Voeux de l’IAO 2018

Béatrice Jaluzot, Directrice de l’Institut d’Asie Orientale et toute l’équipe, vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2018.

Ces vœux sont l’occasion de vous donner quelques nouvelles de notre Institut. Nos tutelles principales, le CNRS et l’ENS de Lyon, ainsi que nos tutelles secondaires, Sciences-po Lyon et Lyon 2, nous accompagnent et nous soutiennent dans notre vocation tournée vers la compréhension des sociétés de l’Asie de l’Est et du Sud-Est.

Parmi les évènements importants survenus cette année, deux chercheurs ont reçu la reconnaissance des pays auxquels ils se consacrent. Yveline Lecler, professeure émérite à sciences-po Lyon, spécialiste d’économie politique, a reçu la plus prestigieuse des récompenses japonaises: l’Ordre du Soleil Levant qui lui a été remise le 19 juin dernier par le Consul du Japon à Lyon. Stéphane Corcuff est lauréat du 22e prix de la fondation culturelle franco-taiwanaise, géré par l’Académie des Sciences morales et politiques de l’Institut de France et le Ministère taiwanais de la culture. Le GIS Asie a décerné un accessit à Mme Huayan Wang, ATER à l’ENS de Lyon et membre de notre laboratoire, dans le cadre du prix de thèse 2017. La thèse de Mme Wang, Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, a été soutenue sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS en 2016.

Par ailleurs, deux chercheurs ont brillamment soutenu leur HDR, Arnaud Nanta (CNRS, histoire contemporaine Japon-Corée) et Fabienne Jagou (EFEO, Histoire moderne des relations entre la Chine et le Tibet). Ceci s’ajoute aux cinq thèses qui ont été soutenues cette année au sein du laboratoire.

Cette année est aussi celle d’un rapprochement pour la recherche en région : l’IAO et l’IrAsia (UMR 7306) ont signé un accord de coopération de recherche en novembre dernier. L’IAO reste aussi membre du comité scientifique du GIS Asie dont l’équipe vient d’être renouvelée.

Pour 2017 l’ensemble du laboratoire comptabilise une cinquantaine de publications, ouvrages, articles, billets et articles de presse, ainsi qu’une vingtaine de communications dans des domaines aussi divers que les relations entre la Chine et la Corée du Nord, la cinématographie japonaise, la colonisation et le Japon, le consommateur japonais, l’enseignement des mathématiques au Japon, l’entreprenariat en Asie du sud-est, les relations entre la Chine et le Tibet, l’industrie en Asie du sud-est, thérapeutique et tradition chinoise, les fantômes en Extrême-Orient, la politique énergétique au Japon, l’histoire contemporaine du Vietnam, l’anthropologie de l’art en Asie.

La variété des sujets traités nous a conduit à revoir les axes du laboratoire, et à partir de 2018 ils se déclineront autour de : Dynamiques juridiques et institutions de l’Extrême-Orient (axe 1), Espaces carrefours : flux, identités flottantes et gouvernance (axe 2), Création, représentations et marchés culturels (axe 3).

L’IAO pilote plusieurs sites internet dédiés à des projets de recherche. Les humanités numériques sont un aspect essentiel de nos recherches ; elles complètent l’outil traditionnel qu’est notre bibliothèque. Le laboratoire soutient deux formations universitaires, l’une de premier cycle DEMEOC et l’autre de 3e cycle, le master ASIOC (ENS de Lyon et Sciences po Lyon).

Le cycle des conférences du laboratoire a été entièrement refondu par Arnaud Nanta de manière à être mieux prévisible, le programme est désormais présenté en début de semestre sur notre site.

Un nouveau projet commun au laboratoire vient d’éclore : Unequal Treaties Corpus (dir. B. Jaluzot, 2018-2020), qui a pour objet de rassembler les traités inégaux imposés par les puissances occidentales aux Etats asiatiques durant la période coloniale. Ce projet a obtenu le soutien du fonds recherche de l’ENS au titre des projets émergents.

D’autre part, les projets se poursuivent : « Legalizing Space in China » (J. Bourgon), le rôle du capital naturel dans le développement économique du Japon (J. P. Bassino), Virtual Saigon (F. Guillemot, L. Gédéon, E. Senna), « Art et quotidienneté en France et au Japon », (E. Domenach) sera animé par un séminaire d’étudiants japonais et français en partenariat avec l’Université de Tokyo en février prochain.

Enfin, nous aurons le plaisir de fêter une seconde fois la nouvelle année, par la célébration du nouvel an lunaire, le 5 mars prochain : www.ens-lyon.fr/NAL/2018

明けまして、おめでとうございます ! Happy new year !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *