Second JORISS Workshop

15-18 November 2017, ENS de Lyon – Institut d’Asie Orientale – Sciences Po Lyon

Policing port cities during the « colonial era » : Tianjin & Shanghai : interaction between Western and Chinese police forces, 1860-1945

Second Joriss Workshop : Limits of the western police model in China

The study of the police forces in Chinese cities, especially those established and run by foreigners, represents a new field of Chinese urban history. Over the last past years, the question of social control and public order in the cosmopolitan treaty ports has received more attention. This workshop opens a new approach of policing the Chinese Treaty Ports in exploring influence and conflict between foreign and chinese police forces. Influence means hybridization between local and external practices of social order. Influence of foreign model police in China began at the end of the XIX century with the german police system exported to Japan Meiji and « reproduced » in China. But the presence of British, French and American in China offered new model for policing the cities. The ambiguous status of treaty ports cities divided into several municipalities institutions (administration, law, police, urbanworks, health, transport, education), modified the nature of social control and public order. But before the arriving of Westerners China had its own traditional system of social control. The reform of the police is part of the general process of institutional reform during the late Qing period and it is also embedded in the army modernization.

Programme

Journée d’études – Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain

25 novembre 2017 à 13h30, salle 3.03, INALCO, lors de la Journée d’études – Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain, Arnaud Nanta, Chargé de recherche CNRS, membre de l’IAO donnera la conférence « Les études en anthropologie raciale en Corée colonisée : La défense des « origines communes nippo-coréennes » contre l’autochtonisme et le courant eugéniste (1916-1940) »

La Corée colonisée (1905-1945) vit se déployer sous l’égide du Japon des savoirs visant à la compréhension de la société de « la péninsule », dans un objectif à la fois académique mais aussi de légitimation du pouvoir japonais. Au sein de ce dispositif, la question de la saisie, de la compréhension et du classement des corps – qui avait d’abord constitué une obsession nationale au Japon comme en Europe – s’imposa comme l’une des grandes préoccupations des savants coloniaux. Ainsi les trois chaires d’anatomie de l’Université impériale de Keijō (Seoul), fondée en 1924, incluaient-elles deux chaires d’anthropologie physique, une configuration inédite au sein des universités d’État japonaises. Ses responsables s’efforcèrent de démontrer la validité de la théorie des « origines communes entre Japonais et Coréens » au moyen de la biologie, théorie qui avait servi depuis 1910 à légitimer l’annexion par une « proximité de race » entre conquérants et conquis. Cependant, l’entre-deux-guerres allait voir la montée d’un discours ethniciste porté par le nouveau courant eugéniste. Et celui-ci de s’opposer à tout rapprochement entre le « peuple japonais » saisi comme pur et les populations colonisées. La second moitié des années 1930 et la période de guerre virent un affrontement entre deux visions opposées du Japon, entre empire ou peuple réethnicisé.

Consulter le Programme de la journée d’études

Conférence : Arnaud Nanta

Le jeudi 16 novembre 2017, 12h15-13h45, Arnaud Nanta, Chargé de recherche CNRS, membre de l’IAO, donnera la conférence « L’historiographie coloniale en Corée et à Taiwan du temps de l’empire japonais (années 1895-1940) » à l’Université de Genève, département d’Études Est-Asiatiques.

Résumé : Les territoires qui constituèrent naguère les empires coloniaux contemporains, entre le milieu du 19e et le milieu du 20e siècles, furent l’objet d’enquêtes et d’études spécifiques, portant sur « la coutume », le cadastre, l’état de l’agriculture ou encore l’évaluation des richesses minières et forestières. Il s’est aussi agi d’enquêtes en sciences humaines et sociales à propos des sociétés, de leurs langues et cultures ou de leur histoire. Il en fut de même dans le cas du Japon colonial qui, au sein de ses travaux et enquêtes, affirma une velléité de contrôle du passé en Corée en particulier, ainsi qu’à Taiwan. La question des « politiques du passé » concerne ici les dispositifs coloniaux savants en archéologie et en histoire, d’une façon semblable à ce que les autres puissances coloniales telle la France réalisèrent d’abord en Méditerranée, puis notamment en Indochine.

La présente conférence se penchera sur les formes institutionnelles et les objectifs de cette historiographie coloniale japonaise à Taiwan et en Corée. Si la Corée suivit largement le modèle de Taiwan, qui fait figure de précurseur pour ce qui est de l’organisation d’une « intelligence » à propos de la colonie, la péninsule eut par contre un rôle moteur sur le plan des savoirs historiographiques coloniaux. En réalité l’on verra comment les commissions historiographiques dédiées, élaborées durant l’entre-deux-guerres, s’articulaient non seulement l’une à l’autre mais au-delà, surtout, aux institutions impériales de métropole. En arrière-plan, l’ensemble s’appuyait des chaires spécialisées instaurées dans les deux universités impériales des colonies.

Séminaire de l’IAO : Florence Galmiche

Jeudi 16 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Relations à l’histoire et commémorations dans le bouddhisme sud-coréen contemporain »

Florence Galmiche est maitresse de conférence à l’université Paris-Diderot, elle mène des recherches en anthropologie sur la Corée.

Résumé : Cette présentation comprendra deux directions principales. Elle visera dans un premier temps à décrire la situation et les principaux enjeux du bouddhisme contemporain en Corée du Sud, notamment en ce qui concerne les relations entre les institutions monastiques et la société. Dans un second temps, elle abordera plus spécifiquement la place de l’histoire récente au sein du bouddhisme coréen, notamment sous l’angle des cérémonies d’hommage aux morts. Elle analysera le rôle des rites dédiés aux morts de la Guerre du Pacifique ou de la Guerre de Corée à la fois pour les familles et dans le cadre de combats politiques.

Conférence – Luke Nottage

10 novembre 2017 à 14h, Salle D4.024, ENS de Lyon, Conférence du professeur Luke Nottage, Economic Integration and Consumer Product Safety Law in Asia.

Pr. Luke Nottage is a leading authority in consumer law, with a particular interest in the Asia-Pacific region. In addition to his role as Senior Fellow at the Melbourne Law School, he is Professor of Comparative and Transnational Business Law at Sydney Law School and founding Co-Director of the Australian Network for Japanese Law, Associate Director of the Centre for Asian and Pacific Law at the University of Sydney (CAPLUS) and a founding Board member of the Sydney Southeast Asia Centre.

Pr. Nottage has published over a hundred refereed articles and book chapters. His 12 books include Independent Directors in Asia (Cambridge University Press, in press, co-edited with Harald Baum, Souichirou Kozuka and Dan Puchniak), ASEAN Product Liability and Consumer Product Safety Law (Winyuchon, 2016, co-edited with Sakda Thanitcul), Asia-Pacific Disaster Management (Springer, 2014, co-edited with Simon Butt and Hitoshi Nasu), Consumer Law and Policy in Australia and New Zealand (Federation Press, 2013, co-edited with Justin Malbon), and Product Safety and Liability Law in Japan (Routledge, 2004).

Vies Suspendues – Cinéma Documentaire et Débat Public

14 novembre 2017 à 19h, ENS de Lyon – Amphi Descartes, projection du film « La terre abandonnée » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de Kurumi SUGITA, Chercheuse associée de l’Institut d’Asie Orientale à l’ENS de Lyon, Fondatrice de l’association Nos Voisins Lointains 3.11 et ROMAIN J. Garcier, Maître de conférences en géographie à l’ENS de Lyon.

Depuis la catastrophe de Fukushima, de nombreux documentaires produisent des images au plus près des habitants qui ont façonné ce paysage millénaire. Malgré la contamination avérée, l’évidence de perpétuer leur présence sur le territoire l’emporte sur le déracinement imposé.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/14-novembre-19h

Se reconstruire après la dictature – Cinéma Documentaire et Débat Public

18 novembre 2017 à 15h, Bibliothèque du 1er, 7 rue Saint-Polycarpe Lyon 1er, projection du film « Birmanie, les chemins de la réintégration » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de François ROBINNE, Anthropologue et directeur de recherche au CNRS. Institut d’Asie orientale. ENS de Lyon.

Comment revenir à la vie après des années d’enfermements et de sévices ? Tour à tour meurtris dans leur chair et dans leur âme, des hommes s’entraident pour organiser leur réintégration sans attendre la rédemption, dans une société où le sourire est de mise et la sagesse du Bouddha portée en écharpe.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/c18-novembre-15h-1er

Stéphane Corcuff : Prix de la fondation culturelle franco-taiwanaise

Pot de l’IAO, le 14 novembre 2017 à 18h, Salle de réunion de l’IAO (D4.070)

Le prix de la Fondation culturelle franco-taiwanaise, fondé, géré et financé par l’Académie des Sciences morales et politiques de l’Institut de France et le Ministère taiwanais de la culture, couronne depuis 1996 des travaux d’artistes, de traducteurs et d’universitaires ayant oeuvré à une meilleure connaissance des cultures chinoise et taiwanaise en France.

Stéphane Corcuff rentrant parmi nous après six années passées à Taiwan sur les sept dernières années, cette réunion informelle et amicale sera l’occasion pour lui de nous faire un bref bilan de son passage à la tête du CEFC Taipei et de ses thèmes de recherches en cours, ainsi que des éléments qui ont été mis en avant par l’Institut et le Ministère de la culture dans le choix du jury pour le 22e prix de la Fondation.

Séminaire de l’IAO : Jean Baffie

Jeudi 9 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« L’armée thaïlandaise, “jouer” à la politique (เล่นการเมือง) plutôt que faire la guerre (ทำสงคราม) »

Jean Baffie (CNRS) est socio-anthropologue spécialiste de la Thaïlande à l’Institut de Recherches Asiatiques (Aix-Marseille).

Résumé : Institution récente – dans sa forme moderne, elle ne date que du début du 20e siècle –, l’armée thaïlandaise a réussi à accumuler un important capital de prestige, sans jamais être sortie totalement victorieuse d’un conflit. Elle a pu permettre la promotion d’une élite proprement thaïe face à une classe d’entrepreneurs presque entièrement chinoise. En dépit de cas bien connus, elle garde une image relativement propre, dans un pays où la corruption est endémique. Ces éléments contribuent à expliquer un rôle politique ancien et persistant.

François Guillemot – Participation au colloque de restitution du Projet Saigon River

Les lundi 16 et mardi 17 octobre 2017, François Guillemot a participé au colloque de restitution du Projet Saigon River. Celui-ci s’est déroulé à l’Université Polytechnique (Dai Hoc Bach Khoa, 268 Ly Thuong Kiet, District 10) à Hô Chi Minh-Ville.

Son intervention, préparée avec Estelle Senna et Laurent Gédéon, s’est appuyée sur deux contributions de la plateforme Virtual Saigon dans le cadre du premier axe du projet : « Évolution de l’hydrosystème de la rivière Saigon en lien avec le développement de la mégalopole d’Hô Chi Minh-Ville ».

La première communication portait sur les défis de l’eau au cours de l’histoire de Saigon prise dans un temps long à travers trois moments clés (l’apport de la marine française, l’urbanisation et la gestion de l’eau sous la colonisation, l’industrialisation du tissu urbain et ses possibles interactions avec le fleuve). La seconde présentait la mise en place du WebSIG dédié au projet, un outil collaboratif de partage des approches scientifiques et des résultats élaboré par Estelle Senna, géomaticienne à l’IAO : http://www.space-in-asia.net/saigon-river/

Le mardi 17 octobre une présentation générale des trois axes du projet ainsi que des résultats obtenus et des perspectives de recherche a été faite par Emilie Strady (IRD Vietnam).

Pour en savoir plus sur le projet Saigon River (2015-2017) : http://virtual-saigon.net/River/Overview

Séminaire de l’IAO : François Robinne

Jeudi 19 octobre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Birmanie : la transition démocratique dans l’impasse »

François Robinne, directeur de recherche au CNRS et membre de l’IAO, est anthropologue, spécialiste reconnu de la Birmanie et des formations identitaires en Asie du Sud-Est.

Résumé : Soixante dix-ans après l’indépendance de la Birmanie (Myanmar) et à peu près autant d’années de guerre civile, la question qui se pose est double : d’une part, comprendre le mécanisme institutionnel ayant conduit à la création d’un Etat ethnique, d’autre part, interroger le caractère tenu pour irréversible de cette dynamique ethnicisante.

Le regard croisé porté sur la transition démocratique décrypte dans un premier temps les composantes du processus en cours : 1) Structure tripartite de la Birmanie contemporaine, 2) Orientation multi-culturaliste des Constitutions, 3) Recensements dans la lignée desquels repose la loi de citoyenneté.

La possibilité d’un Etat nation, cosmopolite et transethnique sera ensuite discutée.

Christopher Goscha : Prix littéraire en histoire

Le professeur Christopher Goscha, du Département d’histoire, a remporté le John K. Fairbank Prize for East Asian history pour son ouvrage Vietnam: A New History (Basic Books, 2016). Ce prix lui sera décerné dans le cadre du congrès annuel de l’American Historical Association, qui aura lieu du 4 au 7 janvier prochains à Washington. Ce prix est offert chaque année à un ouvrage original portant sur l’histoire post-1800 de la Chine, du Vietnam, de l’Asie centrale, de la Mongolie, de la Mandchourie, de la Corée ou du Japon.

Le Vietnam d’aujourd’hui est une mosaïque fascinante de gens, de langues et de cultures – ce petit pays héberge plus de 50 groupes ethniques parlant plus d’une demi-douzaine de langues. Cette extraordinaire diversité est l’héritage de plusieurs siècles marqués par de nombreuses reconfigurations politiques. Dans Vietnam: A New History, Christopher Goscha raconte l’histoire du pays, de l’Antiquité à nos jours. «Des générations d’empereurs, de rebelles, de prêtres et de colonisateurs ont laissé un héritage complexe dans ce pays remarquable, écrit-il. La mainmise des Chinois, des Français et des Japonais a refaçonné et modernisé le pays, comme l’ont fait les visées coloniales des Vietnamiens eux-mêmes lorsqu’ils ont voulu étendre leur influence au sud du delta du Fleuve Rouge.» Des grands seigneurs Trinh et Nguyen au 17e siècle à la guerre du Vietnam, en passant par les colonisateurs français qui l’ont annexé avec le Laos et le Cambodge au sein de l’Indochine, plusieurs dynasties et États ont régné sur  – et se sont battus pour – ce qui est devenu le Vietnam. Tandis que de plus en plus de touristes y affluent et que l’Asie du Sud-Est est de nouveau le théâtre d’intenses rivalités, cet ouvrage se présente comme la référence historique incontournable à propos du Vietnam.

L’ouvrage du professeur Goscha est également l’un des dix finalistes pour le Cundill History Prize, doté d’une bourse de 75 000 dollars US. Ce prix, décerné par l’Université McGill, récompense le meilleur ouvrage d’histoire écrit en anglais. Le gagnant de ce prix sera dévoilé le 16 novembre prochain.

Invitation pour la parution de « Fantômes dans l‘Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui »

le samedi 7 octobre 2017 à 17 h, La librairie le Phénix, Huguette Rigot, directrice des Presses de l’Inalco ont le plaisir de vous convier à la présentation et à la signature des ouvrages « Fantômes dans l‘Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui » Tomes 1 & 2, sous la dir. de Marie Laureillard et Vincent Durand-Dastès.

Librairie le Phénix – 72, boulevard Sébastopol – 75003 Paris

Conférence « Le Monde du Musée du Palais de Pekin – Le Musee du Palais de Pekin dans le Monde »

Date : Le 27 septembre 2017 de 17h30 à 19h30
Lieu : Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles (IETT), MILC (Maison Internationale des Langues et des Cultures), 4ème étage – 35 rue Raulin, 69007 Lyon

SHAN Jixiang 单霁翔
Directeur du Musée du Palais de Pekin 北京故宮博物院院長

donnera une conférence sur le thème :

« Le Monde du Musée du Palais de Pekin – Le Musee du Palais de Pekin dans le Monde » « 故宮的世界 世界的故宮 »

Cette conférence est organisée par le CRCAO, l’IETT (Lyon 3), Lyon 2, et le LIA (Inshs, CNRS) « La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (fin XVIIe – milieu XIXe siècle) : Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques » http://trenamelfc.hypotheses.org/

La conférence sera donnée en chinois et traduite en français.