Séminaire de Jean-Luc Pinol autour de Jacquinot

10 mai 2019 à 14h, salle Elise Rivet, MSH Lyon, Jean-Luc Pinol (LARHRA) intervient dans le cadre du Séminaire “Sociétés en guerre” organisé par Laurent Douzou, Sylvène Edouard et Stéphane Gal. Shanghai 1937: l’Humanitaire, le Soldat et le Sculpteur face à la crise des réfugiés.

Robert Jacquinot : une figure fondatrice du droit moderne des réfugiés à Shanghai

Objet de l’opération de recherche : une figure française oubliée de l’histoire de Shanghaï et du droit international des réfugiés

              Pendant la guerre sino-japonaise, qui a marqué le début de la Seconde Guerre mondiale, la première zone de réfugiés au sens moderne du terme a été établie à Shanghai, non seulement pour sauver la vie de 500 000 civils selon certaines estimations, mais aussi pour servir de modèle au monde entier. Cette zone de réfugiés est communément appelée zone Jacquinot, d’après le jésuite français Robert Jacquinot de Besange (1878-1946) qui en est à l’origine. La zone a ouvert ses portes le 9 novembre 1937 et s’est terminée en juin 1940.

              Cette expérience humanitaire, commencée au milieu de la bataille de Shanghaï, mérite d’être étudiée sous différents aspects en raison de son rôle pionnier et de son influence durable sur l’action humanitaire, en particulier dans le contexte actuel.

              En France, pays qui a donné naissance à Robert Jacquinot de Besange (1878-1946) et à d’autres acteurs importants de cet épisode fondateur du droit international humanitaire, le souvenir de cette expérience est pratiquement inexistant. Combien de personnes en France connaissent même aujourd’hui le nom de Robert Jacquinot ? A Shanghai, au contraire, une enquête historique se développe depuis plusieurs années sous l’impulsion du Professeur SU Zhiliang de l’Université Normale de Shanghai. Les différentes activités auxquelles elle a donné lieu ont commencé de raviver le souvenir de cet épisode unique de l’histoire de Shanghaï.

              La présente opération de recherche vise, grâce à la constitution d’un groupe de chercheurs venant à la fois de l’Université de Lyon et de plusieurs institutions académiques shangaïennes (East China Normal University, Université normale de Shanghai, Université Fudan, Académie des sciences sociales de Shanghai), à revivifier la mémoire et à approfondir la compréhension historique de cet élan extraordinaire de solidarité surgi au milieu des passions de la guerre, en suivant la voie ouverte par quelques travaux pionniers, et notamment ceux des historiens chinois.

             Que Jacquinot soit tombé dans l’oubli est en réalité l’un des faits historiques qu’elle devra documenter et comprendre. Il y a en effet quelque chose de profondément paradoxal à ce sujet. Car à la veille du début de la Seconde Guerre mondiale en Europe, la presse internationale a donné à la zone Jacquinot et à son fondateur une couverture médiatique importante. Jacquinot a été reçu avec le plus grand respect par le président Roosevelt, qui lui a accordé des subventions substantielles. Autant lui-même que les réfugiés civils de la zone ont souvent fait la une de la presse. La Croix-Rouge internationale a été impliquée tout au long du processus… A bien des égards, Jacquinot apparaît non seulement comme un précurseur de l’action humanitaire moderne, mais aussi de sa relation complexe avec les médias, une sorte de « French Doctor » avant la lettre. Enfin, témoignant de l’attention que son acte humanitaire avait pu susciter, l’ONU utilisa en 1949 la notion de “zone Jacquinot” pour résoudre les problèmes des civils et des réfugiés en temps de guerre…

Plus d’informations : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/node/5247


Vous aimerez aussi...