Dictionnaire historique du Japon – nouvelle revue en ligne sur Persée

Dictionnaire historique du Japon est désormais consultable en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

Le Dictionnaire historique du Japon, publié par la Maison franco-japonaise entre 1963 et 1995, en 20 fascicules, s’appuie sur les travaux d’historiens japonais, réunis dans un comité de rédaction (présidé successivement par MM. IWAO Seiichi, IYANAGA Teizô et ISHII Susumu). C’est un ouvrage de référence unique en son genre en langue occidentale. Il est divisé en 23 grands thèmes, eux-mêmes scindés en sous-thèmes : « Périodisation, calendrier », « Préhistoire et protohistoire », « Institutions politiques », « Fiscalité et système des terres », « Législation, justice et police », « Maison impériale », « Guerriers », « Affaires militaires et guerres », « Guerres civiles, troubles et incidents », « Relations extérieures et diplomatie », « Pays étrangers », « Géographie », « Agriculture, productions, industrie », « Commerce communications et moyens de transport, économie et finances, monnaie », « Religions, croyances populaires, célébrations, mythologie », « Enseignement, écoles de pensée », « Sciences et médecine », « Arts et beaux-arts, théâtre et musique », « Archives, historiographie, diplomatique », « Langues », « Littérature », « Édition, presse » et « Société ».

Ce dictionnaire s’appuie sur des ouvrages scientifiques japonais reconnus par le milieu académique, en particulier le Nihon-shi shôjiten (Petit dictionnaire de l’histoire japonaise) de SAKAMOTO Tarô (Éditions Yamakawa, 1953 ; nombreuses rééditions postérieures) et une dizaine d’autres publications majeures.

Tianjin au temps des concessions étrangères sous l’objectif d’André Bontemps (1931-1935)

Un récit visuel entre micro et macro-histoire, Fleur Chabaille, Author

Immersion dans la Chine des années 1930

Cette étude s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un « Dossier d’histoire du temps présent » pour l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) en collaboration avec la plateforme Virtual Tianjin, partie intégrante du projet « Virtual Cities » mis en place par l’Institut d’Asie orientale (IAO).Il s’agit de l’analyse sous la forme d’un récit visuel d’un fonds photographique et filmique versé à l’IHTP (cote IHTP ARC 3022) en 2011 par le petit-fils d’André Bontemps (1888-1969), substitut du juge d’instruction militaire (grade d’officier de justice militaire adjoint) ayant vécu dans la Concession française de Tianjin de 1931 à 1935.

De gauche à droite : Jean, André, Thérèse et Jacqueline Bontemps. Enfant non identifié. Photographie peut-être prise à Shanhaiguan.
Famille Bontemps

Un parcours représentatif d’une communauté

L’objectif de ce projet n’est pas d’offrir une analyse systématique des nombreux éléments visuels qui composent le fonds Bontemps. Il vise plutôt à articuler et intégrer certains d’entre eux au sein d’une narration donnant un aperçu de la présence militaire française à Tianjin dans les années 1930. A partir du récit individuel de cet expatrié français et de sa famille, notre démarche consiste à identifier et rassembler quelques fragments de la vie quotidienne des militaires français affectés à Tianjin. Sans tomber dans une généralisation excessive, on peut tout de même brosser un tableau assez représentatif des expériences de cette frange militaire en Chine du Nord.

Du micro au macro : l’oeil de l’historien en mouvement

Le témoignage d’André Bontemps permet aussi d’offrir un regard sur des circulations et des événements ayant une portée locale, nationale et internationale. Leur reconstitution implique un jeu d’échelle constant entre les lieux et le prisme d’analyse du micro au macro.

Le miroir d’une société entre dépaysements et cohabitations

Loin de films intimistes, les films et clichés de Bontemps se rapprochent par certains aspects de films à caractère ethnologique ou anthropologique pour lesquels l’intérêt de l’historien ne peut s’en trouver que décupler.

Comment alors tirer de cette histoire individuelle quelques grands traits, quelques ramifications nous aidant à mieux comprendre le tableau cosmopolite et complexe qu’offre la ville de Tianjin au temps des concessions ?

Interroger les formes de récit

Notre démarche consiste non seulement à illustrer la réflexion historique qui s’élabore grâce à l’exploration de ces sources visuelles, mais aussi à interroger la manière dont l’exploitation de ces matériaux nous aide à construire le récit historique. Partir de l’écrit pour sonder le visuel tout en s’appuyant sur le visuel pour approfondir ou compléter l’écrit, c’est ainsi que peut se définir notre entreprise. Les insuffisances de l’un se nourrissant des apports de l’autre, c’est finalement la croyance en un enrichissement et une interaction réciproques entre ces deux supports qui guide l’élaboration de cette reconstitution historique.

Une écriture collaborative

La publication sous format numérique de ce dossier permet de rendre visible le fonds en même temps que son étude qui se veut la plus détaillée possible, sans pour autant prétendre à l’exhaustivité. L’objectif principal de cette mise en ligne est d’inciter des chercheurs, des curieux, et surtout des enfants ou petits-enfants de témoins de ce lieu et de cette époque à venir explorer et enrichir notre compréhension des fragments visuels laissés par André Bontemps. A cet égard, tout document textuel ou visuel transmis par d’autres personnages aux trajectoires comparables peut constituer une précieuse contribution.

http://scalar.usc.edu/works/tianjin_bontemps/index

Femmes et Guerres au Viêt-Nam: nouveau carnet de recherche

21 juin 2013 : Ouverture officielle du carnet de recherche « Femmes & Guerres au Viêt-Nam » sur Hypothese.org.

Le carnet de recherche « Femmes & Guerres au Viêt-Nam, expériences transnationales » est dédié à la connais­sance des phé­no­mè­nes des guer­res et de leur rela­tion au genre à partir de l’exemple vietnamien. Qu’elles soient actrices, victimes, engagées ou non concernées, les femmes et leur positionnement social dans le phénomène guerre nous paraît intéressant à étudier à plus d’un titre.

Outre son objectif principal d’outil accompagnant notre recherche, ce carnet pro­po­se aux chercheur-e-s et visi­teurs une docu­men­ta­tion textuelle, iconographique, audiovisuelle en ligne, riche et variée, et une réflexion sur la thé­ma­ti­que plus générale « des femmes et des guer­res » et de leurs expériences croisées de la guerre.

Toute contribution scientifique est bienvenue.

Lien : http://guerillera.hypotheses.org/

Ecran_Femmes&GuerresVietNam

Derniers développements des Virtual Cities

 

L’année du dragon s’achève avec deux nouveaux lancements pour les Virtual Cities : l’inauguration de la plateforme Virtual Hankou (annonce de l’événement)

et l’ouverture des pages réalisées par l’IPRAUS sur la plateforme Virtual Shanghai (page d’accueil)

Lancement de la plateforme Virtual Hankou  – 19 décembre 2012 Wuhan
[slideshow]

Dorothée Rihal a inauguré la plateforme Virtual Hankou à l’occasion de la première journée sur la “Protection des bâtiments historiques français de Wuhan” organisée par l’ambassade de France en Chine et la municipalité de Wuhan. Le séminaire était présidé par M. TANG Huihu, Secrétaire général adjoint de la Municipalité de Wuhan; Mme LIU Yingzi, vice-Maire de Wuhan et Mme Sylvie BERMANN, Ambassadeur de France en Chine ont prononcé des discours, suivis des présentations d’experts:

–       M. LIU Qizhi, Directeur général adjoint du Bureau des ressources et de la planification de Wuhan “Recherche pratique de la planification de la protection historique et culturelle de Wuhan”

–       Mme Dorothée RIHAL, Historienne, Chercheur associée à l’Institut d’Asie Orientale, “Histoire et patrimoine de la concession française de Hankou”

–       Mme LI Jun, Professeur de la faculté de la conception urbaine de l’Université de Wuhan “La protection et l’utilisation des quartiers des concessions de Hankou”

–       Mme Martine BOUCHIER, Professeur des Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture affectée à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine “Cultural diffusion & heritage activation”

–       M. GAO Anting, Ingénieur général adjoint de l’Institut de design Zhongxin “Architecture de la concession française de Wuhan et sa protection”

–       M. Jean-Marie DUTHILLEUL, Président du conseil de surveillance et fondateur d’AREP “Wuhan, mémoire et avenir d’un quartier”

Page du site de l’ambassade

Lancement de la collection et du live-map IPRAUS -8 février 2013 Paris

A l’occasion du séminaire Métropoles d’Asie “La ville/espace de production”,

programme

Bernadette Laurencin a présenté le travail réalisé sur le grand Shanghai et Wang Yi, qui a travaillé à la réalisation de live-map, a présenté ce qui est rendu disponible à présent sur Virtual Shanghai

http://sig.tge-adonis.fr/ShanghaiXXI/

Au plaisir de vous retrouver pour de nouveaux développement sur les Virtual Cities tout au long de l’année du serpent. 蛇年吉祥!

BN-IAO News: Shanghai Municipal Report and Minutes

Voici la seconde livraison des documents numérisés à Shanghai avec le concours de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences sociales de Shanghai. Cette livraison comprend deux ensembles essentiels, les Municipal Reports du Shanghai Municipal Council et les Minutes de ses réunions.

La collection de Reports mise en ligne n’est pas complète. Elle couvre les années 1892-1908, 1924-1936 et 1938-1943. Avec le concours d’un chercheur britannique, BN-IAO a pu réunir un groupe de Reports pour la période 1859-1864 et 1879. BN-IAO complétera au fur et à mesure que de nouveaux exemplaires viennent à être numérisés.

La collection des Minutes couvre toute la période d’existence du Shanghai Municipal Council, de 1854 à 1943. Elles ont été établies à partir des achives déposées au Archives municipales de Shanghai.

L’ensemble des documents numérisés et mis en ligne constitue, avec les Shanghai Political and Economic Reports des Archives britanniques (14 vol., en consultation interne seulement) la collection la plus large disponible en ligne de sources d’archives et imprimées sur les administrations municipales de Shanghai avant 1943 et sur l’histoire économique et sociale de la ville.

BN-IAO News: Comptes rendus de gestion de la Concession française de Shanghai

La Bibliothèque numérique de l’IAO connaît un développement substantiel depuis quelques mois. A l’occasion de la mise en ligne de ressources particulières, un billet apparaîtra sur le Blog de l’IAO, comme aujourdhui, pour faire connaître les nouvelles ressources.

Pour être informé de manière régulière des mises en ligne nouvelles, il sera possible d’ici peu de suivre l’activité de BN-IAO sur Facebook et sur Twitter.

Cette semaine, une collection particulière vient d’être mise en ligne: les Comptes rendus de gestion de l’administration municipale de la Concession française à Shanghai (1849-1943). Dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut d’Asie Orientale et l’Institut d’Histoire (历史 研究所) de la Shanghai Academy of Social Sciences (上海 社会 科学院), le projet Virtual Shanghai a procédé à la numérisation d’un ensemble de rapports annuels (Compte rendu de  gestion) de la Commission d’administration municipale) de l’ancienne concession française de Shanghai. L’Institut d’histoire généreusement mis à disposition sa collection de Comptes rendus de  gestion pour cette importante opération de numérisation. L’opération a été organisée et supervisée par Feng Yi, ingénieur d’études à l’IAO.

L’ensemble actuel ne comprend pas toutes les années de la période pendant laquelle la Concession française a existé à Shanghai, mais nous espérons pouvoir compléter notre collection à mesure que nous trouverons des volumes disponibles pour la numérisation. L’ensemble des Comptes rendus de  gestion comprend actuellement les années suivantes: 1910-1926, 1929, 1932-1936, 1939-1940. Tous les fichiers ont été traités par reconnaissance de caractères et sont disponibles en format  full text.

La collection de Comptes rendus de gestion est disponible dans BN-IAO, la bibliothèque numérique de l’Institut d’Asie Orientale, dans la section Périodique.

Carnet de recherche : Mémoires d’Indochine


Depuis le 17 septembre dernier, François Guillemot développe un carnet de recherche sur hypotheses.org dans le cadre du séminaire ASIOC (ENS de Lyon / IEP de Lyon) à destination des étudiants et des chercheurs.

Le carnet de recherche est configuré comme un magazine en ligne. On y retrouve des informations spécifiques liées au séminaire, des comptes-rendus de lecture, des avis de parution d’ouvrages, des discussions entre chercheurs, des documents audio-visuels et des ressources documentaires.

Présentation succincte :

L’histoire de la décolonisation au Viêt-Nam, Laos et Cambodge a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. L’objectif de ce carnet de recherche est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits, de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Le carnet de recherche « Mémoires d’Indochine » est destiné aux étudiants du séminaire ASIOC (ENS de Lyon / IEP de Lyon) et aux chercheurs. Il leur offre un espace de discussion et d’échanges sur les contenus, les sources et l’état de la recherche sur ces sujets.

Du blog et de l’enseignement

Les outils numériques offrent des facilités incomparables pour construire des lieux d’échanges d’information et de diffusion des connaissances. Il y a douze ans, quand j’ai mis en ligne mes premières pages de cours (programme, bibliographie, notes de méthode), il fallait en passer par un logiciel de html, puis surmonter les aléas de connexion avec le serveur de l’université. Depuis, de nombreuses facilités techniques ont vu le jour, notamment avec l’appui du service informatique de l’Institut des sciences de l’homme qui abrite depuis 2001 mon site professionnel  (ankeqiang.org). Néanmoins, on ne pouvait échapper à l’usage de logiciels de création numérique, même si l’ergonomie de ceux-ci s’étaient grandement améliorée.

Il est désormais possible de manière très simple d’élaborer des sites complets pour l’enseignement intégrant toute une série d’outils et de formats: blog, site web, réseaux sociaux. Ces outils s’avèrent particulièrement adaptés aux besoins d’échanges et de communication au sein des petites communautés que constitue chaque groupe d’étudiants. Naturellement, ces outils amènent à faire une impasse sur les plateformes proposées parfois par les établissements d’enseignement supérieurs. Néanmoins, entre la facilité d’usage et la capacité d’intégration d’une large palette d’outils qu’offrent les produits disponibles sur le Net, il y a peu à hésiter.

Personnellement, j’ai fait le choix de Blogger, l’outil de blog de Google. D’une part, la prise en main est rapide et simple. D’autre part, il est conçu pour recevoir et intégrer, le plus souvent par un simple clic sur un bouton, un grand nombre d’applications. La fiabilité en matière de sauvegarde et d’exportation — on peut vouloir changer de produit — permet d’avoir l’âme sereine quand on a consacré un certain temps à la mise en place d’un site.

Depuis cette année, j’ai donc renoncé à maintenir mes pages de cours sur mon site web, sinon une page récapitulative de mes enseignements qui pointe vers les différents sites construits pour chaque séminaire. Il est possible sur Blogger d’écrire en « langage naturel », sans avoir à se préoccuper plus de formatage que sous un traitement de texte. Il convient certes de faire l’effort de comprendre la logique d’organisation et de fonctionnement, mais c’est très largement intuitif.

J’ai adopté une structure comparable pour les trois séminaires que j’anime:

L’histoire à l’ère du numérique

Approches spatiales de l’histoire

Le communisme chinois. Pouvoir, idéologie, Développement

Il est possible de modifier et mettre à jour à volonté. Les étudiants sont entièrement partie prenante à la vie du blog et contribuent aux ressources collectées dans le cadre du séminaire, notamment à travers un groupe de travail dédié sous Zotero. L’information, tant sur le contenu du séminaire que pour des indications pratiques, circule en temps réel par de simples tweets sous Twitter. Bref, je reprendrai ici l’appel déjà ancien de Dan Cohen, éminent spécialistes des humanités numériques et animateur d’un blog qui fait autorité: « Professeur, à vos blogs ! »