Du blog et de l’enseignement

Les outils numériques offrent des facilités incomparables pour construire des lieux d’échanges d’information et de diffusion des connaissances. Il y a douze ans, quand j’ai mis en ligne mes premières pages de cours (programme, bibliographie, notes de méthode), il fallait en passer par un logiciel de html, puis surmonter les aléas de connexion avec le serveur de l’université. Depuis, de nombreuses facilités techniques ont vu le jour, notamment avec l’appui du service informatique de l’Institut des sciences de l’homme qui abrite depuis 2001 mon site professionnel  (ankeqiang.org). Néanmoins, on ne pouvait échapper à l’usage de logiciels de création numérique, même si l’ergonomie de ceux-ci s’étaient grandement améliorée.

Il est désormais possible de manière très simple d’élaborer des sites complets pour l’enseignement intégrant toute une série d’outils et de formats: blog, site web, réseaux sociaux. Ces outils s’avèrent particulièrement adaptés aux besoins d’échanges et de communication au sein des petites communautés que constitue chaque groupe d’étudiants. Naturellement, ces outils amènent à faire une impasse sur les plateformes proposées parfois par les établissements d’enseignement supérieurs. Néanmoins, entre la facilité d’usage et la capacité d’intégration d’une large palette d’outils qu’offrent les produits disponibles sur le Net, il y a peu à hésiter.

Personnellement, j’ai fait le choix de Blogger, l’outil de blog de Google. D’une part, la prise en main est rapide et simple. D’autre part, il est conçu pour recevoir et intégrer, le plus souvent par un simple clic sur un bouton, un grand nombre d’applications. La fiabilité en matière de sauvegarde et d’exportation — on peut vouloir changer de produit — permet d’avoir l’âme sereine quand on a consacré un certain temps à la mise en place d’un site.

Depuis cette année, j’ai donc renoncé à maintenir mes pages de cours sur mon site web, sinon une page récapitulative de mes enseignements qui pointe vers les différents sites construits pour chaque séminaire. Il est possible sur Blogger d’écrire en « langage naturel », sans avoir à se préoccuper plus de formatage que sous un traitement de texte. Il convient certes de faire l’effort de comprendre la logique d’organisation et de fonctionnement, mais c’est très largement intuitif.

J’ai adopté une structure comparable pour les trois séminaires que j’anime:

L’histoire à l’ère du numérique

Approches spatiales de l’histoire

Le communisme chinois. Pouvoir, idéologie, Développement

Il est possible de modifier et mettre à jour à volonté. Les étudiants sont entièrement partie prenante à la vie du blog et contribuent aux ressources collectées dans le cadre du séminaire, notamment à travers un groupe de travail dédié sous Zotero. L’information, tant sur le contenu du séminaire que pour des indications pratiques, circule en temps réel par de simples tweets sous Twitter. Bref, je reprendrai ici l’appel déjà ancien de Dan Cohen, éminent spécialistes des humanités numériques et animateur d’un blog qui fait autorité: « Professeur, à vos blogs ! »


Une réflexion au sujet de « Du blog et de l’enseignement »

  1. Merci Christian,

    C’est admirable, et il faut s’y mettre. Tu es bien en avance sur plusieurs d’entre nous et notamment moi.

    Les choses prennent le temps et nous ne sommes pas tous disposés très naturellement à ces nouvelles technologies, pourtant utiles et de plus en plus faciles d’emploi.

    Mais c’est un rappel utile et merci de ces références.

    Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *