Séminaire de l’IAO : Florence Graezer Bideau

SeminaireIAO_2015_11_26

“Cartographier les mémoires collectives à Gulou ou la difficulté d’allier volonté politique et voix populaires dans le centre historique de Pékin”

Florence Graezer Bideau, Maître d’enseignement et de recherche – Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Institute for Area and Global Studies – Collège des Humanités, Directrice du Minor in Area and Cultural Studies

Jeudi 26 novembre 2015, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Depuis 1972, la question patrimoniale intéresse de nombreux pays. Les procédures de candidature pour la Liste du Patrimoine mondial laisse généralement peu d’espace pour l’expression des voix des populations concernées. La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) remédie partiellement à cet oubli en insistant sur la nécessité d’intégrer la participation des communautés dans le processus de définition et d’inscription patrimonial. La recommandation sur les « paysages historiques urbains » de l’UNESCO en 2011 confirme cette nouvelle approche participative à l’égard du patrimoine et valorise les cultures populaires ainsi que leurs dimensions intangibles. La mise en place des différents instruments ouvre ainsi la porte aux conflits et résistances parmi les acteurs engagés dans la préservation du patrimoine. La Chine, en particulier la Chine urbaine, offre des exemples pertinents pour illustrer les contradictions de ces nouvelles interprétations de la question patrimoniale. Les récentes mutations sociales et transformations spatiales qu’a connues la capitale chinoise ont affecté la perception et la gestion de l’héritage historique urbain. Les tensions entre les autorités locales et les résidents des quartiers concernés deviennent plus visibles et complexes. Reposant sur un projet de recherche plus large intitulé « Mapping Controversial memories in the historic urban landscape: a multidisciplinary study of Beijing, Mexico City and Rome”, la présentation aborde la nouvelle approche du « paysage historique urbain » soutenue par l’UNESCO et expose les stratégies des résidents locaux pour conserver le patrimoine de leur ville (résistance, droit à la ville, adaptation, etc.).

La discussion se concentrera sur Gulou, un quartier situé entre les tours du tambour et de la cloche à Pékin. Constitué principalement de maisons sur cour (siheyuan) et des allées (hutong), Gulou connaît une transformation spatiale rapide et radicale en proie à la spéculation immobilière et à la gentrification impliquant une modification des représentations de la mémoire collective parmi les résidents et les autorités locales. Deux aspects de cette transformation urbaine seront abordés. Le premier concerne le qualificatif de zone sensible que ce quartier historique situé au Nord-est de la cité interdite a hérité depuis son intégration au projet « Axe central de Pékin » que le gouvernement aimerait proposer comme prochaine candidature pour la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le second se rapporte aux effets d’une telle action de la part des autorités locales conférant à Gulou le statut de zone controversée. Certains résidants de Gulou s’organisent pour éviter les expropriations de leur logement tandis que d’autres acceptent leur relocalisation dans les nouveaux quartiers périphériques de la ville. La mobilisation des différents types de mémoires territoriales (de l’officiel au subalterne) et les controverses qui les nourrissent au sein de la population locale permettra d’identifier les rôles des multiples acteurs sociaux engagés dans ce processus de patrimonialisation. Une attention particulière sera portée à l’usage et à la perception de l’espace en lien avec la mémoire individuelle et collective afin de mieux comprendre les enjeux spécifiques de la fabrication du patrimoine ordinaire et de la préservation des caractéristiques socio-culturelles et historiques de la ville.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search