Un regard vers l’Est

Spécialiste bien connu de la bande dessinée , Laurent Mélikian lance une nouvelle collection, « Des cases, des langues, des mondes ».

Marie Laureillard, sinologue, maître de Conférences HDR en études chinoises, Université Lumière Lyon 2 et membre de l’IAO participe au projet. Elle est chargée de traduire l’adaptation en bande dessinée par  Li Zhiwu (李志武) du roman de Jia Pingwa (贾平凹) intitulé  Opéra Qin (秦腔)  qui devrait paraître cette année aux éditions Patayo. 

Laurent Mélikian © armenews.com 2021

Premier titre disponible : Des Assassins du Taïwanais Chen Uen, qui provoque un véritable choc graphique par l’énergie calligraphique de ses encres de couleur. Explications avec Laurent Mélikian.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Quel est l’objectif affiché de cette nouvelle collection que vous lancez, « Des cases, des langues, des mondes » ?

Laurent Mélikian : Il s’agit de proposer en français des bandes dessinées étrangères qui donnent une idée des différentes facettes des récits portés par une succession d’images. Cette collection est née d’une rencontre récente avec Frédéric Fourreau, fondateur des éditions Patayo. En 2019, ses premières publications étaient des petits livres d’une image par page sur le model des bandes dessinées chinoise de l’ère Mao, un domaine que j’ai beaucoup étudié. Comme moi, Frédéric est curieux de regards étrangers, de ces œuvres qui nous permettent de mieux comprendre d’autres cultures.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Pourquoi ce choix pour la commencer, à savoir la sortie le 15 janvier de l’adaptation de la BD Des Assassins du Taïwanais Chen Uen ?

Laurent Mélikian : J’étais persuadé que cette œuvre devait être proposé aux lecteurs francophones. Chen Uen est un artiste à la force graphique peu commune, inspiré par la peinture traditionnelle chinoise, son coup de pinceau dégage une énergie que je rapproche parfois de Jason Pollock. C’est le premier livre que j’ai proposé à Frédéric et il a été séduit en rapprochant l’esthétique de Chen Uen à la calligraphie qu’il pratique. Des Assassins nous réservé une surprise. En faisant traduire ce recueil d’histoires courtes, nous avons réalisé qu’il s’agit de la transposition -quasiment à l’idéogramme près- d’un texte écrit par Sima Qian, le premier historien chinois, un siècle avant JC ! C’est donc à la fois la découverte d’un grand artiste, mais aussi un document historique qui offre un éclairage sur les cultures d’Extrême Orient.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Vous êtes spécialiste de la BD, et vous vous intéressez plus particulièrement à celle qui vient d’Asie, mais aussi d’Arménie… Peut-on voir des points communs entre elles ?

Laurent Mélikian : Au-delà de la bande dessinée, en me rendant à Taiwan, j’ai été frappé par le parallèle avec l’Artsakh, deux territoires dont l’existence est en question. Taiwanais et Artsakhiotes ont le même besoin de visibilité internationale. Malheureusement l’un n’a pas les moyens de l’autre et nous avons d’ailleurs bénéficié du soutien du Ministère de la culture de Taiwan.
Sinon d’un point de vue historique, la culture chinoise a « inventé » la bande dessinée imprimée sur papier dès le 8e siècle. L’Arménie n’est pas en reste, certaines miniatures du 13e siècle ressemblent à des planches contemporaines. Malheureusement le soviétisme qui associait de manière stupide la bd à de la propagande capitaliste a tout détruit quand chaque pays d’Extrême Orient a développé sa manière d’aborder ce moyen d’expression. Quand en diaspora des artistes d’origine arménienne ont participé et participe toujours à son évolution, nous n’avons toujours pas réussi à faire exister sur la scène internationale une œuvre de la République d’Arménie. Cependant, depuis la Révolution de velours, Ies choses ont également changé de ce côté-là. On a vu des essais prometteurs. Pourvu qu’on laisse la jeunesse libre de créer.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Avez-vous d’autres projets, que ce soit concernant la suite de la collection ou autre ?

Laurent Mélikian : Oui, la collection doit sortir environ deux œuvres par an. Je dois y inscrire mon propre livre qui va présenter un panorama de l’histoire mondiale de la BD. Nous avons également des projets de strips finlandais, de gags africains, d’autobiographie mexicaine, de super-héros philippins, … Mais notre prochain livre sera un défi éditorial, un récit chinois contemporain dessiné sur un rouleau de 70 mètres de long. Nous y travaillons avec une sinologue, Marie Laureillard qui par sa mère porte également le nom de Ter Mikelian. Elle signe d’ailleurs la préface de Des Assassins. Il faut croire que nos origines communes nous incitent à regarder vers l’Est. D’ici là, je continuerai d’informer les lecteurs des NAM de l’actualité de la bande dessinée.

 

par Claire le dimanche 31 janvier 2021
© armenews.com 2021


Vous aimerez aussi...