Journée des doctorants et post-doctorants de l’IAO

Jeudi 29 juin 2017 de 10h15 à 17h15 – IAO, ENS Lyon Campus Descartes, R66

Programme

10h15 à 10h30 : accueil des participants en salle de réunion de l’IAO (R66)

  • 10h30 à 11h15 : Marion COUSIN (Post-doctorante; docteur en Épistémologie, histoire des sciences et des techniques). Les manuels de géométrie dans le Japon de l’ère Meiji (1868-1912) : des témoins des révolutions du livre et de l’enseignement des mathématiques
  • 11h15 à 12h00 : Marie-Elizabeth NUSSBAUMER (Doctorante en anthropologie), Les artistes ‘chinois » de Nouvelle Calédonie: production et contraintes

12h00-13h30 : Pause déjeuner (restaurant universitaire Descartes) 

  • 13h30 à 14h15 : CHEN Nishan (Doctorante en histoire),Customs surveys on inheritance in early 20th century China—the unified questionnaire from the central government and its local responses
  • 14h15 à 15H00 : Théo CLEMENT (Doctorant en sciences politiques),Stratégie de non-engagement? Politiques d’intégration économique chinoises vis-à-vis de la Corée du Nord

15h00 à 15h30 : Pause

  • 15h30 à 16h15 : Mandiou TRAORE (Doctorant en sciences politiques), Le  Règlement du contentieux des affaires devant la Cour commune de justice et d’arbitrage de l’OHADA (Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des affaires)
  • 16h15 à 17h00 : Antoine BAYLE (Doctorant en anthropologie), 26-12-2004, de l’évènement au processus. Anthropologie de la catastrophe au Sri Lanka

17h00 à 17h15 : Discussion générale et bilan de la journée

A partir de 17h15 : Garden party de l’IAO (jusqu’à 19h30 environ)

Résumé de présentation

Prix de thèse du GIS Asie 2016

La première édition du Prix de thèse sur l’Asie, organisée par le GIS Asie, a attiré une 50-taine de candidatures. Trois prix ont été proposés pour récompenser des travaux portant sur l’Asie, soutenus en France ou en français, entre 2014 et 2015, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales. Le jury a également souhaité attribuer un accessit à Mme Huayan Wang pour sa thèse Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS.

Résumé de la thèse : Prenant principalement appui sur des sources épigraphiques, le présent travail est centré sur l’histoire politique et sociale d’un culte durant sa période de développement entre le Xe et le XVe siècle. Ce culte, né dans la Chine du Nord vers le IXe siècle, était fondé sur des sources légendaires, historiques et religieuses autour d’un personnage nommé Cui Fujun 崔府君. Il s’est d’abord développé dans des sociétés locales avant d’être intégré dans les registres des sacrifices officiels à la fin du Xe siècle pour avoir légitimé plusieurs successions impériales ou avoir protégé le territoire de l’empire. Durant la période étudiée, plusieurs dynasties d’origines ethniques différentes se succédèrent ou cohabitèrent ; chacune d’elles trouva un intérêt à s’approprier ce culte en octroyant à la divinité des titres et en lui offrant des sacrifices. Cette faveur des pouvoirs dynastiques a contribué à sa popularité et à sa diffusion dans les sociétés locales qui, quant à elles, créèrent leurs propres sources pour alimenter cette croyance. Notre étude se déroule en deux étapes et sur deux terrains. Dans un premier temps, nous étudions le rôle politique du culte de Cui Fujun, d’abord au sein d’une seule dynastie, celle des Song (960-1279), puis entre deux dynasties rivales, les Song et les Jin (1115-1234). Grâce à la légende qui faisait de Cui Fujun le juge des enfers qui avait été capable de sortir Tang Taizong (r. 626-649) de la crise de succession où le fratricide l’avait entraîné, les empereurs des Song ont pu éviter eux-mêmes plusieurs crises de succession. Durant la période où les Jin et les Song du Sud se disputaient des territoires, les premiers firent de Cui Fujun le substitut du dieu du Pic du Sud (Nanyue 南嶽), pour qu’il reçoive les sacrifices dus à ce dernier alors que le Pic se situait dans le territoire administré par les Song du Sud. De ce fait, la cour des Jin a pu rendre des sacrifices complets aux cinq Monts sacrés, symbole de la souveraineté sur tout le territoire. Parallèlement, les Song du Sud vénéraient Cui Fujun comme dieu protecteur de la famille impériale puisqu’il était censé avoir sauvé Gaozong (r. 1127-1162), le premier empereur, et prédit la naissance de Xiaozong (r. 1162-1189), son successeur.

Dans un second temps, notre regard porte sur divers aspects des sociétés locales entre les XIIIe et XVe siècles. Considéré comme un fonctionnaire modèle, représentant de la justice et protecteur du peuple, mais aussi défenseur du territoire, Cui Fujun fut vénéré du nord au sud. Au nord, dans les lieux d’origine de son culte, Luzhou et Cizhou, nous observons divers milieux sociaux : des fonctionnaires, des notables locaux, de simples villageois. Nous constatons que plusieurs activités cultuelles organisaient la vie collective et assuraient l’ordre social : constructions de temples, donations et prières. Au sud, sur les lieux d’extension du culte, nous observons un processus d’intégration et un phénomène d’adaptation du culte à des situations variées.

Voeux de l’IAO pour 2017

CarteVoeu.pngBéatrice Jaluzot, Directrice de l’Institut d’Asie Orientale et toute l’équipe, vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2017. Que cette année soit sous le signe de l’Asie et voie nos liens se tisser au delà des barrières de toutes sortes, qu’elle continue d’oeuvrer aux compréhensions interculturelles.

Je trouve ici l’occasion de vous donner quelques nouvelles de notre Institut. Depuis la rentrée de septembre dernier, j’ai pris la suite de Jean-Pascal Bassino à la direction de l’Institut, accompagnée de Romain Graziani, directeur-adjoint.

Nos tutelles principales, l’ENS de Lyon et le CNRS, ainsi que nos tutelles secondaires, Sciences-po Lyon et Lyon 2, nous accompagnent et nous soutiennent dans notre vocation tournée vers la compréhension des sociétés en Asie Orientale. Notre équipe a été renforcée en 2016 par deux chercheurs du CNRS : François Robinne, DR, anthropologie, Asie du sud-est, Birmanie et Arnaud Nanta, CR, histoire, Japon-Corée.

Pour 2016 l’ensemble du laboratoire comptabilise une trentaine de publications, ouvrages, articles, coordination de numéros de revue, l’IAO pilote 3 sites internet dédiés à des projets de recherche. Les humanités numériques sont un aspect essentiel de nos recherches, elles complètent l’outil traditionnel qu’est notre bibliothèque. Le laboratoire soutient deux formations universitaires, l’une de premier cycle DEMEOC et de 3e cycle, le master ASIOC (ENS de Lyon-Sciences po Lyon)

Les grands chantiers du laboratoire, initiés sous la direction précédente, continuent, qu’il s’agisse de « Régir l’espace : la Chine impériale » (J. Bourgon, dir.) , le projet « Saigon River – la ville et le fleuve 2017 » (F. Guillemot, L. Gédéon, E. Senna), de l’ANR « War made Shanghai : Toward a spatial history of 19th-20th century Shanghai » (Christian Henriot, dir., Christine Cornet, Shi Lu et Estelle Senna) ou « Art et quotidienneté en France et au Japon » (E. Domenach).

Plusieurs projets dans le cadre de partenariats internationaux sont en cours d’aboutissement, sur la pensée politique chinoise chez les Classiques (R. Graziani), sur la relation de longue période entre stock de capital naturel et niveau de vie au Japon (J. P. Bassino). De nouveaux sont à venir, sur la réforme juridique en France et au Japon (B. Jaluzot dir.), sur les études birmanes (F. Robinne), sur les savoirs coloniaux en Asie orientale (A. Nanta)…

Ce bref aperçu n’est pas exhaustif, mais vous y entrevoyez l’esprit de l’IAO.

L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives

L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives, sous la direction d’Abigaël Pesses et François Robinne, vient de paraître. Participation des chercheurs de l’IAO, Laurent Gédéon et François Guillemot pour l’article consacré au Viêt Nam.

ASE_2015Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.

Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2014, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2015 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, L’Asie du Sud-Est 2015 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée sur chacun des onze pays de la région, L’Asie   du Sud-Est 2015 propose quatre dossiers et un débat sur des sujets d’actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois. Il est augmenté pour la première fois d’un très utile inventaire des principales ONG françaises en Asie du Sud-Est.

* * *

Avec les contributions de :
Sarah Anaïs Andrieu, Stéphane Bernard, François-Xavier Bonnet,
Sophie Boisseau du Rocher, Vanina Bouté, Bénédicte Brac de la Perrière,
Christine Cabasset, Barthélémy Courmont, Jean-Raphaël Chaponnière,
Steeve Daviau, Arnaud Dubus, Éric Frécon, Laurent Gédéon,
Stéphanie Gée, Anne Yvonne Guillou, François Guillemot, Bruno Jetin,
Rodolphe de Koninck, Elsa Lafaye de Micheaux, Frédéric Lasserre,
Eric Mottet, Pham Thanh Hai et Marie-Sybille de Vienne.

 Avec la participation des stagiaires de l’Irasec, pour la chronologie
par pays et le répertoire des ONG en annexe de :

Anne-Lise Guillet, Irvin Louaas et François Vézier

Cet ouvrage est le fruit d’un programme de l’Institut de recherche
sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, en co-publication avec Les Indes savantes.
Il a été réalisé avec le soutien financier de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Malaisie.

Réf. : Pesses, Abigaël & Robinne, François (dir.), L’Asie du Sud-Est 2015. Bilan, enjeux et perspectives, Paris-Bangkok, Les Indes savantes – Irasec, 2015, 399 pages.

Source : IRASEC

Vernissage de l’exposition ‘Scènes de la vie en Chine’

L’exposition ‘Scènes de la vie en Chine. Les figurines de bois de T’ou Sè Wè’ a été inaugurée le 4 décembre dans la Salle des Tapis du Musée des Tissus et des Arts décoratifs. Dans un décort splendide — la Salle des Tapis abrite elle-même actuellement une exposition de costumes de l’opéra de Lyon — le directeur du musée, Maximilien Durand, a présidé à la cérémonie de présentation de l’exposition et au tour de parole par les institutions qui ont soutenu ce projet: M. François Berger (C.C.I), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes, représentant M. Jean-Jack Queyranne), Mme Christine Destrez (ENS de Lyon, représentant M. Jean-François Pinton). Mme Wang Ju, consul général de Chine, malgré un agenda chargé, est venu dire quelques mots en ouverture de l’exposition.

De gauche à droite, Mme Wang Ju (Consul général de Chine), M. XX (CCI), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes), Maximilien Durand (MTAD)

De gauche à droite, Mme Wang Ju (Consul général de Chine), M. François Berger (CCI), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes), Maximilien Durand (MTAD)

Maximilien Durand a souligné dans son propos les raisons qui l’ont amené à accueillir les figurines de bois de T’ou Sè Wè au Musée des arts décoratifs, notamment le caractère très délicat et raffiné d’objets voués a priori à l’éphémère, produits pour le plaisir du regard tout en récréant un monde révolu. Il a rappelé aussi que les figurines font écho aux propres collections du Musée des tissus issues de Chine (tissus, costumes, mais aussi une riche iconographie originale rapportés par les missions commerciales lyonnaises au XIXe siècle).

Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Les commissaires de l’exposition, par la voix de Christian Henriot (IAO – Université de Lyon), ont présenté les sources de l’exposition: une double rencontre, celle d’un officier de marine, Jules Le Bigot, et d’une institution singulière, l’orphelinat jésuite de T’ou Sè Wè (Tushanwan), alors que le premier avait été envoyé à Shanghai à la tête des Forces Navales d’Extrême-Orient pour protéger la Concession française et ses habitants. Pour avoir pris l’initiative audacieuse de placer tout le complexe jésuite de Xujiahui sous la protection de la Marine au moment du retrait des troupes chinoises, et éviter ainsi toute présence militaire japonaise parmi les milliers de réfugiés chinois, l’amiral Le Bigot avait reçu une malle contenant les 109 figurines que la famille Le Bigot, à l’initiative d’Ivan Macaux, arrière-petit fils de l’amiral Le Bigot, a prêtées pour cette exposition.

Ivan Macaux

Ivan Macaux

La seconde rencontre est celle d’une autre initiative, la création d’ateliers d’art dans l’orphelinat pour préparer l’avenir des orphelins à de vrais métiers d’artisan de haut niveau, voire d’artistes, avec la culture chinoise. Tout en œuvrant principalement à la production d’objets du culte, les ateliers, notamment celui de sculpture, se sont intéressés, sous la houlette de Jésuites curieux, à reproduire différents éléments de la société chinoise (arches de vertu, pagodes, maquette de ville d’eau, etc.). Les figurines exposées sont le reflet de cet intérêt et de ce regard sur la vie en Chine, traduite dans une technique venue d’Occident.

Christian Henriot

Christian Henriot

Les commissaires expriment leur reconnaissance aux institutions (Région Rhône-Alpes et Comité France-Chine 50) et aux entreprises (Duxiu, CNKI) qui ont soutenu l’exposition. Ils saluent particulièrement l’ouverture d’esprit et l’accueil généreux de Maximilien Durand, grâce à qui cette exposition peut se tenir dans les meilleures conditions dans un établissement prestigieux. L’exposition est organisée dans le cadre d’un partenariat entre le Musée des Tissus et des Arts décoratifs et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie Orientale).

Crédit photographique: S. Pretto (MTAD)

The People’s Daily at the T’ou Sè Wè wood figurines exhibition

The People’s Daily (人民日报) was present at the opening of the exhibition of the T’ou Sè Wè wood figurines (土山湾孤儿院) at the Musée des Tissus et des Arts décoratifs in Lyon.

The People’s Daily published a report on its Chinese language web site with photographs of the people in attendance at the press conference.

The exhibition is organized under a partnership between the Musée des Tissus et des Arts décoratifs and Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale)

French national TV station FR3 on the Lyon exhibition of the T’ou Sè Wè figurines

figurine_FR3

La chaîne de télévision FR3 a diffusé au journal de 19h-20h un reportage sur l’exposition Scènes de la vie en Chine qui se tient au Musée des Tissus et des Arts décoratifs à Lyon du 5 décembre 2014 au 11 janvier 2015.

French national TV channel FR3 broadcasted a reportage during its prime time 7:00-8:00 news on the Lyon exhibition of the T’ou Sè Wè figurines. The exhibition takes place at the Musée des Tissus et des Arts décoratifs from 5 December 2014 to 11 January 2015.

FR3 Reportage

L’exposition est un partenariat entre le Musée des Tissus et des Arts décoratifs et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale).

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_51Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

François Guillemot, membre de l’Institut d’Asie Orientale, et Namba Chizuru (photo), professeure à l’université de Keio (Tokyo) et docteure en histoire de l’Université Lumière Lyon 2, présentèrent deux communications sur l’état des recherches françaises, les ressources publiées en langue française et les fonds d’archives sur l’Indochine concernant la période 1940-1945.

Pour en savoir plus : Mémoires d’Indochine

Interview de Christian Henriot dans le grand quotidien shanghaien Libération (解放日报)

Dans son édition du week-end du 28 Novembre 2014, le quotidien Libération (解放日报), le journal le plus diffusé de Shanghai (un million d’exemplaires quotidiens), publie une longue interview de Christian Henriot sur les figurines de bois mises en lumière par Ivan Macaux et Christian Henriot, qui seront bientôt présentées au Musée des Tissus et Musée des Arts décoratifs).

L’entretien qui a donné lieu à cette interview  par Mme  Gu Xuewen, éditeur de la section culture du Jiefang ribao,  est issu directement du workshop « Les navires de l’amitié: France-Chine» (中法 友谊 之 舟) co-organisé par l’IAO et l’Institut d’Histoire (SASS) le 25 Septembre 2014 dans le cadre des manifestations du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Lors de cette journée, Christian Henriot a présenté une communication sur « Guerre, marine et figurines de bois: l’amiral Jules le Bigot à Shanghai ».  Plusieurs journaux et télévisions avaient couvert la manifestation (interview Shanghai Daily News).

Intitulée «Il y a 76 ans, le mystère des 109 figurines chinoises en attente d’une explication » (76 年前, 109 个 中国 木偶 的 待 解 之 谜), l’interview introduit à l’histoire de la redécouverte de cette collection unique de figurines en bois sculpté produites à  T’ou Sè Wè (土 山 湾 孤儿院), l’orphelinat jésuite de Shanghai, pendant la guerre sino-japonaise. La collection a été offerte à l’amiral Jules Le Bigot, en reconnaissance de son action déterminante pour la protection de la zone de Xujiahui (Zikawei) contre les attaques et empiètements de l’armée japonaise pendant et après la phase aiguë des combats en août-novembre 1937.

L’article porte pour la première fois à la connaissance du lectorat shanghaien l’existence de cette collection unique au monde, qui représente à la fois un exemple unique de la production artistique des ateliers d’art de l’orphelinat de T’ou Sè Wè, une illustration de la culture matérielle chinoise, et une représentation de la vie quotidienne à Shanghai, à la ville et dans les villages alentour. Les 109 figurines constituent une sorte de concentré de « comédie humaine » reconstituée avec finesse et sensibilité par les mains habiles des orphelins-sculpteurs de T’ou Sè Wè.

L’article annonce également que la collection de figurines sera présentée au public pour la première fois depuis sa redécouverte lors d’une exposition spéciale à Lyon (en fait au Musée des Tissus et Musée des Arts décoratifs), avec le soutien du Conseil régional de la Région Rhône-Alpes.

L’eau en partage : enjeu de développement dans la région du Mékong

LogoCNRSInterview de Laurent Gédéon et François Guillemot, membres de l’Institut d’Asie Orientale, le jeudi 9 octobre 2014, en direct de Lyon, et en prévision du colloque « L’eau en partage : enjeu de développement dans la région du Mékong » auquel ils interviennent fin novembre. Un colloque exceptionnellement prévu non pas au Québec mais à Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam) dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier.

Ce colloque analyse les conditions de succès d’un programme de gestion intégrée de l’eau dans un environnement changeant impliquant la mise en œuvre de solutions adaptatives, un suivi de leur efficience et une interaction constante entre les gestionnaires et les chercheurs dans l’identification de solutions toujours mieux adaptées à la situation. Laurent Gédéon et François Guillemot présentent lors de ce colloque une base de données sur le développement historique de Saïgon.

A écouter en podcast sur le Wiki Radio du CNRS.

Source : Wiki Radio CNRS

Programme du colloque à Ho Chi Minh-Ville : L’eau en partage : enjeu de développement dans la région du Mékong (PDF)

Thématique

Le colloque a pour fin de dresser l’état des recherches en cours au Centre asiatique de recherche sur l’eau CARE et de partager connaissances et expériences en gestion intégrée de l’eau d’un bassin versant. Quatre axes de recherche ont été priorisés par les chercheurs du CARE car ils soulèvent des questions majeures pour la faisabilité d’un programme de gestion durable de l’eau dans la Delta du Mékong. Ces quatre axes sont le transfert sédiment et des contaminants, la qualité d’eau et la santé, le risque hydrologique et la vulnérabilité et l’hydrologie urbaine. Les thèmes couverts en gestion intégrée de l’eau couvriront l’identification des enjeux socio-économiques et technologiques, la détermination des contraintes, les liens entre la gestion de l’eau et l’aménagement du territoire. En conclusion le colloque développera les conditions de succès d’un programme de gestion intégrée de l’eau dans un environnement changeant impliquant la mise en œuvre de solutions adaptatives, un suivi de leur efficience et une interaction constante entre les gestionnaires et les chercheurs dans l’identification de solutions toujours mieux adaptées à la situation.

Source : Entretiens Jacques Cartier

Attribution des bourses doctorales de la Fondation Chiang Ching-kuo

La Fondation Chiang Ching-kuo a distingué cette année trois doctorantes de l’IAO — Fleur Chabaille, Nolwenn Salmon, Sung Tzu-hsuan — en leur attribuant une bourse de doctorat (un an) pour terminer leur thèse. Un quatrième doctorant, Paul Gardères, est classé premier en liste d’attente. La sélection pour ces bourses est particulièrement sévère. L’IAO se réjouit de ce succès qui reflète la qualité des dossiers présentés et félicite les candidates sélectionnées.

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

Atelier de réflexion sur la crise sino-vietnamienne (samedi 24 mai 2014) © 2014 IAO

Atelier de réflexion sur la crise sino-vietnamienne
(samedi 24 mai 2014) © 2014 IAO

La mise en place par la République populaire de Chine d’une plateforme de forage appelée « Haiyang Shiyou-981 » dans les eaux revendiquées par le Vietnam comme faisant partie de sa zone économique exclusive (ZEE) a provoqué depuis le 2 mai une série d’incidents maritimes. Ces heurts se sont accompagnés d’importantes manifestations au Vietnam dont certaines ont dégénéré en violences contre des usines et des ouvriers chinois.

C’est dans ce cadre que l’Institut d’Asie Orientale (IAO – Ecole normale supérieure de Lyon) et l’Association culturelle des Vietnamiens du Rhône (ACVR) ont organisé conjointement un atelier afin de débattre de ces questions, d’approfondir la compréhension du contexte et d’identifier les enjeux politiques, géopolitiques et sociaux de ces événements.

L’atelier a débuté par une présentation générale de l’atelier par Ngoc Anh, la présidente de l’ACVR. Plusieurs intervenants se sont ensuite succédés, développant chacun un aspect de la question. Laurent Gédéon, chercheur à l’IAO, a posé le cadre géopolitique de la crise, rappelant les éléments ayant conduit à la montée de la conflictualité ainsi que les enjeux économiques et géostratégiques et s’attachant de manière particulière à expliquer les ressorts de la dynamique géopolitique de la Chine. André Menras, auteur du film « Hoang Sa, la meurtrissure » (2011) a présenté les éléments historiques qui fondent les revendications vietnamiennes sur l’archipel des Paracels et rappelé que les pêcheurs vietnamiens avaient payé un lourd tribut en dix ans (près d’une vingtaine de morts et disparus dans divers incidents impliquant la marine chinoise et des bateaux de pêche vietnamiens). Dominique Foulon (Carnets du Viêt Nam), a ensuite pris la parole pour mettre en évidence le lien entre les violences ayant accompagné certaines des manifestations antichinoises au Vietnam et la montée des tensions sociales dans ce pays pendant la dernière décennie. François Guillemot lui a succédé en présentant un tableau détaillé des réactions induites par ces événements au sein des différents courants de la dissidence vietnamienne à l’étranger. C’est Christophe Tran (Vice-président de l’ACVR) qui a clos la série d’interventions par un témoignage personnel sur le ressenti des Vietnamiens de l’étranger (Viet kieu) au sujet de ces tensions impliquant leur pays d’origine.

Cet atelier qui s’est déroulé en présence d’une journaliste de la BBC spécialement dépêchée de Londres à cette occasion, a rencontré un franc succès auprès du public présent. Les questions posées ont été nombreuses et ont témoigné de l’intérêt mêlé d’inquiétude que ces événements suscitent en France.

Laurent Gédéon : "L'installation de la plateforme chinoise pose de fait une question de géostratégie à l'ensemble des acteurs de cet espace maritime contesté" © 2014 IAO

Laurent Gédéon : « L’installation de la plateforme chinoise pose de fait une question de géostratégie à l’ensemble des acteurs de cet espace maritime contesté » © 2014 IAO

Laurent Gédéon : Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise

André Menras (Hồ Cương Quyết) : "La défense du Viêt-Nam doit passer par la saisine du tribunal international de la mer pour faire respecter sa souveraineté" © 2014 IAO

André Menras (Hồ Cương Quyết) : « La défense du Viêt-Nam doit passer par la saisine du tribunal international de la mer pour faire respecter sa souveraineté » © 2014 IAO

André Menras : L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Dominique Foulon : "L'explosion de violence ne peut être déconnectée de la question sociale vietnamienne" © IAO 2014

Dominique Foulon : « L’explosion de violence ne peut être déconnectée de la question sociale vietnamienne » © IAO 2014

Dominique Foulon : [à venir]

François Guillemot : "La démocratisation est la question centrale soulevée par la dissidence" © IAO 2014

François Guillemot : « La démocratisation est la question centrale soulevée par la dissidence » © IAO 2014

François Guillemot : « L’urgence démocratique ». Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Christophe Tran : "Les Vietnamiens de l'étranger ont été choqués par la politique de fait accompli chinoise" © IAO 2014

Christophe Tran : « Les Vietnamiens de l’étranger ont été choqués par la politique chinoise de fait accompli » © IAO 2014

André Menras : "N'oublions pas que 20 pêcheurs vietnamiens ont été les victimes directes de la tension maritime autour des Paracels ces dix dernières années" © IAO 2014

André Menras : « N’oublions pas que 20 pêcheurs vietnamiens ont été les victimes directes de la tension maritime autour des Paracels ces dix dernières années » © IAO 2014

Une discussion générale a fait suite aux interventions © IAO 2014

Une discussion générale a fait suite aux interventions © IAO 2014

CR de Laurent Gédéon, 28/05/2014.

Autres comptes rendus en ligne (en langue vietnamienne) :

Crise sino-vietnamienne – entretiens avec François Guillemot

Entretien sur la BBC (programme en vietnamien), 29/05/2014.

Entretien réalisé à la suite de l’atelier de réflexion sur la crise sino-vietnamienne organisé conjointement par l’ACVR et l’IAO le samedi 24 mai 2014. Dans cet extrait, François Guillemot évoque les relations tendues entre les deux partis communistes chinois et vietnamien face à la crise.

BBC_PhongVanGuillemotCliquer sur l’image pour accéder à l’entretien et à l’article en ligne

—————————————–

Entretien sur RFI Chine, 24/05/2014.

L’entretien porte sur la crise sino-vietnamienne et les violences qui se sont déroulées dans deux provinces vietnamiennes. Il s’articule autour des analyses de Jean-Claude Pomonti, journaliste du quotidien Le Monde et de François Guillemot, spécialiste du Viêt-Nam contemporain à l’IAO.

中国和越南围绕南海岛屿的主权争议由来已久,双方也曾为此兵戎相见。但今年5月中旬,继中国钻油平台“海洋石油981”向双方有主权争议的水域移动,开展 勘探之后,越南国内发生前所未有的大规模反华抗议游行,这些游行活动演变成严重暴力事件,致使500多家台商工厂遭到破坏,并有人员伤亡。由来已久的海岛 主权争议何以衍生出如此的暴力?如何理解反华游行前所未有的规模?越南政府在听任民间表达抗议之后,是否陷入被动?这场危机将如何收场?越南是否有可能效 仿菲律宾,加强与美国的军事联盟以求自保?我们分别电话采访了法国《世界报》常年关注东南亚国家情况的资深记者、让-克洛德•波孟蒂(Jean- Claude Pomonti)和法国里昂东亚研究中心、法国国家科研中心CNRS研究员弗朗索瓦•吉野莫(François Guillemot)

[Lire la suite et écouter]

—————————————–

Entretien sur RFI France, 15/05/2014.

Manifestations anti-chinoises : le Vietnam accusé de connivence. Extrait d’interview pour accompagner l’article.

Call for PhD Fellowship Applicants

A PhD scholarship is available as part of the research project Virtual Shanghai with the Lyons Institute of East Asian Studies (Institut d’Asie Orientale).

The deadline for submission of the application and supporting documents is 21 July 2010.

Within the general research program of the Virtual Shanghai Project, we are opening up a new research topic: “Wars in Shanghai”. It will cover a broad time span, from the mid-19th century to 1950, but the Ph.D. may focus on a more specific period. In methodological terms, we shall approach this topic from the angle of ‘spatial history’ and work it out through the tools of the Virtual Shanghai platform.

The Virtual Shanghai Project is seeking a candidate in the following disciplines: History, Historical geography, Geography, or Chinese studies. The candidate will have a solid training in at least one of these fields of scholarship, a good knowledge of the Chinese language with a certified capacity to read and process documents in Chinese. A solid command of English is also expected, including writing skills. As the Virtual Shanghai Project relies very much on new technologies, a familiarity with Internet and computer software will be an asset.

A full presentation of the fellowship, as well as the application form is available on line on the following page.