Elise Domenach : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011

« Ecopoétique cinématographique : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011. »
Elise Domenach, Chercheuse à l’ENS de Lyon
Colloque international en écopoétique, 22-25 juin Perpignan, France

Affiche_ecopoetiqueNous partirons de la pensée du cinéma du philosophe américain Stanley Cavell et du lien conceptuel qu’il fait simultanément dans La Projection du monde (The World Viewed) et dans Sens de Walden (The Senses of Walden, commentaire du livre de Thoreau) en 1971 l’ontologie du médium cinématographique » et la possibilité de retrouver, renouer avec ou encore rédimer (recover) le monde ; une proximité ordinaire avec le monde. De cette coïncidence nous ferons l’argument d’une exploration des pouvoirs d’expression et de domestication de notre scepticisme du médium cinématographique tels qu’ils apparaissent dans quelques films sur la catastrophe multiple (naturelle, industrielle, écologique, humaine, sociale, politique) qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. Nous envisagerons comment s’exprime dans les films notre sentiment d’un monde en repli, d’une absence au monde, et symétriquement comment les films peuvent retisser un sentiment de présence du monde : nous redonner à entendre et écouter la vague du tsunami, comme la voix des hommes et femmes témoignant de cet événement traumatique dans la trilogie tournée dans le Tohoku par Ko Sakai et Ryusuke Hamaguchi : The Sound of the Waves, Voices from the Waves, Storytellers ; ou nous donner à voir notre aveuglement à nos capacités de destruction (Nuclear Nation de Atsushi Funahashi) ; ou encore la menace invisible des radiations nucléaires (dans No Man’s Zone de Toshi Fujiwara). Car certains films nous donnent non seulement à penser et comprendre différemment notre rapport au monde, mais à appréhender de manière sensible et concrète la possibilité d’un retournement, d’une renégociation sensible de positions
morales ordinaires vis-à-vis du monde et des autres.

Élise Domenach est Maître de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon. Agrégée et docteure en philosophie, elle est chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale (IAO-CNRS UMR 5062). Elle est l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme, et de Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais. Chercheure invitée pendant deux ans au Centre de philosophie de l’Université de Tokyo (2013-2015) elle a été professeure invitée à l’Université Meiji (Tokyo). Ses recherches portent sur le scepticisme au cinéma et, plus particulièrement depuis quelques années, sur les films sur la crise nucléaire de Fukushima.

Programme

Toutes les informations pratiques et le livret des conférenciers avec les résumés des communications sont disponibles sur le site dédié au colloque :

Vous aimerez aussi...