Soutenance de thèse : Cécile Armand

Le mardi 27 juin 2017, Cécile Armand soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Placing the history of advertising » : une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Cette thèse a été préparée sous la direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown University, Washington, D.C.). La soutenance aura lieu dans la salle des thèses à l’ENS de Lyon (site Monod).

Résumé de la thèse :

Directement inspirée de P. Ethington et son projet de « situer le passé » placing the past), cette thèse adopte une démarche spatiale pour « rematérialiser », « réincarner » et « repolitiser » l’histoire de la publicité à Shanghai (1905-1949), à la fois dans la presse locale (Shenbao, North China Daily News) et dans les rues de la ville. Refusant tout usage métaphorique de l’espace, cette thèse emprunte aux différentes « sciences de l’espace » pour tourner autour de l’objet publicitaire et l’appréhender dans ses multiples dimensions. Dans la première partie, la démographie et géopolitique sont convoquées pour prendre la mesure des populations et des territoires publicitaires (chapitres 1 et 2). La deuxième partie propose une sociologie des acteurs de la profession naissante (chapitre 3) et de la production/consommation (chapitre 4) afin de démonter la « fabrique » publicitaire. La troisième partie ouvre un observatoire de ses paysages et saisit les espaces publicitaires comme un « laboratoire » de la « modernité » à Shanghai (chapitres 5 et 6). La dernière partie s’efforce de remettre l’histoire spatiale en mouvement en retraçant les circulations et les rythmes publicitaires (chapitres 7 et 8). Au-delà, la démarche spatiale de cette thèse vise à « faire une place » à l’objet publicitaire dans l’historiographie. Nourrie de matériaux divers (presse, archives, photographies, croquis, cartes, statistiques), elle propose une alternative à l’histoire des représentations et apporte un autre éclairage sur l’histoire urbaine. Articulée à une plateforme ad hoc (MADSpace) (http://madspace.org/) qui en est le prolongement hypertextuel, cette thèse ouvre une réflexion sur les nouvelles manières de faire et d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Devant le jury composé de :

  • BENEDICT, Carol, History Professor, Georgetown University, Washington, D.C. (Etats-Unis).
  • CHESSEL, Marie-Emmanuelle, Directrice de Recherche, CNRS – Centre de Sociologie des Organisations, Paris
  • HENRIOT, Christian, Professeur, Aix-Marseille Université.
  • PAULES, Xavier, Maître de Conférences, EHESS, Paris.
  • PINOL, Jean-Luc, Professeur émérite, ENS de Lyon, Lyon.
  • VOLAIT, Mercedes, Directrice de Recherche, CNRS – INHA, Paris.

Soutenance de thèse : Benoît Garnier

Le mardi 20 juin 2017 à 13h30, Benoît Garnier soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Circulations transnationales et transformations de l’action publique : La mobilisation des sciences comportementales  dans la politique énergétique japonaise (2010-2016)  ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Yveline Lecler et Mathieu Brugidou. La soutenance aura lieu dans la salle du conseil, Sciences Po Lyon.

Résumé de la thèse :

Le changement des comportements individuels s’est récemment imposé comme un objectif majeur pour l’action publique qui mobilise dans cette optique de nouveaux savoirs de gouvernement : les sciences comportementales. Cette thèse de doctorat examine les transformations de la politique énergétique japonaise, celle-ci témoignant précisément d’un recours croissant et explicite à ces savoirs pour changer les comportements. L’analyse combine des perspectives théoriques et méthodologiques issues de la sociologie de l’action publique, de l’approche socio-historique et des études sur les transferts de politiques publiques. La conduite d’une centaine d’entretiens semi-directifs a mis en évidence la dimension centrale des circulations transnationales, dans un contexte marqué par la prégnance des enjeux climatiques, le progrès des techniques et des connaissances, et l’accident de Fukushima. En effet, des entrepreneurs politiques et autres « acteurs programmatiques »  japonais se sont formés aux sciences comportementales en Europe et aux États-Unis. Ils sont ensuite parvenus à les inscrire à l’agenda et à les mobiliser, non sans hybridations, notamment dans deux expérimentations prises comme terrains d’étude : celle des réseaux électriques « intelligents » dans les Smart Communities, et celle des nudges et des Home Energy Reports de l’entreprise étasunienne Opower.

Le jury se compose de :

  • Mathieu Brugidou, chercheur HDR à EDF R&D (co-directeur de thèse)
  • Sophie Dubuisson-Quellier, directrice de recherche CNRS au CSO
  • Patrick Hassenteufel, professeur des universités à Sciences Po Saint German-en-Laye, (rapporteur)
  • Yveline Lecler, professeure émérite des universités à Sciences Po Lyon (directrice de thèse)
  • Renaud Payre, professeur des universités à Sciences Po Lyon
  • Bernard Thomann, professeur des universités à l’EHESS (rapporteur)

Soutenance HDR : Fabienne Jagou

Le mardi 13 juin à 14h, à la Maison de l’Asie, Grand salon, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris, Mme Fabienne Jagou, membre de l’École française d’Extrême-Orient, rattachée à l’Institut d’Asie Orientale, soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée : Les représentations chinoises du Tibet aux époques moderne et contemporaine.

Les travaux présentés révèlent la complexité des relations entre la Chine et le Tibet aux époques moderne et contemporaine. Ma recherche s’est d’abord orientée vers l’évaluation du territoire du Tibet telle que la percevaient et la définissaient les Chinois. Ensuite, elle a porté sur la façon dont Chinois et Tibétains appréhendaient leurs pouvoirs mutuels afin d’analyser la nature de leur relation institutionnelle. Elle a abouti à une réflexion sur les organes administratifs chinois et tibétains concernant la gestion de leurs rapports afin d’en proposer une nouvelle définition et de poser la question de l’existence d’administrations spécifiques. À cette approche historique et politique s’est ajoutée une étude socio-historique de phénomènes religieux contemporains, qui propose une nouvelle interprétation chinoise du Tibet et qui montre une adaptation du bouddhisme tibétain au milieu culturel chinois.

Membres du Jury :
Matthew Kapstein, EPHE, directeur d’habilitation
JI Zhe, INALCO
Christian Lamouroux, EHESS
Charles Ramble, EPHE
Peter Schwieger, Université de Bonn

Soutenance : HOU Qingbin

Le lundi 6 mars 2017 à 9h, Huo Qingbin soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « La cour mixte française de Shanghai à la fin des Qing (1869-1911) ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Jérôme Bourgon, Directeur de recherche CNRS et XU Jilin, Professeur East China Normal University. La soutenance aura lieu dans la salle de direction par visioconférence.

Le jury se compose de 7 membres suivants :
ZHANG, Laure, Professeure, Université de Genève
WANG, Zhiqiang, Professeur, Fudan University
HENRIOT, Christian, Professeur, Université Aix-Marseille
BOURGON, Jérôme, Directeur de recherche, CNRS
XU, Jilin, Professeur, East China Normal University
CORNET, Christine, Professeure, Sciences Po Lyon
CONSTANT, Frédéric, Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Soutenance HDR : Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, chargé de recherche première classe au CNRS, en poste à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon, chercheur associé au Centre de recherches sur la Corée, soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’université Paris-Diderot, le mardi 7 mars à 14 heures, Salle des Thèses (salle 580F, Halle aux Farines, accès par le Hall E, allée paire, ascenseur F).

Son dossier porte sur « Les Sciences humaines et sociales japonaises entre Empire et État-nation » ; et il est accompagné d’un « Mémoire inédit à propos de l’histoire des savoirs coloniaux japonais en Corée colonisée (archéologie, anthropologie biologique, études historiques) et de Sakhaline entre les empires ».

Le jury sera composé de :
Alain Delissen (EHESS)
Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot)
Marie Kim (St-Cloud State University)
Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8)
Pierre François Souyri (Université de Genève)

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement invité(e)s.
La soutenance sera suivie d’un pot.

Un plan d’accès figure au lien suivant : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Soutenance de thèse : Nicolas Lepretre

Le lundi 28 novembre 2016 à 13h30 , Nicolas Lepretre soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Les transformations de l’action publique au prisme des réseaux électriques intelligents. Le cas des expérimentations de smart communities au Japon ». Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Yveline Lecler. La soutenance aura lieu dans la salle de réunion de l’IAO (R66), situé à l’intérieur de l’ENS de Lyon (site Descartes).

Composition du jury :
Madame Cécile CRESPY, professeure des universités, Sciences Po Toulouse
Monsieur Guy FAURE, directeur de recherche au CNRS, Aix-Marseille Université (rapporteur)
Madame Yveline LECLER, professeure émérite des universités, Sciences Po Lyon (directrice de thèse)
Monsieur Dominique LORRAIN, directeur de recherche émérite au CNRS, ENPC
Monsieur Gilles POLLET, professeur des universités, Sciences Po Lyon Monsieur François-Mathieu POUPEAU, chargé de recherche au CNRS, ENPC (rapporteur)

Résumé de la thèse : Dans un contexte de multiplication d’expérimentations de « réseaux électriques intelligents » (REI) et de « villes intelligentes » à travers le monde, cette thèse questionne les reconfigurations qui affectent l’action publique liée à l’énergie depuis l’émergence de ces innovations technologiques. À partir d’une analyse de l’instrumentation des politiques énergétiques et de la gouvernance de quatre démonstrateurs de « smart communities » au Japon, nous souhaitons saisir la reformulation du rôle de l’État et de ses modes d’interaction avec les collectivités territoriales et avec les acteurs privés. Nous défendons la thèse que la pratique de l’expérimentation tend à devenir un instrument privilégié de la conduite des politiques locales, en réponse à d’importantes transformations qui affectent les politiques énergétiques. En nous appuyant sur une analyse néo-institutionnaliste, nous montrons que l’introduction des REI est marquée par des permanences dans le processus d’élaboration des politiques publiques et dans les cadres cognitifs mobilisés, mais aussi par un « changement graduel transformateur » dans les instruments déployés.

À travers l’étude des quatre premiers démonstrateurs de smart community mis en place entre 2010 et 2015 par le Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI) à Yokohama, Toyota, Kyōto Keihanna et Kitakyūshū, nous procédons à une analyse de l’influence de la pratique expérimentale sur la production de politiques énergétiques locales et sur les modes d’interaction entre l’État et les acteurs locaux. Il apparaît alors que la pratique expérimentale est appropriée par les acteurs locaux volontaristes comme un moyen de valoriser leurs « bonnes pratiques » et d’ériger leur territoire en vitrine de l’exemplarité. Cette démarche s’inscrit dans une perspective stratégique visant à capter les financements privés et publics, mais elle résulte aussi d’un repositionnement de l’appareil étatique visant à renforcer son contrôle au sein de politiques énergétiques territorialisées par la promotion d’expérimentations en phase avec ses stratégies. Nous mobilisons en particulier les notions de « méta-gouvernance » et de « gouvernement à distance » pour qualifier les dispositifs déployés par l’État pour conférer des marges de manœuvre aux acteurs locaux et accorder des concessions ponctuelles qui s’inscrivent dans ses perspectives stratégiques, tout en effectuant un contrôle sur ce processus afin de maintenir la structure du réseau.

Soutenance de thèse : Tzu-Hsuan Sung

Le vendredi 20 novembre 2015 à 14h, Tzu-Hsuan Sung soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « Cosmétiques, beauté et genre en Chine : Une analyse de la presse et des publicités (Fin des Qing -1930) ». Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Christian Henriot. La soutenance aura lieu dans la salle de réunion de l’IAO (R66), ENS de Lyon – Site Descartes.

Résumé : Cette recherche porte sur une analyse historique au sujet des cosmétiques et de la beauté en Chine depuis la fin de la dynastie Qing jusqu’au début des années 1930. Cette étude va traiter les différentes conceptions en rapport avec les cosmétiques et la beauté de l’apparence des femmes, ainsi que leur évolution. Par rapport aux approches pour expliquer ces différentes manières, cette étude se base sur la presse et les publicités, alors que ces deux types de sources se chargent de la transformation de la culture chinoise à l’époque de la « modernisation ». La première partie de mon travail décrit l’émergence des « osmétiques » occidentaux, et le développement de l’industrie des cosmétiques en Chine. A travers cette partie, la perception chinoise sera dévoilée. La deuxième partie analyse le déroulement du concept de la beauté de l’apparence, et sa relation avec l’utilisation de cosmétiques. Dans ces deux parties, une culture de la féminité de consommation voit le jour. Par conséquent, nous verrons également quelles classes de femmes consomment des cosmétiques, ou sont représentées pour promouvoir leur utilisation.

Mots-clés : Shanghai ; Chine ; cosmétique ; beauté ; apparence ; femme ; culture ; industrie ; moderne ; occident ; tradition ; consommation ; hygiène ; pharmacie

Soutenance de thèse : Fleur Chabaille

Le vendredi 9 octobre 2015 à 14h, Fleur Chabaille soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « La Concession française de Tianjin : une histoire connectée de l’expansion des concessions étrangères en Chine (1846-1946) ». Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Christian Henriot. La soutenance aura lieu dans la salle de conférence de l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ) (site Buisson), situé à l’intérieur de l’ENS de Lyon (site Descartes).

Soutenance de thèse : Guénolé Marchadour

Le vendredi 27 février 2015 à 14h, Guénolé Marchadour soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : Comment les rapports de domination se réalisent-ils ? Appréhender les rapports sociaux de sexe, de race et de classe dans les mobilisations des migrant.e.s brésilien.ne.s au Japon dans les années 2000. Cette thèse a été préparée sous la direction de Olivier Fillieule et Eric Seizelet. La soutenance aura lieu à l’Université Lumière Lyon 2, Salle G 123 Bâtiment Gaia (au 1er étage), 86 rue Pasteur, 69007 Lyon.

Les membres du jury sont :

  • Éric Fassin (rapporteur), professeur des universités, Université Paris 8
  • Olivier Fillieule (directeur), professeur des universités, Université de Lausanne
  • Helena Sumiko Hirata, directrice de recherche émérite, CNRS
  • Éric Seizelet (directeur), professeur des universités, Université Paris 7
  • Isabelle Sommier (rapporteure), professeure des universités, Université Paris 1

Le résumé de la thèse :

Au croisement de la sociologie des mobilisations, de la sociologie des migrations et des études de genre, cette thèse vise à saisir la réalisation des rapports de domination dans l’action collective des migrant.e.s brésilien.ne.s au Japon dans les années 2000. Au delà des catégorisations ethnoraciales (descendant.e / non descendant.e de Japonais) et classées (ouvrier.ère / indépendant.e), généralement utilisées pour décrire ce fait migratoire, les catégories de sexe contribuent aussi à le caractériser. Dans la perspective de l’intersectionnalité, la thèse s’appuie sur l’ethnographie multisituée pour appréhender la réalisation des rapports sociaux de sexe, de race et de classe. Ceux-ci s’actualisent dans des pratiques circonscrites mais aussi dans des contextes variés où l’intersectionnalité se révèle d’autant mieux que les rapports de pouvoir peuvent changer, s’inverser, « s’invisibiliser ». Pour ce faire, trois espaces de mobilisation ont été explorés : des écoles brésiliennes, des syndicats et des associations locales. Des observations in situ étalées entre 2006 et 2011 ont été complétées par quatre-vingt-dix entretiens semi-directifs en portugais et en japonais avec des familles migrantes, les migrant.e.s mobilisé.e.s, les leaderships et leurs soutiens extérieurs. En examinant leurs interactions, l’enquête multisituée montre que la réalisation des rapports de domination s’appréhende à partir de trois échelles d’analyse : nationale (les contextes japonais et brésilien), sectorielle (syndical, éducatif et associatif) et situationnelle (les dynamiques des organisations dans chaque secteur). De cette façon, la thèse fait ressortir les nouvelles frontières de la société japonaise et les reconfigurations de l’imaginaire national brésilien selon les sites de l’enquête.

Soutenance de HDR : Christine Cornet

Le 12 décembre 2014 à 15h, Christine Cornet soutiendra son habilitation à diriger des recherches sur la thématique :  » Ordre, police et circulations imperiales dans la concession françaises de Shanghai, 1906-1946″. La soutenance aura lieu en salle de réunion de l’IAO.

[Avis de soutenance de HDR]

Résumé : Historienne de la Chine et de Shanghai, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2, Christine Cornet présente un mémoire de synthèse pour l’Habilitation à Diriger des Recherches intitulé : Histoire, Mémoire et Représentation. Ce mémoire retrace un itinéraire long et atypique ponctué d’expériences en dehors des cercles académiques qui ont enrichi et dynamisé sa carrière d’enseignant-chercheur.

Depuis sa thèse soutenue en 1990 à l’EHESS sous la direction de la sinologue et historienne Marie-Claire Bergère, Christine Cornet a toujours développé trois ancrages dans sa démarche scientifique : le recours aux ego-documents, récits, témoignages, correspondances pour reconstituer les biographies des acteurs inconnus de l’histoire. A partir de sources visuelles analysées comme matériau historique, elle reconsidère les enjeux de l’écriture de l’histoire et de la construction de la mémoire. Enfin le croisement de ces documents avec les archives diplomatiques, coloniales et militaires l’a amené à produire un nouveau manuscrit ; Ordre, police et circulations impériales dans la Concession française de Shanghai, 1906-1946.

Dans cet ouvrage, l’auteur démontre comment les autorités de la Concession française de Shanghai en recrutant des Tonkinois dans les rangs de sa police prolongent un empire colonial informel en Chine. A travers les trois matériaux finement décryptés, archives, biographies et photographies, Christine Cornet écrit non seulement une histoire à visage humain mais montre également les rituels de la visibilité de l’ordre à Shanghai qui avec ses enclaves étrangères et ses polices militarisées est devenue la plate-forme des circulations impériales.

Soutenance de HDR : Anne Kerlan

Le 4 juillet 2014 à 14h, Mme. Anne Kerlan (CNRS, Institut d’histoire du temps présent) soutiendra à l’Université Lyon 2 sous la direction de M. Christian Henriot son habilitation à diriger des recherches sur la thématique :  » Histoire visuelle et histoire culturelle de la Chine : de la peinture au cinéma, XVIII-XXè siècles ». La soutenance aura lieu dans les locaux de l’IFE.

Le jury sera composé des chercheurs suivants :

Christian Delage (Université paris VIII)
Kristine Harris (State University of New York)
Christian Henriot (Université de Lyon)
Barbara Mittler, Université de Heidelberg
Laurent Véray (Université Paris III)
Xiaohong Xiao-Plabes (INALCO)

Soutenance de thèse : Lee Ju-ling

Le 5 mai 2014 à 14h, Lee Ju-ling soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : La nudité dans l’image : pouvoir et représentations du corps à Taïwan (1895-1987). Cette thèse a été préparée sous la direction du professeur Christian Henriot dans le cadre de l’Institut d’Asie Orientale. La soutenance aura lieu à l’Institut Française de l’Éducation (IFÉ) situé dans le site de l’ENS de Lyon (site R. Descartes).

Résumé :  Cette étude au croisement de l’histoire et des études visuelles porte sur le corps et l’iconographie du nu à Taïwan à deux périodes : la colonisation japonaise (1895-1945) et la période du GMD jusqu’à la levée de la Loi martiale (1945-1987). Elle examine le lien entre la représentation du corps, l’iconographie du nu et l’intervention du pouvoir (re)formé dans la transformation de la société taïwanaise dans les deux périodes. L’influence mutuelle entre ces trois éléments transforme les pratiques corporelles des habitants de l’île, leur perception vis-à-vis de leur propre corps, ainsi que leur regard sur l’iconographie du nu. De la manipulation du colonisateur japonais sur la production et la publication d’images de nu à la domination autoritaire du GMD sur la culture, influencé en même temps par la culture et les valeurs occidentales depuis le début du XXème siècle, le corps des habitants de Taïwan représenté dans l’iconographie est continuellement (re)habillé et (re)dénudé. Ce travail entend analyser à la fois l’intervention du pouvoir dans la représentation du corps nu dans l’iconographie et les facteurs qui changent constamment le regard sur cette iconographie dans le contexte historique, culturel, ethnique, économique et politique de Taïwan au cours du XXème siècle.

Soutenance de thèse : Isabelle Tracol-Huynh

ProstituéesVN_circa1950
Le 12 décembre 2013 à 14h, Isabelle Tracol-Huynh soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954. Cette thèse a été préparée sous la direction de Monsieur Christian Henriot dans le cadre de l’Institut d’Asie Orientale. La soutenance aura lieu en Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (Salle R.66), ENS de Lyon.

Devant un jury composé de :

Sylvie CHAPERON – professeure à l’Université Toulouse 2 le Mirail
Christopher GOSCHA – professeur à l’Université du Québec à Montréal
Christian HENRIOT – professeur à l’Université Lumière Lyon 2
Dominique KALIFA – professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Philippe PAPIN – professeur à l’École Pratique des Hautes Études

Résumé :

L’étude de la prostitution au Tonkin pendant la colonisation française est celle d’un monde en mutation. Le développement de la prostitution est à relier directement avec les changements socio-économiques que connaît le Tonkin. La mobilité croissante des populations à l’époque coloniale a pour conséquence une urbanisation importante accompagnée d’une transformation radicale de la société urbaine. Ces changements favorisent une expansion à la fois quantitative et qualitative de la prostitution car de nouvelles formes apparaissent (chanteuses, danseuses, etc.).

Fenêtre ouverte sur un monde urbain en transformation, le monde prostitutionnel permet également de rendre compte de la complexité de la société coloniale dont il est le microcosme puisqu’il en reprend la hiérarchie raciale, les rapports de domination, de tension et de sympathie réciproque. Ce microcosme est placé sous le signe de la rencontre des genres et, surtout, des races, ce qui, en situation coloniale, ne va pas sans poser problème. La gestion de la prostitution par les autorités s’insère directement dans la politique de maintien de l’ordre mise en place par l’État colonial, puisqu’elle s’efforce de recréer au sein du monde prostitutionnel la hiérarchie, à la fois genrée et raciale, régissant l’ensemble de la société coloniale.

Le second volet de l’administration de la prostitution est sanitaire car c’est au nom de la santé publique que la prostitution est réglementée. Le but est de lutter contre les maladies vénériennes, péril pour l’individu et la nation. L’histoire de la prostitution au Tonkin est celle d’une tension entre une administration tentant de contrôler un monde prostitutionnel mouvant et multiforme et les acteurs du monde prostitutionnel qui mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement.

Ce travail entend analyser à la fois le système mis en place par les autorités et la réalité du monde prostitutionnel en s’intéressant à ses acteurs et à ses lieux.

Mots-clés : Vietnam ; Tonkin ; colonisation ; prostitution ; santé publique ; péril vénérien ; police ; culture urbaine ; problème public ; rôle de la presse

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā [Mémoire de M2]

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.

Soutenance de thèse : Alban Sciascia

Le 19 novembre 2012 à 14h, Alban Sciascia soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : ‘GOTONG ROYONG’ : La coopération sécuritaire américano-indonésienne depuis 2001. Cette thèse a été préparée sous la direction de Guy Faure (CNRS) dans le cadre de l’Institut d’Asie Orientale. La soutenance aura lieu en Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (Salle R.66, à confirmer), ENS de Lyon.