Le paradigme Fukushima au cinéma

Nouvelle publication d’Élise Domenach, maîtresse de conférences HDR en études cinémato-graphiques à l’ENS de Lyon, agrégée et docteure en philosophie, membre de l’Institut d’Asie Orientale. Elle a édité et traduit des œuvres de Stanley Cavell sur le cinéma. Elle est l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme (2011) et de L’écran de nos pensées. Stanley Cavell, la philosophie et le cinéma (dir., 2021). Depuis 2011 elle travaille sur le cinéma japonais et l’écocritique, et a publié sur ce sujet Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais / Fukushima in Film. Voices from the Japanese Cinema (2015).

Le paradigme Fukushima au cinéma
Élise Domenach, Le paradigme Fukushima au cinéma : ce que voir veut dire (2011-2013), Ed. Mimesis, 2022. 200 p.

« Au cœur du paradigme Fukushima au cinéma il y a cette ambition de répondre à notre scepticisme par la reconnaissance de la profondeur de notre fascination pour la catastrophe, et d’autre part par la réévaluation des pouvoirs expressifs du medium. En effet, en faisant fond sur la capacité du medium à exprimer les passions et actions humaines […], les cinéastes se mettent en mesure de montrer l’engagement et la promesse réaliste du cinéma avec le monde, qui se joue dans la capacité des films à exprimer notre expérience d’un monde durablement modifié et abîmé. »

Qu’a-t-on « vu » de la catastrophe de Fukushima ? Ce volume sur le cinéma de Fukushima, le premier du genre, interroge les conditions de visibilité et d’invisibilité de la catastrophe, dans les films tournés sur place immédiatement après et durant les deux années qui l’ont suivie. Première étude sur la (re)présentation cinématographique de l’une des catastrophes majeures de l’histoire contemporaine, ce livre retourne la thèse sur l’impossibilité de représenter la catastrophe nucléaire. L’hypothèse centrale est ici que « Fukushima » ouvre sur un monde durablement abîmé qui requiert de nous de nouvelles capacités d’attention et de présence au monde. Et que les films de Matsu-bayashi, Hamaguchi, Fujiwara (entre autres), peuvent nous y éduquer. La lecture philo-sophique des films réalisés depuis Fukushima met en évidence, finalement, nos dénis et aveuglements contemporains face aux violences lentes et aux catastrophes ordinaires. 


Vous aimerez aussi...