Précis de politique japonaise


Thierry GUTHMANN, docteur en science politique de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et de l’université Chûô, Tokyo, maître de conférences à l’université de Mie (Japon), chercheur associé à l’Institut d’Asie orientale (CNRS), vient de publier un nouvel ouvrage intitulé Précis de politique japonaise.

Après un bref historique de la vie politique japonaise, de la défaite aux dernières élections sénatoriales de juillet 2010, sont présentés au lecteur les aspects les plus importants de la Constitution de ce pays. Les institutions politiques japonaises font ensuite l’objet d’une description exhaustive : fonctionnement du parlement, du gouvernement, du pouvoir judiciaire, ainsi que celui des structures politiques régionales. Les différentes pratiques du pouvoir sont analysées dans un troisième chapitre. « Qui gouverne et selon quelles modalités ? » ; « En quoi consiste le métier d’homme politique ? » sont parmi les questions abordées. A la suite de quoi, les principaux partis politiques du Japon contemporain sont passés en revue. Le livre s’achève sur une présentation de la manière dont le citoyen japonais prend part à la politique, que ce soit au moment des élections ou dans la quotidienneté des autres formes d’engagement.

Precis de politique japonaise

Local History in the Global Context

On October 20-21, a group of 23 French, Japanese, and Chinese scholars met as part of the Todai Forum in Lyon to discuss issues in the scales of history, with a view to examine how local history connects to more global changes in time and space. The papers addressed a large variety of topics in economic and social history in East and West Asia. Ample time was left for discussion among the participants and the public.  This event was one of the first to bring together historians from such a diverse background, yet with a geographical focus on areas that are at the heart of current essential debates.

Les 20-21 octobre, un groupe de 23 chercheurs français, japonais et chinois se sont rencontrés dans le cadre du Forum Todai à Lyon pour débattre de questions de jeux d’échelle en histoire, avec pour objet d’examiner comment l’histoire locale se trouve connectée à des changements plus globaux dans le temps et l’espace. Les communications ont porté sur une grande variété de sujets en ‘histoire économique et sociale de l’Asie orientale et occidentale. Un temps généreux a été laissé à la discussion entre les participants et le public. Cet événement a été l’un des premiers à réunir des historiens avec des profils aussi diversifiés, mais avec une focalisation géographique sur des zones qui sont au cœur de débats actuels essentiels.

La nouvelle publication de Vatthana Pholsena


Vatthana Pholsena, chargée de recherche au CNRS, vient de publier un nouvel ouvrage intitulé Laos : un pays en mutation

Situé à l’intérieur des terres de l’Asie du Sud-Est continentale, à l’ombre d’Etats au poids démographique et économique éminemment plus important, le Laos est encore un pays méconnu.
Sa culture et son histoire renvoient pourtant à un passé riche et ancien, traversé par la relation multiséculaire entre civilisations des plaines et sociétés des hautes terres dont la complexité ethnique et culturelle ne cesse de surprendre. Cette relation continue d’ailleurs d’exercer une influence profonde sur l’évolution du paysage économique, politique et sociale de l’Etat-nation. Délaissant le projet socialiste, à l’instar de ses alliés chinois et vietnamiens, il ouvre à présent ses frontières économiques porté par l’ambition périlleuse de retrouver une place en Asie au carrefour des routes commerciales.

Cet ouvrage propose d’étudier la trajectoire historique et politique du Laos pour tenter de mieux comprendre les grands défis et mutations qui saisissent le pays aujourd’hui.

Du blog et de l’enseignement

Les outils numériques offrent des facilités incomparables pour construire des lieux d’échanges d’information et de diffusion des connaissances. Il y a douze ans, quand j’ai mis en ligne mes premières pages de cours (programme, bibliographie, notes de méthode), il fallait en passer par un logiciel de html, puis surmonter les aléas de connexion avec le serveur de l’université. Depuis, de nombreuses facilités techniques ont vu le jour, notamment avec l’appui du service informatique de l’Institut des sciences de l’homme qui abrite depuis 2001 mon site professionnel  (ankeqiang.org). Néanmoins, on ne pouvait échapper à l’usage de logiciels de création numérique, même si l’ergonomie de ceux-ci s’étaient grandement améliorée.

Il est désormais possible de manière très simple d’élaborer des sites complets pour l’enseignement intégrant toute une série d’outils et de formats: blog, site web, réseaux sociaux. Ces outils s’avèrent particulièrement adaptés aux besoins d’échanges et de communication au sein des petites communautés que constitue chaque groupe d’étudiants. Naturellement, ces outils amènent à faire une impasse sur les plateformes proposées parfois par les établissements d’enseignement supérieurs. Néanmoins, entre la facilité d’usage et la capacité d’intégration d’une large palette d’outils qu’offrent les produits disponibles sur le Net, il y a peu à hésiter.

Personnellement, j’ai fait le choix de Blogger, l’outil de blog de Google. D’une part, la prise en main est rapide et simple. D’autre part, il est conçu pour recevoir et intégrer, le plus souvent par un simple clic sur un bouton, un grand nombre d’applications. La fiabilité en matière de sauvegarde et d’exportation — on peut vouloir changer de produit — permet d’avoir l’âme sereine quand on a consacré un certain temps à la mise en place d’un site.

Depuis cette année, j’ai donc renoncé à maintenir mes pages de cours sur mon site web, sinon une page récapitulative de mes enseignements qui pointe vers les différents sites construits pour chaque séminaire. Il est possible sur Blogger d’écrire en « langage naturel », sans avoir à se préoccuper plus de formatage que sous un traitement de texte. Il convient certes de faire l’effort de comprendre la logique d’organisation et de fonctionnement, mais c’est très largement intuitif.

J’ai adopté une structure comparable pour les trois séminaires que j’anime:

L’histoire à l’ère du numérique

Approches spatiales de l’histoire

Le communisme chinois. Pouvoir, idéologie, Développement

Il est possible de modifier et mettre à jour à volonté. Les étudiants sont entièrement partie prenante à la vie du blog et contribuent aux ressources collectées dans le cadre du séminaire, notamment à travers un groupe de travail dédié sous Zotero. L’information, tant sur le contenu du séminaire que pour des indications pratiques, circule en temps réel par de simples tweets sous Twitter. Bref, je reprendrai ici l’appel déjà ancien de Dan Cohen, éminent spécialistes des humanités numériques et animateur d’un blog qui fait autorité: « Professeur, à vos blogs ! »

Todai Forum Workshop in History

A l’occasion du Todai Forum qui se tiendra à Lyon du 19 au 21 octobre, l’Institut d’Asie Orientale et l’Institute of Advanced Studies on Asia (The University of Tokyo) co-organisent un colloque sur le thème « Local history in the context of global history« .

Cette réunion se déroulera sur deux jours, avec une session « chercheurs avancés » (20 octobre) et une session « jeunes chercheurs » (21 octobre). Elle aura lieu à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

Un site d’information présente le contenu, le programme et le déroulé de ces journées. Il sera mis à jour régulièrement. La participation à ce colloque est libre de droits et d’inscription préalable.