INTERVIEW. «Carlos Ghosn détourne l’attention de sa fuite en prenant le grand public à témoin»

Par Béatrice Jaluzot, directrice de l’Institut d’Asie Orientale de l’Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon, maîtresse de conférences en droit privé japonais.

Béatrice Jaluzot. LP/Illustration Elène Udsin

« A la suite de sa fuite au Liban, Carlos Ghosn a fait appel aux médias. Il a déclaré avoir été victime « d’un système qui viole les principes les plus fondamentaux de l’humanité »; « J’ai fui l’injustice et la persécution »; « Si je voulais vraiment que justice soit rendue, je devais la rechercher dans un autre pays, car au Japon ceci m’était interdit ». Il vise directement « les procureurs […qui] n’aiment pas perdre », les accuse de collusion avec Nissan et certains responsables politiques.

Carlos Ghosn prend à partie directement et à titre personnel les professionnels en charge de l’instruction, il se met sur un pied d’égalité avec eux et laisse entendre qu’ils jouent à une sorte de jeu où il y aurait des gagnants et des perdants et il met en doute leur intégrité professionnelle.

Interview complète sur LeParisien


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search