Vies Suspendues – Cinéma Documentaire et Débat Public

14 novembre 2017 à 19h, ENS de Lyon – Amphi Descartes, projection du film « La terre abandonnée » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de Kurumi SUGITA, Chercheuse associée de l’Institut d’Asie Orientale à l’ENS de Lyon, Fondatrice de l’association Nos Voisins Lointains 3.11 et ROMAIN J. Garcier, Maître de conférences en géographie à l’ENS de Lyon.

Depuis la catastrophe de Fukushima, de nombreux documentaires produisent des images au plus près des habitants qui ont façonné ce paysage millénaire. Malgré la contamination avérée, l’évidence de perpétuer leur présence sur le territoire l’emporte sur le déracinement imposé.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/14-novembre-19h

Se reconstruire après la dictature – Cinéma Documentaire et Débat Public

18 novembre 2017 à 15h, Bibliothèque du 1er, 7 rue Saint-Polycarpe Lyon 1er, projection du film « Birmanie, les chemins de la réintégration » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de François ROBINNE, Anthropologue et directeur de recherche au CNRS. Institut d’Asie orientale. ENS de Lyon.

Comment revenir à la vie après des années d’enfermements et de sévices ? Tour à tour meurtris dans leur chair et dans leur âme, des hommes s’entraident pour organiser leur réintégration sans attendre la rédemption, dans une société où le sourire est de mise et la sagesse du Bouddha portée en écharpe.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/c18-novembre-15h-1er

Stéphane Corcuff : Prix de la fondation culturelle franco-taiwanaise

Pot de l’IAO, le 14 novembre 2017 à 18h, Salle de réunion de l’IAO (D4.070)

Le prix de la Fondation culturelle franco-taiwanaise, fondé, géré et financé par l’Académie des Sciences morales et politiques de l’Institut de France et le Ministère taiwanais de la culture, couronne depuis 1996 des travaux d’artistes, de traducteurs et d’universitaires ayant oeuvré à une meilleure connaissance des cultures chinoise et taiwanaise en France.

Stéphane Corcuff rentrant parmi nous après six années passées à Taiwan sur les sept dernières années, cette réunion informelle et amicale sera l’occasion pour lui de nous faire un bref bilan de son passage à la tête du CEFC Taipei et de ses thèmes de recherches en cours, ainsi que des éléments qui ont été mis en avant par l’Institut et le Ministère de la culture dans le choix du jury pour le 22e prix de la Fondation.

Christopher Goscha : Prix littéraire en histoire

Le professeur Christopher Goscha, du Département d’histoire, a remporté le John K. Fairbank Prize for East Asian history pour son ouvrage Vietnam: A New History (Basic Books, 2016). Ce prix lui sera décerné dans le cadre du congrès annuel de l’American Historical Association, qui aura lieu du 4 au 7 janvier prochains à Washington. Ce prix est offert chaque année à un ouvrage original portant sur l’histoire post-1800 de la Chine, du Vietnam, de l’Asie centrale, de la Mongolie, de la Mandchourie, de la Corée ou du Japon.

Le Vietnam d’aujourd’hui est une mosaïque fascinante de gens, de langues et de cultures – ce petit pays héberge plus de 50 groupes ethniques parlant plus d’une demi-douzaine de langues. Cette extraordinaire diversité est l’héritage de plusieurs siècles marqués par de nombreuses reconfigurations politiques. Dans Vietnam: A New History, Christopher Goscha raconte l’histoire du pays, de l’Antiquité à nos jours. «Des générations d’empereurs, de rebelles, de prêtres et de colonisateurs ont laissé un héritage complexe dans ce pays remarquable, écrit-il. La mainmise des Chinois, des Français et des Japonais a refaçonné et modernisé le pays, comme l’ont fait les visées coloniales des Vietnamiens eux-mêmes lorsqu’ils ont voulu étendre leur influence au sud du delta du Fleuve Rouge.» Des grands seigneurs Trinh et Nguyen au 17e siècle à la guerre du Vietnam, en passant par les colonisateurs français qui l’ont annexé avec le Laos et le Cambodge au sein de l’Indochine, plusieurs dynasties et États ont régné sur  – et se sont battus pour – ce qui est devenu le Vietnam. Tandis que de plus en plus de touristes y affluent et que l’Asie du Sud-Est est de nouveau le théâtre d’intenses rivalités, cet ouvrage se présente comme la référence historique incontournable à propos du Vietnam.

L’ouvrage du professeur Goscha est également l’un des dix finalistes pour le Cundill History Prize, doté d’une bourse de 75 000 dollars US. Ce prix, décerné par l’Université McGill, récompense le meilleur ouvrage d’histoire écrit en anglais. Le gagnant de ce prix sera dévoilé le 16 novembre prochain.

Guerre du Vietnam : Héritages stratégiques de la guerre

Benoît de Tréglodé, chercheur à l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’École militaire) et François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’IAO (Institut d’Asie Orientale) ont participé à l’émission d’Emmanuel Laurentin La fabrique de l’histoire le 21 septembre 2017. Les deux historiens ont discuté des questions de stratégie pendant la guerre du Viêt-Nam, ils ont évoqué la pensée polémologique vietnamienne et rappelé l’implication internationale du conflit vietnamien de chaque côté du 17e Parallèle. La discussion a également porté sur le documentaire de Ken Burns et Lynn Novick, l’impact des images pendant la guerre, l’accès aux sources archivistiques et les répercussions du conflit sur la société actuelle.

A réécouter en podcast :  [https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/guerre-du-vietnam-44-heritages-strategiques-de-la-guerre->https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/guerre-du-vietnam-44-heritages-strategiques-de-la-guerre]

Cérémonie de remise de la décoration de l’Ordre du Soleil Levant à Yveline Lecler

Le lundi 19 juin, notre collègue Yveline Lecler, professeur émérite de Sciences Po Lyon, recevra l’Ordre du Soleil Levant des mains du Consul du Japon à Lyon, M. Ryuichirō Kobayashi. Cette remise de décoration se fera en présence de Renaud Payre, directeur de Sciences Po Lyon, Jean-François Pinton, président de l’ENS de Lyon et de Béatrice Jaluzot, directrice de l’IAO.

Il s’agit de la deuxième distinction la plus haute dans la hiérarchie des ordres japonais, il est très rare qu’elle soit remise.

Mme Lecler est ainsi récompensée pour les services qu’elle a rendus tout au long de sa carrière pour le développement des relations franco-japonaises. Parmi ses importantes contributions, elle a formé à la connaissance du Japon contemporain de nombreux spécialistes.

Toutes nos félicitations à Yveline Lecler.

Nouvel an lunaire 2017

nouvelan2017Comme chaque année, l’ENS de Lyon et l’Institut d’Asie Orientale (IAO) fêteront le nouvel an lunaire 農曆新年, placé cette année sous le signe du Coq.

Au programme :

Lundi 6 février 2017, 17h – 21h

17h : Conférence-débat « L’empereur mis à nu par ses monnaies, même » par François Thierry, spécialiste de l’histoire politique et sociale de la Chine antique et conservateur général, chargé des monnaies orientales au Département des Monnaies et Médailles de la Bibliothèque Nationale de France, auteur de La ruine du Qin, éd. Vuibert, 2013 et Romain Graziani, professeur à l’ENS de Lyon.

18h15-21h : projection du film L’empereur et l’Assassin, de Chen Kaige (1998), en VO.

Entrée ouverte à tous dans la limite des places disponibles.

Contact : beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Festival Kinotayo – 11e festival du cinéma japonais contemporain

festivalkinotayoLes Cinémas Lumière sont heureux d’accueillir la 11ème édition du Festival Kinotayo.

Ce festival sur le cinéma japonais contemporain, vous permet de découvrir 7 films inédits ou en avant-première à Lyon, du 14 au 18 Janvier, dans les salles CNP Terreaux, CNP Bellecour et La Fourmi.

La programmation propose notamment le film d’animation Your Name de Makoto Shinkai, ou encore Harmonium de Koji Fukuda, lauréat du Prix du Jury – Un certain Regard 2016.

Pour plus d’informations : http://cinema-cnp-bellecour.com/festival-kinotayo11e-festival-du-cinema-japonais-contemporain/

Panorama des cinémas chinois

affiche_panoramacinemachinoisDu 4 octobre 2016 au 5 octobre 2016
Horaires à venir
Lieu(x) : Théâtre Kantor – ENS de Lyon – Site René Descartes – 15 parvis René Descartes 69007 Lyon

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et le Département des arts de l’ENS de Lyon organisent les 4 et 5 octobre 2016, en salle Kantor un « Panorama des cinémas chinois » avec des films réalisés par des cinéastes de la République populaire de Chine et de Taiwan.

Contact : Elise Domenach

王菊总领事访问里昂东亚学院

Mme_Wang_Ju

2016年1月28日,驻里昂总领事王菊应邀访问里昂东亚学院,与院长柏信农教授 (Jean-Pascal Bassino) 以及从事中国方向研究的学院师生座谈。

柏信农院长介绍了里昂东亚学院的建立和发展历史、研究方向、机构设置以及对外交往特别是与中国高校交往情况,表示目前东亚学院与中国合作伙伴关系发展顺利,今后希进一步深化双方友好合作。里昂高等师范学校和里昂政治学院有关部门负责人也分别介绍了各自学校与中国开展学术和学生交流情况,并展示了他们的研究成果。

王菊总领事说,里昂东亚学院长期以来致力于研究亚洲特别是中国,积极开展对华交流合作,为增进双方相互了解作出了积极贡献,对此表示敬意和感谢。中国驻里昂总领馆愿尽己所能,为包括东亚学院在内的里昂高校扩大与中国高校交往牵线搭桥,不断提升双方高等教育合作水平。

http://lyon.consulatchine.org/chn/zxxx/t1336101.htm

Nouvel an lunaire 2016, année du singe

affiche Monkey_V3
Organisée par l’Institut d’Asie Orientale

Du 2 au 3 février 2016
2 fév : 19h-23h, Théâtre Kantor – Site René Descartes, ENS de Lyon
3 fév : 18h-20h, Salle Toussaint Desanti – – Site René Descartes, ENS de Lyon

Programme :

Mardi 2 février : Soirée cinéma – ouverture du Nouvel an lunaire

    – Inauguration du Nouvel an lunaire par Jean-François Pinton, président de l’ENS de Lyon
    – Projections-débats :
    Deux fois la Chine : nouveaux territoires, nouvelles fictions cinématographiques

      – Présentations par Liuying Cao, doctorante à l’ENS de Lyon
      – Avant-première de Kaili Blues de Bi Gang (2015, 1h50), prix du meilleur réalisateur émergent au Festival de Locarno 2015
      – Projection exceptionnelle de Beijing Stories (地下香 / Underground Fragrance) de Pengfei Song (2015, 1h15), prix Fedeora du meilleur film à la Mostra de Venise 2015
      – Question-réponses en direct depuis la Chine avec Pengfei Song

Mercredi 3 février : Soirée conférence


    – La pénétration du bouddhisme dans la Chine impériale, conférence de Jacques Giès, Ancien président du Musée national des arts asiatiques – Guimet et Président de l’Association Asie-Sorbonne (Université Paris IV-Sorbonne)
    – Intervention de Deirdre Emmons, chargée des collections asiatiques au Musée des Confluences.
    – Débats animés par Romain Graziani, Professeur en études chinoises, ENS de Lyon

Contact : Béatrice Jaluzot, IAO

Partenaires :
Département des Arts de l’ENS de Lyon
Musée des Confluences

Rencontre de Christian Henriot avec le Président de Taiwan M. Ma Ying-jeou (馬英九)

A l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la guerre sino-japonaise en 1945, l’Academia Historica (國史館) organisé un grand colloque international avec près de 200 participants les 7-9 juillet 2015 à Taipei. Intitulé « War in History and Memory: An International Conference on the Seventieth Anniversary of China’s Victory for the War against Japan », le colloque a reçu une large couverture médiatique, avec un discours inaugural par le Président de la République de Chine, M. Ma Ying-jeou (馬英九).

Un petit groupe de participants au colloque, dont notre collègue Christian Henriot, a été convié à dîner à la résidence officielle du Président Ma.

Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche [synthèse]

Synthèse de la Journée d’études organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

Synthèse de la journée d’étude : ‘Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche ‘ (30 et 31 mars 2015)

Rédigée collectivement par Cao Liuying, Fleur Chabaille, Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Tan Xinxin, puis enrichie par les intervenants de la journée.

photo
Cette journée d’étude centrée sur la problématique du terrain asiatique, organisée par un groupe de doctorants de l’Institut d’Asie Orientale avec le soutien du Réseau Asie Pacifique et de l’IAO, a permis de réunir les interventions de 15 jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de disciplines et d’aires géographiques différentes. Cette rencontre a donc offert une occasion unique de décloisonnements disciplinaires et géographiques autour d’un aspect central et commun aux recherches menées en Asie. Elle représente de surcroît une première initiative de mise en commun de retours d’expérience entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus expérimentés sur une question rarement analysée en tant que telle. Les deux journées ont atteint l’objectif recherché, à savoir le partage des expériences et des difficultés rencontrées par chacun, et la suggestion mutuelle de solutions entre chercheurs de différents horizons disciplinaires et géographiques. En outre, la richesse des interventions et des échanges a fait ressortir quelques points fondamentaux et transversaux aux expériences de terrain. L’ensemble souligne l’importance cruciale de cette étape dans tout travail de recherche, fournit quelques clés pour aborder au mieux cette phase déterminante et met en évidence un certain nombre de pistes de réflexions.

Cette synthèse, rédigée en premier lieu par les organisateurs des journées, puis enrichie par les apports des intervenants et discutants, met en avant les principaux enjeux dont la saillance a animé les discussions. Les différents points abordés constituent également des pistes, à discuter, dans l’optique d’une valorisation ultérieure – les titres et le regroupement des questions qu’ils proposent étant purement indicatifs.

La présentation du chercheur et les catégories qu’on lui assigne

PhotoLes interventions ont mis en lumière la confrontation de chacun à des situations particulières d’enquêtes qui conditionnent l’accès au “terrain”. Si la notion de terrain peut varier selon les disciplines (archives, observation participante, accès aux enquêtés, etc.), les contributions ont souligné la nécessité d’interroger comment chacun s’insère dans son milieu d’enquête. Cela a permis de montrer l’importance de la présentation de soi et des représentations que chacun peut se faire vis-à-vis du chercheur. Chacun a ainsi montré comment le statut ou la catégorie qui lui est assigné(e) et la manière dont il s’insère dans cet environnement amène à des stratégies diverses.

L’appartenance à une institution reconnue dans le pays étudié peut être un avantage de taille en termes d’accès au terrain (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier grâce à l’Université de Tokyo, Zhou Mingchao à l’Université d’Aix-Marseille, Yumiko Yamamoto au Centre d’études africaines à l’Université Jawaharlal-Nehru et au Département d’humanités et de développement à l’Université d’agriculture de Chine, Tan Xinxin grâce à l’Académie des sciences sociales de Shanghai). Cependant, dans certains cas, au contraire, l’affiliation universitaire constitue un obstacle. Dans le cas des centres africanistes au Japon la conflictualité entre acteurs institutionnels peut être une menace qui pèse sur la recherche au point de fermer ou d’ouvrir l’accès au terrain (cf. Yumiko Yamamoto). Si les tentatives d’affiliations officielles semblent nécessaires pour mener des recherches dans les pays asiatiques, cette première étape peut s’avérer compliquée en fonction des manières dont est perçu le chercheur, encourant le risque de se voir fermer des accès.

En Chine, la difficulté d’obtenir des autorisations officielles pour mener une enquête anthropologique (cf. Pascale-Marie Milan) ou la manière de se présenter, si l’on se présente comme politiste (cf. Zhou Mingchao), peut mener à des stratégies discursives pour se défaire des positions assignées. La rencontre informelle avec des acteurs institutionnels locaux (cf. Pascale-Marie Milan) ou une présentation (de soi) comme étudiante en sociologie (cf. Zhou Mingchao), peuvent être considérée comme des stratégies de contournement pour accéder au terrain. Un lien épistémique entre la position du chercheur sur son terrain et les données qu’il recueille nécessite en effet d’être attentif à la manière dont il s’inscrit dans son environnement d’enquête. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas être assimilé à d’autres professions, telles que le journalisme (cf. Jérôme Soldani, Judith Audin), qui ne permettent souvent d’obtenir que des réponses convenues. Il est donc nécessaire pour le chercheur d’adapter la manière dont il se présente et fait état de ses recherches aux acteurs et aux contextes étudiés. Cette stratégie peut consister à modifier son statut en s’immergeant dans un milieu comme un enseignant (cf. Zhou Mingchao, Yves Russell), ou en participant aux activités ordinaires (cf. Pascale-Marie Milan et Jérôme Soldani).

La présentation du chercheur peut être encore plus délicate sur un terrain clivé où la relation enquêteur/enquêté s’inscrit elle-même dans la configuration de domination dont le chercheur tente de rendre compte. Cette situation nécessite que le chercheur procède à une adaptation constante de sa position en fonction des interlocuteurs dans les interactions, afin d’atténuer les biais introduits par sa présence sur le terrain et de ne pas aggraver la tendance à la méfiance ou au conformisme des enquêtés. Les terrains de recherche avec des groupes minoritaires (cf Pascale-Marie Milan) ou avec des populations migrantes stigmatisées (cf Zhou Mingchao) sont particulièrement soumis à la nécessité de l’intersubjectivité. Sur ce point-là, la situation d’entretien, en soi, se révèle comme un matériau d’enquête riche pour l’analyse sociologique, comme le montre l’enquête de Zhou Mingchao autour des interactions entre les metteurs en œuvre de proximité (direction de l’école et enseignants) et les usagers/ressortissants (élèves et parents d’élèves) de la politique scolaire ségrégative à l’égard des enfants de nongmingong en Chine.

Enfin, la problématique de l’image que le chercheur renvoie de soi et des catégories qu’on lui assigne entre également en résonance avec les questions de genre. En effet, la présentation de Charlotte Thomas a montré toute l’ambivalence, en termes de contraintes et d’opportunités, du fait d’être une chercheuse en Inde. Etre une femme, qui plus est occidentale à la peau et aux yeux clairs, contraint à adapter sa tenue vestimentaire afin de la dissimuler autant que possible, et peut évidemment fermer un certain nombre de portes, comme celles des lieux de socialisation nocturnes et alcoolisés. Cependant, le caractère flou de la situation et l’étonnement suscité auprès des enquêtés peuvent en ouvrir d’autres, en créant des situations étrangères aux acteurs et par conséquent de nouvelles marges de manœuvre pour le chercheur.

La question du genre s’avère particulièrement complexe selon les lieux. Les projections et représentations autour de la femme occidentale sont un aspect à prendre en compte (cf. Charlotte Thomas), mais au-delà des clichés sur les Occidentaux, souvent assignés à la catégorie de « touristes », d’autres « étiquettes » peuvent être accolées de manière plus étonnante. L’expérience de Pascale-Marie Milan sur la multiplicité des positions auxquelles le chercheur peut être assigné souligne la complexité de la positionnalité du chercheur. Tout un lot de clichés accompagne les représentations que l’on se fait des femmes occidentales. Tantôt assignée à la catégorie ontologique masculine du fait de son statut de touriste ou encore associée aux imaginaires érotiques que l’on se fait des femmes “blanches”, elle a essayé de prendre différents positionnement en s’adaptant aux catégories locales d’entendement de la féminité afin d’accéder au terrain. Tan Xinxin a partagé un autre cas intéressant : ayant vécu plus de 5 ans en France et n’étant pas d’origine shanghaienne, elle a été interrogée plusieurs fois au sujet de sa nationalité pendant son terrain à Shanghai.

Les enjeux méthodologiques lors de la conduite d’entretien et le décloisonnement des disciplines qui en ressort

photoUne fois cette étape franchie, la réalisation des entretiens implique plusieurs questionnements majeurs. Parmi eux, la méthode d’enregistrement a été abordée et remise en cause à de nombreuses reprises. Pour la plupart des intervenants, elle constitue une entrave trop importante dans la mesure où elle altère la qualité et l’authenticité des propos échangés. Par conséquent, la plupart des chercheurs ont fait le choix de s’en passer (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, Charlotte Thomas, Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani). Pour d’autres, l’obstacle est parfois balayé en décidant de ne pas demander de permission et d’enregistrer sans autorisation lorsque la présence flagrante d’un enregistreur changera manifestement le discours de l’interviewé (cf. Yves Russell). Cette décision est cruciale et pose des enjeux d’efficacité, d’éthique dont la perception est différente selon les pays (Etats-Unis, Chine, France), voire de risque. Elle suppose parfois une véritable remise en question disciplinaire, notamment en sociologie où l’entretien enregistré est considéré comme le garant de la scientificité du travail de recherche (cf. Judith Audin).

Dans les cas où l’enregistrement n’est pas de mise, la prise de notes est alors fondamentale. Elle doit cependant s’intégrer dans le cadre d’une méthode rigoureuse. L’un des problèmes majeurs repose sur l’accumulation de matériels et la manière de les référencer : l’enchaînement des entretiens ne doit pas se faire au détriment de la retranscription. Ainsi, certains mettent en place une méthodologie particulière avec un temps de latence entre chaque série d’entretiens (cf. Audrey Soula) qui s’accompagne d’une retranscription dans la foulée (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier). Reprendre ses notes à chaud est en effet crucial quand aucun enregistrement n’a été réalisé, en particulier quand ces dernières constituent un mélange de langue asiatique, de français et d’anglais. Parfois un interprète local est aussi indispensable pour faire des retranscriptions dans les cas où les entretiens se font en dialecte local, à l’image de l’expérience de Tan Xinxin avec le cas shanghaien.

Si la prise de notes devant les enquêtés est parfois évitée dans les méthodes anthropologiques (cf. Jérôme Soldani qui profite de ses moments de répit pour remplir son carnet de recherche au début de son enquête chez les joueurs de baseball professionnels), certains outils permettent de prendre des notes discrètement, en faisant mine par exemple de répondre à un message depuis son téléphone portable (Adrien Fauve et Judith Audin). Cela permet de prendre le temps du recul et de la réflexion entre chaque entretien et de ne pas se laisser entraîner par l’effet « boule de neige ». Face à cette abondance de ressources, les jeunes chercheurs ont pu échanger plusieurs « astuces » pour éviter de se retrouver ensevelis sous la matière disponible et effectivement récoltée, à l’image des monographies réalisées en milieu, puis fin de séjour (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre), et du resserrement stratégique de la problématique opérée par Audrey Soula face à la profusion d’entretiens et de rencontres qui s’offraient à elles, en sélectionnant certains lieux d’enquêtes en particulier sur un double terrain de recherche.

Ce risque qui se retrouve dans toutes les disciplines, en dépit de leurs différences méthodologiques, a permis aux participants de partager une riche discussion sur les outils permettant de faire du terrain. Le point de vue interdisciplinaire de cette journée a en effet permis de montrer des choix de méthodes très variés, souvent complémentaires et se chevauchant parfois, le spectre allant de l’observation flottante (cf. Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani, Charlotte Thomas) à l’observation non participante et distanciée (cf. Judith Audin), en passant par l’observation participante (cf. Yves Russell, Zhou Mingchao) et la méthode également classique des entretiens semi-directifs (Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Yumiko Yamamoto). Chacune comporte ses propres avantages et inconvénients, mais le principal enseignement mis en évidence lors de ces journées est l’absence de réelle spécificité disciplinaire en ce qui concerne les dispositifs méthodologiques mobilisés sur le terrain. Les chercheurs privilégient plutôt une approche pragmatique et une adaptation aux caractéristiques de leur question de recherche et de leur terrain, rompant parfois avec la méthodologie « classique » de leur discipline. C’est notamment le cas des dispositifs d’enquête présentés par Charlotte Thomas, Judith Audin et Zhou Mingchao, qui ont mis la méthode ethnographique au service de leur recherche en science politique, comme a pu le mettre en relief Danielle Tan lors de la discussion.

Enfin, au-delà de ces enjeux que l’on pourrait penser propres à des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la science politique, d’autres difficultés nécessitent une forte capacité d’adaptation du chercheur dans un spectre disciplinaire plus large encore au sein des sciences humaines et sociales. Elles peuvent notamment être liées à l’existence d’un terrain documentaire dispersé entre le Japon, l’Inde et la Chine (cf. Yumiko Yamamoto en science politique) ou un « terrain géographique éclaté » pour reprendre l’expression de Cécile Armand (cf. Cécile Armand en histoire et Laurent Sovet en psychologie). Ces distances supposent une grande disponibilité et flexibilité face aux imprévus, par exemple un programme de numérisation qui empêche la consultation de certaines séries d’archives (cf. Cécile Armand) et impératifs du doctorat qui demandent des retours nécessaires en France pour suivre des formations et assurer des enseignements (cf. Laurent Sovet). Ces entraves peuvent être en partie contournées par une préparation numérique du terrain rigoureuse et parfois fastidieuse, avant sa découverte physique (cf. Tan Xinxin). Certaines spécificités du travail de terrain en histoire sont ainsi ressorties : dans cette discipline, les interlocuteurs ne sont souvent pas des êtres humains mais des entités matérielles (archives papiers, photos, films, etc.) de plus en plus dématérialisées (cf. Tan Xinxin et Cécile Armand).

Les débats entre chercheurs de domaines différents ont surtout permis de réaliser que, malgré le fait que le “terrain”, dans sa double dimension de “méthode” et d’ “objet”, connaisse des acceptions différentes selon les disciplines, le dialogue interdisciplinaire peut se révéler extrêmement fructueux. En effet, bien que les méthodes soient elles-mêmes disciplinairement définies (à l’image de l’enquête de terrain ethnographique), elles ne sont cependant pas le monopole de la discipline dont elles sont issues.

Les impondérables du travail de terrain, porteurs d’entraves et d’opportunités

Ces qualités d’accommodement face aux obstacles rencontrés, qui ressortent de toutes les interventions, révèlent également que les difficultés du terrain ne sont pas forcément là où on les attend. Les terrains volontiers qualifiés d’« autoritaires » comme la Chine peuvent être ceux qui sont les plus fermés, mais aussi paradoxalement les plus ouverts (cf. Yves Russell, Judith Audin et Adrien Fauve, et Zhou Mingchao). S’il est en théorie nécessaire d’obtenir des autorisations pour mener à bien ses recherches, le caractère non-homogène et décentralisé du pouvoir réel accorde parfois aux chercheurs une grande marge de manœuvre en cas d’arrangement avec les autorités locales, notamment si le sujet n’est pas politiquement sensible, à l’image de l’expérience de Pascale-Marie Milan en Chine. Dans le cas de la République populaire de Chine, Jean-François Huchet et Christine Cornet ont par ailleurs apporté une mise en perspective intéressante puisque le processus de formalisation et de codification de l’accès au terrain en Chine semble laisser moins de flexibilité aux chercheurs, tandis que le flou et les zones d’ombres antérieurs leurs accordaient davantage de libertés.

Le contournement peut également se faire sur le terrain linguistique. Malgré l’insuffisance de leur capacité linguistique, certains chercheurs ont montré qu’ils avaient réussi à délimiter leur recherche de manière à surmonter cet obstacle (cf. Cécile Armand, Judith Audin). Cela peut même constituer un argument qui justifie l’enregistrement de conversations auprès des enquêtés (cf. Judith Audin et Adrien Fauve) ou ne pas poser problème quand l’introduction et la présence d’un intermédiaire local sont de toute façon indispensables (cf. Charlotte Thomas). La tentation d’utiliser l’anglais peut être forte, mais le risque est d’avoir un interlocuteur qui n’ait pas un niveau suffisant, ce qui peut engendrer des problèmes de compréhension. Néanmoins, la bonne volonté de discuter avec les enquêtés dans leur langue est parfois bloquée par le désir de ces derniers à s’exprimer en anglais malgré tout (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre).

En outre, à l’image de l’obstacle linguistique qui peut parfois constituer une ressource dont ne bénéficieraient pas des chercheurs locaux, un certain nombre de difficultés ou d’échecs apparents peuvent paradoxalement être vus comme d’authentiques et précieux résultats de recherche. Charlotte Thomas dans le cas de l’Inde et Nicolas Leprêtre et Benoit Granier dans le cas du Japon ont ainsi montré que si des silences ou des réponses « langue de bois » peuvent rendre difficile la collecte d’informations précises, ils sont également révélateurs de tensions et de relations de pouvoir, que des entretiens ultérieurs sont susceptibles de mettre au jour ou qui seront exploités comme tel dans le cadre de la thèse.

Prendre en compte les spécificités du terrain en Asie, tout en questionnant la pertinence de la distinction par « pays » ou « région »

Cette diversité des « surprises », obstacles et déblocages rencontrés sur le terrain conduisent à réorienter et décloisonner la réflexion d’un point de vue géographique. Comme l’a souligné François Guillemot, compte tenu des différences locales au sein d’un même pays, il n’est sans doute pas toujours pertinent de raisonner en termes de « pays » ou de « région ». A titre d’exemple, selon l’objet d’étude, l’accessibilité peut être plus grande en Chine qu’au Japon. De plus, le critère d’accessibilité ne suffit pas : il ne garantit ni la profusion, ni la qualité des informations délivrées. En adoptant des stratégies de contournement, les chercheurs peuvent même dans certains cas récolter davantage d’informations dans des pays pourtant « autoritaires » et « fermés » comme la Chine que dans des démocraties libérales où le discours est souvent très policé (cf. Pascale-Marie Milan et Yves Russell).

Cette remarque fait écho au constat général selon lequel les relations interpersonnelles jouent un rôle crucial et apparaissent comme un élément fondamental, dans l’ensemble des expériences de terrain relatées. D’une part, l’introduction auprès des enquêtés grâce à des « contacts introducteurs » (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre) et la familiarisation avec son nouvel environnement de recherche grâce à des « tuteurs de terrain » (cf. Yumiko Yamamoto) sont décisifs dans l’obtention et le bon déroulement des entretiens. Certaines contributions ont également montré le rôle crucial du réseau, élément primordial pour rendre compte d’un système social dans le cas d’une ethnographie multi-située (cf. Audrey Soula).

La mise en place d’un réseau de contacts en lien avec son objet d’étude peut être une stratégie efficace qui nécessite à la fois d’être réactif et intrusif (cf. Vladimir Stolojan-Filipesco). L’appui sur un réseau académique (cf. Tan Xinxin) mais aussi familial peut s’avérer également un atout de poids (cf. Yves Russell, Jérôme Soldani, Pascale-Marie Milan, Audrey Soula). En particulier, si Zhou Mingchao a pu obtenir le parrainage du Bureau de l’éducation pour son travail de terrain, c’est en partie grâce à la présentation préliminaire de son proche qui avait précédemment eu des relations professionnelles avec le personnel du Bureau, ce qui rejoint aussi le constat général sur le rôle important des relations interpersonnelles (dit du guanxi en chinois). Néanmoins, la variable interpersonnelle est également la source d’un certain nombre de problèmes puisque les contacts introducteurs peuvent perturber les entretiens lorsqu’ils font le choix d’accompagner le chercheur (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre). En outre, d’autres paramètres plus personnels, notamment des sentiments d’empathie ou de compassion, peuvent aussi remettre en question le chercheur dans son objectivité (cf. Sun Jiawen, Zhou Mingchao).

Bien gérer la temporalité du travail du terrain

Toutes ces stratégies nécessitent du temps pour être mises en place, sans compter la recherche de financements qui peut être tout aussi chronophage, bien qu’une connaissance fine des institutions concernées et des procédures permet d’apporter des ressources financières et matérielles insoupçonnées (cf. Laurent Sovet). Cet impératif constitue un leitmotiv majeur de la journée d’étude, au cours de laquelle l’enjeu de la temporalité a été abordé et discuté sous de multiples dimensions. D’une part, des réflexions ont abondé sur la question selon laquelle le terrain constituerait ou non une rupture, ce qui pose des questions plus générales relatives à la temporalité de la recherche et à la distance accordée à un « terrain » lorsqu’on y vit. D’autre part, l’inscription du terrain dans la durée ouvre des portes et permet des pratiques impossibles sur une courte période.

De nombreuses contributions ont mis en avant le rôle du hasard et des impondérables dans l’obtention de contacts et d’entretiens (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre, Jérôme Soldani, Audrey Soula), ainsi que la nécessité d’être insistant et d’avoir quelque chose à échanger sur le long terme (cf. Yves Russell) ou de littéralement suivre le cheminement des interlocuteurs à l’intérieur d’un espace social plutôt que dans un espace physique (cf. Audrey Soula). Cette implication nécessite une préparation en amont et n’exclut pas non plus quelques coupures. Dans ce long processus, la patience est une qualité essentielle. De plus, l’immersion ne doit pas empêcher une prise de recul constante vis-à-vis de l’objet étudié. Jean-François Huchet a notamment insisté sur le difficile équilibre à trouver dans le rapport avec son terrain et les risques à être trop aspiré par ce dernier. Pour les prévenir, il est préférable de maintenir un va-et-vient constant entre le terrain et la théorie en s’interrogeant sur la manière dont le questionnement théorique est modifié par l’expérience pratique de l’enquête. C’est là tout l’enjeu de la construction du sujet sur place qui doit s’accompagner d’une transparence sur les obstacles rencontrés par le chercheur.

En permettant à chacun d’exprimer un franc retour d’expériences, cette journée a eu le mérite de lever en partie le voile sur ces difficultés et de dégager des stratégies qui pourront sans doute servir à d’autres jeunes chercheurs s’apprêtant à fouler leur premier terrain en Asie.