Exposition. Gewalt : Devenir des résistances à la violence institutionnelle

18 mai – 16 juin 2024
Institut Français de Tokyo (東京日仏学院)

Trois “héroïnes électriques” de François Guillemot seront exposées dans cette exposition.

Cette exposition vise à interroger la fonction politique et sociale de l’art,  en tant que phénomène de résistance. En miroir,  il s’agit également d’évaluer le rôle de l’art dans les mouvements sociaux,  révoltes et luttes révolutionnaires contemporaines.

Gewalt est un mot allemand qui signifie « violence ». Dans les années 1960,  face à la violence exercée par l’Etat japonais et sa police,  la Nouvelle Gauche s’empare du syntagme : « GEBARUTO ». Elle entend ainsi désigner une anti-violence,  réaction à la violence institutionnelle – celle au service des fins de l’Etat. L’anti-violence ne peut se départir de réflexions sur les moyens et la légitimité de la révolte,  laquelle s’affirme comme le corollaire de toute résistance à la violence conservatrice du droit. En filiation directe avec la critique de la violence ébauchée par Walter Benjamin,  elle évoque aussi les propos d’Errico Malatesta parus dans Le Réveil anarchiste du 1er mai 1928 sur l’état de légitime défense de l’esclave « et comment sa révolte contre le maître,  contre l’oppresseur,  est toujours moralement justifiable ».

Les œuvres exposées dans « Gewalt » relèvent de pratiques engagées ou d’expérimentations artistiques comme métaphores de la révolte. Face à la violence de l’Etat,  l’oppression systémique du capitalisme ou l’autoritarisme institutionnel (propagande,  censure,  surveillance),  ces œuvres traduisent un ensemble de réactions anti-violentes et leurs modalités esthétiques.

L’exposition tâche de mettre en perspective ces différentes formes de résistance à la violence institutionnelle. L’approche historique constitue la matrice de questionnements politiques sur la performativité de l’art,  son potentiel à induire des changements dans la société à la manière de l’action directe.

En outre,  la confrontation de formes artistiques ayant accompagné des expériences guérilléristes et de pratiques agissant comme des catalyseurs de la résistance interroge les modalités de l’expression artistique révoltée,  telles qu’elles répondent à des modes d’actions politiques,  à la jonction de l’anti-violence et de la non-violence.

Plus d’information : https://gewaltdantai.com/fr/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin IAO (6 mai 2024). Exposition. Gewalt : Devenir des résistances à la violence institutionnelle. Blog de l'IAO. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n4z


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search