Voyage au pays de la guerre

Le passé proche de la nation vietnamienne est revisité et analysé, dans un pays que la guerre sous différentes formes a longtemps déchiré.

Dans cet ouvrage de synthèse clair, précis et utile, François Guillemot livre une histoire du Viêt-Nam des prodromes de la colonisation à la transformation du Viêt-Nam contemporain. Viêt-Nam. Fractures d’une nation, d’un accès facile, constitue une introduction réussie pour quiconque souhaite découvrir ce pays et surtout son histoire.

Six chapitres composent le livre en remontant les fils chronologiques. L’auteur est un des meilleurs spécialistes de la question. Il a déjà publié une remarquable somme sur le Dai Viet, le mouvement nationaliste vietnamien  et Les Femmes dans la guerre du Vietnam . Il anime par ailleurs un site fourmillant d’informations sur l’Asie du Sud Est. [Lire la suite]

CR de lecture de Sylvain Bouloque

Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours

Contribution de François Guillemot (chapitre 3) dans l’ouvrage collectif Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, sous la direction de Benoît de Tréglodé, Editions de la Sorbonne, « Libre cours », 2018

Depuis le lancement de sa politique d’ouverture économique (le Đổi mới en 1986), le Viêt Nam s’est profondément transformé et n’a plus grand-chose à voir avec les clichés formés autour du mythe de l’Indochine coloniale qui continuent de lui coller à la peau en France. Après une brève tentative de retour dans les années 1990, l’influence de la France a fortement diminué dans ce pays. Pourtant le Viêt Nam continue d’attirer des candidats fascinés par l’émergence économique de cette région d’Asie… et par le romantisme trompeur des clichés indochinois. Très ancré dans sa région depuis vingt ans, émancipé de ses alliés et ennemis d’hier (la France, la Russie ou les États-Unis), dépendant de ses grands voisins et perméable aux idéologies occidentales, le Viêt Nam poursuit sa recherche de l’équilibre entre la Chine et l’Occident pour mieux préserver ses intérêts nationaux. Cette histoire du Viêt Nam, écrite à plusieurs mains, renouvelle profondément notre regard du pays. Cette riche synthèse – qui mêle l’étude historique, politique, économique à celles des sociétés et des cultures et s’appuie sur des sources vietnamiennes –, nous fait redécouvrir une puissance émergente, une nation dynamique au centre des enjeux stratégiques contemporains en Asie, tout en insistant sur la nouvelle identité asiatique d’un pays que l’on a longtemps cru si bien connaître.

 Plus information : http://www.editions-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100847100&fa=author&person_ID=6254

Vietnam: une plongée au cœur d’une nation fracturée

Une image d’archive de Saïgon, au Vietnam, le 31 janvier 1968 lors de l’offensive du Têt menée par les Viet-Congs.

Le Vietnam a été au centre des passions et des convoitises occidentales durant plus d’un siècle. Son destin est devenu un enjeu pour nombre de grandes puissances, la France et les États-Unis bien sûr, mais aussi la Chine, le Japon et l’Union soviétique. Mais que sait-on de cette terre qui a su se jouer de toutes les influences pour bâtir une nouvelle identité ?

Entretien avec François Guillemot, lire la suite sur RFI

 

Parution le 25 janvier de l’ouvrage de François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018)

Viêt-Nam, fractures d’une nation
Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

François GUILLEMOT

Présentation :
Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ?
Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Elle permet également de saisir l’enchevêtrement des dominations internes (coloniales et postcoloniales) et la persistance de certaines lignes de fractures. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

Nouvelle publication : Viêt-Nam, fractures d’une nation Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

François Guillemot, historien, spécialiste du Viêt-Nam contemporain, est ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Il est l’auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Les Indes savantes, 2012) et a codirigé avec Agathe Larcher-Goscha, La Colonisation des corps. De l’Indochine au Viet Nam (Vendémiaire, 2014).

Plus info : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Vi__t_Nam__fractures_d_une_nation-9782707190949.html

Séance dédicaces des trois derniers livres de la Collection « L’univers esthétique », L’Harmattan

Le samedi 23 décembre à 15h, les éditions L’Harmattan et Véronique Alexandre Journeau, Directrice de collection, ont le plaisir de vous inviter à la signature ‒ dédicaces de trois livres récemment publiés en présence des auteurs, avec des interludes artistiques :

  • Feng Zikai, un caricaturiste lyrique ‒ Dialogue du mot et du trait, par Marie Laureillard
    Penser l’art du geste en résonance entre les arts et les cultures, sous la direction de Véronique Alexandre-Journeau et Christine Vial Kayser
  • L’empreinte de Zeami dans l’art japonais ‒ La fleur et le néant, par Aya Sekoguchi

Espace L’Harmattan – 21 bis rue des Écoles, 75005 Paris

Christopher Goscha : Prix littéraire en histoire

Le professeur Christopher Goscha, du Département d’histoire, a remporté le John K. Fairbank Prize for East Asian history pour son ouvrage Vietnam: A New History (Basic Books, 2016). Ce prix lui sera décerné dans le cadre du congrès annuel de l’American Historical Association, qui aura lieu du 4 au 7 janvier prochains à Washington. Ce prix est offert chaque année à un ouvrage original portant sur l’histoire post-1800 de la Chine, du Vietnam, de l’Asie centrale, de la Mongolie, de la Mandchourie, de la Corée ou du Japon.

Le Vietnam d’aujourd’hui est une mosaïque fascinante de gens, de langues et de cultures – ce petit pays héberge plus de 50 groupes ethniques parlant plus d’une demi-douzaine de langues. Cette extraordinaire diversité est l’héritage de plusieurs siècles marqués par de nombreuses reconfigurations politiques. Dans Vietnam: A New History, Christopher Goscha raconte l’histoire du pays, de l’Antiquité à nos jours. «Des générations d’empereurs, de rebelles, de prêtres et de colonisateurs ont laissé un héritage complexe dans ce pays remarquable, écrit-il. La mainmise des Chinois, des Français et des Japonais a refaçonné et modernisé le pays, comme l’ont fait les visées coloniales des Vietnamiens eux-mêmes lorsqu’ils ont voulu étendre leur influence au sud du delta du Fleuve Rouge.» Des grands seigneurs Trinh et Nguyen au 17e siècle à la guerre du Vietnam, en passant par les colonisateurs français qui l’ont annexé avec le Laos et le Cambodge au sein de l’Indochine, plusieurs dynasties et États ont régné sur  – et se sont battus pour – ce qui est devenu le Vietnam. Tandis que de plus en plus de touristes y affluent et que l’Asie du Sud-Est est de nouveau le théâtre d’intenses rivalités, cet ouvrage se présente comme la référence historique incontournable à propos du Vietnam.

L’ouvrage du professeur Goscha est également l’un des dix finalistes pour le Cundill History Prize, doté d’une bourse de 75 000 dollars US. Ce prix, décerné par l’Université McGill, récompense le meilleur ouvrage d’histoire écrit en anglais. Le gagnant de ce prix sera dévoilé le 16 novembre prochain.

Invitation pour la parution de « Fantômes dans l‘Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui »

le samedi 7 octobre 2017 à 17 h, La librairie le Phénix, Huguette Rigot, directrice des Presses de l’Inalco ont le plaisir de vous convier à la présentation et à la signature des ouvrages « Fantômes dans l‘Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui » Tomes 1 & 2, sous la dir. de Marie Laureillard et Vincent Durand-Dastès.

Librairie le Phénix – 72, boulevard Sébastopol – 75003 Paris

Nouvelle publication – Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui

Vincent Durand-Dastès, Marie Laureillard (dir.), Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui, Pais, Presses de l’Inalco, 2017.

Nous avons, en écrivant cet avant-propos, pleine conscience du paradoxe qu’il y a à mettre entre les mains des lecteurs un ouvrage dont le poids physique semble en décalage presque grotesque avec l’immatérialité de son sujet. Il est en revanche le signe de la passion qu’ont exercées, tout au long de l’histoire chinoise, et, selon leurs propres modalités, dans les pays voisins, les apparitions des êtres revenus du monde des morts. Car cette passion a inspiré tant d’auteurs chinois, coréens ou japonais anciens ou modernes, qu’elle finit par rejaillir sur les universitaires qui étudient les civilisations de ces contrées. Témoin les nombreuses propositions de communications que suscita notre appel pendant l’été 2012 et qui se traduisit par le colloque international organisé les 21, 22 et 23 février 2013 à l’Inalco, en liaison avec l’Institut d’Asie orientale de Lyon. Le présent volume essaiera d’en perpétuer l’apparition.

Plus info : http://www.inalco.fr/publication/fantomes-extreme-orient-hier-aujourd-hui

Nouvelle publication : Le cheval à trois jambes

cheval-a-trois-jambesDans Le cheval à trois jambes, anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Angel Pino et Isabelle Rabut et qui vient de paraître aux éditions You-Feng, Marie Laureillard a traduit la nouvelle « La mère qui fuyait » de Guo Songfen.

Résumé : En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut,
et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Source : http://www.librairielephenix.fr/livres/le-cheval-trois-jambes-9782842797584.html

Nouvelle publication d’Arnaud Nanta dans l’ouvrage 科学と社会の知

couverture_%e7%a7%91%e5%ad%a6%e3%81%a8%e7%a4%be%e4%bc%9a%e3%81%ae%e7%9f%a5Arnaud Nanta vient de publier 2 articles dans l’ouvrage Kagaku to shakai no chi 科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race).

Arnaud Nanta, « Jinshushugi to kagakusha no “chūritsusei” — Anri Varowa no katsudō o chūshin ni » 人種主義と科学者の「中立性」――アンリ・ヴァロワの活動を中心に (Racisme et “neutralité” des scientifiques — Autour de Henri Vallois), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 81-101

Et celle du chapitre qu’il a traduit dans ce même livre :

Arnaud Nanta & Kobayashi Shinju 小林新樹 (traduction par) : Carole Reynaud Paligot レノーパリゴ « Furansu ni okeru keishitsu jinruigaku no hensen shi — 19 seiki matsu kara no jinshu kagaku o megutte » (L’anthropologie physique et la science des races en France à partir de la fin du 19e siècle), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 61-80

Nouvelle poublication : Les lieux de la loi en Chine impériale

couverture_extremeorientextremeoccidentJérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l’Institut d’Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

Coordinateur(s) du numéro : Jérôme Bourgon |
Auteur(s) : Frédéric Constant | E. John Gregory | Jean-Louis Halperin | Zhang Ning | Max Oidtmann | Eric Schluessel | Ulrich Theobald | Xie Xin-zhe | Wang Zhiqiang

Consulter le sommaire sur le Revue.org

Nouvelle publication de Romain Graziani dans l’ouvrage Ideology of Power and Power of Ideology in early China

couverture_ideologychinaGraziani, Romain, « Monarch and Minister : Reflections on an impossible partnership in the building of absolute monarchy », in The Ideology of Power and Power of Ideology in early China, ed. Paul Goldin, Martin Kern, and Yuri Pines, Brill, Leyden 2015, p.155-180.

Ideology of Power and Power of Ideology in Early China explores ancient Chinese political thought during the centuries surrounding the formation of the empire in 221 BCE. The individual chapters examine the ideology and practices of legitimation, views of rulership, conceptualizations of ruler-minister relations, economic thought, and the bureaucratic administration of commoners.

The contributors analyze the formation of power relations from various angles, ranging from artistic expression to religious ideas, political rhetoric, and administrative action. They demonstrate the interrelatedness of historiography and political ideology and show how the same text served both to strengthen the ruler’s authority and moderate his excesses. Together, the chapters highlight the immense complexity of ancient Chinese political thought, and the deep tensions running within it.

Contributors include Scott Cook, Joachim Gentz, Paul R. Goldin, Romain Graziani, Martin Kern, Liu Zehua, Luo Xinhui, Yuri Pines, Roel Sterckx, and Charles Sanft.

Plus information : http://www.brill.com/products/book/ideology-power-and-power-ideology-early-china

Nouvelle Publication – Histoire des techniques, histoire des mondes xvie-xviiie siècles

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski (dir.), Histoire des techniques, histoire des mondes xvie-xviiie siècles, Paris. PUF, 2016. 608 p.  (Collection Nouvelle Clio)

Résumé

L’histoire des techniques entre 1500 et 1800 est présentée tout d’abord de façon géographique, par grandes zones géographiques (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amériques, Océanie, etc.), puis de façon thématique, afin d’insister sur les principales orientations de la recherche actuelle : sont ainsi détaillés les liens entre les techniques et le pouvoir politique, l’agriculture, la religion, le genre, le corps, l’environnement, etc. L’objectif est de fournir un état de l’art tout en précisant les directions empruntées par la recherche en histoire moderne des techniques dans une perspective ouverte à l’échelle du monde, résolument comparatiste et soucieuse de regards croisés, y compris à l’échelle diachronique.

Présentation des auteurs

  • Guillaume Carnino : maître de conférences en histoire des sciences et techniques à l’Université de Technologie de Compiègne
  • Liliane Hilaire-Pérez : professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 7 et directrice d’études à l’EHESS
  • Aleksandra Kobiljski : chargée de recherche en histoire des mondes modernes et contemporains au CNRS

Points forts

  • Première grande synthèse d’un champ actuellement en ébullition : l’histoire des techniques.
  • Première grande synthèse en histoire des techniques à l’échelle globale. Cela n’existe pas en langue anglaise.
  • Ouvrage permettant d’approfondir le programme des concours de Capes/Agrégation d’histoire en 2017.

Plus info sur https://www.puf.com/content/Histoire_des_techniques