La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

Le mercredi 21 novembre 2018, François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale, est intervenu dans le séminaire de recherche de l’ERC « Social Dynamics of Civil Wars » dirigée par Gilles Dorronsoro (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca).

Sa communication portait sur le conflit vietnamien sous le titre : « La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire ».

L’intervention de François Guillemot questionne à travers deux textes inédits la catégorie « guerre civile » confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la « guerre du peuple », théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en « guerre civile révolutionnaire » au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de « guerre civile » est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des « Biêt Dông », les commandos urbains vietnamiens dans la « guerre civile révolutionnaire » au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC « Dynamiques sociales de la guerre civile » (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

Plus d’infos sur Social Dynamics of Civil wars

Image « à la une » :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : « Retourner chez les communistes s’est se suicider ». Source : Manh Hai


Vous aimerez aussi...