Table ronde « Une Méditerranée en mer de Chine »

Le 29 novembre 2014, Danielle TAN a participé aux Rencontres d’Averroès à Marseille, à la table ronde “Une Méditerranée en Mer de Chine”, organisée par France Culture.

Ce premier débat conduit en… Méditerranée asiatique.

Dans les années 80, le géographe Yves Lacoste rebaptise ainsi la mer de Chine méridionale. Rendant compte de la grande diversité culturelle, des nombreuses langues nationales, du contraste entre la Chine au Nord et l’ensemble musulman au Sud, il montre que c’est un espace cohérent pouvant être distingué du continent qui l’entoure.

Des anthropologues et des historiens s’attèlent ensuite au sujet. L’australien Antony Reid met en lumière le système commercial chinois ; Denys Lombard, s’inscrivant clairement dans la filiation braudélienne, montre dans Le carrefour javanais combien et comment les apports chinois, indiens mais aussi arabes et européens se sont croisés et articulés dans l’île indonésienne de Java. François Gipouloux présente en 2009 La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècles, affirmant aussi l’existence d’un espace cohérent bien avant l’arrivée des Européens. Enfin, Romain Bertrand publie en 2011, son Histoire à parts égales, Récits d’une rencontre, Orient- Occident [XVIe-XVIIe siècles]. Tenant de « l’histoire connectée », refusant les lignes droites de l’histoire globale et se méfiant de l’euro-centrisme, son travail livre une chronique des contacts entre Hollandais, Malais et Javanais en 1596, démontrant que l’Europe ne détenait alors aucune supériorité dans les domaines commerciaux, militaires, cartographique ou navals.

« Méditerranée asiatique » : le géographe spécialiste du Japon, Philippe Pelletier, invité de cette première table ronde, acquiesce à la formule mais « d’un point de vue heuristique, une méthode pour faire réfléchir ». Un modèle théorique qui ne doit cependant pas faire oublier les données empiriques. Même analyse chez la politologue Danièle Tan : « il s’agit moins de savoir si la Méditerranée asiatique existe vraiment que d’y trouver un outil méthodologique, introduisant la complexité dans les grilles de lecture, le temps long… ».

Celle qui travaille sur les réseaux chinois explique ainsi que « les Européens ont trouvé des Chinois maîtrisant aussi bien le commerce que la navigation. Pour surmonter cet « obstacle », ils ont introduit une nouveauté : la force, les armes. Ce qui a chamboulé ce qui existait alors et obligé chacun à se repositionner ». C’est ainsi que des États comme le Laos ou le Cambodge ont pu faire appel à la France pour bénéficier de protection.

Décryptant les poncifs sur le Japon, Philippe Pelletier montre combien ces idées fausses puisent leurs origines chez les premiers Occidentaux arrivés sur l’île, mais aussi « sur une partie de l’élite japonaise qui voulait satisfaire à bon compte la vision occidentale tout en trouvant l’opportunité de se créer une identité nationale même si celle-ci ne correspondait pas à la réalité, arguant d’un peuple travailleur, uni, parlant la même langue… ».

Battre en brèche ces idées reçues est l’occasion de « désamorcer des craintes, plus ou moins légitimes, devant les délocalisations, un retour du “péril jaune”…» poursuit le géographe.

Face à la montée en puissance économique actuelle de l’Asie, il insiste : « le problème est que l’on applique à la Chine un modèle de domination mondiale qu’elle n’a pas. Si domination chinoise il doit y avoir, ce ne sera pas d’une façon identique à celle des États-Unis ou de l’Europe. Or, si l’on n’a pas la bonne clé, on passe à côté ».

« Comprendre la montée en puissance actuelle de la Chine, sa capacité à retrouver une influence sur les mers mais aussi à reconstruire les corridors terrestres de la Route de la soie ne peut se faire sans regarder les raisons et modalités de sa domination du XVe au XVIIe siècle. » renchérit Danièle Tan. « La comprendre signifie aussi ne pas se cantonner à la présentation actuelle d’une intervention monolithique ignorant les stratégies mises en place par les différents petits états pour gérer le rapport inégal à la Chine et parfois même l’utiliser dans des logiques de maintien de leur propre domination. La comprendre c’est enfin ne pas se focaliser sur les seuls conflits de la région pour percevoir que malgré tout, le commerce continue, les migrations se développent et qu’il y a aussi une attraction pour cette Chine qui propose une autre forme de modernité, voire même… une alternative à la modernité ».

Par Angélique Schaller
Source : Rencontres d’Averroès

Le débat sera rediffusé dans la “Fabrique de l’Histoire” d’Emmanuel Laurentin sur France Culture, dans la semaine du 22 décembre 2014.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search