Sociology: Europe in the Mirror of China (L’Aube, 2011).

Li Peilin, Ph.D. (1987), University of Paris I (Pantheon-Sorbonne), is Professor and Director of the Institute of Sociology, Chinese Academy of Social Sciences. He also serves as the President of the Chinese Sociological Association and is Chief-editor of Sociological Studies (China). He has published and edited many articles and books in the field of social development, migration and social policy, including China’s New Stage of Development (China: An International Journal, 2011).

Vietnam: Un État né de la guerre 1945-1954


Christopher Goscha, Spécialiste reconnu de la guerre d’Indochine. Professeur en relations internationales à l’Université du Québec à Montréal, chercheur associé à l’Institut d’Asie orientale (CNRS), vient de publier un nouvel ouvrage intitulé Vietnam: Un État né de la guerre 1945-1954.

Presque soixante ans après la chute de la garnison française à Dien Bien Phu, nous connaissons toujours mal l’autre côté combattant. Le « phénomène Viet Minh » est toujours expliqué soit comme la manifestation d’un patriotisme vietnamien « éternel » soit comme l’incarnation du « totalitarisme » communiste.

Se basant sur des sources vietnamiennes inédites, Christopher Goscha rompt avec ces interprétations pour analyser la manière dont les nationalistes vietnamiens conduits par le Parti communiste forgèrent un véritable Etat dans la perspective de mener l’effort de guerre, de préserver son assise territoriale et de projeter dans l’avenir la souveraineté nationale. Goscha remet également en cause le mythe d’une simple « guerre de guérilla » asymétrique opposant le colonisé au colonisateur. Grâce à l’assistance sino-soviétique, les communistes vietnamiens entamèrent une conversion vers une forme moderne de guerre conventionnelle et à cet effet, mirent sur pied une armée professionnelle. Pour réussir cette transition, le Parti accentua sa mainmise sur l’Etat, la société et l’armée. Le Parti instaura simultanément une révolution sociale radicale, non seulement pour mobiliser toujours plus de forces mais aussi pour remodeler l’Etat et la société selon le moule communiste.

L’histoire du Vietnam contemporain ne se réduit pas à « la » guerre, mais assurément elle fut sa matrice. En somme, l’Etat vietnamien a fait la guerre autant que la guerre a fait l’Etat.

Conférence de Masaya Shiraishi sur la région du Grand Mékong


Au terme de deux mois de présence à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) en tant que chercheur invité, le professeur Masaya Shiraishi a proposé une conférence sur les politiques japonaises vis-à-vis de l’Indochine/Mékong sur près d’un siècle : « Japan regional policy toward Indochina/Mekong: past, present and future ». En préambule, les termes de « Mekong sub-region, Indochina » ont été définis géographiquement et politiquement à travers les concepts de GMS [Greater Mekong Sub-region], Mekong Basin ou CLMV [Cambodge Laos Myanmar Vietnam].

Il a minutieusement exposé et analysé les relations entretenues par le Japon avec la péninsule indochinoise depuis la période coloniale jusqu’à aujourd’hui. Il a mis l’accent sur le renouveau de l’intérêt japonais à partir des Accords de Paris (1973) marquant la fin du conflit vietnamien et plus particulièrement depuis 1977 avec l’avènement de la « doctrine Fukuda » visant a établir des relations de confiance mutuelle avec les pays d’Asie. Le rôle du Japon à la sortie au conflit cambodgien (élections de 1993) a été souligné ainsi que la mise en place de différentes structures officielles permettant le dialogue interrégional dans la région du grand Mékong. La place du Japon dans ces différents mécanismes depuis les années 1990 a été décryptée avec soin. Enfin, la rivalité sino-japonaise a été abordée à travers l’enchevêtrement de comités et forums régionaux en interaction avec ces deux pays.

La conférence s’est déroulée le jeudi 3 novembre à l’IAO en présence des chercheurs et des étudiants du Master ASIOC (Asie Orientale Contemporaine). Elle a suscité de nombreuses questions sur le rôle du Japon dans la péninsule indochinoise depuis les années 1990, sur le développement économique au Cambodge et sur l’émergence du Myanmar en tant que nouvel acteur économique.

Le professeur Masaya Shiraishi, enseignant à l’Université Waseda à Tokyo, est bien connu des spécialistes de l’histoire du Vietnam. Outre ses travaux sur la région du Grand Mékong, il a contribué fortement à la connaissance de la période 1940-1945 en Indochine, de la présence à l’occupation japonaises, avec des études clés sur le gouvernement vietnamien de Tran Trong Kim (avril-août 1945), sur la ligue révolutionnaire Phuc Quoc (1940) ou sur les ressorts du nationalisme du célèbre révolutionnaire Phan Boi Chau en regard avec le Japon.

Parmi ses nombreux travaux, on peut citer (en langue anglaise) :

– Shiraishi, Masaya (1990), Japanese Relations with Vietnam: 1951-1987, Cornell University Southeast Asia Program, Ithaca.—(Vietnamese translation: Quan he Nhat Ban-Vietnam 1951-1987, NXB Khoa hoc Xa hoi, Hanoi, 1994).

– Shiraishi, Masaya & Furuta, Motoo (1992), “Two Features of Japan’s Indochina Policy During the Pacific War”, in Shiraishi, Takashi & Fututa, Motoo eds., Indochina in the 1940s and 1950s, Cornell University Southeast Asia Program, Ithaca.

– Shiraishi, Masaya (1992), “The Background to the Formation of the Tran Trong Kim Cabinet in April 1945: Japanese Plans for Governing Vietnam”, in Ibid..

– Shiraishi, Masaya (2001), “Vietnamese Communists’ Perception of China: From Historical Perspectives”, in Wen-Tang Shiu ed., Changes of Vietnam’s Relations with China and Taiwan, Academia Sinica Program for Southeast Asian Area Studies, Taipei.

– Shiraishi, Masaya (2004), The Vietnamese Phuc Quoc League and the 1940 Insurrection, Waseda University, Center of Excellence: Contemporary Asian Studies, Tokyo.

– Shiraishi, Masaya (2010), “Japan and Reconstruction of Indochina”, in Guy Faure ed., New Dynamics between China and Japan in Asia, World Scientific Publishing, Singapore.

Ses travaux sur Phan Boi Chau ont été traduits et publiés au Vietnam en 2000.

中華鄰國。臺灣閾境性 (Zhonghua linguo / Voisin de la Chine – La liminalité de Taiwan)


Stéphane Corcuff, chercheur à l’Institut d’Asie Orientale et maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Lyon, placé en délégation CNRS à l’antenne de Taipei du CEFC depuis septembre 2010, a mis a profit son séjour pour continuer des recherches croisant histoire géopolitique du détroit de Taiwan, politique des identités et géopolitique des relations Chine – Taiwan. Il en a tiré ce second ouvrage en chinois, publié à Taipei le 3 novembre 2011 par la maison d’édition 允晨文化, sur « liminalité taiwanaise ».

En 240 pages et 120.000 caractères, il tente d’établir une triangulation entre ces trois dimensions qu’il travaille et enseigne : l’histoire du détroit sous l’angle géopolitique – ou plus exactement les politisations de l’historiographie par les Communistes chinois, les Nationalistes chinois à Taiwan et certains militants indépendantistes taiwanais -, la politique des identités à Taiwan, et la géopolitique compliquée des relations Chine – Taiwan. Il tente ainsi d’analyser la nouvelle politique chinoise lancée par Ma Ying-jeou en 2008, mais également de la mettre en perspective historique longue. À la fin du 17e siècle, en effet, déjà, le régime insulaire et loyal aux Ming déchus des Zheng, qui luttaient depuis trois générations contre les Mandchous, les nouveaux maîtres de la Chine, finirent par faire soumission dans une préfiguration de ce que l’auteur appelle « une géopolitique des valeurs » (價值觀的地緣政治).

Dans ce processus fascinant, que Stéphane Corcuff étudie en se plongeant dans les deux placets rédigés par les Zheng en 1683, le régime qui tente de sauver la vie de ses dirigeants va mobiliser un corpus de valeurs partagées par les nouveaux dirigeants de la Chine, afin de minorer les sources passées de conflit et de négocier la reddition sans plus d’effusion de sang, tout en préservant la mémoire des ancêtres de la dynastie insulaire, qui deviendra le héros d’une histoire nationale chinoise. Stéphane Corcuff interroge les apports possibles, tout autant que les limites méthodologiques, de la comparaison d’une même situation géopolitique qui se reproduit à quatre siècles d’intervalle, sur le même terrain.

Quoique ce travail soit pour bonne part un travail de « géopolitique historique comparée » (跨世紀比較地緣政治學), en tant que politiste, il n’oublie cependant pas ses origines disciplinaires : dans le chapitre consacré à l’analyse de la « déconstruction de la taiwanisation » en cours depuis 2008 par le Kuomintang revenu au pouvoir, et qui fait suite à deux décennies de localisation politique, l’auteur propose un schéma d’analyse théorique des choix possibles qui s’offrent à un parti politique au pouvoir ou dans l’opposition face à une tendance sociétale qui entre en contradiction avec sa plateforme et ses valeurs. En l’espèce, à Taiwan, il s’agit de l’identification à l’île et au rejet de l’unification, qui continuent de se renforcer, alors même que le KMT énonce une plateforme de nouveau – et de plus en plus – unificatrice. Les cinq choix qui s’offrent à un tel parti, affirme l’auteur, sont les suivants : s’opposer frontalement à ces tendances, au mépris s’il le faut de la démocratie (抵抗) ; s’adapter en renonçant à certaines de ses valeurs pour se moderniser et épouser un principe de réalité (調整) ; abandonner ceux de ses principes qui sont les plus antagonistes avec la tendance de fond (放棄) ; tenter d’influencer, voire de manipuler l’opinion publique et la représentation nationale en dissimulant ses objectifs et ses politiques réelles, au besoin par une politique médiatique qui ne s’embarrasse pas de vérité et d’indépendance (影響) ; ou attendre, sans modifier sa plateforme, en mettant en veilleuse ces options, jusqu’à ce qu’un jour, peut-être, les temps soient plus favorables à ces dernières (等待).

L’auteur estime que le KMT est passé, en soixante ans, par toutes ces phases, pour être, aujourd’hui, clairement campé sur la quatrième. Il pose ainsi la question de l’envers, en termes de libertés publiques et de modèle démocratique, de la politique de « normalisation » entre les deux rives, qui semble ravir tant d’analystes, ne jugeant que par le strict aspect diplomatique des choses.

L’ouvrage conclue sur un concept que l’auteur a développé ces dernières années (voir notamment « Étudier Taiwan. L’ontologie d’un conservatoire – laboratoire », in Études chinoises, n° spécial « Étudier et enseigner la Chine », 2010, p. 235-260), celui de la « liminalité taiwanaise ». Cette liminalité, explique-t-il, n’est pas la liminalité – temps des anthropologues (un moment intermédiaire d’une vie, entre deux phases dont l’une n’est pas totalement révolue, et l’autre pas encore totalement ouverte, traduite en chinois par l’expression 中介時期), mais une liminalité – espace qu’il propose à la géopolitique, discipline en plein renouveau théorique, avec un expression ad hoc, 閾境性. Cette « liminalité de Taiwan », c’est cette « distance » très particulière du détroit de Taiwan : à la fois suffisamment étroit pour avoir permis à Taiwan de devenir un conservatoire de la culture chinoise (dans les années 1660-1680 ; depuis les années 1950), qui est la composante essentielle de sa matrice culturelle ; et suffisamment large pour permettre à Taiwan, depuis quatre siècles et à intervalles réguliers, d’être également un laboratoire d’identités s’appuyant précisément sur ce conservatoire, mais aussi sur toutes les dimensions de la matrice culturelle taiwanaise autres que chinoises.