Hommage à Keiko Kosugi (1939 -2020)

            Keiko Kosugi s’est éteinte à Tôkyô le 14 mai 2020, victime d’un cancer foudroyant. Demeurant à Paris, elle était partie il y a quelques semaines, en pleine santé, pour un bref séjour au Japon afin de voir sa mère âgée de cent un ans…

            Après avoir suivi une formation en français à l’Athénée français de Tôkyô, Keiko Kosugi, titulaire d’un certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire, a travaillé comme bibliothécaire à la Maison franco-japonaise de 1961 à 1969, puis a occupé à Paris, de 1970 à 2006, un poste de bibliothécaire spécialisée à la Bibliothèque nationale (puis Bibliothèque nationale de France) d’abord au département des Imprimés, puis au département des Manuscrits orientaux.

            Les études de littérature japonaise classique lui doivent beaucoup. En effet, elle a, si l’on peut dire, fait vivre un fonds important, le « fonds Smith-Lesouëf », c’est-à-dire l’immense collection d’Alexandre-Auguste Lesouëf (1829-1906) léguée par sa famille en 1913 à la Bibliothèque nationale. Keiko Kosugi en a publié l’histoire et complété le catalogue. Elle s’est particulièrement intéressée à un ensemble de manuscrits illustrés dits Nara-ehon (l’origine de ce mot restant obscure). La majorité se présente comme des livrets à images peintes en pleine page, datant des XVIe et XVIIe siècles, la plupart des textes étant des récits populaires (les otogi-zôshi). Par des acquisitions judicieuses, elle l’a enrichi. Mais elle a surtout fait connaître ces Nara-ehon aux chercheurs ainsi qu’au public. M’intéressant aux otogi-zôshi, j’ai pu durant une vingtaine d’années, lors de séances hebdomadaires, déchiffrer, transcrire en graphie moderne (gendai kanazukai) et analyser ces textes avec elle, dans son bureau de la Bibliothèque nationale (ou plutôt à sa table de travail dans un bureau partagé avec d’autres).

            On me permettra de rappeler ici la mémoire du Professeur Satake Akihiro (1927-2008), qui fut notamment directeur de l’Institut national de Littérature japonaise. Cet éminent spécialiste des otogi-zôshi a bien voulu, notamment lors d’un séjour de recherche en 1990 à Paris, nous faire bénéficier de ses immenses compétences, dans des réunions de travail toujours menées avec la plus grande rigueur, mais aussi dans la bonne humeur. Il me disait sa profonde estime pour le travail de Keiko.

            Nous avons donc publié la traduction de sept de ces livrets, avec la totalité des illustrations, en trois ouvrages. Mais la contribution de Keiko Kosugi ne s’est pas limitée à la lecture, à la transcription et à la traduction. Faisant œuvre de philologue, elle a fourni une description précise de chaque Nara-ehon, l’a replacé dans la tradition manuscrite (on sait que ces œuvres furent diffusées avec de nombreuses variantes), en faisant le point sur la recherche, avec un œil parfois critique, et en proposant, toujours avec prudence, ses propres hypothèses concernant la filiation du manuscrit ainsi que sa datation. Les résultats de cette recherche accompagnent nos traductions. Mais Keiko Kosugi a voulu aussi faire bénéficier de ce travail la communauté scientifique japonaise ou japonisante, et a donc montré l’intérêt des manuscrits de la Bibliothèque nationale pour la connaissance des Nara-ehon. C’est ainsi que dans notre premier ouvrage, Le Chrysanthème solitaire, figure la transcription du texte japonais ainsi que son analyse (en japonais). Mais il semble que ces précieuses pages aient rebuté le public ; aussi les publications suivantes sont-elles exclusivement en français. Cependant le texte japonais (transcrit en graphie moderne) de neuf Nara-ehon de la Bibliothèque nationale de France, ainsi que leur description et leur minutieuse analyse philologique, ont fait l’objet de deux publications au Japon. Le patrimoine français a donc été diffusé, mis à la disposition de la recherche internationale.

            Discrète et réservée mais très active, Keiko Kosugi a donc joué un rôle important dans la recherche ainsi que dans les échanges culturels et scientifiques entre la France et le Japon. Nous n’oublierons pas sa contribution aux études japonaises, non plus que sa personnalité attachante.

 

                                  Jacqueline Pigeot

Bibliographie des travaux de Keiko Kosugi

« Inventaire des pièces hors catalogues  du fonds Smith-Lesouëf japonais de la Bibliothèque Nationale de France », in Le Vase de BérylÉtudes sur le Japon et la Chine en hommage à Bernard Frank, coll., éd. Philippe Picquier, 1997, p. 429-437.

Yokobue Suzuriwari (édition de deux manuscrits de la Bibliothèque Nationale), coll. Koten bunko, n° 492, Tokyo, 1987.

Nara ehon shû ‒ Pari-bon  (édition de sept manuscrits de la Bibliothèque Nationale), coll. Koten bunko, n° 582, Tokyo, 1995.

Les ouvrages suivants sont le fruit de notre collaboration ‒ les deux premiers avec le concours du Pr. Satake Akihiro :

Le Chrysanthème solitaire (Hitomotogiku), Bibliothèque Nationale, 1984, 76 + XXXIII p.

Voyages en d’autres mondes – Récits japonais du XVIe siècle (Urashima Tarô, Sumiyoshi no honji, Hôrai-san, Kibune, Tanabata), éd. Philippe Picquier / Bibliothèque Nationale, 1993, 197 p. 

La déconfiture de Fukutomi (Fukutomi sôshi, publié par décision de l’éditeur sous le titre Histoire d’un pet), éd. Philippe Picquier, 2001, 77 p. ; réimpression 2014.


Vous aimerez aussi...