Exil tibétain et transferts religieux : l’exemple de la communauté tibétaine à Taïwan

Lundi 14 mai 2018, 11h00-12h30, Intervention de Fabienne Jagou (EFEO) au Séminaire de l’EFEO Paris sur le thème : « Exil tibétain et transferts religieux : l’exemple de la communauté tibétaine à Taïwan ».

Cette conférence est intégrée au séminaire de Master « Asies » (EFEO-EHESS-EPHE) dont le thème est : Exils et migrations.

Résumé : Depuis l’avènement de la République populaire de Chine (1949) et l’incorporation administrative du Tibet à la Chine continentale (1950), de nombreux maîtres réincarnés tibétains et des moines ont quitté le Tibet et pris refuge en Inde, dans les pays himalayens, aux Etats-Unis, en Europe et dans les pays asiatiques émergents. À l’étranger, ils réagissent de diverses façons aux nouveaux environnements religieux, sociaux, économiques et politiques auxquels il sont confrontés. Certains décident de conserver une tradition dite « authentique » de transmission et de pratiques bouddhiques tandis que d’autres innovent et adaptent leurs enseignements.

Au cours de cette communication, j’analyserai les causes à l’origine des choix de conservatisme ou d’adaptabilité des maîtres tibétains et la façon dont ils donnent à voir les attentes et la réception de leurs enseignements par les populations locales, en suivant l’exemple de la communauté religieuse tibétaine à Taïwan.

Plus info : https://cecmc.hypotheses.org/40024

Séminaire de l’IAO : François Guillemot

Vendredi 25 mai 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Le Viêt-Nam et ses fractures : paradigme d’une histoire interne »

François Guillemot est historien, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale, auteur de plusieurs études sur le Viêt-Nam contemporain.

Résumé : Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Autour de la publication de son ouvrage, l’auteur explique sa démarche, une histoire « vue de l’intérieur » qui consiste à replacer les Vietnamiens au cœur de l’histoire contemporaine de leur pays.

Séminaire de l’IAO : Adrienne Sala

Vendredi 27 avril 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Le rôle des avocats dans la construction des problèmes publics au Japon »

Adrienne Sala est ATER à Sciences Po Lyon, rattachée à l’IAO.

Résumé : Cette présentation propose de questionner la force réformatrice du droit à travers son usage par les avocats dans le cas du Japon. Nous analyserons l’acquisition de ressources (financière, humaine et sociale), de savoir-faire et d’expertise par ces professionnels du droit pour construire et défendre une cause, articulée à l’organisation d’actions collectives et de mouvements sociaux. Dans la continuité de nos précédents travaux, nous nous intéresserons plus particulièrement aux actions de quelques avocats engagés pour défendre les victimes de mort par surmenage (karōshi 過労死), aux avancées législatives obtenues ainsi qu’aux limites dans les réformes structurelles.

Ethnie et religion en Chine moderne et contemporaine : Comment analyser la diversité régionale ?

Le 10 avril 2018, salle de réunion de l’IAO (D4.070), « Ethnie et religion en Chine moderne et contemporaine : Comment analyser la diversité régionale ? « , Workshop organisé par WANG Cécile Huayan.

Cette journée sera consacrée aux études sur la diversité religieuse et ethnique de la Chine. Elle réunira des spécialistes de différentes disciplines (historiens des religions et anthropologues) pour confronter leurs recherches sur les diverses traditions religieuses (taoïsme, bouddhisme, islam) et leur évolution dans la Chine contemporaine, en rapport avec les spécificités régionales (Jiangnan, Nord-ouest et Sud-ouest) et les rapports inter-ethniques (Han, Hui-musulman, Bai). Il s’agit donc, à partir de différents cas d’étude, d’interroger les différentes formes de pluralité dans le monde chinois (confessionnelle, ethnique, culturelle, régionale) et leur articulation.

A partir des analyses de documents textuels et de données ethnographiques recueillies sur le terrain, on comparera les divers modes de construction, de circulation et de transmission (écrite ou orale) des traditions religieuses ; l’impact des événements historiques et de la politique sur les équilibres religieux et ethniques ; et le rôle des leaders religieux (maîtres et saints fondateurs).

Programme

Voyage au pays de la guerre

Le passé proche de la nation vietnamienne est revisité et analysé, dans un pays que la guerre sous différentes formes a longtemps déchiré.

Dans cet ouvrage de synthèse clair, précis et utile, François Guillemot livre une histoire du Viêt-Nam des prodromes de la colonisation à la transformation du Viêt-Nam contemporain. Viêt-Nam. Fractures d’une nation, d’un accès facile, constitue une introduction réussie pour quiconque souhaite découvrir ce pays et surtout son histoire.

Six chapitres composent le livre en remontant les fils chronologiques. L’auteur est un des meilleurs spécialistes de la question. Il a déjà publié une remarquable somme sur le Dai Viet, le mouvement nationaliste vietnamien  et Les Femmes dans la guerre du Vietnam . Il anime par ailleurs un site fourmillant d’informations sur l’Asie du Sud Est. [Lire la suite]

CR de lecture de Sylvain Bouloque

Marie Laureillard – Caricature et calligraphie chez quelques artistes chinois du XXe siècle

La prochaine conférence du CEEI aura lieu le vendredi 30 mars 2018 à 14h, à l’INHA (6, rue des Petits Champs – 75002), salle Mariette.

Marie Laureillard, maître de conférence à l’Unuiversité Lyon, chercheure à l’Institut d’Asie Oirentale, en présence de l’artiste Ye Xin, sur le thème : Caricature et calligraphie chez quelques artistes chinois du XXe siècle

Zhang Zhengyu (1903-1976), Huang Miaozi (1913-2012) et Huang Yao (1917-1987) partagent une double identité de caricaturistes et de calligraphes. Tous trois ont connu l’âge d’or de la caricature ou « manhua » dans la Shanghai cosmopolite des années 1930, livrant à travers leurs caricatures, largement influencées par l’Occident et le Japon, des commentaires socio-politiques sur leur temps. Niubizi, personnage récurrent créé par Huang Yao, représente par exemple un homme ordinaire qui affronte les vicissitudes avec courage et espoir.

Après l’arrivée au pouvoir de Mao en 1949, les trois artistes vont se tourner vers la calligraphie, qu’ils vont chercher à revivifier. Leur propension à saisir les traits essentiels d’une figure se retrouve dans cet art scripturaire dont ils réactivent les liens à l’image. Zhang Zhengyu et, à sa suite, Huang Miaozi, pratiquent une calligraphie audacieuse et contradictoire d’un point de vue artistique, puisque mêlant la netteté du style sigillaire à la fluidité de la cursive, et qui renoue volontiers avec l’origine pictographique de l’écriture chinoise. Installé en Asie du Sud-Est à partir de 1949, Huang Yao manifeste une orientation très semblable : il va créer ce qu’il nomme les « peintures de caractères » ou wenzihua (文字画), qui, selon ses dires, exaltent la « belle structure des anciens caractères chinois, tout en mêlant art primitif, dessin et symboles, pour écrire des poèmes ou des locutions et peindre dans un style novateur ». L’évolution comparable de ces trois artistes  conduit à interroger le rapport qu’entretiennent, sous leur pinceau,  ces deux langages au tracé abrégé et spontané que sont la caricature et la calligraphie.

Plus info : https://ceei.hypotheses.org/1821

Colloque intarnational : Past and Present Buddhist Transfers in Asia : A Conceptual Analysis

Le vendredi 6 avril 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), Colloque international Past and Present Buddhist Transfers in Asia : A Conceptual Analysis, organisé conjointement par :

Fabienne JAGOU (EFEO, Paris/IAO, Lyon, France)
Ester BIANCHI (Università degli Studi di Perugia, Italy)
Carmen MEINERT (Ruhr-Universität Bochum, Germany)

The conference aims to evaluate the relevance of concepts such as syncretism, hybridity, mélange, métissage and bricolage used to describe the processes of transmission of Buddhism by comparing case studies from various Asian cultural areas and from different historical periods. Of paramount importance in the conference is the contextualisation of the processes of transmission of Buddhism. Regardless of the period under examination, the transmission of Buddhism from one cultural context in Asia to another is always dependant on specific local circumstances and needs ; thus, teachings and practices are always reinterpreted locally. Therefore, the transfer of Buddhism never results in the conservation of a supposedly authentic tradition, but rather is a dynamic process of constant renewal. In a nutshell, the goal of the conference is to typologize the historical, cultural and societal factors that induce religious innovation by considering global as well as local frameworks. Through specific case studies, cultural and religious complexities will become visible as dynamic phenomena which move beyond boundaries.

Programme [PDF]

Conférence : Toru YOSHIDA

Le jeudi 22 mars à 11h, Sciences Po Lyon, grand amphithéâtre, conférence du professeur Toru Yoshida, Comment le Japon est devenu “gouvernable” ? Aux sources de sa transformation politique après la guerre froide.

Avec une approche néo-institutionaliste, l’intervention expose l’évolution de la vie politique japonaise et de sa posture internationale depuis les années 90, en soulignant notamment les deux réformes importantes entreprises dans le domaine politique et administratif, démontrant que la politique japonaise se fond dans la grande tendance des démocraties occidentales.

Toru Yoshida est professeur en sciences politiques à l’Université de Hokkaido et chercheur associé à la Fondation France Japon de l’EHESS. Ses recherches portent sur les politiques japonaises et européennes dans une approche comparative, en particulier sur le leadership politique et les partis politiques. Il mène actuellement ses recherches sur les partis populistes au Japon et en Europe dans une approche comparative.

Séminaire de l’IAO : Jean-Michel Butel

Vendredi 23 mars 2018, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« La réécriture des histoires locales dans le Japon moderne : le cas de l’île de Hachijô »

Jean-Michel Butel, Ethnologue du Japon, maître de conférences à l’INALCO

Résumé : Hachijô-jima est une petite île du Pacifique administrée par la Métropole de Tokyo. Le récit le plus officiel de son histoire a été élaboré localement à partir du milieu du 19e siècle, revu par les fonctionnaires de Meiji, puis avalisé par les ethnologues au 20e siècle. Le discours concernant l’île est ainsi issu d’un long processus de validation par différentes autorités : politiques, administratives, policières, scientifiques, et est allé de pair avec de nombreux oublis mémoriels. Cette conférence tentera de montrer comment l’enquête ethnologique peut être efficace dans l’analyse des mécanismes de construction de l’histoire et des rapports de l’Etat japonais moderne à ses régions.

Séminaires: François Guillemot

François Guillemot exposera l’approche socio-historique de son ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018) à Paris lors de deux séminaires de recherche :

– Le jeudi 8 mars 2018 de 16h30 à 18h dans le « Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes ». Ce séminaire organisé par la Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) se déroulera en salle 247 E (Halle aux Farines) de l’Université Paris Diderot.

– Le vendredi 9 mars 2018 de 16h à 18h dans le séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures ». Ce séminaire organisé par le labex TransferS (ENS) se déroulera dans la salle Cavaillès à l’ENS, 45 rue d’Ulm. [Plus info]

Ces deux séminaires seront l’occasion de questionner la fabrique du Viêt-Nam contemporain et de débattre sur son histoire interne à travers quelques fractures identifiables. Page dédiée à l’ouvrage sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/26124

Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours

Contribution de François Guillemot (chapitre 3) dans l’ouvrage collectif Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, sous la direction de Benoît de Tréglodé, Editions de la Sorbonne, « Libre cours », 2018

Depuis le lancement de sa politique d’ouverture économique (le Đổi mới en 1986), le Viêt Nam s’est profondément transformé et n’a plus grand-chose à voir avec les clichés formés autour du mythe de l’Indochine coloniale qui continuent de lui coller à la peau en France. Après une brève tentative de retour dans les années 1990, l’influence de la France a fortement diminué dans ce pays. Pourtant le Viêt Nam continue d’attirer des candidats fascinés par l’émergence économique de cette région d’Asie… et par le romantisme trompeur des clichés indochinois. Très ancré dans sa région depuis vingt ans, émancipé de ses alliés et ennemis d’hier (la France, la Russie ou les États-Unis), dépendant de ses grands voisins et perméable aux idéologies occidentales, le Viêt Nam poursuit sa recherche de l’équilibre entre la Chine et l’Occident pour mieux préserver ses intérêts nationaux. Cette histoire du Viêt Nam, écrite à plusieurs mains, renouvelle profondément notre regard du pays. Cette riche synthèse – qui mêle l’étude historique, politique, économique à celles des sociétés et des cultures et s’appuie sur des sources vietnamiennes –, nous fait redécouvrir une puissance émergente, une nation dynamique au centre des enjeux stratégiques contemporains en Asie, tout en insistant sur la nouvelle identité asiatique d’un pays que l’on a longtemps cru si bien connaître.

 Plus information : http://www.editions-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100847100&fa=author&person_ID=6254

Conférences : Franck Michelin

Franck Michelin, Professeur au Département des Sciences économiques de l’Université Teikyô, Chercheur associé au Centre Roland Mousnier de l’Université Paris-Sorbonne, à l’Institut d’Asie Orientale et à la Maison franco-japonaise, donnera un cycle de conférences sur l’histoire et l’actualité de de l’Océan Pacifique à Tôyô Bunko (Tôkyô).

Les conférences seront données en japonais et auront pour ambition de brosser un panorama de l’histoire de l’océan et de ses habitants. Suite à ma participation aux deux colloques de l’Océanie convoitée en 2015 (Paris) et 2016 (Tahiti) (voir les actes du colloque : http://www.cnrseditions.fr/geographie/7553-loceanie-convoitee.html), et avant de lancer un programme de recherche sur l’histoire maritime en Asie orientale et dans le Pacifique, il s’agit de lancer des pistes de réflexion et de sonder l’intérêt du public pour cette question cruciale que constitue le rôle des océans.

Voici le programme :

  1. L’odyssée des Polynésiens
  2. La Chine des Ming, empire qui tourna le dos à la mer
  3. Expansion et fermeture maritimes du Japon
  4. L’arrivée des Européens en Asie orientale et dans le Pacifique
  5. L’hégémonie occidentale
  6. Le Pacifique en guerre
  7. L’avenir du monde se jouera-t-il dans le Pacifique ?

Plus info sur https://www.dropbox.com/sh/zzz3vpn5pavfhhy/AACXy9oMCfKKCuRNA16bTHk7a?dl=0&preview=ToyoBunko-F.Michelin2018.pdf

HSK 2018, Sciences Po Lyon, le samedi 7 avril 2018

Le HSK de la session 2018 aura lieu le samedi 7 avril 2018 à Sciences Po Lyon. Sous la tutelle de l’Association Française des Professeurs de Chinois (AFPC), Sciences Po Lyon organise les examens de niveaux 2, 3, 4 et 5.

Les inscriptions se font en ligne jusqu’au 5 mars 2018. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant à cette adresse : http://www.chinesetest.cn

Horaires et lieu de l’examen

  • Niveau 2 : Le samedi 7 avril 2018, 9h00 – 9h50 (durée 50 min.)
  • Niveau 3 : Le samedi 7 avril 2018, 11h15 – 12h45 (durée 90 min.)
  • Niveau 4 : Le samedi 7 avril 2018, 9h00 – 10h45 (durée 105 min.)
  • Niveau 5 : Le samedi 7 avril 2018, 9h00 – 11h05 (durée 125 min.)

Adresse : Sciences Po Lyon, Bâtiment pédagogique, Rue Appleton 69007 Lyon

Montant des frais d’inscription

  • HSK 2 : 20 €
  • HSK 3 : 30 €
  • HSK 4 : 35 €
  • HSK 5 : 40 €

L’adresse d’envoie de(s) document(s) (enveloppe et chèque ) :

Sciences Po Lyon – HSK 2018,
Service Affaires juridiques
14 avenue Berthelot, 69365 Lyon cedex 07

Pour plus d’informations sur le HSK et la procédure d’inscription sur le site de l’Association française des Professeurs de Chinois : http://www.afpc.asso.fr/

Contact : yu.zhang@ens-lyon.fr

Carnet d’ASIOC

Nous avons le plaisir de vous annoncer la création du blog Carnets d’Asioc, http://asioc.hypotheses.org

Le blog Carnets d’ASIOC est un projet des étudiants du master « Asie Orientale Contemporaine » (ASIOC), formation en sciences humaines et sociales sur les pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est coordonnée par l’Université de Lyon, l’ENS de Lyon et Sciences Po Lyon. 

Ce projet mêle les deux filières du master : entreprises et études.

Il aspire à la fois à rendre accessibles les informations liées au master ; à rendre compte des activités scientifiques qui s’y développent ; et à constituer un réseau permettant de suivre l’expérience des étudiants.

Il s’adresse donc à un public large, mêlant étudiants potentiels, monde académique spécialisé sur les sciences humaines et sociales et/ou l’Asie, et grand public intéressé par cette aire géographique.

De Rama X à Akihito : les derniers monarques asiatiques

Hommage au roi thaïlandais Bhumibol Adulyadej mort le 13 octobre 2016, à Bangkok. Crédits : LILLIAN SUWANRUMPHA

Le 6 février 2018, Franck Michelin, professeur à la Teikyo University (Tokyo), chercheur associé de l’IAO, intervient dans l’émission de Florian Delorme « Les monarchies modernes » sur France Culture.

« En octobre dernier, un an après la mort du roi de Thaïlande, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant le palais royal à Bangkok pour rendre hommage au monarque Bhumibol Adulyadej. Des funérailles grandioses, à la hauteur de la dévotion du peuple pour ce souverain qui régnait depuis 70 ans.

Dans un pays régulièrement frappé par les coups d’Etat militaires – 19 tentatives dont 12 réussies en moins d’un siècle -, la mort du roi Bhumibol ouvre une nouvelle période d’instabilité et réveille les craintes de nouvelles tensions entre défenseur de la monarchie et partisans de la démocratie.

En 2014, le Premier ministre Yingluck Shinawatra, élue trois ans plus tôt, était renversée par un putsch militaire, qui a propulsé le général Prayut Chan-ocha à la tête de l’ancien royaume de Siam devenue une monarchie parlementaire dans les années 30.

Depuis cette date, les élections n’ont cessé d’être repoussées, le prochain scrutin législatif a été fixé au mois de novembre 2018.

Alors, face à une armée qui s’est peu à peu attribuée le rôle de défenseur de la monarchie, quel rôle le nouveau souverain Rama X peut-il jouer ? »

Plus information sur France Culture
Lien vers l’émission

© Source photo : Hommage au roi thaïlandais Bhumibol Adulyadej, mort le 13 octobre 2016, à Bangkok – Crédits : LILLIAN SUWANRUMPHA – AFP