Table-ronde : Rencontre autour de la calligraphie : tradition et réinvention

Le 6 novembre 2018 à 14h, INHA, salle W. Benjamin, avec Isabelle Charrier, Jiaxing Hu, Bahman Panahi, Arantxa Romero et (à confirmer) Laïli Dor. Dans le cadre du cycle de conférences CEEI-THALIM « La lettre et la ligne ». Discutantes: Hélène Campaignolle-Catel et Marie Laureillard

À travers la trace. Peinture calligraphique et poésie dans l’art français (1940-1980), par Arantxa Romero

La présente recherche a comme objectif de penser la performativité de l’écriture dans les arts dits visuels contemporains. Cela s’inscrit dès les théories du texte et dans le panorama artistique français des années 1940 et 1980. A l’aide du topique Ut pictura poesis, cette thèse se penche sur le travail de poètes comme Henri Michaux, Christian Dotremont ou encore Camille Bryen, dont les oeuvres graphiques constituent un véritable double de leur écriture poétique en tant que déconstructions scripturales influencées par les calligraphies dites orientales.

Musicalligraphie, par Bahman Panahi

Quand la composition, l’espace, le rythme, le mouvement, l’énergie, l’harmonie et la justesse de la musique se combinent en symbiose avec la calligraphie, c’est le moment d’écouter la calligraphie… Son et silence se transforment en noires et blanches et la variation des lignes et des points composent une orchestration colorée. Ecouter la calligraphie ou bien regarder la musique à travers une grammaire visuelle et auditive commune, c’est le cœur d’une recherche que je mène depuis plusieurs années, prenant en compte l’anatomie, la morphologie et la construction de la pièce calligraphique. La musicalité des lettres, des mots et des phrases calligraphiées crée un niveau d’expression artistique que l’on peut transcrire en de la musique, c’est la « musicalligraphie ».

L’archéologie du geste d’écrire en Chine, par Hu Jiaxing

Toute discipline scientifique dispose d’un langage, et chaque langage a son origine et son évolution. Cette thèse a pour hypothèse que le geste est une source et aussi une forme de créativité humaine depuis l’aube de nos civilisations, la nature première du geste n’est pas sa dimension technique, mais sa pratique mythologique et religieuse; dans le cas plus précis, le geste d’écrire, concept d’origine de la pratique de la calligraphie chinoise, j’ai pour l’objectif de démontrerque ce geste est issu des approche contingente, religieuse, spirituelle, qu’il conviendra de spécifier en tenant compte des acceptions – historiographiques notamment – que chacune de ces notions, et dans leur champ respectif, véhicule. La dimension prophylactique des écritures premières tiendra ainsi une place importante dans notre réflexion, elle est surtout transcrite dans les proto-écritures et les écritures anciennes pictographiques. Le geste d’écrire est aussi un langage esthétique qui a structuré une tradition de l’art de l’écriture chinoise,constituant même un acte créateur, une philosophie de l’être. Malgré la déconstruction de ce langage esthétique depuis la deuxième moitié du XXe siècle, suite à l’impact de l’art occidental et au dépaysement culturel des artistes, le geste d’écrire s’est transmis sous des formes radicales dans les pratiques artistiques contemporaines. 

Plus infos sur https://ceei.hypotheses.org/2807


Vous aimerez aussi...