Vernissage de l’exposition ‘Scènes de la vie en Chine’

L’exposition ‘Scènes de la vie en Chine. Les figurines de bois de T’ou Sè Wè’ a été inaugurée le 4 décembre dans la Salle des Tapis du Musée des Tissus et des Arts décoratifs. Dans un décort splendide — la Salle des Tapis abrite elle-même actuellement une exposition de costumes de l’opéra de Lyon — le directeur du musée, Maximilien Durand, a présidé à la cérémonie de présentation de l’exposition et au tour de parole par les institutions qui ont soutenu ce projet: M. François Berger (C.C.I), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes, représentant M. Jean-Jack Queyranne), Mme Christine Destrez (ENS de Lyon, représentant M. Jean-François Pinton). Mme Wang Ju, consul général de Chine, malgré un agenda chargé, est venu dire quelques mots en ouverture de l’exposition.

De gauche à droite, Mme Wang Ju (Consul général de Chine), M. XX (CCI), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes), Maximilien Durand (MTAD)

De gauche à droite, Mme Wang Ju (Consul général de Chine), M. François Berger (CCI), M. Philippe de Mester (Région Rhône-Alpes), Maximilien Durand (MTAD)

Maximilien Durand a souligné dans son propos les raisons qui l’ont amené à accueillir les figurines de bois de T’ou Sè Wè au Musée des arts décoratifs, notamment le caractère très délicat et raffiné d’objets voués a priori à l’éphémère, produits pour le plaisir du regard tout en récréant un monde révolu. Il a rappelé aussi que les figurines font écho aux propres collections du Musée des tissus issues de Chine (tissus, costumes, mais aussi une riche iconographie originale rapportés par les missions commerciales lyonnaises au XIXe siècle).

Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus et des Arts décoratifs

Les commissaires de l’exposition, par la voix de Christian Henriot (IAO – Université de Lyon), ont présenté les sources de l’exposition: une double rencontre, celle d’un officier de marine, Jules Le Bigot, et d’une institution singulière, l’orphelinat jésuite de T’ou Sè Wè (Tushanwan), alors que le premier avait été envoyé à Shanghai à la tête des Forces Navales d’Extrême-Orient pour protéger la Concession française et ses habitants. Pour avoir pris l’initiative audacieuse de placer tout le complexe jésuite de Xujiahui sous la protection de la Marine au moment du retrait des troupes chinoises, et éviter ainsi toute présence militaire japonaise parmi les milliers de réfugiés chinois, l’amiral Le Bigot avait reçu une malle contenant les 109 figurines que la famille Le Bigot, à l’initiative d’Ivan Macaux, arrière-petit fils de l’amiral Le Bigot, a prêtées pour cette exposition.

Ivan Macaux

Ivan Macaux

La seconde rencontre est celle d’une autre initiative, la création d’ateliers d’art dans l’orphelinat pour préparer l’avenir des orphelins à de vrais métiers d’artisan de haut niveau, voire d’artistes, avec la culture chinoise. Tout en œuvrant principalement à la production d’objets du culte, les ateliers, notamment celui de sculpture, se sont intéressés, sous la houlette de Jésuites curieux, à reproduire différents éléments de la société chinoise (arches de vertu, pagodes, maquette de ville d’eau, etc.). Les figurines exposées sont le reflet de cet intérêt et de ce regard sur la vie en Chine, traduite dans une technique venue d’Occident.

Christian Henriot

Christian Henriot

Les commissaires expriment leur reconnaissance aux institutions (Région Rhône-Alpes et Comité France-Chine 50) et aux entreprises (Duxiu, CNKI) qui ont soutenu l’exposition. Ils saluent particulièrement l’ouverture d’esprit et l’accueil généreux de Maximilien Durand, grâce à qui cette exposition peut se tenir dans les meilleures conditions dans un établissement prestigieux. L’exposition est organisée dans le cadre d’un partenariat entre le Musée des Tissus et des Arts décoratifs et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Institut d’Asie Orientale).

Crédit photographique: S. Pretto (MTAD)


Vous aimerez aussi...